Two Worlds Collided, Did Anything Change? / Deux mondes se heurtent… quelque chose a changé?

By Cymry Gomery, World BEYOND War, June 10, 2022⁣⁣⁣

⁣⁣⁣As some of the 12,000 expected arms dealers, politicians, military personnel, and other war profiteers arrived at  the EY Center in Ottawa on June 1 2022 to attend the CANSEC arms fair, throngs of protesters were there to  greet them. CANSEC is Canada’s largest arms exposition, and as of 2021 Canada itself has the dubious  distinction of being the 16th largest weapons exporter in the world, according to Stockholm International Peace  Research Institute. Canada is also the second-biggest weapons supplier to the Middle East (the US is number  one).

Activists Rachel Small (seven months pregnant) and Murray Lumley block access to the EY Center site at 7 am, before being violently dragged to their feet and frog-marched out of the way by ‘security’ staff.

The hundreds of Canadian peace activists who turned up to protest at the CANSEC event on June 1st have a  world view that is radically different than that of the CANSEC attendees. The peace activists see Canada as a  criminal, a war profiteer, a hypocritical Imperialist state that does business with human rights abusers. The  attendees, on the other hand, see things more simply: theirs is a serenely nihilistic and racist world paradigm  where might makes right.

Who is right?

Which world view is the most logical one? To answer that question, let’s look at some facts:⁣

  • Weapons dealer Lockheed Martin is among the wealthy corporations at the trade show, and their stocks  have risen nearly 25 per cent since the start of the new year, which saw the Russian invasion of Ukraine  and the Canadian government’s decision to purchase 88 nuclear-capable fighter jets.
  • Canada has exported approximately $7.8-billion in arms and tanks (LAVs) to Saudi Arabia since 2015,  when Saudi Arabia got involved in the war in Yemen, which has killed over a quarter of a million people, and created the worst humanitarian crisis in the world.
  • Hundreds of weapons dealers lobbyists in Ottawa compete for military contracts, and work to shape the  Canadian foreign policy priorities to increase arms sales. Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, BAE, General Dynamics, L-3 Communications, Airbus, United Technologies and Raytheon all have  offices in Ottawa, most of them within a few blocks from Parliament!

So, is Canada criminally responsible for millions of deaths in the world, given that it profits from selling  weapons, that it celebrates militarism and that it enables corrupt regimes to suppress democracy and kill  citizens? The answer depends on one’s world view… to the peace activists, Canada is morally bankrupt and  guilty as charged; to the nihilists, Canada is wealthy, Canada is colonial and predominantly white, Canada has a  high GDP–therefore Canada can continue to act as it has traditionally done with impunity. In the real world,  only time will tell which world view will predominate. Peace activists believe that human and planetary survival  hangs in the balance.

 

Montreal for a World BEYOND War activists Ryoko Hashizumi, Sally Livingston, Alison Hackney, and Laurel Thompson pose at CANSEC

Postscript: Journalists killed by Canadian weapons

Most people have heard about Shireen Abu Akleh, the Palestinian journalist who was shot in the face and killed  while on the job in Israel. The Canadian connection is Elbit Systems (a CANSEC exhibitor), the Israeli company that sold drones to Canada and which supplies 85% of drones used by the Israeli military to monitor and attack Palestinians in the West Bank and Gaza. An Elbit Systems subsidiary, IMI Systems, is the main provider of 5.56  mm bullets, the type of bullet that Israeli occupation forces used to murder Shireen.

 

Activists highlight the connection between a dead journalist and a CANSEC exhibitor

However, Shireen Abu Akleh is only one of a large cohort of journalists who have been assassinated. A report  by the International Federation of Journalists in 2020 found that Iraq, Mexico, the Philippines, Pakistan and  India are the most lethal countries for journalists. Canadian arms have played a role in these statistics, directly or indirectly. For example:⁣

  • Iraq (340 journalists killed 1990-2020): Although Canada under Jean Chrétian refused to endorse the  US-led war in Iraq, the Canadian government is said to have been the fifth or sixth biggest contributor to the war, through direct participation of Canadian naval vessels, military personnel, jet fuel and aid. Journalist murders  spiked in Iraq after the 2003 invasion, conveniently for parties, like Canada and the US, who were loath to share  news of their military misadventures there.
  • Mexico (178 journalists killed 1990-2020): Nine journalists have been killed in Mexico so far in 2022 (namely:  José Luis Gamboa Arenas, Margarito Martínez Esquivel, Yessenia Mollinedo Falconi, Lourdes Maldonado, Sheila  Johana García Olivera, Luis Enrique Ramírez Ramos, Heber López Vásquez, Armando Linares and Juan Carlos  Muñiz.) One of these journalists, Ramirez Ramos, is quoted as saying he only wrote about politicians, which  suggests why political actors might want him permanently silenced. While it is likely that some of these journalists  were killed with US-made firearms, Canada has facilitated the violence by enabling corruption. For example,  Canadian company and CANSEC exhibitor Terradyne sold armoured vehicles to the Saltillo police implicated in human rights violations.
  • Philippines (160 journalists killed 1990-2020): Twenty-two journalists (in addition to thousands of others,  including labor leaders and human rights activists) have been assassinated in the Philippines since Rodrigo Duterte  took office. The Trudeau government, true to form, has condemned the Duterte government for human rights  abuses, while going ahead as CANSEC exhibitor with the innocuous name of Canadian Commercial Corporation  brokered a sale of 16 Bell combat helicopters worth $185m to the Philippine air force for a cool $234 million.

 

 

Deux mondes se heurtent… quelque chose a changé?

De Cymry Gomery, World BEYOND War, 10 juin 2022

Alors que certains des 12 000 marchands d’armes, politiciens, militaires et autres profiteurs de guerre attendus arrivaient au  Centre EY d’Ottawa le 1er juin 2022 pour assister au salon de l’armement CANSEC, une foule de manifestants était là pour  les accueillir. CANSEC est la plus grande exposition d’armes du Canada et, depuis 2021, le Canada lui-même a la  distinction douteuse d’être le 16e plus grand exportateur d’armes au monde, selon l’Institut international de recherche sur la  paix de Stockholm. Le Canada est également le deuxième plus grand fournisseur d’armes au Moyen-Orient (les États-Unis  sont le premier).

Les militants Rachel Small (enceinte de sept mois) et Murray Lumley bloquent l’accès au site du Centre EY à 7 heures du matin, avant d’être violemment traînés à leurs pieds et poussés hors du chemin par le personnel de “sécurité”

Les centaines de pacifistes canadiens qui sont venus protester lors de l’événement CANSEC du 1er juin ont une vision du  monde radicalement différente de celle des participants à CANSEC. Les militants pacifistes considèrent le Canada comme  un criminel, un profiteur de guerre, un État impérialiste hypocrite qui fait des affaires avec des personnes qui violent les  droits de la personne. Les participants, par contre, perçoivent les choses plus simplement : leur paradigme est un monde  sereinement nihiliste et raciste où la force fait le droit.

Qui a raison ?

Quelle vision du monde est la plus logique ? Pour répondre à cette question, examinons quelques faits :⁣

  • Le marchand d’armes Lockheed Martin fait partie des riches sociétés présentes au salon, et ses actions  ont augmenté de près de 25 % depuis le début de la nouvelle année, qui a vu l’invasion russe de l’Ukraine et la décision du gouvernement canadien d’acheter 88 avions de chasse à capacité nucléaire.
  • Le Canada a exporté pour environ 7,8 milliards de dollars d’armes et de chars d’assaut (LAV) à l’Arabie  saoudite depuis 2015, date à laquelle l’Arabie saoudite s’est impliquée dans la guerre au Yémen, qui a tué plus d’un quart de million de personnes et créé la pire crise humanitaire au monde.
  • Des centaines de lobbyistes des marchands d’armes à Ottawa rivalisent pour obtenir des contrats  militaires, et travaillent à façonner les priorités de la politique étrangère canadienne pour augmenter les  ventes d’armes. Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman, BAE, General Dynamics, L-3  Communications, Airbus, United Technologies et Raytheon ont tous des bureaux à Ottawa, la plupart à  quelques rues du Parlement !

Alors, le Canada est-il criminellement responsable de millions de morts dans le monde, étant donné qu’il profite  de la vente d’armes, qu’il célèbre le militarisme et qu’il permet à des régimes corrompus de supprimer la  démocratie et de tuer des citoyens ? La réponse dépend de la vision du monde de chacun… pour les militants  pacifistes, le Canada est moralement en faillite et coupable ; pour les nihilistes, le Canada est riche, le Canada est colonial et majoritairement blanc, le Canada a un PIB élevé – par conséquent, le Canada peut continuer à agir  comme il l’a toujours fait en toute impunité. Dans le monde réel, seul le temps dira quelle vision du monde  prédominera. Les militants pacifistes pensent que la survie de l’humanité et de la planète est en jeu.

 

Les militantes de Montreal pour un monde sans guerre: Ryoko Hashizumi, Sally Livingston, Alison Hackney, et Laurel Thompson à CANSEC

Post-scriptum : Journalistes tués par des armes canadiennes

Plusieurs ont entendu parler de Shireen Abu Akleh, la journaliste palestinienne qui a été tuée d’une balle en plein visage dans l’exercice de ses fonctions en Israël. Le lien canadien est Elbit Systems (un exposant de CANSEC),  l’entreprise israélienne qui a vendu des drones au Canada et qui fournit 85% des drones utilisés par l’armée  israélienne pour surveiller et attaquer les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza. Une filiale d’Elbit Systems, IMI  Systems, est le principal fournisseur de balles de 5,56 mm, le même type de balle qui a été utilisé par les forces  d’occupation israéliennes pour assassiner Shireen.

 

Les militants soulignent le lien entre une journaliste morte, une balle de fabrication canadienne et un exposant de CANSEC

Cependant, Shireen Abu Akleh ne fait partie que d’une grande cohorte de journalistes qui ont été assassinés. Selon un  rapport de la Fédération internationale des journalistes publié en 2020, l’Irak, le Mexique, les Philippines, le Pakistan et  l’Inde sont les pays les plus meurtriers pour les journalistes. Les armes canadiennes ont joué un rôle dans ces statistiques,  directement ou indirectement. Par exemple :⁣

  • L’Irak (340 journalistes tués 1990-2020) : Bien que le Canada de Jean Chrétien ait refusé d’approuver la guerre menée par  les États-Unis en Irak, le gouvernement canadien aurait été le cinquième ou sixième plus grand contributeur à la guerre, par  la participation directe de navires de la marine canadienne, de personnel militaire, de carburant pour avion et d’aide. Les  meurtres de journalistes ont augmenté en Irak après l’invasion de 2003, comme par hasard pour les parties, comme le  Canada et les États-Unis, qui répugnaient à partager les nouvelles de leurs mésaventures militaires dans ce pays.
  • Mexique (178 journalistes tués entre 1990 et 2020) : Neuf journalistes ont été tués au Mexique jusqu’à présent en 2022 (à  savoir : José Luis Gamboa Arenas, Margarito Martínez Esquivel, Yessenia Mollinedo Falconi, Lourdes Maldonado, Sheila  Johana García Olivera, Luis Enrique Ramírez Ramos, Heber López Vásquez, Armando Linares et Juan Carlos Muñiz). L’un  de ces journalistes, Ramirez Ramos, aurait déclaré qu’il n’écrivait que sur les hommes politiques, ce qui laisse penser que les acteurs politiques pourraient vouloir le faire taire définitivement. S’il est probable que certains de ces journalistes ont été  tués avec des armes à feu de fabrication américaine, le Canada a facilité la violence en favorisant la corruption. Par  exemple, la société canadienne Terradyne, exposante à CANSEC, a vendu des véhicules blindés à la police de Saltillo,  impliquée dans des violations des droits de l’homme.
  • Philippines (160 journalistes tués entre 1990 et 2020) : Vingt-deux journalistes (en plus de milliers d’autres, dont des  dirigeants syndicaux et des militants des droits de la personne) ont été assassinés aux Philippines depuis l’arrivée au pouvoir de Rodrigo Duterte. Le gouvernement Trudeau, fidèle à lui-même, a condamné le gouvernement Duterte pour les violations  des droits de l’homme, tout en allant de l’avant alors que l’exposant CANSEC au nom inoffensif de Canadian Commercial  Corporation a négocié la vente de 16 hélicoptères de combat Bell d’une valeur de 185 millions de dollars à l’armée de l’air  des Philippines pour la modique somme de 234 millions de dollars.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search WorldBeyondWar.org

Sign Up for Antiwar News & Action Emails

Translate To Any Language