« Se souvenir » de ce qui reste à faire (Jour du Souvenir 2022)

Par Cym Gomery, Montréal pour un World BEYOND War, Novembre 16, 2022

Le 11 novembre 2022, les militants de la paix de Montréal se sont réunis au centre communautaire Maison Bellarmin pour une célébration de la paix organisée par Collectif échec à la guerre, qui est une coalition d'organisations pacifistes québécoises, dont Montréal pour une World BEYOND War.

Cette année, la cérémonie alternative du jour du Souvenir a adopté un lieu et un format radicalement nouveaux. Dans le passé, des militants pacifistes montréalais ont organisé une veillée pour la paix en marge des célébrations traditionnelles du jour du Souvenir. Pour 2022, cependant, Échec à la guerre a décidé de s'éloigner physiquement des canons et des chars, et d'exprimer notre aspiration à la paix de manière rafraîchissante et créative.

La célébration a débuté par une représentation de la chorale à l'extérieur, par Les chorales Allez Chante! La foule s'est ensuite déplacée à l'intérieur du centre communautaire. J'ai pris place à côté d'une collègue militante pour la paix de la section de Montréal et Raging Granny Marjorie Moffatt. Jean Baillargeon a souhaité la bienvenue à l'auditoire et nous avons écouté les déclarations et les présentations de diverses personnes de la communauté montréalaise de la paix.

Ensuite, sur fond de musique mélancolique du compositeur estonien Arvo Pärt, Zoe Laporte a fait une pièce de shadowbox. Des images fantomatiques rétro-éclairées par des lumières scintillantes suggéraient le début de la vie sur Terre, nous emmenant à travers l'ère des dinosaures, suivies d'images d'humains, de guerres successives et, à la fin, d'un paysage sinistre et sombre d'hiver nucléaire, suggérant que les humains le feraient, comme les dinosaures, disparaissent, mais de leurs propres mains - quelle fin tragique pour l'Anthropocène !

Parallèlement aux différentes performances, l'artiste Jacques Goldstyn (alias Boris) a créé un dessin animé avec pour légende : « Ce sera une belle journée, le jour où les marchands de canons auront faim, froid et peur. Son dessin animé renverse le récit militariste habituel - montrant une joyeuse procession de personnes marchant avec une colombe au-dessus de la tête, tandis qu'au premier plan, un type déprimé, vraisemblablement un ancien marchand d'armes, regarde.

Il y avait aussi d'autres courts discours - ramenant à la maison l'état désastreux du monde en ce moment - mais parce que nous entendions ces déclarations dans un contexte de solidarité et d'activisme, j'ai pu me sentir plus optimiste que je ne le ressens généralement en lisant le journal!

La représentation finale de la célébration était le chanteur folk Domlebo, lui-même ancien président de Les artistes pour la paix, et ancien membre des Cowboys Fringants. L'une des chansons qu'il a interprétées, présentée comme "la plus grande chanson de paix de tous les temps", était Quand les gens vivent l'amour, écrite par le Québécois Raymond Lévesque en 1956. Cette chanson folklorique populaire a été enregistrée par de nombreux artistes, dont Félix Leclerc. Il est écrit du point de vue d'un militant pour la paix qui imagine son héritage, un monde futur de paix, « quand les gens vivent avec amour ».

'Peut-être penseront-ils un jour, 
De nous, maintenant mort, mon frère. 
Nous qui au mauvais vieux temps de la haine et de la guerre
A cherché la paix, a cherché l'amour
Ça, ils le savent maintenant, mon frère.

Les paroles sont mélancoliques – qu'il nous a fallu si longtemps pour nous réveiller – mais suggèrent également la foi que la paix est possible. En repensant à ce moment, quand moi et environ soixante-dix autres militants écoutant Domlebo, nous sommes embarqués dans une envolée douce-amère, je me rends compte que cette chanson illustre l'attitude qui rend les militants pour la paix si fondamentalement différents des traditionalistes.

Avouons-le : les cérémonies du jour du Souvenir qui se déroulent partout dans le monde le 11 novembre sont des célébrations de la guerre. Ces cérémonies incluent souvent une récitation du poème In Flanders Fields, un poème qui imagine des soldats tués au combat, appelant de leurs tombes les vivants, les suppliant de « prendre la querelle avec l'ennemi ». In Flanders Fields est un appel à la guerre, dans un esprit de vengeance. Et nous le répétons, dans les églises, dans les cérémonies en plein air et dans les lieux politiques, année après année. Pas étonnant que les humains semblent coincés dans un cycle de violence !

Après la cérémonie de paix, j'ai eu le plaisir de discuter avec Montréal pour une World BEYOND War membre de la section et amie, Louise Royer et son mari Stone, et de rencontrer l'activiste locale Maria Worton.


Voici Louise Royer, Coordonnatrice WBW Mtl Cym Gomery, et Maria Worton ensemble à l'extérieur du Centre Bellarmin. A noter que même le chien de Maria portait un coquelicot blanc !

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue