Adaptation militarisée

Par Mona Ali, Monde phénoménal, Janvier 27, 2023

Cet essai est paru pour la première fois dans GREEN, une revue de Groupe d'études géopolitiques.

Lorsque l'OTAN a tenu son sommet de deux jours à Madrid en juin 2022, le gouvernement espagnol a déployé dix mille policiers boucler des pans entiers de la ville, y compris les musées du Prado et Reina Sofia, au public. Un jour avant le début du sommet, les militants du climat ont organisé une «Mourir dans” devant Picasso Guernica au Reina Sofia, pour protester contre ce qu'ils ont identifié comme la militarisation de la politique climatique. La même semaine, la Cour suprême des États-Unis avait supprimé les protections fédérales pour le droit à l'avortement, restreint la capacité de l'Agence américaine de protection de l'environnement à réduire les émissions de gaz à effet de serre et élargi le droit de porter des armes dissimulées aux États-Unis. Contrairement au chaos intérieur, lors du sommet, l'équipe du président Joe Biden a projeté une notion revivifiée de stabilité hégémonique.

Avant tout une alliance militaire transatlantique, l'OTAN représente la concentration de la puissance mondiale dans l'Atlantique Nord.1 Dans son approche à 360 degrés autoproclamée de la dissuasion intégrée - impliquant la cyber-technologie et «l'interopérabilité» entre les systèmes de défense alliés - l'OTAN est un panoptique benthamiste du XXIe siècle, sous le regard duquel se trouve le reste du monde. Au nom du maintien des valeurs et des institutions démocratiques, l'OTAN s'est assigné le rôle de gestionnaire de crise mondiale. Son mandat extraterritorial s'étend désormais de la lutte contre les « violences sexuelles liées aux conflits » à l'adaptation au climat.

Dans la propre hiérarchie de l'OTAN, les États-Unis occupent le rôle de commandant suprême. Son énoncé de vision affirme explicitement la capacité nucléaire américaine comme pierre angulaire de la sécurité de l'Atlantique Nord. En réponse à la guerre de la Russie contre l'Ukraine, l'OTAN a adopté une position agressive, mettant à jour son manifeste politique pour révoquer le partenariat stratégique qu'elle avait établi avec la Russie en 2010. Son énoncé de mission mis à jour en 2022 confirme la politique de longue date selon laquelle si un membre de l'OTAN est attaqué, Article 5 peut être invoqué, permettant à l'alliance de s'engager dans une attaque de représailles.

Un mythe commun propagé par les économistes est qu'en brisant le commerce et les investissements internationaux, les guerres interrompent la mondialisation. Historiens Adam Tooze et Ted Fertik ont compliqué ce récit. Ils soutiennent que la Première Guerre mondiale a activé les réseaux de la mondialisation du XIXe siècle et les a violemment réalignés. De même, la guerre en Ukraine a irrévocablement modifié le paysage mondial. L'invasion a été suivie par le Groupe des 7 nations expulsant la Russie du système financier mondial contrôlé par l'Occident. Depuis lors, l'Occident a combattu sa contre-incursion sur le territoire économique via des embargos sur le commerce russe, des saisies de réserves de change russes et un soutien militaire important à l'Ukraine. Le don britannique d'un escadron de Challenger 2 chars à l'Ukraine marque la première livraison de ce type par les alliés de l'OTAN matériel militaire puissant à utiliser sur le champ de bataille. Au sommet du 20 janvier des hauts gradés militaires (et des représentants de certains cinquante pays) à la base du Commandement aérien allié de l'OTAN à Ramstein, en Allemagne, n'a pas autorisé l'approvisionnement de ses chars Leopard 2. Plus tard ce jour-là, protestations a éclaté à Berlin avec des jeunes réclamant «Libérez les léopards.” (Le 25 janvier, ils l'a fait.) Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky ont défini la guerre d'Ukraine comme une guerre entre la Russie et les alliés de l'OTAN. La fourniture d'armes lourdes occidentales confirme ce point de vue.

La guerre en Europe de l'Est a remonté tout le système économique et énergétique mondial. Alors que les réseaux financiers et commerciaux étaient militarisés, les infrastructures énergétiques transnationales l'étaient également. Blâmant les sanctions canadiennes, qui ont bloqué le retour d'une turbine à gaz Siemens entretenue par des Canadiens à une station Gazprom (le géant gazier russe), la Russie a considérablement réduit le gaz circulant dans le gazoduc Nord Stream I vers l'Allemagne.2 Peu de temps après que les gouvernements européens ont accepté le projet du Trésor américain de plafonner le prix du pétrole brut russe, Poutine a suspendu l'approvisionnement en flux de gaz naturel vers l'Europe via le Nord Stream I. Avant la guerre l'année dernière, La Russie a fourni quarante pour cent du gaz européen et quart de tout le pétrole et le gaz échangés dans le monde ; ses exportations de produits de base étaient exemptées des sanctions occidentales. Couper la Russie de l'économie mondiale en 2022 a créé des pénuries d'énergie dans le monde et fait grimper les prix, en particulier en Europe. La flambée des prix mondiaux des matières premières, en particulier pour le carburant et la nourriture, a également provoqué la plus forte poussée inflationniste depuis les années 1970.

En réponse à la crise, l'Europe compte désormais sur les États-Unis pour ses importations d'énergie ; quarante pourcent de son gaz naturel liquéfié provient désormais des États-Unis, une inversion étonnante par rapport à l'année dernière lorsque l'Europe a évité le GNL américain en raison des inquiétudes concernant le carbone émis dans le cadre de sa production et de son transport. Au grand dam des militants du climat, le Parlement européen a voté pour inclure gaz naturel, un combustible fossile, dans sa taxonomie d'énergie durable. Sécurisant le marché étranger le plus lucratif des États-Unis en Europe, l'administration Biden a réussi un coup improbable pour le dollar des hydrocarbures.

L'une des principales décisions prises lors du sommet de Madrid a été l'établissement d'une base militaire américaine permanente en Pologne, dans le cadre de la plus grande expansion militaire américaine en Europe depuis la guerre froide. Plus de cent mille soldats américains sont désormais stationnés en Europe. Un autre résultat du sommet a été la mise à jour du «adaptation militaire et politique" stratégie. Dans une prise de pouvoir nue, l'OTAN proposé qu'elle "devrait devenir la principale organisation internationale lorsqu'il s'agit de comprendre et de s'adapter à l'impact du changement climatique sur la sécurité". Pour ce faire, il entend "investir dans la transition vers des sources d'énergie propres et tirer parti des technologies vertes, tout en garantissant l'efficacité militaire et une posture de dissuasion et de défense crédible". Dans le nouveau cadre climatique de l'Otan, la transition énergétique a été effectivement cooptée dans un projet impérial.

L'écologie de guerre rencontre l'adaptation militarisée

Le nouveau cadre d'adaptation militarisée de l'OTAN rappelle une version de ce que le philosophe Pierre Charbonnier appelle «écologie de guerre.” Le concept de Charbonnier témoigne de la proximité croissante de la décarbonisation et de la géopolitique, souvent sous une forme militarisée. Il exhorte l'Europe à rompre sa dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles importés et à récupérer sa souveraineté énergétique et économique via la décarbonisation. Il soutient également que l'écologie politique devrait associer la décarbonisation à un grand récit qui inclut une transformation sociale plus large. Les mobilisations financières, technologiques et administratives à grande échelle nécessaires à une transformation de l'énergie propre ont toujours été associées à la « guerre totale ».

La guerre en Ukraine, qui a accéléré l'engagement de l'Europe dans la transition énergétique, semble confirmer la thèse de l'écologie de guerre de Charbonnier. Cette compréhension géopolitique sert d'intermédiaire entre la vision tragique, qui déclare l'impossibilité de limiter les émissions de carbone pour éviter l'impact le plus catastrophique du changement climatique, et la naïveté des techno-optimistes qui croient que les technologies de séquestration du carbone peuvent être mises à l'échelle à temps pour limiter le réchauffement planétaire. à 1.5 degré Celsius. Écrivant sur la guerre économique et les souffrances qu'elle entraîne pour les gens ordinaires à travers le monde, Charbonnier met en garde contre la possibilité d'une subordination de l'écologie politique à l'impératif militaire. Il prévient que l'écologie de guerre peut se transformer en nationalisme écologique et soutient que les défenseurs du climat doivent perturber le discours de la realpolitik et sa cooptation complète par des intérêts puissants tout en canalisant les capacités financières, logistiques et administratives des «grands États» et de la «grande énergie» vers le vert. investissements et infrastructures.

Peut-être plus puissamment, le concept d'écologie de guerre de Charbonnier aide à relier les points entre le programme de croissance transformatrice de la transition énergétique et l'entité unique qui semble exempte de l'inertie de Légalisme procédural américain: son complexe militaro-industriel. Compte tenu de ce que le juriste américain Cass Sunstein en cours « le nuage noir qui plane désormais sur l'État administratif » et la nature non partisane des dépenses de défense américaines, il est probable que le financement climatique sera à l'avenir intégré au budget du département américain de la Défense.

À première vue, « l'adaptation militarisée » de l'OTAN semble être une solution immaculée à une action climatique autrement retardée. Il peut également être compris comme un résultat de la normalisation des pouvoirs d'urgence pendant la pandémie. Aux États-Unis, la Defense Production Act et la International Emergency Economic Powers Act ont été activées à plusieurs reprises au cours des deux dernières années et demie pour produire des ventilateurs et des vaccins, importer des préparations pour nourrissons et saisir des actifs étrangers. Les déclarations d'urgence pourraient irriter les libertaires et universitaires mais généralement ils passer sous le radar d'une grande partie du public américain.

En fait, les militants du climat ont poussé Biden à déclarer une urgence climatique et à déployer des pouvoirs d'urgence mettre en place un Green New Deal. Biden a répondu par un décret du 6 juin, le Loi sur la production de défense Pour Clean Energy, qui contourne l'impasse électorale pour étendre les infrastructures vertes telles que les parcs éoliens sur les terres fédérales. L'ordonnance stipule également qu'elle imposera des pratiques de travail équitables pour construire l'Amérique arsenal d'énergie propre. En termes de relations extérieures, cette nouvelle législation annule simultanément les droits de douane sur les importations de technologies solaires asiatiques (critiques pour la capacité de fabrication solaire des États-Unis) tout en promettant des chaînes d'approvisionnement vertes « amies » entre les Alliés.

Agitation du marché

La guerre a été extrêmement profitable aux producteurs de pétrole et de gaz, dont les revenus ont plus que doublé par rapport à leur moyenne quinquennale. Avec environ un tiers de l'approvisionnement énergétique mondial provenant encore du pétrole, un peu moins d'un tiers du charbon et environ un quart du gaz naturel, les énergies renouvelables représentent moins d'un dixième de l'approvisionnement énergétique mondial - il y a beaucoup de profit à faire . La flambée des prix a propulsé Saudi Aramco, la plus grande compagnie pétrolière du monde, devant Apple en tant que société la plus rentable au monde. Les États-Unis, cependant, sont le plus grand producteur de pétrole et de gaz au monde, contribuant à quarante pour cent de l'offre mondiale.

Pour diverses raisons, dont l'effondrement de brut prix du pétrole en 2020, ainsi que la crainte d'actifs fossiles bloqués à mesure que la transition énergétique s'accélère - les producteurs de pétrole et de gaz sont de plus en plus réticents à augmenter leurs investissements. Cela s'est traduit par de faibles stocks et des prix élevés. Alors que l'Arabie saoudite possède les stocks les plus importants au monde, les plus fortes augmentations des investissements en amont dans l'industrie sont attendues de Entreprises pétrolières et gazières américaines. L'investissement dans le gaz naturel liquéfié a été le plus important de toutes les classes d'actifs de combustibles fossiles. Dans le sillage des sanctions contre la Russie, les États-Unis sont en passe de devenir le premier exportateur mondial de GNL. Les bénéfices exceptionnels du pétrole et du gaz en 2022 seraient suffisants pour financer une décennie d'investissements dans des carburants à faibles émissions qui pourraient répondre aux besoins mondiaux objectif d'émissions nettes nulles. Comme le montre clairement le retour de bâton contre les sanctions russes, l'ingérence des États dans les marchés compromet l'efficacité. Mais les gouvernements qui n'interviennent pas en cas d'externalités de marché (émissions) peuvent être coûteux à l'échelle planétaire.

Alors que les prix des combustibles fossiles ont grimpé en flèche, les alternatives éoliennes et solaires sont devenues bon marchér. L'investissement dans les technologies propres est aujourd'hui majoritairement porté par l'Europe majors pétrolières et gazières. Le choc énergétique en Europe continuera d'accélérer la tendance vers les énergies renouvelables, mais les perturbations en amont, par exemple dans l'approvisionnement en minerais de terres rares (dont la Chine est le premier fournisseur mondial), ont ralenti les chaînes de production vertes. Lors du voyage de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, Sénégal, Zambie et Afrique du Sud- fait dans la foulée de la visite du ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang - il y a eu des discussions sur fabrication de batteries de véhicules électriques impliquant des minéraux critiques locaux.

Alors que la flambée des prix du pétrole profite aux producteurs de pétrole, la hausse des prix à la pompe est un facteur important d'insatisfaction des électeurs aux États-Unis. Les prévisions selon lesquelles les démocrates feraient une hémorragie lors des prochaines élections américaines de mi-mandat ont poussé l'administration Biden à une offre urgente pour réduire les prix de l'essence. Elle a réalisé ses premières ventes onshore de concessions pétrolières sur domaine public, a publié un plan de forage pétrolier en mer et a supplié un monarque saoudien terni de produire plus de pétrole, tous les demi-tours de ses anciennes promesses d'énergie propre. Cette dernière s'est avérée infructueuse alors que le groupe des pays producteurs et exportateurs de pétrole (OPEP plus, qui comprend la Russie) a annoncé des coupes de la production de pétrole à l'automne 2022.

Les progressistes ont pris le train en marche. Des propositions récentes de groupes de réflexion de gauche aux États-Unis incluent un financement soutenu par l'État pour nouveau forage domestique et nationaliser les États-Unis raffineries de pétrole. La position américaine est que la construction de nouvelles infrastructures de combustibles fossiles est préférable à l'annulation des sanctions russes en échange d'un règlement politique et de la poursuite des exportations d'énergie russe vers l'Occident.

Centre vs périphérie

La militarisation des infrastructures financières et commerciales a aggravé les crises énergétique et économique, qui engloutissent désormais de larges pans de l'économie mondiale. La confluence de l'inflation, des hausses de taux d'intérêt et de l'appréciation incessante du dollar a entraîné un surendettement (ou un risque élevé de surendettement) en soixante pour cent de toutes les économies à faible revenu. La Russie, elle aussi, a fait défaut sur sa dette, mais pas par manque de moyens financiers. Au contraire, sous le dernier régime de sanctions, l'Occident refuse de traiter la demande extérieure de la Russie. remboursements de dettes.

Les nouveaux engagements de réarmement de l'Allemagne et les pressions en faveur d'une nouvelle entité commune force armée européenne parallèlement à l'engagement de la Banque centrale européenne de stabiliser ses marchés obligataires souverains. Les États membres ont proposé des réformes du pacte de stabilité et de croissance de l'UE qui supprimeront militaire et dépenses vertes des restrictions du déficit et de la dette. La course aux énergies renouvelables en Europe est inextricablement liée à l'indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Le choc énergétique a incité la Banque centrale européenne, contrairement à la Réserve fédérale et à la Banque d'Angleterre, à s'engager à verdir ses achats d'actifs. Alors que l'euro a atteint son plus bas niveau en vingt ans par rapport au dollar à l'automne, la menace perçue pour la souveraineté européenne ne vient pas seulement de la Russie, mais aussi de l'empiétement monétaire et militaire américain.

Le point de vue de Charbonnier selon lequel la marche de l'Europe vers l'indépendance énergétique devrait être encadrée comme un grand récit historique semble improbable. Après avoir fermé ses centrales nucléaires, de graves pénuries d'énergie ont conduit l'Allemagne, avec son gouvernement le plus vert à ce jour, à étendre un bassin houiller controversé, ce qui a entraîné une violente répression contre les militants écologistes qui protestaient contre la décision prise en Lutzerath. Le GNL est un marché mondial beaucoup plus segmenté que le pétrole, avec des prix très différents selon les régions du monde. La hausse des prix au comptant sur le marché européen du gaz a incité les fournisseurs de GNL à rompre les contrats en invoquant force majeure clauses et le réacheminement des pétroliers initialement dirigés vers l'Asie vers l'Europe. 70 pour cent du GNL américain est maintenant dirigé vers l'Europe, ce qui entraîne de graves pénuries d'approvisionnement dans la périphérie de l'économie mondiale. Le Pakistan, déjà ébranlé par les inondations catastrophiques de l'an dernier, est désormais également confronté à une crise de l'énergie et de la dette extérieure. Parmi les nations les plus vulnérables au climat au monde, le Pakistan doit 100 milliards de dollars en emprunts étrangers. Pour éviter une crise de la balance des paiements, la Chine a récemment prêté au pays 2.3 milliard de dollars.

Au Pakistan, l'adaptation militarisée signifie que l'armée livre de la nourriture et des tentes à des millions de nouveaux sans-abri. Pour ceux d'entre nous sous le parapluie nucléaire de l'OTAN - qui, selon l'organisation, s'étend trente nations et 1 milliard de personnes—l'adaptation militarisée ressemble de plus en plus à une fortification contre une mer de migrants climatiques, en particulier de l'Afrique vers l'Europe. L'entrepreneur de défense américain Raytheon, salué par l'Agence américaine de protection de l'environnement pour ses leadership climatique, a vanté la demande de produits et services militaires face à l'urgence climatique. Le même ensemble de moyens militaires peut être déployé pour contrôler un afflux de réfugiés climatiques.

La guerre en Ukraine a cristallisé l'émergence de deux blocs énergétiques, économiques et sécuritaires distincts, l'un autour de l'Atlantique Nord (OTAN) et l'autre autour des grandes économies en développement ou BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) . Dans un ordre économique mondial militarisé, les politiques étrangères opèrent simultanément selon différents axes géopolitiques. L'Inde - membre du Quad (Australie, Inde, Japon, États-Unis) - a fait cela un peu avec succès sous couvert de neutralité. Le Japon est en train de réviser sa constitution pour éliminer sa politique étrangère pacifiste, et qui permettra la présence de l'armée américaine dans l'Indo-Pacifique. Une écologie de guerre intensifiée peut également produire des résultats positifs ; le Global Green du G7 Plan d'infrastructure et d'investissement est, après tout, une réponse géopolitique à l'initiative chinoise "la Ceinture et la Route".

Au milieu des nombreuses incertitudes d'un ordre économique mondial armé, il est clair que la transition énergétique impliquera une instabilité et des inégalités macroéconomiques importantes, comme nous n'en avons jamais rencontré auparavant. Il est également clair qu'une grande partie des dommages collatéraux sera supportée par la périphérie. Avant la guerre d'Ukraine, on estimait que le Sud global avait besoin $4.3 billions pour se remettre de la pandémie. Les prêts accordés par les principaux bailleurs de fonds multilatéraux tels que le FMI et la Banque mondiale ont été largement insuffisants. Les prêts du FMI ont atteint un niveau record (s'étendant sur quarante économies), mais l'essentiel de ses mille milliards de dollars le coffre reste inutilisé.

Un autre presque-un-billion-les dollars des actifs de réserve internationaux émis par le FMI, connus sous le nom de droits de tirage spéciaux, sont cloîtrés dans les banques centrales ou les départements du Trésor principalement des pays riches. Dans les 650 milliards de dollars liés à la pandémie Émission de DTS en 2021, les deux tiers du total des émissions sont allés aux pays à revenu élevé et seulement un pour cent est allé aux pays à faible revenu. 117 milliards Les DTS (environ 157 milliards de dollars) sont actuellement détenus par les seuls États-Unis. Comme avoirs de réserve internationaux, les DTS servent beaucoup de fonctions: en tant que réserves de change, elles peuvent réduire les coûts de financement souverain et aider à stabiliser les devises ; redirigés vers les banques multilatérales de développement sous forme de fonds propres, les DTS peuvent mobiliser davantage de prêts ; émis régulièrement comme l'était initialement prévus dans le cadre de l'accord de Bretton Woods de 1944, les DTS peuvent être une source importante de financement de la transition énergétique propre.

Les prêteurs multilatéraux les plus puissants et les pays du noyau dur continuent d'esquiver leur responsabilité de fournir une plus grande aide financière par le biais d'un mécanisme global de restructuration de la dette ou via la réorientation des DTS vers les banques multilatérales de développement. Pendant ce temps, face à de graves difficultés de financement extérieur, de grandes économies en développement comme l'Égypte et le Pakistan étendent leur dépendance à l'égard de créanciers bilatéraux comme la Chine et les États du Golfe, quelque peu ironiquement avec les encouragements du FMI. Ces tentatives de sortie de crise indiquent la nouvelle "non-alignements" dans les pays à revenu faible et intermédiaire.

  1. Essentiellement le G7 en représentation bien que l'OTAN, contrairement au G7, ait un secrétariat et une charte.

    ↩

  2. À la demande du ministre allemand de l'Économie, Robert Habeck, le gouvernement canadien a émis une dérogation aux sanctions permettant la livraison de la turbine réparée en Allemagne. Plus tard, le chancelier allemand Olaf Scholz finira par accuser Gazprom de ne pas avoir respecté ses obligations contractuelles de réception de la turbine réparée. En décembre 2022, le pipeline n'était plus opérationnel et le gouvernement canadien a annulé sa dérogation aux sanctions.

    ↩

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue