World BEYOND War Le chapitre de Montréal démontre sa solidarité avec Wet'suwet'en

By World BEYOND War, Décembre 2, 2021

Montréal pour un World BEYOND War se montre solidaire des défenseurs des terres Wet'suwet'en ! Voici une déclaration de solidarité écrite par la section, suivie d'une couverture médiatique de leurs membres manifestant à Montréal.

Déclaration de solidarité : Montréal pour un World BEYOND War Prend en charge la défense terrestre Wet'suwet'en

Montréal pour un World BEYOND War est un chapitre de World BEYOND War, un mouvement non-violent mondial pour mettre fin à la guerre et établir une paix juste et durable. Notre chapitre cherche à faire du Canada une force pour la paix dans le monde, en démystifiant les mythes utilisés pour justifier la guerre et en mettant notre gouvernement au défi de corriger les politiques qui perpétuent la violence et la guerre.

Nous vivons un moment de présage et d'opportunité incroyable pour l'humanité. Une pandémie qui a commencé en mars 2020 nous rappelle notre propre mortalité et les choses qui comptent – ​​une liste qui n'inclut pas les investissements ou les pipelines.

Vingt-et-un a été une année. Au Canada, la Colombie-Britannique a été ravagée par des incendies de forêt, suivis de pluies et d'inondations, tandis qu'en novembre, la côte Est a été matraquée par des pluies torrentielles. Et pourtant, ces catastrophes « naturelles » sont clairement d'origine humaine. Le printemps dernier, le gouvernement de la Colombie-Britannique a autorisé la coupe de vastes étendues de forêt tropicale. Malgré les efforts de manifestants, aucun de ceux au pouvoir n'a eu la sagesse de prévoir que la coupe à blanc des forêts anciennes bouleverser l'équilibre de la nature–à l'automne, l'eau qui aurait normalement été absorbée par les arbres a été déversée sur les terres agricoles au-delà, provoquant des inondations catastrophiques.

De même, la décision du gouvernement de la Colombie-Britannique d'autoriser TC Energy Corp à construire son pipeline Coastal Gaslink (CGL) pour livrer du méthane de fracturation du nord-ouest de la Colombie-Britannique à une installation d'exportation de GNL sur la côte ouest est quelque chose qui ne peut que mal finir pour l'humanité. Le gouvernement de la Colombie-Britannique a agi sans autorité—le territoire en question est le territoire Wet'suwet'en, auquel les chefs héréditaires n'ont jamais renoncé. Le gouvernement canadien a utilisé le prétexte que les chefs des conseils de bande Wet'suwet'un avaient consenti au projet, mais la réalité est que ces gouvernements de convenance ont aucune juridiction légale sur le territoire non cédé.

Néanmoins, les travaux sur le projet de pipeline se sont poursuivis et les Wet'suwet'un ont été contraints de riposter en bloquant l'accès au chantier de CGL. En février 2020, des policiers armés sont descendus avec des hélicoptères et des chiens pour arrêter les matriarches Wet'suwet'en, inconscients de l'ironie de cette intervention, quatre mois seulement après que le gouvernement NPD de Horgan eut signé le projet de loi C-15, destiné à appliquer les principes de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones dans le droit canadien. Sur la Yintah et partout au Canada, environ 80 personnes ont été arrêtées.

Malgré les protestations généralisées et les blocages ferroviaires qui ont suivi, les gouvernements libéraux fédéraux et néo-démocrates de la Colombie-Britannique sont restés obstinés dans leur détermination à aller de l'avant avec un projet qui oppose les valeurs coloniales d'individualisme, de gain financier et d'hégémonie sur la nature aux valeurs autochtones de communauté, de partage et de respect du monde naturel.

Encore une fois les 18 et 19 novembre 2021, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a mené une invasion militarisée sur le territoire Wet'suwet'en et à nouveau il y a eu des arrestations. À l'aide de haches, de tronçonneuses, de fusils d'assaut et de chiens d'attaque, la GRC a arrêté plus de 30 personnes, dont des observateurs juridiques, des journalistes, des aînés autochtones et des matriarches, dont Molly Wickham (Sleydo), porte-parole du clan Gidim'ten. Le gouvernement a par la suite libéré ces personnes, mais la perspective demeure qu'il y aura une prochaine fois, et une prochaine. À une époque où le monde entier est en crise et doit s'éloigner des combustibles fossiles, le gouvernement canadien est déterminé à faire avancer un pipeline sur le territoire autochtone.

Montréal pour un World BEYOND War déclare par la présente notre solidarité avec le peuple Wet'suwet'en dans son mépris des libéraux de Justin Trudeau, au niveau fédéral, et du NPD de John Horgan, en Colombie-Britannique.

  • Nous respectons et reconnaissons la souveraineté du peuple Wet'suwet'en sur ses territoires traditionnels. Le 4 janvier 2020, les chefs héréditaires Wet'suwet'un ont émis un avis d'expulsion à CGL, qui tient toujours.
  • Nous saluons les sacrifices que font des dirigeants comme Molly Wickham en termes de temps, d'énergie et de bien-être physique et nous sommes profondément reconnaissants pour leurs efforts héroïques, même si nous avons honte de notre propre gouvernement.
  • Nous appelons notre gouvernement à cesser les travaux sur ce gazoduc mal orienté, à retirer tous les travailleurs du pipeline de Yintah, à cesser de harceler les peuples autochtones sur leurs propres terres et à réparer les biens qui ont été détruits.

Nous applaudissons et faisons écho à l'appel à l'action de l'écrivain indigène Jesse Wente dans son livre Non réconcilié:

« Arrêtez la consommation sans fin. Arrêtez le travail sans fin pour nourrir cette consommation. Arrêtez la thésaurisation - de tout, par si peu. Arrêtez la police ; empêchez-les de nous tuer, empêchez-les de nous provoquer pour nous emprisonner. Arrêtez le nationalisme qui aveugle tant de gens sur l'échec et la corruption de leurs dirigeants, qui sème la division alors que nous avons le plus besoin de compter les uns sur les autres. Arrêtez de garder les gens pauvres et malades. Seulement. Arrêter."

Wente ajoute :

"Ce que je demande maintenant, c'est que chacun d'entre vous… rejette sa peur d'un avenir inconnu et profite de ce moment comme une occasion de construire le pays que le Canada a toujours aspiré à être—celui qu'il prétend être—un qui reconnaît l'échec inévitable inhérent au colonialisme, un échec qui reconnaît la souveraineté autochtone comme essentielle à la réalisation de la souveraineté canadienne. C'est le Canada que nos ancêtres ont imaginé lorsqu'ils ont signé les traités de paix et d'amitié : un collectif de nations, vivant comme ils l'entendent, partageant la terre mutuellement.

**********

Couverture médiatique de Montréal pour un World BEYOND War se montrer solidaire

Écoutez les membres de la section Sally Livingston, Michael Dworkind et Cym Gomery dans la couverture de CTV Montréal d'une récente manifestation #WetsuwetenStrong.

Vous trouverez ci-dessous quelques reportages et une vidéo en direct mettant en vedette Montréal pour un World BEYOND War membres du chapitre.

Des Montréalais manifestent au bâtiment de la GRC en solidarité avec Wet'suwet'en

Par Dan Spector, Nouvelles du monde

Des centaines de personnes se sont rassemblées pour une manifestation bruyante au siège social de la GRC au Québec à Montréal samedi après-midi.

Ils manifestaient en solidarité avec le Wet'suwet'en les gens qui s'opposent à un projet de gazoduc qui traverserait le territoire de la Première nation dans le nord de la Colombie-Britannique.

« Comment aimeriez-vous que chacun d'entre vous rentre à la maison aujourd'hui et que la GRC vous dise : « Non, vous ne pouvez pas entrer ici » », a déclaré Marlene Hale, aînée des Wet'suwet'en de Montréal, qui a joué du tambour pour lancer la manifestation.

Il y a un peu plus d'une semaine, la GRC a arrêté 15 personnes, dont deux journalistes.

La GRC appliquait une injonction ordonnée par la Cour suprême de la Colombie-Britannique qui empêche les opposants d'empêcher l'accès à Coastal GasLink's activités autorisées par la loi canadienne.

"Honte à toi! Va-t'en!" la foule a crié à l'unisson.

Archie Fineberg a déclaré qu'à presque 80 ans, c'était la première manifestation à laquelle il avait assisté.

« Il est temps que les peuples autochtones du Canada cessent d'être maltraités et il est temps que les Canadiens, à commencer par le gouvernement, respectent les engagements qu'ils ont pris », a-t-il déclaré.

Des écologistes et d'autres groupes se sont également joints au rassemblement, qui a été surveillé de près par un important contingent de policiers de Montréal en tenue anti-émeute. Ils ont empêché les manifestants de s'approcher des portes du bâtiment de la GRC.

"Je suis descendu de Kanesatake", a déclaré Alan Harrington. « Pour montrer notre solidarité avec la nation Wet'suwet'en contre les intrusions et le terrorisme que la GRC fait sur nos peuples autochtones.

Après quelques discours animés, le rassemblement s'est transformé en une marche dans le centre-ville de Montréal.

**********

Des Montréalais défilent devant le bâtiment de la GRC en soutien aux chefs héréditaires Wet'suwet'en

Par Iman Kassam et Luca Caruso-Moro, CTV

MONTRÉAL — Des centaines de Montréalais se sont rassemblés samedi à Westmount en solidarité avec les chefs héréditaires Wet'suwet'en au milieu d'une impasse avec la GRC et la compagnie Coastal GasLink.

La manifestation a eu lieu devant le siège de la GRC, où les manifestants ont dénoncé ce qu'ils appellent le traitement illégal des défenseurs des terres.

Les tensions près de la communauté autochtone de la côte ouest ont atteint leur paroxysme vendredi dernier lorsque la police fédérale a arrêté 15 personnes – dont deux journalistes – à la suite d'une série de manifestations qui ont bloqué l'accès routier au chantier de construction de la canalisation.

« C'est ce qui se passe au Canada? Non!" a déclaré la manifestante Sally Livingston. « Cela doit cesser. Solidarité avec Wet'suwet'en jusqu'au bout.

Pendant des années, les chefs traditionnels Wet'suwet'en ont tenté d'arrêter la construction du gazoduc, qui transporterait le gaz naturel de Dawson Creek dans le nord-est de la Colombie-Britannique à Kitimat sur la côte.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

Le délai est dépassé. Veuillez recharger le CAPTCHA.

Traduire dans n'importe quelle langue