Faire face au climat de guerre

Les manifestants ont souligné l’impact considérable et négatif de l’armée américaine au cours de la Marche populaire 2014 sur le climat à New York. (Photo: Stephen Melkisethian / flickr / cc)
Les manifestants ont souligné l'impact énorme et négatif de l'armée américaine lors de la Marche populaire pour le climat de 2014 à New York. (Photo: Stephen Melkisethian / flickr / cc)

Par David Swanson, World BEYOND War, Novembre 9, 2022

Remarques de ce webinaire.

Parfois, juste pour le plaisir, j'essaie de comprendre ce que je suis censé croire. Je suis définitivement censée croire que je peux choisir quoi croire en fonction de ce qui me plaît. Mais je suis aussi censé croire que j'ai le devoir de croire les bonnes choses. Je pense que je suis censé croire ce qui suit : le plus grand danger dans le monde est le mauvais parti politique dans le pays où je vis. La deuxième plus grande menace pour le monde est Vladimir Poutine. La troisième plus grande menace pour le monde est le réchauffement climatique, mais il est traité par des éducateurs, des camions de recyclage, des entrepreneurs humanitaires, des scientifiques et des électeurs dévoués. Une chose qui n'est pas du tout une menace sérieuse, c'est la guerre nucléaire, parce que ce danger a été écarté il y a une trentaine d'années. Poutine est peut-être la deuxième plus grande menace sur Terre, mais ce n'est pas une menace nucléaire, c'est une menace de censurer vos comptes de médias sociaux, de restreindre les droits LGBTQ et de limiter vos options d'achat.

D'autres fois, juste parce que je suis masochiste, je m'arrête et j'essaie de comprendre ce que je crois réellement - ce qui semble être vrai. Je crois que le danger d'une guerre nucléaire / d'un hiver nucléaire et le danger d'un effondrement climatique sont tous deux connus depuis des décennies, et l'humanité s'est empressée d'éliminer l'un ou l'autre. Mais on nous a dit qu'il n'en existait pas vraiment. Et on nous a dit que l'autre est très réel et sérieux, nous devons donc acheter des voitures électriques et tweeter des choses amusantes sur ExxonMobil. On nous dit que la guerre est une activité gouvernementale justifiée, en fait indiscutable. Mais la destruction de l'environnement est un outrage injustifié contre lequel nous devons agir en tant qu'individus, consommateurs et électeurs. La réalité semble être que les gouvernements – et très majoritairement un très petit nombre de gouvernements – et de manière significative à travers la préparation et la conduite des guerres – sont les principaux destructeurs de l'environnement.

C'est bien sûr une pensée inappropriée car elle suggère la nécessité d'une action collective. C'est penser comme un militant, même en pensant qu'il ne fait que penser à ce qui se passe réellement et arriver au fait inévitable que nous avons besoin d'un militantisme non violent massif, que l'utilisation des bonnes ampoules dans nos maisons ne nous sauvera pas, que faire pression sur nos gouvernements tout en encourager leurs guerres ne nous sauvera pas.

Mais cette ligne de pensée ne devrait pas être si choquante. Si endommager la Terre est un problème, il ne faut pas s'étonner que les bombes, les missiles, les mines et les balles – même lorsqu'elles sont utilisées au nom sacré de la démocratie – fassent partie du problème. Si les automobiles sont un problème, devrions-nous être étonnés que les avions de chasse soient aussi un tout petit peu problématiques ? Si nous devons modifier la façon dont nous traitons la Terre, pouvons-nous vraiment être étonnés que déverser un énorme pourcentage de nos ressources dans la démolition et l'empoisonnement de la Terre ne soit pas la solution ?

La réunion COP27 est en cours en Égypte – la 27e tentative annuelle de lutte contre l'effondrement climatique à l'échelle mondiale, les 26 premières ayant complètement échoué et la guerre divisant le monde d'une manière qui empêche la coopération. Les États-Unis envoient des membres du Congrès pour promouvoir l'énergie nucléaire, qui a toujours été un sous-produit et un cheval de Troie pour l'armement nucléaire, ainsi que le soi-disant «gaz naturel», qui n'est pas naturel mais est du gaz. Et pourtant, les limitations des émissions des membres du Congrès ne sont même pas envisagées. L'OTAN participe aux réunions exactement comme si elle était un gouvernement et une partie de la solution plutôt que du problème. Et l'Egypte, armée par les mêmes corporations que l'OTAN, accueille la mascarade.

La guerre et les préparatifs de guerre ne sont pas seulement le gouffre dans lequel des milliards de dollars qui pourraient être utilisés pour prévenir les dommages environnementaux sont déversés, mais aussi une cause directe majeure de ces dommages environnementaux.

Le militarisme représente moins de 10 % des émissions mondiales totales de combustibles fossiles, mais c'est suffisant pour que les gouvernements veuillent le tenir à l'écart de leurs engagements, en particulier certains gouvernements. Les émissions de gaz à effet de serre de l'armée américaine sont supérieures à celles de la plupart des pays entiers, ce qui en fait le seul le plus grand coupable institutionnel, pire que n'importe quelle société, mais pas pire que diverses industries entières. Il serait plus facile de savoir exactement ce que les militaires libèrent avec des exigences de rapport. Mais on sait que ce sont plus que de nombreuses industries dont la pollution est prise très au sérieux et traitée par des accords sur le climat.

Aux dégâts de la pollution des militaires s'ajoutent ceux des fabricants d'armes, ainsi que les énormes destructions des guerres : les marées noires, les incendies de pétrole, les pétroliers coulés, les fuites de méthane, etc. destructeur de terre et d'eau et d'air et d'écosystèmes - ainsi que du climat, ainsi que le principal obstacle à la coopération mondiale sur le climat, ainsi que le principal gouffre pour les fonds qui pourraient être consacrés à la protection du climat (bien plus de la moitié des dollars des impôts américains , par exemple, vont au militarisme - plus que l'ensemble de l'économie de la plupart des pays).

À la suite des demandes de dernière minute du gouvernement américain lors de la négociation du traité de Kyoto de 1997, les émissions militaires de gaz à effet de serre ont été exemptées des négociations sur le climat. Cette tradition s'est poursuivie. L'Accord de Paris de 2015 a laissé la réduction des émissions de gaz à effet de serre militaires à la discrétion de chaque nation. La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques oblige les signataires à publier les émissions annuelles de gaz à effet de serre, mais les rapports sur les émissions militaires sont volontaires et souvent non inclus. Pourtant, il n'y a pas une Terre supplémentaire à détruire avec des émissions militaires. Il n'y a qu'une seule planète.

Essayez de penser quelle serait la pire chose à faire et vous serez proche de l'approche largement avancée, à savoir celle d'utiliser les militaires et les guerres pour lutter contre le changement climatique, plutôt que de les éliminer pour lutter contre le changement climatique. Déclarer que le changement climatique cause la guerre passe à côté de la réalité que les êtres humains causent la guerre, et que si nous n'apprenons pas à faire face aux crises de manière non violente, nous ne ferons que les aggraver. Traiter les victimes de l'effondrement climatique comme des ennemis passe à côté du fait que l'effondrement climatique mettra fin à la vie de chacun d'entre nous, le fait que c'est l'effondrement climatique lui-même qui devrait être considéré comme un ennemi, la guerre qui devrait être considérée comme un ennemi, un culture de destruction à laquelle il faut s'opposer, pas à un groupe de personnes ou à un lopin de terre.

L'une des principales motivations de certaines guerres est le désir de contrôler les ressources qui empoisonnent la terre, en particulier le pétrole et le gaz. En fait, le déclenchement de guerres par des pays riches dans des pays pauvres n'est pas corrélé à des violations des droits de l'homme ou à un manque de démocratie ou à des menaces de terrorisme ou à l'impact du changement climatique, mais est fortement corrélé à la présence d'huile.

La guerre fait la plupart de ses dégâts environnementaux là où elle se produit, mais dévaste également l'environnement naturel des bases militaires dans les pays étrangers et d'origine. L'armée américaine est la plus grande propriétaire terrien avec 800 bases militaires étrangères dans 80 pays. L'armée américaine est le troisième pollueur des voies navigables américaines. La grande majorité des sites de catastrophes environnementales majeures aux États-Unis sont des bases militaires. Le problème environnemental du militarisme se cache à la vue de tous.

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Enterrer la doctrine de Monroe
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue