Pour entrer dans la foire aux armes du Canada, vous devrez traverser une manifestation anti-guerre

Par un mercredi matin pluvieux à Ottawa, des manifestants anti-guerre ont bloqué l'accès au plus grand salon d'armes et de défense du Canada pour condamner les profiteurs de guerre. Photo par Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

Par Natasha Bulowski, Observateur national du Canada, Juin 2, 2022

Sous l'œil attentif de la police locale, plus de 100 manifestants anti-guerre ont bloqué mercredi l'accès à la plus grande foire aux armes et à la défense du Canada pour condamner les profiteurs de guerre.

Des manifestants scandant et brandissant des banderoles et des pancartes bloquaient périodiquement les entrées des véhicules et des piétons du Centre EY d'Ottawa alors que les participants affluaient dans le stationnement pour s'inscrire au salon mondial annuel de la défense et de la sécurité CANSEC.⁣⁣

À 7 heures du matin le 1er juin 2022, plus de 100 personnes se sont présentées pour protester contre la plus grande foire aux armes et à la défense du Canada. Ils ont périodiquement traversé les entrées du parc des expositions pour bloquer les participants en route pour assister au discours d'ouverture du ministre de la Défense Anita Anand à 8 heures du matin. Photo par Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

⁣⁣

Un manifestant salue les personnes qui assistent à la foire aux armements annuelle de CANSEC déguisée en faucheuse pour protester contre les profiteurs de guerre. Photo par Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

Un manifestant, vêtu de la robe et de la faux emblématiques de la faucheuse, se tenait à l'entrée du véhicule, faisant signe aux conducteurs alors qu'ils tentaient de traverser la foule de militants anti-guerre. Quelque 12,000 55 personnes et XNUMX délégations internationales devraient assister à l'événement de deux jours, organisé par l'Association canadienne des industries de défense et de sécurité. CANSEC présente une technologie et des services de pointe pour les unités militaires terrestres, navales et aérospatiales aux délégués internationaux et aux hauts responsables gouvernementaux et militaires.

Mais avant que les participants puissent s'émerveiller devant les armes exposées à l'intérieur, ils devaient passer la manifestation. Bien que la police ait travaillé pour garder les manifestants hors du parking, quelques-uns ont réussi à se faufiler et à s'allonger pour empêcher les voitures d'entrer dans le parking.

Ils ont été rapidement emmenés ou traînés par la police.⁣⁣

Un manifestant est expulsé de la zone après s'être faufilé devant la ligne de police pour bloquer la circulation lors d'une manifestation anti-guerre devant CANSEC, la plus grande foire aux armes et à la défense du Canada, le 1er juin 2022. Photo de Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

Les protestations n'ont pas arrêté le spectacle à l'intérieur du centre d'exposition, où des chefs militaires, des représentants du gouvernement, des diplomates et des politiciens se sont mêlés au milieu des dernières et meilleures technologies militaires. Des écrans présentant des véhicules blindés massifs, des armes à feu, des équipements de protection et une technologie de vision nocturne s'étendaient à perte de vue. Après un discours liminaire de la ministre fédérale de la Défense, Anita Anand, les participants se sont promenés dans plus de 300 stands d'exposition, parcourant la marchandise, posant des questions et réseautant.⁣

Un participant parcourt une exposition à CANSEC, le plus grand salon d'armes et de défense au Canada, le 1er juin 2022. Photo de Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

Pour les Défense de General Motors, le salon est l'occasion de déterminer ce que veut la clientèle canadienne, afin que l'entreprise puisse construire des équipements répondant aux exigences qui existeront dans les programmes futurs, a déclaré Angela Ambrose, vice-présidente des relations gouvernementales et des communications de l'entreprise. Observateur national du Canada.

Sous l'œil attentif de la police locale, plus de 100 manifestants anti-guerre ont bloqué mercredi l'accès à la plus grande foire aux armes et à la défense du Canada pour condamner les profiteurs de guerre. #CANSEC

Bien que les ventes "peuvent certainement avoir lieu lors d'un salon professionnel", Ambrose affirme que le réseautage avec des clients et des concurrents potentiels est la principale priorité, ce qui jette les bases des ventes futures.

Les responsables militaires, les bureaucrates du gouvernement, les diplomates et les participants généraux peuvent avoir une idée des armes, mais alors que certains posaient joyeusement avec leur arme de prédilection, d'autres étaient timides devant les caméras.

Tous les participants ne voudront pas que leur visage ou leurs produits soient photographiés "en raison de la nature sensible et concurrentielle de l'industrie et/ou de considérations de sécurité", l'événement lignes directrices pour les médias l'état, ajoutant : "Avant d'enregistrer ou de photographier une personne, un stand ou un produit, les médias doivent s'assurer qu'ils ont le consentement."

Les personnes qui tenaient les cabines surveillaient les photographes, intervenant parfois pour les dissuader de prendre des photos contenant des visages.⁣

Lors de la foire annuelle de la défense CANSEC à Ottawa, les participants examinent et posent des questions sur les armes et autres technologies militaires. Photo par Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

⁣⁣Lors de l'exposition en plein air, les participants ont inspecté, photographié et posé dans des véhicules blindés et des hélicoptères. Observateur national du Canada a reçu l'ordre de ne pas publier de photos d'un énorme véhicule militaire transporté par avion depuis les États-Unis⁣

Des hélicoptères et d'autres gros véhicules militaires sont exposés dans une exposition en plein air à CANSEC, les 1er et 2 juin. Photo de Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

Nicole Sudiacal, l'une des manifestantes, a déclaré que les armes, les fusils et les chars présentés au CANSEC "ont été directement impliqués et complices de guerres contre les peuples du monde entier, de la Palestine aux Philippines, en passant par l'Afrique et l'Asie du Sud. ” Les armées, les militaires et les gouvernements « profitent de la mort de millions et de milliards de personnes dans le monde », dont la plupart sont des communautés autochtones, des paysans et des ouvriers, a déclaré le jeune homme de 27 ans. Observateur national du Canada.⁣

Nicole Sudiacal, 27 ans, tient une banderole et traverse l'entrée du salon de la défense CANSEC pour obstruer la circulation lors d'une manifestation anti-guerre le 1er juin 2022. Photo de Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

"Ce sont les gens qui vendent leurs armes pour lutter contre la résistance à travers le monde, qui luttent contre le climat [l'action]... ils sont directement complices, donc nous sommes là pour les empêcher de profiter de la guerre."

communiqué de presse À partir de World Beyond War affirme que le Canada est le deuxième fournisseur d'armes au Moyen-Orient et qu'il est devenu l'un des principaux marchands d'armes au monde.

Lockheed Martin fait partie des sociétés les plus riches du salon et "a vu ses actions grimper de près de 25% depuis le début de la nouvelle année", indique le communiqué de presse.

Bessa Whitmore, 82 ans, fait partie de la Mamies déchaînées et participe à cette manifestation annuelle depuis des années.⁣

Bessa Whitmore, 82 ans, a manifesté contre CANSEC avec plus de 100 militants anti-guerre le 1er juin 2022. Photo de Natasha Bulowski / Observatrice nationale du Canada

"La police est beaucoup plus agressive qu'avant", a déclaré Whitmore. "Ils nous laissaient marcher ici et bloquaient la circulation et les ennuyaient, mais maintenant ils sont très agressifs."

Alors que les voitures se déplaçaient lentement avec l'aide de la police, Whitmore et d'autres manifestants se tenaient sous la pluie, criant après les participants et perturbant au mieux de leurs capacités.

Elle est triste de voir des voitures alignées pour "acheter des armes qui vont tuer des gens ailleurs".

"Tant qu'il n'arrivera pas ici, nous ne réagirons pas... nous gagnons beaucoup d'argent en vendant des machines à tuer à d'autres personnes."


Natasha Bulowski / Initiative de journalisme local / Observatrice nationale du Canada

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue