Les États-Unis ont mis six pires choses que la Coupe du monde au Qatar

Le secrétaire américain à la "Défense" Jim Mattis rencontre l'Émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani et le ministre de la Défense Khalid bin Mohammad Al Attiyah à la base aérienne d'Al Udeid au Qatar le 28 septembre 2017. (Photo du DOD par le sergent de l'US Air Force . Jette Carr)

Par David Swanson, World BEYOND War, Novembre 21, 2022

Voici une vidéo de John Oliver dénonçant la FIFA pour avoir organisé la Coupe du monde au Qatar, un endroit qui utilise l'esclavage et abuse des femmes et des personnes LGBT. C'est une vidéo sur la façon dont tout le monde passe sous silence les vilaines vérités. Oliver traîne en Russie en tant qu'ancien hôte de la Coupe du monde qui abuse des manifestants, et même en Arabie saoudite en tant qu'hôte possible dans un avenir lointain qui commet toutes sortes d'atrocités. Ma préoccupation n'est pas seulement que les États-Unis, en tant que l'un des hôtes prévus dans quatre ans, obtiennent un laissez-passer sur son comportement général. Ce qui m'inquiète, c'est que les États-Unis ont largement dépassé la FIFA cette année, et chaque année, au Qatar. Les États-Unis ont mis six éléments dans cette horrible petite dictature pétrolière, chacun étant pire que la Coupe du monde.

La première chose est une base militaire américaine qui achemine des troupes et des armes et des ventes d'armes américaines vers le Qatar, et du pétrole vers les États-Unis, tout en aidant à soutenir un dictateur affreux et à impliquer le Qatar dans les guerres américaines. Les cinq autres choses sont aussi Bases militaires américaines — bases utilisées par l'armée américaine — au Qatar. Les États-Unis conservent leur propre petit nombre de troupes au Qatar, mais aussi des armes, des trains et même fonds avec l'argent des contribuables américains, l'armée qatarienne, qui acheté près d'un milliard de dollars d'armes américaines l'année dernière. Comment, oh comment, les chercheurs de crack de John Oliver n'ont-ils pas découvert cela ? Même les bases et les troupes américaines en Arabie saoudite, et les ventes massives d'armes américaines à cette dictature brutale, sont apparemment invisibles. La plus grande présence de troupes américaines dans la ville voisine de Bahreïn passe inaperçue. De même ceux des Émirats arabes unis et d'Oman. Idem pour toutes les bases et troupes américaines au Koweït, en Irak, en Syrie, en Égypte, en Israël, etc.

Mais imaginez la vidéo qui pourrait être réalisée si le sujet était permis. La nécessité de pouvoir déclencher rapidement des guerres partout dans le monde ne justifie plus les bases aux yeux de l'armée américaine elle-même. Et pourtant, les bases persistent, soutenant des dictateurs amis avec lesquels le gouvernement américain considère qu'il est souhaitable de travailler, exactement comme la FIFA est citée comme regardant le Qatar dans la vidéo de John Oliver.

Les médias américains opèrent dans une fourchette prescrite, de la Wall Street Journal d'un côté à des choses comme les vidéos de John Oliver de l'autre. La critique de l'armée américaine ou de ses guerres ou de ses bases étrangères ou de son soutien aux dictatures brutales se situe en dehors de cette fourchette.

Il y a deux ans, j'ai écrit un livre intitulé "20 dictateurs actuellement soutenus par les États-Unis" J'ai présenté comme l'un des 20 sélectionnés un homme toujours au pouvoir au Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani. Ce dictateur n'était pas le seul à avoir été éduqué à la Sherborne School (International College) et à la Harrow School, ainsi qu'à l'obligatoire Royal Military Academy Sandhurst, qui a « éduqué » au moins cinq des 20 dictateurs. Il a été nommé officier dans l'armée du Qatar tout droit sorti de Sandhurst. En 2003, il devient commandant en chef adjoint de l'armée. Il s'était déjà qualifié comme héritier du trône en ayant un pouls et son frère aîné ne voulant pas le concert. Son père avait ravi le trône à son grand-père lors d'un coup d'État militaire soutenu par la France. L'émir n'a que trois épouses, dont une seule est sa cousine germaine.

Le cheikh est un dictateur brutal et un bon ami des meilleurs propagateurs de démocratie au monde. Il a rencontré Obama et Trump à la Maison Blanche et aurait été ami avec Trump avant même l'élection de ce dernier. Lors d'une réunion de Trump à la Maison Blanche, il a accepté un "partenariat économique" avec les États-Unis qui implique l'achat de plus de produits auprès de Boeing, Gulfstream, Raytheon et Chevron Phillips Chemical.

Le 31 janvier de cette année, selon le site de la Maison Blanche, "Le président Joseph R. Biden, Jr. a rencontré aujourd'hui l'émir cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani du Qatar. Ensemble, ils ont réaffirmé leur intérêt mutuel à promouvoir la sécurité et la prospérité dans la région du Golfe et du Moyen-Orient élargi, à assurer la stabilité de l'approvisionnement énergétique mondial, à soutenir le peuple afghan et à renforcer la coopération commerciale et d'investissement. Le président et l'émir ont salué la signature d'un accord de 20 milliards de dollars entre Boeing et Qatar Airways Group, qui soutiendra des dizaines de milliers d'emplois dans le secteur manufacturier américain. En reconnaissance du partenariat stratégique entre les États-Unis et le Qatar, qui s'est approfondi au cours des 50 dernières années, le président a informé l'émir de son intention de désigner le Qatar comme un allié majeur non membre de l'OTAN.

La démocratie est en marche !

Le Qatar a aidé l'armée américaine (et l'armée canadienne) dans diverses guerres, notamment la guerre du Golfe, la guerre contre l'Irak et la guerre contre la Libye, ainsi que dans la guerre saoudienne/américaine contre le Yémen. Le Qatar n'a pas connu le terrorisme jusqu'à un attentat de 2005, c'est-à-dire après son soutien à la destruction de l'Irak. Le Qatar a également armé des forces islamistes rebelles/terroristes en Syrie et en Libye. Le Qatar n'a pas toujours été un ennemi fiable de l'Iran. Ainsi, la diabolisation de son émir dans les médias américains à l'approche d'une nouvelle guerre n'est pas au-delà du domaine de l'imaginable, mais pour l'instant, il est un ami et un allié précieux.

Selon le Le Département d'Etat américain en 2018, « le Qatar est une monarchie constitutionnelle dans laquelle l'émir cheikh Tamim bin Hamad Al Thani exerce le plein pouvoir exécutif. . . . Les questions relatives aux droits de l'homme comprenaient la criminalisation de la diffamation ; les restrictions à la réunion pacifique et à la liberté d'association, y compris l'interdiction des partis politiques et des syndicats ; les restrictions à la liberté de mouvement pour les voyages des travailleurs migrants à l'étranger ; les limites de la capacité des citoyens à choisir leur gouvernement lors d'élections libres et équitables ; et la criminalisation de l'activité sexuelle consensuelle entre personnes de même sexe. Des cas de travail forcé ont été signalés et le gouvernement a pris des mesures pour y remédier. Oh, eh bien, tant qu'il a pris des mesures pour y remédier!

Imaginez quelle différence cela ferait si les médias américains cessaient de faire référence au gouvernement qatari et commençaient à faire référence à la dictature esclavagiste qatarie soutenue par les États-Unis. Pourquoi une telle précision serait-elle si malvenue ? Ce n'est pas parce que le gouvernement américain ne peut pas être critiqué. C'est parce que l'armée américaine et les marchands d'armes ne peuvent être critiqués. Et cette règle est si strictement appliquée qu'elle est invisible.

une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue