Pleins feux sur les bénévoles: Guy Feugap

Affiche en anglaisBénévole WBW Guy Feugap
Español abajo

Chaque mois, nous partageons les histoires de World BEYOND War des volontaires du monde entier. Voulez-vous faire du bénévolat avec World BEYOND War? E-mail greta@worldbeyondwar.org.

Emplacement : Yaoundé, Cameroun

Comment vous êtes-vous impliqué dans l'activisme anti-guerre et World BEYOND War (WBW)?
Mon activisme anti-guerre découle principalement de ma volonté naturelle de paix autour de moi. Mes proches ont l'habitude de me présenter comme quelqu'un de pacifique, qui ne dérange pas et qui pense à une solution non violente à tout type de désaccord. Cette perception de moi a renforcé au fil du temps ma capacité de médiation en cas de litige. Je me souviens que quand j'avais 7 ou 8 ans, je prenais la parole pour arrêter les querelles de mes parents. Plus tard, lorsque j'ai pris conscience du rôle que je jouais à la maison pour aider à rétablir le calme, j'ai compris que ma communauté aurait besoin de moi.

La situation sécuritaire au Cameroun m'a alors obligé à agir au niveau de ma communauté, en unissant mes forces avec d'autres militants pacifistes contre les conflits qui jusqu'à aujourd'hui continuent d'anéantir de nombreuses familles. Entre 2008 et 2012, j'ai vécu et travaillé dans le nord du Cameroun de manière très amicale avec la communauté. Avec des collègues et des amis, nous traversions la frontière pour passer du temps avec des frères et sœurs des villages voisins du Nigéria. Mais d'un jour à l'autre, cette communion et ce bonheur ont disparu à cause de la guerre, avec des gens contraints de fuir leurs villages, d'enterrer leurs proches, de se méfier les uns des autres, etc. Le même bonheur a quitté les populations des régions anglophones. C'est une expérience douloureuse d'assister à la destruction de la vie de personnes qui ne veulent rien d'autre que vivre. C'est ainsi que nous nous retrouvons à multiplier les idées pour qu'au moins la vie d'une personne soit sauvée grâce à nos efforts. Avec la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF), j'ai contribué à interroger les causes profondes des conflits afin d'atténuer leurs impacts et d'en prévenir de nouveaux. L'opportunité d'aller encore plus loin s'est présentée en 2020 avec le contact que j'ai eu avec World BEYOND War. Il s'agit désormais de façonner, par l'éducation, différentes personnes qui s'opposent à la guerre et veulent protéger l'environnement dans lequel elles vivent. Ces personnes comprennent des enfants, des jeunes et des adultes en position de pouvoir.

Quels types d'activités bénévoles aidez-vous?
Je suis le coordinateur du chapitre pour World BEYOND War au Cameroun. Les campagnes de paix, les rencontres communautaires et le réseautage avec divers acteurs sont quelques exemples d'activités dans lesquelles je suis impliqué. Ces dernières années avec la montée du tribalisme et de la haine au Cameroun, ces activités ont contribué à la sensibilisation et à l'éducation. J'ai formé plusieurs jeunes engagés dans le militantisme pour la paix et dont le mode de vie aujourd'hui est un exemple pour la communauté. J'ai également été actif dans l'écriture, pour éduquer les jeunes avec un accent particulier sur les filles. J'ai écrit Le Comble et l'agonie du mal de Géographie (2011) et avec la Señoratou (2013), qui place les filles au cœur de la résolution des crises, de la sensibilisation sur plusieurs questions dans leurs communautés telles que le VIH-SIDA, l'éducation des filles et les mariages précoces et forcés. En 2019, avec quatre autres jeunes écrivains, j'ai co-écrit Fronteras, balas y lágrimas - Poemario por la paz y la libertad, qui est un appel à mettre fin aux meurtres au Cameroun.

Quelle est votre principale recommandation pour quelqu'un qui souhaite s'impliquer dans WBW?
À quelqu'un qui veut s'impliquer dans la WBW, je lui demanderais d'abord de croire que la guerre peut être terminée, puis d'agir avec les moyens disponibles pour empêcher la guerre dans son environnement. Mettre fin à la guerre ne signifie pas seulement arrêter le transfert international d'armes, c'est aussi montrer à l'enfant de 3 ans qu'il n'a pas besoin de violence pour obtenir quelque chose.

Qu'est-ce qui vous motive à plaider pour le changement?
J'ai de très petits enfants que je souhaite voir grandir dans un monde sans armes. Les enfants perdent la vie dans des conflits lorsqu'ils n'ont rien fait à personne. Pour cette raison, nous nous sentons obligés de continuer à plaider jusqu'au jour où un parent envoie son enfant à l'école et est sûr qu'il ne sera ni enlevé ni tué, car rien ne peut expliquer le massacre d'enfants comme nous l'avons fait. vu dans Ngarbuh or Kumba, par exemple. Nous devons continuer à plaider jusqu'à ce que le langage de la paix soit le seul que nous puissions connaître.

Quel impact la pandémie de coronavirus a-t-elle eu sur votre activisme?
La pandémie de coronavirus a ralenti le travail de militants autrefois plus proches des communautés. Les campagnes de sensibilisation et les réunions communautaires sur l'éducation à la paix ne peuvent plus être organisées de manière formelle, et nos principales cibles ne sont pas prêtes à participer à des activités en ligne, car l'électricité et Internet sont encore un luxe au Cameroun. L'expérience du travail du local au mondial a souvent contribué à une meilleure prise en compte des voix des marginalisés dans les décisions aux niveaux national et international. Avec Covid-19, il est devenu presque impossible de voyager à l'étranger, où nous avions l'habitude d'avoir l'occasion de partager nos expériences au niveau local, établissant des liens pour un plaidoyer plus efficace.

Publié le 13 mars 2021.

Lieu: Yaoundé - Cameroun

- Comment vous êtes-vous impliqué dans l'activisme contre la guerre et dans World BEYOND War (WBW)?

Mon activisme contre la guerre a commencé par mon tempérament naturel de vouloir la paix autour de moi. Mes proches ont l'habitude de me présenter comme quelqu'un qui est pacifique, qui ne dérange pas et qui à chaque situation conflictuelle pense à une solution non violente. Cette perception de moi a au fil du temps renforcé ma capacité à faire la médiation en cas de différends. Je me souviens que quand j'avais 7 ou 8 ans, je prenais la parole pour mettre fin aux disputes de mes parents. Plus tard quand j'ai eu conscience du rôle que je jouais à la maison en contribuant à ramener le calme, j'ai compris que ma communauté aurait besoin de moi.

La situation sécuritaire du Cameroun a ensuite imposé d'agir à mon petit niveau, en m'associant à d'autres activistes de la paix contre les conflits qui jusqu'aujourd'hui continue de décimer de nombreuses familles. Entre 2008 et 2012, j'ai vécu et travaillé au Nord du Cameroun, en toute convivialité avec la communauté. Avec des collègues et amis, nous traversions la frontière pour passer du temps avec les frères et sœurs dans les villages voisins du Nigéria. Mais du jour au lendemain, cette communion et joie de vivre ont disparu à cause de la guerre, avec des gens obligés de fuir leurs villages, enterrer leurs proches, se méfier les uns des autres, etc. populations des régions anglophones. C'est un supplice d'être témoin de la destruction de la vie des personnes qui ne nécessitent rien d'autre que de vivre. C'est ainsi qu'on se retrouve à multiplier des idées pour que la vie d'au moins une personne soit sauvée grâce à nos efforts. Avec la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF), j'ai observé à interroger les causes profondes des conflits afin de mitiger leurs impacts et prévenir de nouveaux conflits. L'opportunité d'aller encore plus loin est venue en 2020 avec le contact que j'ai eu avec World Beyond War. Il s'agit désormais de façonner à travers l'éducation, des personnes différentes, qui s'opposent à la guerre et protègent le milieu dans lequel ils vivent. Parmi ces personnes il y a aussi bien des enfants, des jeunes que des adultes avec des positions de pouvoir.

- À quels types d'activités bénévoles participez-vous?

Je suis le Coordonnateur de la branche camerounaise de World BEYOND War. Les campagnes de paix, les réunions communautaires, le réseautage avec divers acteurs sont quelques exemples d'activités dont je participe. Ces dernières années avec la montée du tribalisme et la haine au Cameroun, ces activités ont marqué à la sensibilisation et à l'éducation. Aussi, j'ai formé plusieurs jeunes qui s'engagés dans l'activisme pour la paix et dont la façon de vivre seule aujourd'hui est un exemple pour la communauté.

J'ai également été actif dans la création littéraire, pour éduquer les jeunes avec un accent particulier sur les filles. J'ai écrit Le Comble et l'agonie du mal (2011) et Señoratou (2013) qui mettent les filles au cœur de la résolution des crises, de la sensibilisation de leurs communautés sur le sida sur plusieurs problématiques telles que le VIH-, l'éducation des filles, les mariages précoces et forcés, etc. En 2019, avec quatre autres jeunes écrivains , j'ai coécrit Fronteras, balas y lágrimas - Poemario por la paz y la libertad, qui est un appel à la fin des meurtres au Cameroun.

- Quelle est votre meilleure recommandation pour quelqu'un qui veut s'impliquer dans WBW?

A quelqu'un qui veut s'impliquer dans WBW, je lui demanderais d'abord de croire que l'on peut mettre fin à la guerre, et ensuite agir avec les moyens dont il dispose pour empêcher la guerre dans son environnement. Mettre fin à la guerre ne signifie pas seulement arrêter les transferts internationaux d'armes, c'est en même temps montrer à l'enfant de 3 ans qu'on a pas besoin de violence pour obtenir quelque chose.

- Qu'est-ce qui vous pousse à continuer à militer pour le changement?

J'ai de tout petits enfants que je souhaite voir grandir dans un monde sans nucléaire, sans armes. Des enfants perdent la vie dans les conflits alors qu’ils n’ont rien fait à personne. Du coup, on se sent dans l'obligation de continuer à militer, jusqu'à ce que le jour vienne où un parent enverra son enfant à l'école et être sûr qu'il n'y sera pas kidnappé ou tué, car rien ne peux pas donner un sens au massacre des enfants tel que nous avons vu par exemple à Ngarbuh ou Kumba. Il faut continuer à militer jusqu'à ce que le langage de la paix soit le seul qu'on puisse connaître.

- Quel impact la pandémie de coronavirus at-elle eu sur votre activisme?

La pandémie du virus corona est lieu de rendez-vous freiner l'action des activistes autrefois plus proches des communautés. Les compagnes de sensibilisation et réunions communautaires sur l'éducation à la paix ne peuvent plus être organisées en bonne et due forme, et nos principales cibles ne sont pas prêtes à participer aux activités en ligne, encore au Cameroun l'électricité et l «Internet sont encore des luxes. L'expérience dans l'approche de travail du local au global a souvent marqué à mieux prendre en compte les voix des laissés pour compte dans les décisions au niveau national et international. Avec la Covid-19, il est devenu presque impossible de voyager à l'international, où nous avions l'occasion de partager nos expériences au niveau local, d'établir des connexions pour un plaider plus efficace.

Localisation: Yaoundé, Cameroun

Como se involucró en el activismo contra la guerra y en World BEYOND War (WBW)?

Mi activismo contra la guerra se debe principalmente al impulso natural de paz que me acorrala. Los cercanos a mí están acostumbrados a presentarme como alguien pacífico, que no aburre y que ante cualquier tipo de desacuerdo piensa en un medio no violento para remediar. Esta percepción de mí ha reforzado con el tiempo mi capacidad para mediar en caso de altercaciones. Recuerdo que, de niño, a los 7 u 8 años, ya tomaba la palabra para detener las peleas de mis padres. Plus tard, cuando fui consciente del papel que desempeñaba en casa para ayudar a restablecer la calma, comprendí que mi comunidad me necesitaría.

La situation de la seguridad en Camerún me obligó entonces a actuar a nivel de mi comunidad, uniendo fuerzas con otros activistas por la paz contra los conflictos que hasta hoy siguen acabando con muchas familias. Entre 2008 et 2012, viví y trabajé en el norte de Camerún, muy amistosamente con la comunidad. Con colegas y amigos, cruzábamos la frontera para pasar tiempo con hermanos y hermanas en las aldeas vecinas de Nigeria. Pero de un día para otro, esta comunión y esta felicidad desaparecieron a causa de la guerra, ya que la gente se vio obligada a huir de sus pueblos, a enterrar a sus familiares, a desconfiar unos de otros, etc. las poblaciones de las regiones anglófonas. Es una experiencia dolorosa asistir a la destrucción de las vidas de personas que no quieren otra cosa que vivir. Así es como nos hallamos multiplicando idées para que gracias a nuestros esfuerzos al menos la vida de una persona se salve. Con la Liga Internacional de Mujeres por la Paz y la Libertad (WILPF), il contribuido a interrogar las causes profondes de los conflictos para mitigar sus impactos y prevenir otros nuevos. La opportunité de ir aún más lejos se presentó en 2020 con el contacto que tuve con World BEYOND War. Maintenant, il s'agit de former des travailleurs de l'éducation, des personnes distinctes qui s'opposent à la guerre et qui souhaitent protéger l'avenir de ce qui vit. Entre ces personnes, il y a des enfants, des jeunes et des adultes en position de pouvoir.

En qué tipo de actividades de voluntariado ayuda?

Soy le coordinateur de World BEYOND War en Camerún. Las campañas por la paz, las reuniones comunitarias y la interconexión con diversos actores son algunos ejemplos de las actividades in las que participo. En los últimos años, avec acentuación del tribalismo y del odio en Camerún, estas actividades han contribido a la concienciación y la educación. También il formado a unos cuantos jóvenes que se dedican al activismo por la paz y cuya forma de vivir hoy es ya de por sí un ejemplo para la communauté.

También me he dedicado a escribir, para educar a los jóvenes con un enfoque particular in las chicas. Escribí Le Comble et l'agonie du mal (2011) y Señoratou (2013) que colocan a las chicas en el centro de la résolution de crise, de la sensibilización acerca de varios asuntos en sus comunidades tales como el VIH-SIDA, la educación de las niñas, los matrimonios precoces y forzados, etc. En 2019, junto con otros cuatro jóvenes escritores, fui coautor de Fronteras, balas y lágrimas - Poemario por la paz y la libertad, c'est un appel pour acabar con los asesinatos au Camerún.

¿Cuál es su principale recomendación para alguien que quiera implicarse en WBW?

A alguien que quiera implicarse en WBW, le pediría en primer lugar que crea que se puede acabar con la guerra, y luego que actúe con los medios de los que dispone para evitar la guerra en su entorno. Acabar con la guerra no sólo significa detener el comercio international de armas, aussi significa mostrar al niño de 3 años que no necesita la violencia para conseguir algo.

¿Qué le inspira a seguir defenderiendo el cambio?

J'ai des enfants très petits à ceux qui veulent créer un monde sans armes. Les enfants perdent la vie en conflit lorsqu'ils n'ont personne à leur corps. C'est pourquoi nous sommes obligés de suivre le voyage jusqu'à ce qu'un père envoie son enfant à l'école et assure la sécurité de celui qui ne sera pas secouru ou assis, car rien ne peut expliquer le masacre des enfants comme nous l'avons fait. Ngarbuh o Kumba, par ejemplo. Debemos seguir abogando hasta que el lenguaje de la paz sea el único que podamos conocer.

¿Cómo ha afectado la pandémie de coronavirus a su activismo?

La pandémie de coronavirus a frenado el trabajo de los activistas que antes estaban más cerca de las comunidades. Las campañas de sensibilización y las reuniones comunitarias sobre la educación por la paz ya no pueden organarse de manera formal, y nuestros principales destinatarios no están dispuestos a participar en actividades en línea, ya que la electricidad e Internet siguen siendo lujos en Camerún. La experience de trabajar de lo local a lo global ha contribuido a menudo a que se tengan más en cuenta las voces de los marginados en las decisiones a nivel nacional e international. Con Covid-19, se hizo casi impossible viajar a nivel international, donde solíamos tener l'opportunidad de compartir nuestras experiencias locales y établissant conexiones para una defensa más poderosa.

Réponses 2

  1. Guy, tu fais un excellent travail. L'éducation est la clé car la connaissance est le pouvoir, je suis un Nigérian, je travaille avec Smiles Africa International Youth Development Initiative. Je suis un défenseur de la paix et un responsable du bureau des droits de l'homme, un travailleur de proximité/parajuriste communautaire, un conseiller. Souvent, le simple conseil a aidé à résoudre certains problèmes qui auraient conduit à la guerre, c'est pourquoi j'ai dit que la connaissance est la clé. Je suis prêt à me porter volontaire pour autant que notre continent ait besoin de paix.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue