Poursuite intentée contre le gouvernement canadien pour arrêter les exportations d’armes vers Israël

By SP, Mars 7, 2024

Un groupe de demandeurs canadiens et palestiniens ont entamé des poursuites judiciaires devant la Cour fédérale contre le gouvernement canadien pour faire cesser les exportations d'armes vers Israël.

Les demandeurs demandent une ordonnance du tribunal ordonnant que le gouvernement du Canada cesse de délivrer des permis d'exportation pour tous les biens et technologies militaires destinés à Israël, et que la délivrance de ces permis soit déclarée illégale en vertu du droit canadien et international. « Il est cruel et répréhensible que notre gouvernement continue à apporter un soutien matériel aux atrocités commises par Israël, tout en coupant dans le même temps l'aide humanitaire aux victimes de ces mêmes atrocités », a déclaré Hammam Farah, l'un des demandeurs.

Ce procès fait suite à l’arrêt quasi unanime de la Cour internationale de Justice du 26 janvier 2024, qui a conclu qu’un cas « plausible » de génocide à Gaza avait été établi et a réitéré l’obligation des États de prévenir le génocide. Le 23 février 2024, des experts de l'ONU ont publié un déclaration avertissant que « [t]out transfert d’armes ou de munitions vers Israël qui seraient utilisées à Gaza est susceptible de violer le droit international humanitaire », et a exhorté les États à mettre immédiatement un terme aux transferts d’armes vers Israël.

Violations du droit international

Les requérants soutiennent que Loi sur les licences d'exportation et d'importation et les terres parsemées de Canadienne des droits et libertés empêcher le Canada d'autoriser les entreprises canadiennes à exporter des biens et des technologies militaires vers Israël en raison du risque important que ces articles puissent être utilisés pour commettre de graves violations du droit international et de graves actes de violence contre les femmes et les enfants.

La demande énumère les violations signalées par Israël des droits de l'homme et du droit humanitaire international, ainsi que ses graves actes de violence contre les femmes et les enfants résultant de ses opérations militaires à Gaza et en Cisjordanie, y compris la plausibilité qu'Israël viole le Convention pour la prévention et la répression du génocide.

Au cours des dernières semaines, les Canadiens ont manifesté une inquiétude croissante face au flux continu d'armes du Canada vers Israël, au milieu d'informations crédibles faisant état de graves violations du droit international par ce dernier au cours du conflit à Gaza. Selon Rachel Small de World Beyond War, les exportations d'armes du Canada vers Israël ont en fait augmenté de façon spectaculaire pendant le conflit.

« Malgré les récentes déclarations du premier ministre Trudeau et de la ministre des Affaires étrangères Joly niant que le Canada exporte des armes vers Israël, le gouvernement Trudeau a en fait autorisé pour au moins 28.5 millions de dollars de nouveaux permis d'exportation militaire vers Israël au cours des deux premiers mois de XNUMX. les bombardements et la famine de l'État à Gaza, plus que pendant toute l'année précédente », a déclaré Small.

En conséquence, les gens partout au Canada intensifient leurs demandes en faveur d’un embargo sur les armes. Small a noté que la semaine dernière, des centaines de personnes ont bloqué sept installations d’armement et entreprises qui produisent des composants militaires et des systèmes d’armes utilisés par l’armée israélienne. « Tant devant les tribunaux que dans la rue, il est essentiel de demander des comptes au gouvernement canadien jusqu'à ce que le flux d'armes vers Israël prenne fin », a-t-elle déclaré.

Ce procès fait partie d’une tendance croissante de procès similaires intentés dans des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni et les Pays-Bas, où une cour d’appel a estimé qu’« il est indéniable qu’il existe un risque évident que les pièces exportées du F-35 soient utilisées ». de graves violations du droit international humanitaire. » D’autres pays comme l’Espagne, l’Italie et la Belgique ont également annoncé qu’ils suspendaient leurs ventes d’armes à Israël en raison des atrocités en cours.

Le procès fait suite à un lettre envoyé par les demandeurs en janvier qui informait le gouvernement que l'approbation de l'exportation de biens et de technologies militaires canadiens destinés à Israël violait à la fois le droit canadien et le droit international. La lettre exigeait une réponse du Canada confirmant qu'il avait mis fin à cette activité illégale dans un délai de quatorze jours. N'ayant reçu aucune réponse, les requérants entamèrent une procédure judiciaire.

« Le mépris du Canada envers le droit international et canadien en approuvant une augmentation spectaculaire des exportations militaires vers Israël depuis que ce dernier a commencé ses bombardements sur Gaza nous oblige à intenter une action en justice pour demander des comptes au Canada », a déclaré Ayman Oweida, un autre demandeur.

Les requérants sont Hammam Farah, Hiba Farah, Ayman Oweida et un candidat palestinien confidentiel, ainsi que l'organisation canadienne Canadian Lawyers for International Human Rights (CLAIHR) et l'organisation palestinienne Al-Haq – Law in the Service of Man. Ils sont représentés par une équipe d'avocats comprenant Barbara Jackman, CM, James Yap et Veromi Arsiradam.

À propos des candidats

Avocats canadiens pour les droits internationaux de la personne (CLAIHR), fondée en 1992, est une organisation non gouvernementale d'avocats, d'étudiants en droit et d'universitaires en droit qui œuvrent à la promotion des droits internationaux de la personne au Canada et en relation avec celui-ci.

Al-Haq – La loi au service de l'homme est une organisation non gouvernementale palestinienne indépendante de défense des droits humains créée en 1979 à Ramallah, en Cisjordanie, pour protéger et promouvoir les droits humains et l'état de droit dans le territoire palestinien occupé (« TPO »). ).

Hammam Farah est une citoyenne canadienne d'origine palestinienne et psychothérapeute qui réside en Ontario. Il a de nombreux membres de sa famille et amis qui sont membres de l’Église de la Sainte Famille, la dernière Église catholique romaine de Gaza. Depuis le 9 octobre 2023, certains membres de sa famille et de ses amis dans les TPO ont été tués par des militaires israéliens.

Hiba Farah est une citoyenne canadienne à la retraite d'origine palestinienne qui réside en Ontario. Elle a de nombreux membres de sa famille et amis qui sont membres de l’Église de la Sainte Famille, la dernière Église catholique romaine de Gaza. Depuis le 9 octobre 2023, certains membres de sa famille et de ses amis dans les TPO ont été tués par des militaires israéliens. Elle est la mère du demandeur Hammam Farah.

Le Dr Ayman Oweida est un citoyen canadien d'origine palestinienne qui réside au Québec. Il est professeur adjoint en radiobiologie, médecine nucléaire et immunologie à l'Université de Sherbrooke. Depuis le 9 octobre 2023, certains membres de sa famille à Gaza ont été tués par des militaires israéliens.

La demanderesse confidentielle est une Palestinienne de 26 ans originaire de Gaza et résidant en Ontario. Elle demande actuellement l'asile au Canada. Sa famille immédiate réside toujours à Gaza. •

Extraits clés – Loi sur les licences d'exportation et d'importation (LRC, 1985, c. E-19), articles 7.3-7.4

Considérations obligatoires — exportation et courtage

7.3 (1) Lorsqu'il décide s'il doit délivrer un permis en vertu du paragraphe 7(1) ou 7.1(1) à l'égard d'armes, de munitions, d'équipements ou de munitions de guerre, le ministre tient compte de la question de savoir si les biens ou la technologie précisés dans la demande : pour le permis

(a) contribuerait à la paix et à la sécurité ou les porterait atteinte ; et

(b) pourrait être utilisé pour commettre ou faciliter

(i) une violation grave du droit international humanitaire,

(ii) une violation grave du droit international des droits de l’homme,

(iii) un acte constituant une infraction aux conventions ou protocoles internationaux relatifs au terrorisme auxquels le Canada est partie,

(iv) un acte constituant une infraction aux conventions ou protocoles internationaux relatifs au crime transnational organisé auxquels le Canada est partie, ou

(v) les actes graves de violence basée sur le genre ou les actes graves de violence contre les femmes et les enfants.

Risque important

7.4 Le Ministre ne doit pas délivrer de permis en vertu du paragraphe 7(1) ou 7.1(1) à l'égard d'armes, de munitions, d'instruments ou de munitions de guerre si, après avoir examiné les mesures d'atténuation disponibles, il détermine qu'il existe un risque important que : l'exportation ou le courtage des biens ou de la technologie précisés dans la demande de permis entraînerait l'une des conséquences négatives mentionnées au paragraphe 7.3(1).

Pour plus d'informations et les disponibilités des médias pour chacun des candidats, veuillez contacter Henry Off, membre du conseil d'administration, CLAIHR, à : info@claihr.ca

une réponse

  1. Le génocide est une violation du droit international – CIJ
    Une violation de TOUS LES DROITS DE L’HOMME
    LE CANADA - DOIT ARRÊTER - TOUTE interaction du gouvernement du Canada et/ou des industries qui fournissent à Israël TOUT composant de matériaux impliqué dans la fabrication d'armes, en particulier ceux vendus à Israël Ukraine

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue