World BEYOND War se prépare à s’organiser pour le pouvoir en Afrique / World BEYOND War Se Prépare Á Organisateur Le Mouvement Pour Le Pouvoir En Afrique

Par Guy Feugap, World BEYOND War Organisateur Afrique, 18 février 2024

English ci-dessous

L’Afrique est confrontée à des défis majeurs permanents résultant de la guerre, de la mauvaise gouvernance, de la pauvreté et de graves formes d’injustice. Dans ce contexte, les militants font de leur mieux pour organiser des actions en faveur de la fin de la guerre et de l’injustice. Malheureusement, leurs efforts sont limités car ils doivent faire face à des gouvernements qui font preuve de complaisance dans leur inaction, à des puissances étrangères qui alimentent les conflits et à des populations locales qui craignent d’exiger justice et paix.

World BEYOND War renforce les capacités de ses membres en Afrique, en approfondissant leur capacité à construire des mouvements et des campagnes efficaces pour la justice, en participant à une formation de six semaines organisée par « Social Movement Technologies ». Il s'agit d'une formation en ligne destinée aux militants et militants africains qui souhaitent approfondir leur capacité à diriger des mouvements et des campagnes pour la justice. La formation, qui a débuté le 6 février, se concentre sur l'utilisation de principes et de méthodes d'organisation non violentes, combinées à de nouvelles tactiques numériques. Vingt-deux membres de la WBW en Afrique provenant de sept pays (Burundi, Cameroun, Kenya, Mali, République démocratique du Congo, Sénégal et Zimbabwe) suivent la formation et travaillent collectivement pour renforcer le mouvement WBW en Afrique.

Au début de la formation, certains coordinateurs et membres des chapitres de la WBW ont expliqué pourquoi la formation était pertinente pour eux :

Kenya : « La formation de la série Africa Movement Building Series me dotera d'un ensemble diversifié de compétences, de connaissances et de perspectives qui enrichiront mon travail au sein de la section WBW Kenya et m'aideront à contribuer à un changement social positif à une plus grande échelle ».

Mali : « La formation est pertinente car le Mali pour un World BEYOND War est nouvellement créé et les volontaires recrutés n'ont pas les compétences et les connaissances requises pour l'activisme. Cela limite la capacité de l'équipe à agir sur des questions spécifiques, comme l'éducation à la paix au Mali. Sans une compréhension de base du militantisme, l’équipe ne serait pas en mesure de développer des stratégies d’action non violente. En tant que coordinateur de l'antenne au Mali, j'ai décidé que cinq membres de mon équipe devraient suivre la formation pour avoir le même niveau de compréhension de notre mission et développer nos compétences et connaissances sur le sujet ».

Sénégal : « C'est très pertinent pour le Sénégal pour un World BEYOND War parce que nous sommes un chapitre très récent, nous devons donc nous structurer, rassembler les gens, trouver des financements et jeter les bases pour que notre travail soit efficace par la suite. En ce sens, cette formation aide beaucoup ».

Cameroun : « Cette formation est pertinente dans la mesure où elle permet de comprendre le fonctionnement du mouvement, ce qui peut avoir un impact sur les comportements, les politiques et les actions ».

À la fin de la première session, quelques idées de campagnes pouvant être réalisées collectivement à la fin de la série de formations ont émergé parmi les coordinateurs des chapitres de la WBW souhaitant renforcer les campagnes existantes et en créer de nouvelles. Par exemple:

Le « Sortez vos troupes de Djibouti » campagne : il s’agit d’une campagne initiée par le Sénégal pour un World BEYOND War, sur lequel les membres trouvent merveilleux de voir tous les chapitres de la WBW travailler ensemble, d'autant plus qu'il rassemble de nombreux aspects en ligne avec la mission de la WBW de fermer les bases militaires dans le monde, et en Afrique en particulier. Dans ce cas, la campagne peut être une opportunité de se rassembler et de travailler vers un objectif commun, plutôt que de se concentrer sur des problèmes ou des conflits locaux. Cela démontrera la force de l'Afrique lorsque ses différentes nations s'uniront. De plus, une telle campagne signifie également parler de la violence sexuelle et impliquer les groupes travaillant sur ce sujet, ainsi que l'environnement et impliquer les groupes appropriés. Cette campagne pourrait grandement contribuer à la fermeture d’autres bases militaires en Afrique.

Les chapitres envisagent également de lancer une campagne sur les réseaux sociaux présentant des histoires de bâtisseurs de paix locaux et de présenter différentes initiatives positives se déroulant au sein de différentes communautés. Cela peut inclure des échanges culturels et des expositions d’art qui favorisent la compréhension et la coopération entre les groupes.

Un autre objectif serait l'éducation à la paix pour permettre aux jeunes et aux femmes de devenir des agents de paix au sein de leurs familles, communautés et institutions. L'idée est de donner à tous les jeunes des valeurs, des connaissances, des informations et des outils sur la façon de dire non à la violence et d'agir directement pour construire la paix, car l'éducation est un outil puissant pour changer les mentalités et les comportements des gens en vue de parvenir à la paix.

 

World BEYOND War se prépare à organiser le mouvement pour le pouvoir en Afrique

L'Afrique fait face à des défis importants du fait des guerres, de la gouvernance, de la pauvreté et de sévères formes d'injustice. Dans ce contexte, les militants s'organisent tant bien que mal pour mener des actions en faveur d'une fin des guerres et des injustices. Leurs efforts sont malheureusement limités parce qu'ils doivent affronter des gouvernements qui se complaisent dans l'inertie, des puissances étrangères qui alimentent les conflits et les populations locales qui craignent de réclamer la justice et la paix.

World Beyond War a entrepris de renforcer les capacités de ses membres en Afrique, d'approfondir leur capacité à construire des mouvements et des campagnes efficaces pour la justice, en participant à la formation de six semaines organisée par « Social Movement Technologies ». Il s'agit d'une formation en ligne destinée aux activistes et militants africains qui souhaitent renforcer leur capacité à diriger des mouvements et des campagnes pour la justice. La formation, qui a débuté le 6 février, se concentre sur l'utilisation de principes et de méthodes d'organisation non violente, combinées à de nouvelles tactiques numériques. 22 membres de WBW en Afrique provenant de 7 pays (Burundi, Cameroun, Kenya, Mali, République démocratique du Congo, Sénégal et Zimbabwe) suivent la formation et travaillent collectivement pour renforcer le mouvement WBW en Afrique.

Au début de la formation, certains coordinateurs de chapitres et membres de WBW ont expliqué en quoi cette formation était pertinente pour eux :

Kenya : « La formation sur la construction du mouvement en Afrique me dotera d'un ensemble de compétences, de connaissances et de perspectives qui enrichiront mon travail au sein de la section WBW du Kenya et m'aideront à contribuer à un changement social positif à une plus grande échelle ».

Mali : « La formation est pertinente parce que le Mali pour un World Beyond War vient d'être créé et que les volontaires recrutés n'ont pas les compétences et les connaissances requises pour l'activisme. Cela limite la capacité de l'équipe à agir sur des questions spécifiques, telles que l'éducation à la paix au Mali. Sans une compréhension de base de l'activisme, l'équipe ne serait pas en mesure de développer des stratégies d'action non-violente. En tant que coordonnatrice du chapitre au Mali, j'ai décidé que cinq membres de mon équipe devraient participer à la formation afin d'avoir le même niveau de compréhension de notre mission et de développer nos compétences et nos connaissances sur le sujet ».

Sénégal : « C'est tout à fait pertinent pour le Sénégal depuis un World Beyond War car nous sommes un chapitre très récent et il nous faut donc nous structurer, rassembler des gens, trouver un peu de financement, poser les bases de notre travail pour être efficace par la suite. En ce sens, cette formation aide beaucoup ».

Cameroun : « Cette formation est pertinente dans la mesure où elle permet de comprendre le fonctionnement du mouvement pouvant impacter sur les comportements, les politiques et les actions ».

À la fin de la première session, quelques idées de campagnes pouvant être menées collectivement à l'issue de la série de formations ont émergé parmi les coordinateurs de chapitres de WBW, qui souhaitent renforcer les campagnes existantes et en créer de nouvelles. Par exemple :

La campagne « Sortez vos troupes de Djibouti » : c'est une campagne initiée par le Sénégal pour un World Beyond War, que les membres trouvent merveilleux de voir tous les chapitres WBW y travailler ensemble, d'autant qu'elle regroupe de nombreux aspects en phase avec la mission de WBW de fermer les bases militaires globalement, et en Afrique plus particulièrement. En l'occurrence, cette campagne peut permettre de se regrouper et de travailler ensemble vers un objectif commun plutôt que localement sur des conflits ou des problématiques locales. Cela va permettre de démontrer la force de l'Afrique lorsque ses différentes nations s'unissent. De plus, une telle campagne implique aussi de parler de violences sexuelles et d'impliquer des groupes travaillant sur cet aspect mais aussi d'environnement et d'impliquer les groupes appropriés. La campagne pourrait s’étendre à la fermeture des autres bases militaires en Afrique.

Les chapitres envisagent également de lancer une campagne sur les réseaux sociaux mettant en avant des histoires des artisans de la paix locale et en présentant les différentes initiatives positives qui se déroulent au sein des différentes communautés. Il peut s'agir d'échanges culturels et d'expositions d'art qui permettent la compréhension et la coopération entre les groupes.

Un autre axe serait l'éducation à la paix pour permettre aux jeunes et aux femmes d'être des agents de paix dans leurs familles, leurs communautés et leurs institutions. L'idée est de donner à tous les jeunes des valeurs, des connaissances, des informations et des outils leur permettant de dire non à la violence et d'agir directement pour construire la paix, car l'éducation est un outil puissant pour changer les mentalités et les comportements en faveur de la paix.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue