Pourquoi je vais aux premières lignes de la Résistance Wet'suwet'en

World BEYOND War soutient notre organisatrice du Canada, Rachel Small, en passant la première moitié de novembre au camp de Gidimt'en à l'invitation des dirigeants Wet'suwet'en qui défendent leur territoire tout en affrontant la violence coloniale militarisée.

Par Rachel Small, World BEYOND War, 27 octobre, 2021

Cette semaine, je me rendrai sur le territoire Wet'suwet'en en réponse à l'appel urgent à la solidarité et aux bottes sur le terrain des chefs héréditaires du clan Cas Yikh Gidimt'en de la nation Wet'suwet'en . Dans un effort pour mobiliser le soutien de toute notre ville, je serai accompagné de cinq collègues organisateurs torontois parcourant les 4500 XNUMX km à travers ce qu'on appelle le Canada. Avant de partir, je voulais prendre le temps de partager une partie du contexte de ce qui se passe là-bas en ce moment, et d'expliquer pourquoi j'irai, dans l'espoir que cela suscitera une plus grande solidarité avec les Wet'suwet'en à ce moment crucial.

La troisième vague de blocus contre le gazoduc Coastal Gaslink

Il y a un mois, le 25 septembre 2021, les membres Wet'suwet'en de Cas Yikh et leurs partisans au point de contrôle de Gidimt'en ont fermé le site de forage de Coastal GasLink sur leur propre territoire Wet'suwet'en sur les rives de la rivière sacrée Wedzin Kwa . Ils ont installé un camp qui a complètement arrêté tout travail sur le pipeline. Au cours de la semaine dernière, le clan Likhts'amisyu de la nation Wet'suwet'en a également utilisé de l'équipement lourd pour contrôler l'accès à un camp d'hommes à un autre endroit sur le territoire Wet'suwet'en. Tous les chefs héréditaires des cinq clans des Wet'suwet'en se sont unanimement opposés à toutes les propositions de pipeline et ont clairement indiqué qu'ils n'avaient pas fourni le consentement libre, préalable et éclairé requis pour que Coastal Gaslink fore sur Wet' terres suwet'en.

La direction du point de contrôle de Gidimt'en a lancé plusieurs appels directs aux supporters pour qu'ils viennent au camp. Comme beaucoup d'autres, je réponds à cet appel.

Un appel de Sleydo', porte-parole de Gidimt'en Checkpoint, à venir au camp et à expliquer exactement ce qui est en jeu. Si vous ne regardez qu'une seule vidéo, faites-la ici.

https://twitter.com/Gidimten/status/1441816233309978624

L'invasion des terres Wet'suwet'en, un projet génocidaire en cours

À l'heure actuelle, nous sommes depuis plus d'un mois dans la troisième vague de blocus sur le territoire Wet'suwet'en contre le gazoduc Coastal Gaslink. Les premières vagues de résistance au cours des dernières années se sont heurtées à une violence d'État épouvantable. Ces violences ont été principalement perpétrées par des unités militarisées de la GRC (la police nationale du Canada, aussi historiquement la force paramilitaire d'abord utilisée pour coloniser l'ouest du Canada), aux côtés d'un nouveau Groupe d'intervention communauté-industrie (C-IRG), essentiellement une unité de protection de l'extraction des ressources, et soutenu par une surveillance militaire continue.

La présence de la GRC sur le territoire Wet'suwet'en entre janvier 2019 et mars 2020 – qui comprenait deux raids militarisés contre des défenseurs des terres – a coûté plus de $ 13 millions. Fuite de notes d'une séance de stratégie de la GRC avant l'un de ces raids militarisés montrent que les commandants de la force policière nationale du Canada ont appelé au déploiement d'agents prêts à utiliser la force meurtrière. Les commandants de la GRC ont également demandé aux officiers, vêtus de treillis vert militaire et armés de fusils d'assaut, d'« utiliser autant de violence que vous le souhaitez vers la porte ».

Des agents de la GRC sont descendus au poste de contrôle lors d'un raid militarisé sur le territoire Wet'suwet'en. Photo par Amber Bracken.

Les dirigeants Wet'suwet'en comprennent cette violence d'État comme faisant partie d'une guerre coloniale et d'un projet génocidaire en cours que le Canada a perpétrés depuis plus de 150 ans. Le Canada est un pays dont les fondations et le présent reposent sur une guerre coloniale qui a toujours servi principalement un seul objectif : chasser les peuples autochtones de leurs terres pour l'extraction des ressources. Cet héritage se joue en ce moment sur le territoire Wet'suwet'en.

https://twitter.com/WBWCanada/status/1448331699423690761%20

Pour ma part, à la fois en tant qu'organisateur du personnel à World BEYOND War et un colon sur des terres autochtones volées, il est clair que si je suis sérieux au sujet de l'abolition de la guerre et de l'arrêt de la violence d'État et du militarisme, cela signifie intervenir directement dans l'invasion militarisée qui se déroule actuellement sur les terres Wet'suwet'en.

Il est hypocrite de porter des chemises oranges et de commémorer des vies perdues dans des « pensionnats » les jours désignés par le gouvernement colonial si nous nous détournons ensuite et refusons d'assister à la même violence coloniale en ce moment. Il est bien documenté que les pensionnats étaient un outil dont l'objectif principal était de retirer les peuples autochtones de leurs terres. Ce même schéma se poursuit juste devant nous de multiples façons. Nous devons refuser de nous détourner.

Défendre les Wedzin Kwa

Coastal Gaslink se prépare à forer sous la rivière Wedzin Kwa pour construire son gazoduc fracturé de 670 km. Le pipeline de 6.2 milliards de dollars fait partie du plus grand projet de fracturation hydraulique de l'histoire du Canada. Et Coastal Gaslink n'est qu'un des nombreux pipelines proposés qui tentent de traverser les territoires traditionnels des Wet'suwet'en. S'il était construit, il accélérerait la construction de gazoducs supplémentaires pour le bitume et la fracturation, dans le cadre d'une vision industrielle plus large visant à créer un « couloir énergétique » à travers certaines des seules zones vierges de toute la région et transformerait de manière irréversible Wet'suwet'en et les territoires environnants.

Le camp de résistance qui s'est installé fin septembre sur la plate-forme de forage de CGL a complètement stoppé le pipeline dans son élan à l'endroit précis où il s'apprêtait à forer sous Wedzin Kwa, la rivière qui est le cœur de Wet'suwet'en territoire. Comme l'explique Sleydo', porte-parole de Gidimt'en Checkpoint, « notre mode de vie est en danger. Wedzin Kwa [est la] rivière qui alimente tout le territoire Wet'suwet'en et donne vie à notre nation. La rivière est une frayère pour le saumon et une source essentielle d'eau potable vierge sur le territoire. Le forage d'un pipeline en dessous serait désastreux, non seulement pour les Wet'suwet'en et les écosystèmes forestiers qui en dépendent, mais aussi pour les communautés vivant en aval.

Cette lutte consiste à défendre cette rivière sacrée sur la terre Wet'suwet'en. Mais pour moi, et pour beaucoup d'autres, il s'agit aussi d'une position beaucoup plus large. Si nous sommes attachés à l'existence continue de tous rivières de cette planète qui sont vierges, dans lesquelles nous pouvons continuer à boire directement, alors nous devons être sérieux au sujet de leur défense.

La lutte pour un avenir vivable sur cette planète

En tant que parent d'un enfant de quatre ans, je pense plusieurs fois par jour à ce à quoi cette planète ressemblera et se sentira dans 20, 40, 60 ans. Se tenir aux côtés des Wet'suwet'en pour arrêter le pipeline de CGL est la meilleure façon que je connaisse d'assurer une planète vivable pour mon enfant et pour les générations futures. Je ne suis pas hyperbolique - en août un nouveau rapport sur le climat a démontré que la résistance autochtone a stoppé ou retardé la pollution par les gaz à effet de serre équivalant à au moins un quart des émissions annuelles des États-Unis et du Canada. Laissez ce nombre s'enfoncer pendant une seconde. Au moins 25 % des émissions annuelles au Canada et aux États-Unis ont été évitées par les peuples autochtones qui résistent aux pipelines et autres projets de combustibles fossiles sur le territoire Wet'suwet'en et à travers l'île de la Tortue. Cela s'inscrit dans un contexte mondial plus large – malgré le fait que les peuples autochtones ne représentent que 5% de la population mondiale, ils protègent 80 % de la biodiversité de la planète.

Un engagement pour un avenir vivable sur notre planète, pour la justice climatique et pour la décolonisation, signifie absolument que les non-Autochtones se joignent à la solidarité. Bien que mon travail soit axé sur le militarisme canadien, World BEYOND War est profondément engagé à s'engager dans un travail de solidarité avec les luttes autochtones contre le militarisme et la colonisation en cours à l'échelle mondiale - en soutenant Militants autochtones Tambrauw en Papouasie occidentale bloquant un projet de base militaire sur leur territoire, pour Autochtones d'Okinawa au Japon, protégeant leurs terres et leurs eaux de l'armée américaine, à la défense des terres par les peuples We'tsuwet'en.

Et ce qui se passe sur le territoire des Wet'suwet'en n'est pas un cas rare de chevauchement entre les catastrophes en cours du militarisme et la crise climatique – cette confluence est la norme. La crise climatique est en grande partie causée par et utilisée comme excuse pour augmenter la guerre et le militarisme. Non seulement l'intervention militaire étrangère dans une guerre civile au fil des temps 100 plus probable là où il y a du pétrole ou du gaz, mais la guerre et les préparatifs de guerre sont les principaux consommateurs de pétrole et de gaz (l'armée américaine est à elle seule le premier consommateur institutionnel de pétrole sur le planète). Non seulement la violence militarisée est nécessaire pour voler les combustibles fossiles des terres autochtones, mais ce combustible est à son tour très susceptible d'être utilisé dans la perpétration d'une violence plus large, tout en contribuant simultanément à rendre le climat de la terre impropre à la vie humaine.

Au Canada, les émissions de carbone scandaleuses de l'armée canadienne (de loin la plus grande source d'émissions gouvernementales) sont exemptées de toutes les cibles fédérales de réduction des GES, tandis que l'industrie minière canadienne est le chef de file mondial de l'extraction dévastatrice de matériaux pour les machines de guerre (de l'uranium à métaux aux éléments des terres rares).

A nouveau rapport publié cette semaine a démontré que le Canada dépense 15 fois plus pour la militarisation de ses frontières que pour le financement climatique destiné à aider à atténuer les changements climatiques et les déplacements forcés de personnes. En d'autres termes, le Canada, l'un des pays les plus responsables de la crise climatique, dépense beaucoup plus pour armer ses frontières pour empêcher les migrants d'entrer que pour s'attaquer à la crise qui oblige les gens à fuir leur foyer en premier lieu. Tout cela alors que les exportations d'armes traversent les frontières sans effort et secrètement, et que l'État canadien justifie ses plans actuels d'achat 88 nouveaux bombardiers et ses premiers drones armés sans pilote en raison des menaces que l'urgence climatique et les réfugiés climatiques vont engendrer.

Les Wet'suwet'en gagnent

Malgré la violence coloniale et le pouvoir capitaliste qui leur sont opposés à chaque instant, la résistance Wet'suwet'en au cours de la dernière décennie a déjà contribué à l'annulation de cinq pipelines.

« De nombreuses sociétés pipelinières ont cherché à forer sous ces eaux et ont utilisé de nombreuses tactiques coloniales d'intimidation et de violence contre les Wet'suwet'en et leurs partisans pour nous épuiser. Pourtant, la rivière est toujours propre et les Wet'suwet'en restent forts. Ce combat est loin d'être terminé.
– Déclaration publiée par Gidimt'en Checkpoint sur yintahaccess.com

Dans les mois qui ont précédé la pandémie, en réponse à l'appel à la solidarité Wet'suwet'en, le mouvement #ShutDownCanada s'est soulevé et, en bloquant les chemins de fer, les autoroutes et les infrastructures essentielles à travers le pays, a plongé l'État canadien dans la panique. L'année dernière a été marquée par une vague de soutien à #LandBack et une reconnaissance croissante de l'histoire et du présent colonial du Canada, ainsi que de la nécessité de soutenir la souveraineté et la juridiction autochtones sur leurs territoires.

Aujourd'hui, un mois après la mise en place de leur blocus sur la plate-forme de forage de CGL, le camp est solide. Les Wet'suwet'en et leurs alliés se préparent pour l'hiver à venir. Il est temps de les rejoindre.

En savoir plus et soutenir :

  • Des mises à jour régulières, un contexte, des informations sur la façon de venir au camp et plus sont publiés sur le site de Gidimt'en Checkpint : yintahaccess.com
  • Suivez les points de contrôle de Gidimt'en twitter, sur Facebooket une instagram.
  • Suivez le clan Likhts'amisyu sur twitter, sur Facebook, instagram, et à leur site de NDN Collective.
  • Faire un don à Gidimt'en Camp ici et Likhts'amisyu ici.
  • Partagez en ligne en utilisant ces hashtags : #WetsuwetenStrong #AllOutforWedzinKwa #LandBack
  • Regarder Invasion, un film incroyable de 18 minutes sur le camp Unist'ot'en, le point de contrôle de Gidimt'en et la plus grande nation Wet'suwet'en qui tient tête au gouvernement canadien et aux entreprises qui poursuivent la violence coloniale contre les peuples autochtones. (World BEYOND War a eu l'honneur de projeter ce film et d'animer une table ronde en septembre mettant en vedette Jen Wickham, membre de Cas Yikh du clan Gidimt'en de la nation Wet'suwet'en).
  • Lire le Tyee article Blocage du pipeline : Wet'suwet'en bloque l'effort pour creuser un tunnel sous la rivière Morice

Réponses 3

  1. Veuillez faire savoir à ces personnes qu'elles peuvent gagner sur les balançoires mais perdre beaucoup plus sur les ronds-points par leur soutien apparent et leur respect du programme du « depop shot », qui est tout ce qu'ils ont vécu aux mains du colonialisme, mais sous stéroïdes. au nième degré, atteignant tous les organes, le matériel génétique, la fonctionnalité des systèmes corporels, etc., etc. Au moins, ne les laissez pas TOUS participer aux injections « expérimentales » ! Pourquoi risqueraient-ils ainsi leur souveraineté et leur intégrité physiques les plus élémentaires, tout en essayant de protéger l'intégrité de leur groupe et de leur environnement extérieur ? Quiconque pense que c'est bien a besoin de plus d'informations, qui ne peuvent être trouvées sur aucune plate-forme grand public !

  2. Que la lumière du soleil brille sur vous, gardiens et protecteurs de l'eau, pour vous réchauffer pendant ces froides journées d'hiver alors que vous vous opposez fermement à l'impérialisme. Merci.

  3. Que votre impact sur la résistance soit durable pendant votre mandat. Pour le bien de nos générations futures 🙏🏾. Sauvez l'eau et la terre, sauvez notre avenir. Mettez fin à l'impérialisme où qu'il se trouve.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue