Call on Cameroon to Sign and Ratify the TPNW

By WILPF Cameroon, April 15, 2021

The PELINDABA Treaty establishing a nuclear weapons free zone in Africa was signed on 11 April 1996. To mark the 25th anniversary of the signing of this treaty, WILPF Cameroon and its partners CANSA (Cameroon Action Network on Small Arms) and Cameroon for a World BEYOND War, organised a press conference on Monday 12 April 2021 in Yaoundé. The organisers are aware that as well as nuclear weapons “disproportionately affect women and girls, especially due to the effects of ionising radiation”, the participation of women in the sphere of nuclear disarmament is important.

This meeting which brought together media men and women, members of civil society organisations and a government representative through the Ministry of Justice, served as a framework for informing the public on the constitution of a nuclear weapon in order to present its damage on humanity and the environment. This setting was an opportunity to present the stakes of Cameroon’s ratification of the Treaty on the Prohibition of Nuclear Weapons (TPNW).

Participants at the event learnt that, for both military and civilian reasons, the exploitation of nuclear energy exposes humanity to serious risks. Nuclear weapons produce thermonuclear effects that are a million times more devastating than the most powerful conventional weapons. An example is the atomic bomb dropped on the cities of Nagasaki and Hiroshima in 1945. Disasters resulting from the manipulation of nuclear energy, such as Chernobyl in Ukraine in 1986, Fukushima in Japan on 11 March 2011, Kyshtyn in the USSR in 1957, Ontario in Canada in 1952, Three Mile Island in the United States in 1979, Goiânia in Brazil in 1987, Tokaimura in Tokyo in Japan on 30 September 1999, etc. These effects can be immediate with the blast, thermal waves and instantaneous radiation causing deaths and injuries, but they can also be medium or long term causing trauma, psychological after-effects and persistent injuries, extensive and suppurating burns; skin infections; gastrointestinal infections, congenital and systemic deformities and all forms of pollution.

Cameroon has been present and is part of the vast majority of agreements and measures concluded to prohibit the development, trade and any form of exploitation of these types of weapons on the African continent and in the world. These include:

  • Cameroon’s vote in favour of the adoption of the resolution that established the mandate for states to start negotiations on the TPNW within the framework of the work of the UNGA First Committee;
  • The adoption in 2016 of a national law on the arms and ammunition regime, which includes the ban on nuclear weapons;
  • Cameroon’s alignment with all commitments under the TPNW.

However, it should be noted that all these good steps have not yet been crowned by the signature and ratification of the TPNW. It is hoped that this event will activate the levers for this important step towards the universalisation of the TPNW, in view of its importance for humanity and the environment as a whole, as the Sustainable Development Goals (SDGs) depend closely on its implementation for their achievement.

LE CAMEROUN APPALÉ À SIGNER ET RATIFIER LE TIAN

Le Traité de PELINDABA établissant une zone exempte d’armes nucléaires en Afrique a été signé le 11 avril 1996. À la faveur de la célébration du 25ème anniversaire de la signature de ce traité, WILPF Cameroon et ses partenaires CANSA (Cameroon Action Network on Small Arms) and Cameroon for a World Beyond War, ont marqué cet évènement par l’organisation le lundi 12 avril 2021 à Yaoundé, d’une conférence de presse. Les organisateurs sont conscients qu’aussi bien les armes nucléaires « touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles, notamment en raison des effets des rayonnements ionisants », la participation des femmes dans la sphère du désarmement nucléaire est l’importance.

Cette rencontre qui a réuni les hommes et femmes de média, les membres des organisations de la société civile et un représentant du gouvernement à travers le Ministère de la Justice, a servi de cadre pour informer le public sur la constitution d’une arme nucléaire afin de présenter ses dégâts sur l’humanité et sur l’environnement. Ce décor a permis de présenter les enjeux de la ratification par le Cameroun du Traité sur l’Interdiction des armes nucléaires (TIAN).

Les participants à l’événement ont appris que, aussi bien pour des raisons militaires que pour des raisons civiles, l’exploitation du nucléaire expose l’humanité à des sérieux risques. Le nucléaire comme arme produit des effets thermonucléaires un million de fois plus dévastateurs que ceux des armes classiques les plus puissantes. A titre d’exemple, la bombe Atomique lancée en 1945 dans les villes de Nagasaki et d’Hiroshima. Les catastrophes issues de la manipulation du nucléaire telles que celle de Tchernobyle en Ukraine en 1986, celle de Fukushima au Japon le 11 mars 2011, celle de Kychtyn en URSS en 1957, celle de Ontario au Canada en 1952, celle de Three Mile Island aux Etats-Unis en 1979, celle de Goiânia au Brésil en 1987, celle de Tokaimura à Tokyo au Japon le 30 septembre 1999, etc. Ces effets peuvent être immédiats avec le souffle, les ondes thermiques et le rayonnement instantané causant les morts et les blessures, mais ils peuvent être aussi à moyens ou à long termes entrainer des traumatismes, des séquelles psychologiques et des blessures persistantes, des brûlures étendues et suppurantes ; des infections de la peau ; des infections gastro-intestinales, des déformations congénitales et du système ainsi que toutes les formes de pollution.

Le Cameroun a été présent et est partie de la grande majorité des accords et mesures conclus pour interdire le développement, le commerce et toute forme d’exploitation de ces types d’armes sur le continent africain et dans le monde. Il s’agit :

  • Du vote par le Cameroun en faveur de l’adoption de la ​résolution qui a établi le mandat des Etats pour entamer les négociations du TIAN dans le cadre des travaux de la Première Commission de l’AGNU ;
  • De l’adoption en 2016 au niveau national d’une loi sur le régime des armes et munitions, qui inclut l’interdiction des armes nucléaires ;
  • De l’alignement du Cameroun à tous les engagements conformes au TIAN.

Il reste cependant à relever que toutes ces bonnes avancées n’ont jusqu’ici pas été couronnées comme il le devrait, par la signature et la ratification du TIAN. Il est question de souhaiter que cet événement active les leviers pour cette étape importante de l’universalisation du TIAN, au regard de son importance pour l’humanité et pour l’environnement dans l’ensemble, car les Objectifs du Développement Durable (ODD) dépendant étroitement de sa mise en œuvre pour leur atteinte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search WorldBeyondWar.org

Sign Up for Antiwar News & Action Emails

Translate To Any Language