Le problème des sociétés pacifiques pour la croyance en la nécessité de la guerre

Par David Swanson, World BEYOND War, Juin 11, 2023

Pour une guerre donnée, on peut examiner les mois, les années ou les décennies au cours desquels une ou les deux parties travaillé avec diligence pour que cela se produise, et les deux parties ont manifestement échoué à développer des alternatives pacifiques. Même au moment de la plus grande violence, on peut considérer la résistance non armée des alternatives qui sont soigneusement tenues à l'écart.

Mais même si tu peux tout expliquer justification pour chaque côté de chaque guerre particulière - oui, même celui-là, il reste la fausse affirmation selon laquelle la guerre fait en quelque sorte simplement partie de «l'humanité». Si les fourmis devaient cesser de faire la guerre, personne ne broncherait, mais un tel exploit est considéré comme tout simplement au-delà de l'intelligence de Homo sapiens.

Il y a un problème pour ce non-sens. C'est le problème des sociétés humaines pacifiques. Nous savons que de nombreux groupes humains de chasseurs-cueilleurs, sinon la plupart, se sont engagés pour la grande majorité de l'existence humaine dans rien qui ressemble à une guerre rudimentaire. Même au cours des derniers millénaires, une grande partie de l'Australie, de l'Arctique, du nord-est du Mexique, du Grand Bassin d'Amérique du Nord et même de l'Europe avant la montée des cultures guerrières patriarcales, se sont largement ou entièrement passées de guerre. Les exemples récents ne manquent pas. En 1614, le Japon se coupe de l'Occident et des grandes guerres jusqu'en 1853, date à laquelle la marine américaine fait irruption. Pendant ces périodes de paix, la culture s'épanouit. La colonie de Pennsylvanie choisit un temps de respecter les peuples autochtones, du moins en comparaison avec les autres colonies, et elle connut la paix et prospéra. L'idée défendue par le célèbre astrophysicien Neil deGrasse Tyson selon laquelle, parce que l'Europe du XVIIe siècle a investi dans la science en investissant dans la guerre, ce n'est que par le militarisme qu'une culture peut progresser, et donc - assez commodément - les astrophysiciens sont justifiés à 17% de travailler pour le Pentagone, est un point de vue basé sur un niveau absurde de préjugés aveuglés que peu de libéraux accepteraient s'ils étaient reproduits en termes explicitement racistes ou sexistes.

Mais le simple fait d'affirmer, ou même de prouver de manière indiscutable, que diverses sociétés ont vécu sans guerre ne persuadera pas celui qui croit en l'inévitabilité de la guerre, ni ne fournira aucune indication sur la manière dont les sociétés mondiales dominantes pourraient passer à une existence sans guerre. Ce qu'il faut, c'est examiner comment diverses sociétés ont vécu pendant de longues périodes sans guerre extérieure ni violence intérieure. Un nouveau livre pourrait aider. C'est appelé Sociétés pacifiques : alternatives à la violence et à la guerre par Bruce D. Bonta. Sur un site de NDN Collective, Bonta a publié des informations sur de nombreuses sociétés pacifiques qui existent encore. Dans ce livre, il en a examiné 10. Les 10 sont dispersés dans le monde entier et extrêmement diversifiés. Ils ont des croyances, des langues, des attitudes et des sensibilités différentes. Nous savons que certains d'entre eux ont des antécédents de violence et sont passés à la non-violence. Ils risquent tous d'être envahis par la culture dominante (ou le changement climatique ou la déforestation). Ce dont l'humanité (et de nombreuses autres espèces) a besoin, c'est un peu du processus inverse - des cultures mondiales dominantes apprenant de ces sociétés au lieu de leur imposer leurs valeurs.

Si la colère et la violence étaient universellement condamnées et ridiculisées comme infantiles, comme dignes des seuls petits enfants, alors la politique étrangère nationale conçue autour de telles idées ne serait ni acclamée ni même tolérée. De grands groupes de personnes avec à peu près le même ADN que celui de Joe Biden ou de Vladimir Poutine vivent et ont vécu dans des cultures comme celle-là. Ils existent dans des visions du monde qui trouvent la guerre et même le meurtre totalement impensables. Donc, tout comme il n'est pas suffisant de dire que l'hyper-militarisation est requise par la "nature humaine" parce que les 4 % de l'humanité mal gouvernée par le gouvernement américain pourri l'ont, il n'est pas non plus suffisant de dire qu'un certain niveau d'acceptation de la violence est nécessaire simplement parce que la grande majorité des êtres humains actuellement en vie y sont coincés.

Lorsque vous montrez des films hollywoodiens ordinaires à des gens de certaines cultures, ils sont horrifiés et souhaitent ne plus jamais revoir une telle violence. Les enfants qui grandissent dans des sociétés sans violence ne l'ont pas à imiter. Les enfants qui grandissent dans des sociétés qui condamnent la colère apprennent à ne pas être en colère. Ces faits sont aussi infiniment prouvés que la réapparition du soleil chaque jour. Une culture qui crie "suivez la science!" ne peut pas prétendre que ces faits ne sont pas réels, ou les marginaliser en prétendant qu'ils sont un fantasme, ou les éviter en surdosant sur Pinkerisme. La notion d'"homme guerrier" date d'une époque où les scientifiques occidentaux présentaient les marques de dents d'animaux sur les os humains comme des preuves de guerre. Ils n'étaient pas. "Man the dinner" était plus comme ça. La notion de pulsions violentes qui s'accumulent lorsqu'elles sont réprimées - et qui éclatent si elles ne sont pas libérées - date d'une époque encore plus ancienne au cours de laquelle la dernière technologie était la machine à vapeur, et les sciences humaines (à l'imitation des sciences physiques) croyaient qu'elles avaient besoin faire fonctionner le tout à la manière d'une machine à vapeur.

Le livre de Bonta, et d'autres comme lui, décrivent comment les cultures modélisent et enseignent l'absence, et non la suppression, de la colère - des cultures qui existent toujours. Vous pouvez regarder les maisons de ces personnes sur Google Earth. Vous pouvez lire à leur sujet. Vous pouvez les visiter - même si j'espère que vous pourrez le faire avec un niveau de respect pour les autres qui peut être difficile jusqu'à ce que vous les ayez étudiés.

Le premier chapitre porte sur les Lepchas, un groupe minoritaire du Sikkim qui ne connaît pas la violence. Leur culture évite presque complètement l'agression et la compétition. Ils désapprouvent les querelles aussi fortement que la culture américaine désapprouve de ne pas tenir tête à un tyran. Ils sont aussi tolérants à l'adultère que la culture américaine l'est au divorce. Cependant, ils n'ont aucune tolérance pour le mensonge, un crime qui peut nuire à la réputation d'une famille pendant des générations. Ils ne gèrent pas cette existence radicalement différente car le reste du monde les laisse tranquilles. Bonjour? Avez-vous rencontré le reste du monde ? Depuis 2007, ils ont empêché la construction de barrages hydroélectriques massifs - et les forces militaires soutenant cette construction - par une action non violente.

Le deuxième chapitre concerne les Ifaluk, qui vivent sur un atoll du même nom en Micronésie. Ils ne montrent aucun signe de colère ou de violence. Les manières bizarres dont ils s'occupent des bébés et des tout-petits, et les histoires étranges de fantômes qu'ils enseignent aux enfants, peuvent sembler difficiles ou indésirables à adapter. Mais ce que ces personnes ont en commun avec d'autres sociétés pacifiques, c'est le refus des crises de colère, que ce soit chez les tout-petits ou chez les présidents. Bonta écrit à leur sujet :

« À plusieurs reprises depuis la Seconde Guerre mondiale, des navires de la marine américaine se sont arrêtés sur l'île et ont projeté des films américains pour les insulaires. Mais la violence affichée dans ces films - des personnes battues et abattues - a paniqué les insulaires, terrifiant certains dans des maladies qui ont duré des jours. Beaucoup ont par la suite refusé de regarder des films américains. Ils ont constamment passé en revue et parlé des scénarios violents, renforçant dans leurs communautés leur sécurité face à de telles horreurs.

Cela signifie-t-il qu'ils trouveront la volonté et la capacité d'empêcher les États-Unis de transformer ce qui reste des îles du Pacifique, avant qu'elles ne sombrent, en terrain de préparation pour une guerre contre la Chine ? Qui sait! Mais cela signifie que les êtres humains, y compris les êtres humains aux États-Unis, sont capables d'exister différemment. Si un world beyond war exige un monde sans Hollywood, qu'il en soit ainsi. Vous n'allez sûrement pas prétendre qu'Hollywood est requis par vos gènes ou votre essence centrale ou votre nature humaine ou votre âme immuable ou quoi que ce soit de ce genre. Éliminer ou modifier complètement Hollywood n'est pas une tâche facile, mais ce n'est pas non plus interdit par les lois de la physique, n'est-ce pas ?

Le chapitre trois concerne les Semai en Malaisie. Alors que les Ifaluk apprécient le calme, les Semai sont pris de panique et d'hystérie. Mais ils évitent tout de même la violence. Et ils résolvent les conflits lorsqu'ils surviennent, plutôt que de porter un jugement ou de chercher à se venger. Bonta craint que ses lecteurs rejettent le Semai comme valorisant la lâcheté, mais il écrit :

« [A]vraisemblablement, il faut plus de force pour garder son sang-froid lors d'une confrontation que pour laisser les choses dégénérer en violence. Ce dernier, le recours aux poings ou aux couteaux ou aux armes à feu ou aux bombes nucléaires lors d'une confrontation, est peut-être l'approche facile, la voie de la faiblesse, tandis qu'aborder un conflit avec une détermination tranquille à le résoudre pacifiquement est souvent le choix le plus difficile.

On en apprend également sur les Batek en Malaisie, qui peuvent être dénoncés comme peureux par certains lecteurs. Ils déracinent et déplacent tout un village avec un préavis d'une heure pour éviter une personne dangereuse, plutôt que d'envoyer une foule de lyncheurs. Mais leurs valeurs centrales sont la coopération, le partage et l'égalité, y compris l'égalité des sexes. Ils surpassent les progressistes occidentaux de plusieurs façons qui valent la peine d'être apprises, même si vous ne pouvez pas déraciner Fort Lauderdale et le déplacer dans la jungle chaque fois que Trump est repéré à proximité.

Nous découvrons la Piaroa au Venezuela et en Colombie. Au moins jusqu'à ces dernières années, ils ont été presque totalement exempts de violence et aussi de concurrence.

Ensuite, c'est parti pour le Buid aux Philippines, et dans le monde entier, avec des descriptions de sociétés très différentes les unes des autres mais qui s'accordent pour éviter la violence - au sein des familles, des villages et avec le monde extérieur. Ces cas ne sont pas analogues à l'Union européenne lauréate du prix Nobel de la paix, traitant des armes et des guerres dans le monde entier. Ces personnes ne sont pas seulement pacifiques entre elles et vicieuses comme des loups fous envers les autres. Ils ont appris à leurs enfants que la violence est honteuse. Ils auraient plus honte de l'utiliser que de mourir - tout comme de nombreux militaires auraient plus honte de ne pas l'utiliser que de mourir.

« Pour bien comprendre une société pacifique », écrit Bonta, « il faut au moins une brève description de la culture et des croyances qui la favorisent. De même, comprendre une société relativement violente comme celle des États-Unis nécessiterait un examen de rituels tels que le dimanche annuel du Super Bowl, la culture de la possession d'armes à feu et les croyances en la bienveillance du pouvoir américain et du contrôle sur le reste du monde. .”

Le problème, bien sûr, est que la croyance qu'il peut y avoir quelque chose de pire que la guerre, même la guerre nucléaire - une croyance largement répandue des deux côtés d'une guerre en Ukraine en ce moment - peut nous faire tous tuer, et de nombreuses autres espèces avec nous. La croyance qu'il ne peut y avoir rien de pire que la guerre est très difficile à comprendre pour les Occidentaux, même lorsqu'ils comprennent ce qu'est l'hiver nucléaire. Mais cela pourrait les aider à faire quelques pas virtuels dans les mocassins des peuples pacifiques.

Il n'y a aucune preuve que, pour être pacifique, une société ait besoin de croire à une absurdité magique particulière, ou à aucune, ou de raconter des histoires effrayantes aux enfants, ou de s'habiller d'une manière particulière. Les 10 exemples de ce livre diffèrent les uns des autres sur tous ces points. Bien sûr, ils ont aussi des points communs. En comparaison avec les États-Unis, ils sont plus égalitaires, se soucient davantage de la nature, sont moins compétitifs, etc. Mais nous avons également besoin de chacun de ces changements si le monde veut maintenir la vie.

Pourrais-je facilement devenir une personne qui ne se fâche jamais ? Merde non ! Et si j'avais été élevé dans une telle culture ? Et si en étudiant de telles cultures, je pouvais renforcer mon engagement à être une personne qui travaille pour démanteler le massacre organisé ? Même si j'encourage la colère vertueuse comme moyen d'atteindre cette fin ?

Le fait est que les êtres humains sont extrêmement complexes - bien plus que n'importe quelle philosophie comprend - bien plus que n'importe quelle "intelligence" artificielle ne s'en approche encore. Et je déteste l'idiotie de supposer que nous ne pouvons pas créer une culture non-violente à moins que nous puissions prouver que d'autres l'ont déjà fait. Sartre avait raison. Les apologistes du statu quo sont toujours des menteurs. Mais peu importe, car il est prouvé que les sociétés humaines ont existé et existent encore sans violence ni guerre. La question est de savoir si nous choisirons collectivement cette voie bien tracée.

une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue