Des milliers de personnes défilent à Toronto pour un véritable embargo sur les armes contre Israël

Photo de Joshua Best.

By World BEYOND War, Mars 28, 2024

Des milliers de personnes ont défilé à Toronto le dimanche 24 mars 2024, lors d'une manifestation menée par Toronto. World BEYOND War, Juifs disent non au génocide, le Mouvement de la jeunesse palestinienne de Toronto et Showing Up for Racial Justice Toronto, pour exiger un embargo sur les armes contre Israël.

Photo de Joshua Best.

Sous la direction de la Coalition des Juifs disent non au génocide, la manifestation et la marche ont eu lieu lors de la fête juive de Pourim afin de marquer cette fête, qui est axée sur le bruit contre la violence et pour la libération.

"Aujourd'hui, c'est Pourim, une histoire dans le livre d'Esther de survie, de libération et de courage alors que le peuple juif a échappé au sort de la mort et a déjoué le plan d'Haman visant à l'exterminer", a expliqué Joey, membre de Les Juifs disent non au génocide. « Nous réaffirmons Pourim comme une histoire de transformation, comme une condamnation du génocide et du nettoyage ethnique. Que ce soit aux mains de l'armée de Haman ou de Tsahal, le génocide n'est pas notre héritage. C’est pourquoi nous sommes ici : pour être solidaires des Palestiniens et lutter à leurs côtés pour leur libération. Tout comme Mordechai et Esther ont collaboré pour sauver le sort des Juifs en 5 avant notre ère, nous pouvons nous aussi être courageux comme la reine Esther et transformer l’oppression en libération. »

Des centaines de policiers lourdement armés ont tenté d'encercler la marche et ont bloqué à un moment donné une rue que des milliers de manifestants avaient commencé à parcourir. Ils ont commencé à s'intensifier, bousculant les gens en tête du cortège qui étaient désormais coincés et n'avaient nulle part où aller. Ils ont attrapé un membre du cortège, apparemment au hasard, et l'ont arrêté. Les organisateurs de la marche ont obtenu le soutien immédiat d'un avocat et ont organisé un soutien en prison au commissariat de police où il a été emmené quelques heures plus tard, afin d'assurer sa libération.

« Nous en avons fini avec la complicité canadienne dans le génocide de nos familles et de nos proches à Gaza », a déclaré Dalia Awwad, organisatrice du Mouvement de la jeunesse palestinienne de Toronto. « Nous sommes venus ici aujourd’hui pour dire que nous souhaitons un embargo bilatéral sur les armes sur le terrain dès maintenant. Nous n’exigeons pas d’armes vers et depuis Israël. C’est le strict minimum que le Canada devrait faire à l’heure actuelle.

"Assez, c'est assez", a-t-elle poursuivi. « Cela fait plus de 32000 XNUMX Palestiniens morts et la réponse de la police de Toronto a été cohérente. Ils nous ont criminalisés. Ils ont désespérément essayé de faire croire que nous étions du mauvais côté. Vous m'expliquez en quoi dire que nous voulons la fin d'un génocide est un problème. Pendant que la police essaie de nous faire fuir les rues, nous refusons de nous laisser intimider. La police de Toronto ne nous dictera pas ce que nous faisons dans nos quartiers ou ailleurs dans cette ville. Nous continuerons à marcher.

« Aujourd'hui, nous avons un exemple en temps réel du lien entre le maintien de l'ordre et nos luttes pour parler, défendre et être libre », a déclaré Desmond Cole, auteur et journaliste qui fait la chronique du maintien de l'ordre à Toronto depuis plus d'une décennie. « Nous ne pouvons pas faire cela lorsque nous vivons dans un État policier. Ils sont menacés par nos paroles mêmes, par nos arguments, par l’acharnement qui fait que des mois après le début de cet horrible siège, nous n’avons pas démissionné et nous ne sommes pas partis. Nous ne pouvons pas et nous n’allons pas nous laisser réduire au silence par leurs tentatives de nous faire tomber. »

Les organisateurs ont reconnu à quel point l'escalade des intimidations et des violences policières était terrifiante pour de nombreuses personnes présentes – en particulier celles issues de communautés marginalisées, celles sans statut d'immigration sécurisé, les parents de jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées. Ce qui aurait dû être un rassemblement à faible risque est devenu une expérience dangereuse en raison de l'escalade policière. Notre mouvement décide de ne jamais cesser de s'organiser pour la Palestine et de renforcer notre capacité à assurer notre sécurité mutuelle face à la violence d'État grâce à une formation continue à la sécurité pour nos membres, en centrant les mesures et les infrastructures de sécurité des communautés marginalisées, en distribuant des ressources de sécurité et en continuant à connexion avec les anciens du mouvement et les organisateurs noirs possédant une riche expérience à Toronto dans la négation des tactiques policières violentes.

Une autre arrestation a eu lieu une heure plus tard, celle d'un suprémaciste blanc qui s'est approché de la marche et a crié « pouvoir blanc » avant d'agresser un manifestant pro-palestinien.

La police a ensuite publié un communiqué disant : « Un homme a été arrêté lors d’une manifestation pour agression motivée par la haine ». « Ils sont intentionnellement ambigus pour encourager les gens à déduire que c'était quelqu'un qui faisait partie de la marche de solidarité palestinienne qui était violent, alors qu'il s'agissait bien sûr d'une référence à un suprémaciste blanc attaquant la marche de solidarité palestinienne », a expliqué Rachel Small, une organisatrice. avec World BEYOND War.

La marche a réussi à s'éloigner de la ligne de police et à descendre l'une des principales rues de Toronto, Yonge, avant de se terminer forte et unie devant le consulat israélien.

Journal indépendant de Toronto, The Grind rapporté:

« Récemment, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il ne délivrerait aucun nouveau permis d’armement à Israël. Mais comme L'érable signalé, cela serait ne pas annuler les permis militaires actuels, qui comprend 28.5 millions de dollars de permis d'exportation de marchandises approuvés au cours des deux premiers mois après le 7 octobre.

« Les gens ne se laisseront pas dissuader et ne succomberont ni à la désinformation délibérée, ni aux exagérations de ce que fait réellement le gouvernement », déclare World Beyond War l'organisatrice Rachel Small.

Elle dit que les chiffres qui ont participé au rassemblement révèlent une vérité inconfortable pour les politiciens canadiens.

« Il est très clair que ce que de nombreuses personnes au pouvoir pensaient se produire à ce stade ne se produit pas », dit-elle. « Les organisations de solidarité et les manifestations à Toronto ne s’arrêtent pas et ne diminuent pas. »

La manifestation a été couverte par les médias locaux, notamment CTV, CP24 et The Grind :

Réponses 3

  1. Merci pour votre beau témoignage de la Vérité et de la Paix sur terre.
    Nous devons vaincre la propagande colonialiste fasciste sioniste en Amérique du Nord et sur l’Île de la Tortue.
    Il est choquant que le régime de Biden soutienne si activement le génocide de notre famille bien-aimée, les Palestiniens. Merci de me tenir au courant des dates des manifestations. Que Dieu nous bénisse tous.
    Bruce Robertson

  2. Il est temps que la planète Terre devienne une planète paisible.
    Dans l’état actuel des choses, nous sommes les pollueurs de l’univers créé.
    D'où vient toute cette violence ?
    Gloire à Dieu et paix sur terre, que ton règne vienne !!
    J.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue