Lettre ouverte au premier ministre du Canada : Exportations d'armes en cours vers l'Arabie saoudite

Lettre ouverte au premier ministre du Canada, par les signataires ci-dessous, 13 décembre 2021

Re: Exportations d'armes en cours vers l'Arabie saoudite

Monsieur le Premier ministre Trudeau,

Cliquez sur l'image pour voir le PDF

Les soussignés, représentant un échantillon représentatif du travail canadien, du contrôle des armements, de la lutte contre la guerre, des droits de la personne, de la sécurité internationale et d'autres organisations de la société civile, écrivent pour réitérer notre opposition continue à la délivrance par votre gouvernement de permis d'exportation d'armes pour les armes destinées à l'Arabie saoudite. . Nous écrivons aujourd'hui en ajoutant aux lettres de mars 2019, août 2019, avril 2020 et septembre 2020 dans lesquelles plusieurs de nos organisations ont fait part de leurs préoccupations concernant les graves implications éthiques, juridiques, humaines et humanitaires du transfert continu d'armes du Canada vers l'Arabie saoudite. Nous regrettons qu'à ce jour, nous n'avons reçu aucune réponse à ces préoccupations de votre part ou des ministres du Cabinet concernés sur la question. Surtout, nous regrettons que le Canada se retrouve en violation de ses accords internationaux de contrôle des armements.

Depuis le début de l'intervention saoudienne au Yémen au début de 2015, le Canada a exporté pour environ 7.8 milliards de dollars d'armes vers l'Arabie saoudite. Une proportion importante de ces transferts ont eu lieu après l'adhésion du Canada en septembre 2019 au Traité sur le commerce des armes (TCA). Une analyse exhaustive effectuée par des organisations de la société civile canadienne a montré de manière crédible que ces transferts constituent une violation des obligations du Canada en vertu du TCA, étant donné des cas bien documentés d'abus saoudiens contre ses propres citoyens et le peuple du Yémen. Pourtant, l'Arabie saoudite demeure de loin la principale destination non américaine des exportations d'armes du Canada. À sa grande honte, le Canada a été nommé à deux reprises par le Groupe d'experts éminents des Nations Unies sur le Yémen comme l'un des nombreux États aidant à perpétuer le conflit en continuant de fournir des armes à l'Arabie saoudite.

English version

Les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP), que le Canada a endossés en 2011, indiquent clairement que les États devraient prendre des mesures pour s'assurer que les politiques, la législation, les violations flagrantes des droits de l'homme et que des mesures soient prises pour garantir que les entreprises commerciales opérant dans les zones de conflit identifient, préviennent et atténuent les risques pour les droits de l'homme de leurs activités et relations d'affaires. Les UNGP exhortent les États à accorder une attention particulière aux risques potentiels des entreprises contribuant aux violences de genre et sexuelles.

Le Canada a indiqué son intention de publier un document décrivant sa politique étrangère féministe, pour compléter sa politique d'aide étrangère féministe existante et son travail pour faire progresser l'égalité des sexes et le programme Femmes, paix et sécurité (FPS). Les transferts d'armes vers l'Arabie saoudite sapent gravement ces efforts et sont fondamentalement incompatibles avec une politique étrangère féministe. Le gouvernement du Canada a parlé ouvertement de la façon dont les femmes et d'autres groupes vulnérables ou minoritaires sont systématiquement opprimés en Arabie saoudite et sont touchés de manière disproportionnée par le conflit au Yémen. Le soutien direct au militarisme et à l'oppression, par la fourniture d'armes, est l'exact opposé d'une approche féministe de la politique étrangère.

Nous reconnaissons que la fin des exportations d'armes canadiennes vers l'Arabie saoudite aura un impact sur les travailleurs de l'industrie de l'armement. Nous exhortons donc le gouvernement à travailler avec les syndicats représentant les travailleurs de l'industrie de l'armement pour élaborer un plan qui protège les moyens de subsistance de ceux qui seraient touchés par la cessation des exportations d'armes vers l'Arabie saoudite. Fait important, cela présente une occasion d'envisager une stratégie de conversion économique pour réduire la dépendance du Canada à l'égard des exportations d'armes, en particulier lorsqu'il existe un risque clair et présent d'utilisation abusive, comme c'est le cas avec l'Arabie saoudite.

Plusieurs États ont mis en place diverses restrictions sur les exportations d'armes vers l'Arabie saoudite, notamment l'Autriche, la Belgique, l'Allemagne, la Grèce, la Finlande, l'Italie, les Pays-Bas et la Suède. La Norvège et le Danemark ont ​​totalement cessé de fournir des armes au gouvernement saoudien. Bien que le Canada prétende avoir certains des contrôles d'armes les plus stricts au monde, les faits montrent le contraire.

Nous sommes également déçus que votre gouvernement n'ait divulgué aucune information concernant le groupe consultatif indépendant d'experts annoncé par les ministres Champagne et Morneau il y a près d'un an et demi. Malgré de multiples ouvertures pour aider à façonner ce processus – qui pourrait constituer une étape positive vers une meilleure conformité avec le TCA – les organisations de la société civile sont restées en dehors du processus. De même, nous n'avons vu aucun autre détail sur l'annonce des ministres selon laquelle le Canada dirigera les discussions multilatérales pour renforcer la conformité au TCA en vue de l'établissement d'un régime d'inspection international.

Premier ministre, les transferts d'armes à l'Arabie saoudite sapent le discours du Canada sur les droits de la personne. Ils sont contraires aux obligations juridiques internationales du Canada. Ils présentent un risque important d'être utilisés dans la perpétration de violations graves du droit international humanitaire ou des droits de l'homme, pour faciliter des cas graves de violence sexiste ou d'autres abus, en Arabie saoudite ou dans le contexte du conflit au Yémen. Le Canada doit exercer son autorité souveraine et mettre fin immédiatement au transfert de véhicules blindés légers vers l'Arabie saoudite.

Sincèrement,

Union fusionnée du transport (ATU) Canada

Amnistie internationale Canada (section anglophone)

Amnistie internationale Canada francophone

Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)

Association pour la Taxation des Transactions Financières et pour l'Action Citoyenne (ATTAC-Québec)

BC Government and Service Employees 'Union (BCGEU)

Institut canadien de politique étrangère

Comité du service des amis canadiens (Quakers)

Congrès du travail du Canada – Congrès du travail du Canada (CTC-CTC)

Syndicat canadien des employées et employés professionnels et de bureau (COPE-SEPB)

Groupe canadien Pugwash

Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP-STTP)

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-SCFP)

SCFP Ontario

La voix canadienne des femmes pour la paix

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient

Centre d'éducation et d'action des femmes de Montréal (CÉAF)

Centre justice et foi (CJF)

Collectif Échec à la guerre

Collectif des femmes chrétiennes et féministes L'autre Parole

Comité de Solidarité/Trois-Rivières

Commission sur l'altermondialisation et la solidarité internationale de Québec solidaire (QS)

Confédération des syndicats nationaux (CSN)

Conseil central du Montréal métropolitain — CSN

Le Conseil des Canadiens

Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN)

Femmes en mouvement, Bonaventure, Québec

Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU)

Projet mondial de lever de soleil

Vert Gauche-Gauche verte

Hamilton Coalition pour mettre fin à la guerre

Groupe de surveillance internationale des libertés civiles – Coalition pour la surveillance internationale des libertés civiles (ICLMG/CSILC)

Comité pour la paix juste-BC

Travail contre le commerce des armes

Les Amies de la Terre de Québec

Les artistes pour la paix

Ligue des droits et libertés (LDL)

L'R des centres de femmes du Québec

Médecins du Monde Canada

Syndicat National des Employés Publics et Généraux (NUPGE)

Oxfam Canada

Oxfam Québec

Réunion des Quakers du Comité de la paix et des préoccupations sociales d'Ottawa

Les gens pour la paix, Londres

Projet Ploughshares

Alliance de la Fonction publique du Canada – Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC-AFPC)

Québec solidaire (QS)

Religions pour la Paix – Québec

Institut Rideau

Action Socialiste / Ligue pour l'Action socialiste

Sœurs Auxiliatrices

Sœurs du Bon-Conseil de Montréal

Solidarité Laurentides Amérique centrale (SLAM)

Solidarité populaire Estrie (SPE)

Syndicat des chargées et chargées de cours de l'Université Laval (SCCCUL)

Syndicat des Métallos (USW) – Syndicat des Métallos

Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté (WILPF)

Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté – Canada

World BEYOND War

cc : Hon. Mélanie Joly, ministre des Affaires étrangères

Hon. Mary Ng, ministre du Commerce international, de la Promotion des exportations, de la Petite entreprise et du Développement économique

Hon. Chrystia Freeland, vice-première ministre et ministre des Finances Hon. Erin O'Toole, chef de l'opposition officielle

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique du Canada

Michael Chong, porte-parole du Parti conservateur du Canada en affaires étrangères Stéphane Bergeron, porte-parole en matière d'affaires étrangères du Bloc Québécois

Heather McPherson, porte-parole du Nouveau Parti démocratique du Canada en matière d'affaires étrangères

 

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas.

*

limite est épuisé. S'il vous plaît recharger CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment sont traitées les données de vos commentaires..

Rechercher dans WorldBeyondWar.org

Inscrivez-vous aux e-mails d'actualité et d'action contre la guerre

Traduire dans n'importe quelle langue