Renforcer la Cour pénale internationale

(Ceci est la section 42 de la World Beyond War papier blanc Un système de sécurité global: une alternative à la guerre. Continuer à précédant | Abonnement section.)

ICC_investigations
La CPI a été critiquée pour son déséquilibre géographique dans ses enquêtes. (Image: Wiki Commons)

, Cour pénale internationale (CPI) est une cour permanente, créée par un traité, la «Statut de Rome» qui est entré en vigueur le 1 Juillet, 2002 après la ratification par les nations 60. À la date de 2015, le traité a été signé par les nations 122 (les «États parties»), mais pas par l’Inde et la Chine. Trois États ont déclaré qu'ils n'avaient pas l'intention de faire partie du traité: Israël, le Soudan et les États-Unis. La Cour est autonome et ne fait pas partie du système des Nations Unies, bien qu'elle fonctionne en partenariat avec elle. Le Conseil de sécurité peut renvoyer des affaires devant la Cour, qui n'est toutefois pas tenue d'enquêter sur celles-ci. Sa compétence est strictement limitée aux crimes contre l'humanité, aux crimes de guerre, au génocide et aux crimes d'agression, tels qu'ils ont été définis de manière stricte dans le respect du droit international et énoncés explicitement dans le Statut. C'est un tribunal de dernier recours. En règle générale, la CPI ne peut exercer sa compétence avant qu'un État partie ait eu la possibilité de juger les crimes présumés et démontrer sa capacité et sa volonté réelle de le faire, c'est-à-dire que les tribunaux des États parties doivent être fonctionnels. La cour est «complémentaire de la juridiction pénale nationale» (préambule du Statut de Rome). Si la Cour détermine qu'elle a compétence, cette décision peut être contestée et toute enquête suspendue jusqu'à ce que la contestation soit entendue et que la décision soit prise. La Cour ne peut exercer sa compétence sur le territoire d'aucun État non signataire du Statut de Rome.

La CPI est composée de quatre organes: la Présidence, le Bureau du Procureur, le Greffe et le pouvoir judiciaire, composé de dix-huit juges répartis dans trois divisions: conférence préparatoire, procès et appel.

La Cour a fait l'objet de plusieurs critiques différentes. Premièrement, il a été accusé d'avoir choisi injustement des atrocités en Afrique alors que celles d'autres pays ont été ignorées. En ce qui concerne 2012, les sept cas en instance étaient tous axés sur les dirigeants africains. Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité semblent pencher dans la direction de ce parti pris. En principe, la Cour doit pouvoir faire preuve d'impartialité. Cependant, deux facteurs atténuent cette critique: 1) plus de nations africaines sont parties au traité que d’autres nations; 2), la Cour a en fait poursuivi des accusations pénales en Iraq et au Venezuela (qui n’ont pas donné lieu à des poursuites) et sur les huit enquêtes en cours (2014), six ne sont pas des pays africains.

Une deuxième critique connexe est que la Cour apparaît à certains comme une fonction du néo-colonialisme dans la mesure où le financement et les effectifs sont déséquilibrés par rapport à l'Union européenne et aux États occidentaux. On peut remédier à ce problème en répartissant les fonds et en recrutant des experts provenant d’autres pays.

Troisièmement, il a été avancé que la barre des qualifications des juges devait être supérieure, nécessitant une expertise du droit international et une expérience antérieure au procès. Il est incontestablement souhaitable que les juges soient du plus haut calibre possible et possèdent une telle expérience. Quels que soient les obstacles qui empêchent d'atteindre ce niveau élevé, il convient de les résoudre.

Quatrièmement, certains font valoir que les pouvoirs du Procureur sont trop vastes. Il convient de souligner que ceux-ci ont été établis par le Statut et nécessiteraient des modifications pour être modifiés. Certains ont notamment soutenu que le Procureur ne devrait pas avoir le droit de mettre en accusation des personnes dont les nations ne sont pas signataires; toutefois, cela semble être un malentendu, car le Statut limite l’inculpation aux signataires ou aux autres nations qui ont accepté de le faire, même s’ils ne sont pas signataires.

Cinquièmement, il n'y a pas d'appel possible devant une juridiction supérieure. Il convient de noter que la chambre préliminaire de la Cour doit accepter, sur la base d'éléments de preuve, qu'un acte d'accusation peut être établi et qu'un accusé peut en appeler de ses conclusions devant la Chambre d'appel. Un tel cas a été maintenu avec succès par un accusé dans 2014 et l’affaire a été classée. Cependant, il pourrait être utile d’envisager la création d’une cour d’appel en dehors de la CPI.

Sixièmement, il existe des plaintes légitimes concernant le manque de transparence. De nombreuses séances et procédures des tribunaux se déroulent en secret. Certaines raisons peuvent en être légitimes (protection des témoins, entre autres), mais le degré de transparence le plus élevé possible est requis et la Cour doit revoir ses procédures à cet égard.

Septièmement, certains critiques ont fait valoir que les normes de procédure régulière ne répondent pas aux normes de pratique les plus élevées. Si tel est le cas, il faut le corriger.

Huitièmement, d’autres ont fait valoir que la Cour avait obtenu trop peu d’argent pour les dépenses qu’elle avait dépensées, n’ayant obtenu qu’une seule condamnation à ce jour. Ceci est cependant un argument pour le respect du processus par la Cour et son caractère intrinsèquement conservateur. De toute évidence, il n'a pas fait la chasse aux sorcières pour toutes les personnes méchantes du monde, mais a fait preuve d'une retenue admirable. Cela témoigne également de la difficulté d’engager de telles poursuites, rassemblant des éléments de preuve parfois des années après les massacres et autres atrocités, en particulier dans un contexte multiculturel.

Enfin, la critique la plus lourde adressée à la Cour est son existence même en tant qu’institution transnationale. Certains n'aiment pas ou ne veulent pas ce qu'ils sont, une limitation implicite de la souveraineté non restreinte des États. Mais tous les traités le sont aussi, et ils sont tous conclus, y compris le Statut de Rome, volontairement et pour le bien commun. Mettre fin à la guerre ne peut être réalisé par les seuls États souverains. Le record des millénaires ne montre que des échecs à cet égard. Les institutions judiciaires transnationales sont un élément nécessaire d'un système alternatif de sécurité globale. Bien entendu, la Cour doit être soumise aux mêmes normes qu’elle défendrait pour le reste de la communauté mondiale, à savoir la transparence, la responsabilité, une procédure rapide et régulière et un personnel hautement qualifié. La création de la Cour pénale internationale a été une avancée majeure dans la construction d’un système de paix qui fonctionne.

Il convient de souligner que la CPI est une toute nouvelle institution, la première tentative de la communauté internationale pour faire en sorte que les criminels les plus flagrants du monde ne s'en tirent pas avec leurs crimes de masse. Même les Nations Unies, qui constituent la deuxième étape de la sécurité collective, continuent d'évoluer et ont encore besoin de réformes sérieuses.

Une organisation de la société civile, Coalition pour la Cour pénale internationale, regroupe des organisations de la société civile 2,500 dans les pays 150 qui militent en faveur d’une CPI juste, efficace et indépendante et d’un meilleur accès à la justice des victimes de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité.note44

(Continuer à précédant | Abonnement section.)

Nous voulons de vos nouvelles! (S'il vous plaît partager des commentaires ci-dessous)

Comment cela a-t-il conduit vous penser différemment des alternatives à la guerre?

Que voudriez-vous ajouter, changer ou interroger à ce sujet?

Que pouvez-vous faire pour aider plus de gens à comprendre ces alternatives à la guerre?

Comment pouvez-vous agir pour que cette alternative à la guerre devienne une réalité?

S'il vous plaît partager ce matériel largement!

articles similaires

Voir d'autres publications liées à «Gestion des conflits internationaux et civils»

Découvrir l' table des matières complète pour Un système de sécurité global: une alternative à la guerre

Devenir World Beyond War Supporter! S’INSCRIRE | Faire un don

Notes:
44. http://www.un.org/wcm/content/site/undpa/main/enewsletter/pid/24129 (retour à l'article principal)

Réponses 3

  1. Nous ferions mieux de nous occuper. Nous aurons besoin d’une CPI forte pour aider les États-Unis à sortir de leur réseau de criminels internationaux. Jamais plus urgent d'avoir un CCI fort que Right NOW.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue