Le gouvernement Trudeau accusé de semer la confusion sur les exportations militaires israéliennes


Crédit photo : Capture d'écran de Vidéo Twitter/Justin Trudeau.

Par Alex Cosh, L'érable, Janvier 25, 2024

Des militants pacifistes et des organisations humanitaires accusent le gouvernement Trudeau de semer la confusion dans ses réponses aux questions sur la question de savoir s'il autorise ou non les entreprises canadiennes à continuer d'exporter des biens militaires vers Israël depuis le 7 octobre.

Lors d'une réunion du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international le 6 décembre, le sous-ministre adjoint d'Affaires mondiales Canada (AMC) Alexandre Lévêque a affirmé Valérie Plante. qu’à sa connaissance, aucun permis d’exportation et de courtage d’armes n’a été délivré à Israël depuis le 7 octobre, et qu’aucun bien ou technologie militaire canadienne, « y compris ses composants », n’est utilisé par Israël dans sa guerre brutale contre Gaza.

Cependant, dans une déclaration envoyée à The Maple le 19 décembre, le porte-parole de GAC, Jean-Pierre J. Godbout, a simplement déclaré que le Canada n'avait pas autorisé de nouveaux permis pour la vente de « systèmes d'armes complets » à Israël depuis le début de sa guerre contre Gaza.

«Affaires mondiales Canada n'a délivré à Israël aucun permis pour les systèmes d'armes complets répertoriés par le Traité sur le commerce des armes (TCA) depuis le 7 octobre 2023», indique le communiqué, ajoutant que les demandes de permis d'exportation sont examinées au cas par cas. .

La grande majorité des exportations militaires canadiennes vers Israël ne sont pas des systèmes d'armes complets et impliquent généralement la vente de composants. La déclaration d'AMC offre donc peu d'indications quant à un changement important dans les exportations militaires canadiennes vers Israël.

GAC a ignoré plus d'une douzaine de demandes de suivi de The Maple lui demandant s'il avait autorisé de nouveaux permis pour des composants militaires, reçu des demandes d'exportation de systèmes d'armes complets ou révoqué des permis existants pour l'exportation de biens militaires vers Israël depuis. 7 octobre.

L'Érable a également contacté directement Lévêque pour obtenir des éclaircissements sur la divergence apparente entre ses commentaires et la déclaration de GAC. La demande a été redirigée vers Godbout, qui n'a fourni aucune réponse.

Pour Rachel Small, une organisatrice avec World Beyond War Canada (WBW), le message peu clair de GAC est probablement intentionnel.

« Affaires mondiales Canada fait certainement de son mieux pour éviter de parler du commerce des armes entre le Canada et Israël », a déclaré Small à The Maple. « Le gouvernement canadien fait de son mieux pour apaiser les gens partout au pays qui exigent des comptes, tout en refusant de révéler la moindre information réelle sur l'exportation d'armes. »

Small a noté que la confusion a été aggravée par certains députés libéraux qui auraient déclaré à leurs électeurs que le Canada n'arme pas Israël, peut-être en raison d'une mauvaise compréhension de la différence entre les transferts directs de l'armée canadienne et les exportations d'entreprises privées vers l'armée israélienne.

« Je ne sais pas vraiment s'ils cherchent délibérément à tromper le public ou s'il existe une désinformation généralisée au sein du Parti libéral lui-même », a-t-elle expliqué.

« Quoi qu’il en soit, ce n’est pas ainsi que devrait se comporter un État responsable qui prétend avoir mis en place de solides protections pour l’exportation d’armes et prétend croire en la transparence publique. »

Lauren Ravon, directrice générale d'Oxfam Canada, qui a récemment rejoint d'autres groupes humanitaires, en appelant à un embargo sur les exportations militaires vers Israël, a déclaré à The Maple que son organisation avait également eu du mal à obtenir des réponses claires de la part du gouvernement Trudeau.

"La réponse aux questions que nous avons posées n'a pas été concluante", a déclaré Ravon. « C'est pourquoi, à ce stade-ci, Oxfam et nombre de nos alliés au Canada ont choisi de sortir et d'appeler publiquement à la suspension des exportations d'armes. »

Une industrie de 21 millions de dollars

En 2022, les fournisseurs canadiens vendu un total de 21 millions de dollars de biens militaires destinés à Israël, dont 10.4 millions de dollars ont été classés dans la catégorie « équipement électronique ».

De plus, des exportations d'une valeur de 4.9 millions de dollars ont été classés en tant que marchandises liées aux avions, et 3.1 millions de dollars d'exportations relevaient d'une catégorie qui comprend « Bombes, torpilles, roquettes, missiles, autres engins et charges explosifs et équipements et accessoires connexes ».

Toutefois, ces catégories d'exportations sont larges et fournir peu d’informations sur les types exacts de produits que les fabricants canadiens ont vendus à Israël. Afin d'identifier des exportations spécifiques, les groupes de surveillance des armements et les journalistes s'appuient généralement sur les communiqués de presse des fournisseurs eux-mêmes, qui sont rarement francs sur leurs relations avec Israël étant donné la brutalité bien documentée de ce pays contre les Palestiniens.

Small a noté qu'il y avait 315 permis actifs pour les ventes militaires à Israël énumérés dans le plus récent rapport d'AMC sur les exportations non américaines, ce qui signifie que le gouvernement Trudeau aurait probablement dû suspendre ou annuler activement au moins certaines de ces licences pour empêcher le flux continu de biens militaires canadiens vers Israël après le 7 octobre.

Le gouvernement Trudeau n’a donné aucune indication que cela s’est produit.

WBW appelle le gouvernement canadien à imposer un embargo bilatéral sur les armes à Israël et à combler les lacunes qui permettent aux marchandises militaires d'acheminer vers Israël via les États-Unis. WBW vos titres des entreprises présentes au Canada qui, selon elles, sont impliquées dans l'armement de l'armée israélienne et ont organisé des manifestations et des blocages d'installations appartenant à certaines de ces entreprises.

De plus, le groupe de surveillance des armes Project Ploughshares a récemment publié un rapport avertissant que certains composants fabriqués au Canada, y compris ceux trouvés dans les avions de combat F-35, sont d'abord expédiés aux États-Unis, puis finalement fournis à l'armée israélienne. Israël a utilisé des F-35 pour bombarder Gaza.

Lors du comité du 6 décembre, Lévêque a déclaré qu'il « ne serait pas en mesure de répondre » aux questions sur les composants canadiens utilisés dans les F-35 israéliens.

Le Canada est signataire du Traité sur le commerce des armes (TCA), qui est inscrit dans la Loi sur les licences d'exportation et d'importation (LEIP). Sous le IEAP, « le ministre des Affaires étrangères doit refuser les demandes de permis d'exportation et de courtage de biens et de technologies militaires s'il existe un risque substantiel que ces articles compromettent la paix et la sécurité, ou soient utilisés pour commettre ou faciliter de graves violations des droits humanitaires et des droits de l'homme internationaux. lois."

Article deux du TCA Etats que le traité couvre toutes les armes conventionnelles entrant dans les catégories des chars, des véhicules de combat, de l'artillerie, des avions de combat, des hélicoptères, des navires de guerre, des missiles et des armes légères. L’article quatre stipule que chaque partie doit également établir un « système de contrôle pour réglementer l’exportation de pièces et composants lorsque l’exportation se fait sous une forme permettant d’assembler […] des armes conventionnelles ».

La volonté du gouvernement fédéral de faire respecter correctement ses obligations liées au TCA a été remise en question à plusieurs reprises par les groupes de surveillance des droits de l'homme, en particulier compte tenu de la volonté du gouvernement de faire respecter ses obligations en vertu du TCA. refus pour révoquer un accord de 14 milliards de dollars sur les véhicules blindés légers avec l'Arabie saoudite pendant la guerre brutale que le pays mène contre le Yémen et son bilan désastreux en matière de droits humains dans le pays.

Hier, Oxfam Canada émis une déclaration conjointe avec 15 autres organisations humanitaires appelant le Canada et tous les autres États à « cesser immédiatement le transfert direct ou indirect d’armes, de pièces et de munitions vers Israël et les groupes armés palestiniens ».

Ravon a expliqué que s'il n'est pas inhabituel qu'Oxfam prenne position sur les événements mondiaux qui provoquent des crises humanitaires, la situation à Gaza est unique car Oxfam n'a pas été en mesure de mettre en place une réponse sur le terrain en raison du manque d'accès humanitaire.

«Cela nous a poussé à nous faire entendre encore plus sur le front du plaidoyer», a-t-elle expliqué. « Nous avons littéralement des tonnes de fournitures à la frontière, nous avons collecté des fonds auprès du public canadien et de personnes du monde entier pour organiser une intervention à grande échelle à Gaza, en nous concentrant sur des choses comme l'eau et l'assainissement – ​​et nous ne sommes pas en mesure de le faire. à."

Oxfam faisait partie des organisations qui ont fait campagne pour que le Canada devienne signataire du TCA et avait précédemment appelé le Canada à suspendre ses ventes militaires à l'Arabie saoudite.

« S’il y a des exportations d’armes directement vers Israël, ou des pièces fabriquées au Canada, exportées vers les États-Unis pour ensuite fabriquer des armements destinés à Israël, alors le Canada pourrait violer les termes du Traité sur le commerce des armes, mais aussi pourrait être considéré comme complice de violations du droit international humanitaire et de crimes de guerre », a déclaré Ravon.

Les embargos canadiens sur les armes contre Israël ne sont pas sans précédent. En 1987, le gouvernement de Brian Mulroney interdit exportations militaires après le déclenchement de la Première Intifada.

Le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a récemment a affirmé Valérie Plante. que son pays avait interrompu toutes ses exportations d'armes vers Israël depuis le 7 octobre.

Un argument en faveur du génocide

Le refus du gouvernement Trudeau de fournir des informations de base sur son autorisation d'exportations militaires vers Israël intervient au milieu du procès de l'Afrique du Sud accusant Israël de génocide devant la Cour internationale de Justice (CIJ).

Afrique du Sud accuse Israël de se livrer à des actes « destinés à provoquer la destruction d’une partie substantielle du groupe national, racial et ethnique palestinien » et appelle la CIJ à rendre une ordonnance provisoire ordonnant à Israël de cesser immédiatement sa campagne de bombardements à Gaza pendant que les le tribunal délibère sur l'affaire. La CIJ a affirmé Valérie Plante. cette semaine, il rendra vendredi une décision sur la demande d'ordre de cessez-le-feu provisoire.

Israël rejette les allégations portées contre lui.

Pendant ce temps, le gouvernement Trudeau a été accusé d'offrir des réponses incohérentes au cas de l'Afrique du Sud, avec le premier ministre Justin Trudeau lui-même. indiquant que même si le Canada n'appuie pas nécessairement la prémisse de l'affaire, il respectera les conclusions du tribunal.

Small a déclaré que, quelle que soit la décision de la CIJ, elle estime que le gouvernement Trudeau est parfaitement conscient du fait qu'il ne respecte pas ses propres obligations en vertu du TCA.

«Ils sont absolument clairs sur le fait qu'ils ne remplissent en aucun cas les obligations juridiques du Canada en vertu de cette loi et qu'ils évitent tout examen minutieux», a-t-elle expliqué. « [TAC] exigerait absolument que le Canada cesse d'expédier des armes vers un État qui risque de commettre de graves crimes de guerre. »

« Il ne fait aucun doute qu’Israël a largement dépassé le seuil du risque de commettre de graves crimes de guerre. »

L'attaque israélienne contre Gaza a jusqu'à présent tué plus de 25,000 XNUMX Palestiniens, comme au moins 10,000 XNUMX enfants. Israël a également décimé L'infrastructure sanitaire de Gaza, détruit plus de 70 pour cent de toutes les résidences, déplacé plus de 90 pour cent de la population et tué plus de 100 journalistes. Preuve des forces israéliennes coups de canon down palestinien les civils brandissant des drapeaux blancs sont monnaie courante.

L'attaque israélienne fait suite à une attaque menée par le Hamas contre Israël le 7 octobre, qui résulté dans la mort d'environ 700 civils en Israël, ainsi que de centaines de militaires et de membres des forces de sécurité. L'attaque s'inscrit dans le contexte du blocus de Gaza imposé par Israël depuis 16 ans, au cours duquel les conditions dans la bande assiégée ont été très mauvaises. décrit comme « invivable » par les Nations Unies avant la dernière attaque israélienne.

Israël maintient également un droit constitutionnel retranché système d'apartheid contre les Palestiniens vivant dans tous les territoires contrôlés par Israël, selon les principales organisations internationales de défense des droits de l'homme.

Jusqu’à ce que le Canada cesse d’armer Israël, a déclaré Small, la WBW et d’autres groupes alliés continueront d’exercer des pressions.

« De nombreuses actions directes seront très bientôt lancées dans de nombreuses entreprises. »

Alex Cosh est le rédacteur en chef de The Maple.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue