Une initiative nordique pour la paix en Ukraine et une paix mondiale durable

Par Nobel Peace Prize Watch, 28 avril 2022

Honorables premiers ministres des cinq pays nordiques, Magdalena Anderson, Mette Frederiksen, Katrín Jakobsdóttir, Sanna Marin et Jonas Gahr Støre

La guerre en Ukraine montre une fois de plus que le monde est comme une ville avec des gangs brutaux errant constamment dans les rues, pillant et se battant avec des tonnes d'armes lourdes. Personne ne se sentira jamais en sécurité dans une telle ville. Il en va de même au niveau international. Aucune quantité d'armes ne peut nous protéger. Aucun pays ne sera en sécurité tant que les pays voisins ne se sentiront pas en sécurité. Le système international actuel est brisé, pour éviter de futures guerres, nous avons besoin de profondes réformes.

Une fois de plus, maintenant en Ukraine, nous avons vu que les armes ne peuvent pas empêcher la guerre. Nous ne devons pas, dans l'état de choc actuel, étendre ou prolonger les traditions militaristes qui garantissent une guerre éternelle et, à l'ère nucléaire, un risque constant d'anéantissement. Notre recommandation est que les cinq pays nordiques prennent ensemble une initiative pour activer les objectifs de l'ONU de démocratie mondiale et de sécurité collective. Dans une ONU renouvelée, les nations membres devraient agir en coopération loyale et prendre au sérieux leurs obligations en vertu de la Charte. Une étape des plus prometteuses ici a été la résolution d'hier de l'Assemblée générale limitant le veto du Conseil de sécurité.

Un moyen de sortir des négociations bloquées peut être un changement majeur de perspective ou d'arène. Sachant que Mikhaïl Gorbatchev a appelé à une course au désarmement et que Vladimir Poutine a proposé à plusieurs reprises un ordre international fondé sur le droit, il nous semble que la fin de la guerre en Ukraine pourrait être atteinte en l'intégrant à la fin de la guerre géopolitique plus large entre les États-Unis et Russie.

La peur de l'expansion américaine ne justifie évidemment pas l'attaque russe contre l'Ukraine. Et pourtant, il est troublant que les États-Unis, avec une part de 40 % des budgets militaires mondiaux et 97 % des bases militaires à l'étranger, semblent chercher plus d'influence. Les pays nordiques devraient examiner attentivement si quatre bases américaines (Norvège), l'adhésion à l'OTAN (Finlande, Suède), de nouveaux achats d'armes (tous), amélioreront leur sécurité. Il y a à peine un an, le président américain sortant lançait une attaque contre le Congrès. Le pouvoir américain de la diplomatie coercitive est en déclin. Il est impératif de prendre le temps nécessaire pour évaluer en profondeur la situation du monde en développement ainsi que la légitimité et les dangers de prendre des mesures irréversibles pour accroître la puissance des États-Unis.

Confrontée à un flot de crises mondiales, l'humanité ne peut plus se permettre des guerres. Nous devons coopérer, renforcer la solidarité et la confiance grâce à une application efficace et commune du droit international. Au lieu d'être complice de futurs crimes de guerre, à quel point ne devrait-il pas être plus tentant de concevoir une initiative nordique pour réaliser les dispositions de sécurité collective de la Charte des Nations Unies ?

Les pays nordiques jouissent de la confiance et de la crédibilité dans le monde. Ils sont particulièrement bien placés pour une initiative visant à responsabiliser le Conseil de sécurité et lui permettre de s'acquitter de sa responsabilité de maintien de la paix. Cela nécessitera que les nations transfèrent une partie de leur souveraineté, ce à quoi la Norvège et le Danemark se sont déjà préparés. responsabiliser et réengager les Nations Unies, construire la paix et réaffecter les dépenses de guerre pour répondre aux besoins des personnes et de la nature.

Avec mes salutations respectueuses

MONTRE DU PRIX NOBEL DE LA PAIX

Fredrik S. Heffermehl, Oslo

Nous sommes d'accord sur le fond et accueillerions favorablement une initiative de paix nordique :

Richard Falk, Santa Barbara

Bruce Kent, Londres

Tomas Magnusson, Göteborg

Mairead Maguire, Belfast

Klaus Schlichtmann, Tokyo

Hans Christoff de Sponeck,

David Swanson, Virginia

Janvier berg, Lund

Alfred de Zayas, Genève

* Deux des pays nordiques ont déjà des dispositions permettant de tels transferts de pouvoir dans leurs constitutions, le Danemark (§ 20) et la Norvège (§ 115). Des dispositions similaires ont également été adoptées par l'Autriche (§ 9), la Belgique (§ 25), l'Allemagne (§ 24), la Grèce (§ 28), l'Italie (§ 11), le Portugal (§ 7), l'Espagne (§ 93). En Asie : Inde (§ 51), et Japon (§ 9).

[1] Adresses: mail@nobelwill.org, Nobel Peace Prize Watch, c/o Magnusson, Akvamaringatan 7 c, 421 77 Göteborg, Sverige. Téléphones : Suède, +46 70 829 31 97 ou Norvège, +47 917 44 783.

Réponses 2

  1. Hi,

    vous pourriez être intéressé par le PLAN E, récemment publié par l'US marine Corps.
    • (Le PLAN) : Expéditions avec MCUP : Une introduction au PLAN E : Grande stratégie pour l'ère de la sécurité enchevêtrée et des hypermenaces du XXIe siècle. https://www.usmcu.edu/Outreach/Marine-Corps-University-Press/Expeditions-with-MCUP-digital-journal/An-Introduction-to-PLAN-E/

    • (Les arguments théoriques pour un nouveau PLAN) : Journal Advanced Military Studies (JAMS) ; Édition printemps 2022 : PLAN E, (pp 92 – 128). PLAN E : Grande stratégie pour l'ère de la sécurité enchevêtrée et des hypermenaces du XXIe siècle. https://www.usmcu.edu/Portals/218/JAMS_Spring2022_13_1_web.pdf

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue