Lemmings allemands verts pour la guerre

Par Victor Grossman, World BEYOND War, Février 5, 2023

"Hey", grinça un lemming poilu à un autre (en lemming-jargon, bien sûr). « Je t'ai vu essayer de t'échapper de la foule ! Voulez-vous nous trahir bons lemmings. Peut-être que vous êtes un amoureux des renards, même un amoureux des loups. Vous feriez mieux de rester en ligne jusqu'à ce que nous ayons atteint notre objectif. Comme les amateurs de lemmings le savent malheureusement, cet objectif pourrait être au-dessus de la falaise dans la mer. Et je ne pense pas que les lemmings sachent nager !

Une telle falaise est-elle peut-être près de la mer Noire ? Ou le long du Dniepr ? Et y en a-t-il aujourd'hui qui, comme des lemmings, restent dans la foule ?

Non, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annelina Baerbock, n'est pas un lemming ! Elle doit se voir davantage comme un chef de ces buffles africains qui joignent les cornes et les sabots pour repousser l'attaque d'un prédateur. "Nous ne nous battons pas les uns contre les autres", a-t-elle déclaré aux députés européens, avant de déclarer ouvertement ce que les médias, moins directs, branchent depuis des années : "Nous menons une guerre contre la Russie !" Mais ce briseur de tabous trop véridique devait être dilué ; son adjointe a rapidement corrigé : « Nous soutenons l'Ukraine, mais en vertu du droit international. L'Allemagne n'est pas partie à la guerre.

Aucun ministre allemand des Affaires étrangères depuis 1945 n'a été aussi ouvertement belliqueux que ce chef du parti des Verts. Et elle a été l'une des plus bruyantes à faire pression pour des sanctions plus sévères de l'Union européenne : "Nous frappons le système Poutine là où il doit être frappé, non seulement économiquement et financièrement, mais dans son centre de pouvoir." - "Cela va ruiner la Russie. ”

Quatre tendances principales en Allemagne affectent la politique envers la Russie et l'Ukraine. Les fanfarons de Baerbock semblent désireux d'obliger le Boeing-Northrup-Lockheed-Le troupeau de Raytheon, symbolisé à juste titre par le taureau de bronze de Wall Street, à la recherche de chargements toujours plus importants de ce foin d'« autorisation de défense » de 800 à 900 milliards de dollars, soit plus de dix fois la taille du budget militaire de la Russie. Il n'est pas facile de saisir ce qu'il y a de défensif là-dedans ; sur plus de 200 conflits depuis 1945, la grande majorité était dirigée par les États-Unis et tous (à l'exception de Cuba) étaient très éloignés des côtes américaines. Ce groupe de tendance allemand belliqueux est également ami avec les monopoles américains qui font pression sur l'Allemagne depuis des années pour qu'elle cesse d'acheter du pétrole ou du gaz russe au lieu de ses propres produits de fracturation océanique. Lorsque des années de pression et même la guerre en Ukraine n'ont pas réussi à couper totalement les importations russes, certains experts sous-marins habiles ont mystérieusement fait exploser le pipeline sous la mer Baltique. Après de faibles tentatives de blâmer la Russie pour avoir détruit son propre pipeline, ces coups de couteau maladroits dans ce polar sombre mais pas trop opaque au fond de la mer ont été brusquement abandonnés ; même le président Biden, bien en avance, s'était vanté de son élimination !

Une deuxième tendance en Allemagne applaudit pleinement toutes les politiques et actions des États-Unis et de l'OTAN pour maintenir cette guerre jusqu'à ce que la Russie soit vaincue, mais diffère dans la mesure où elle s'oppose à un rôle de partenaire subalterne subordonné à Washington ou à Wall Street. Il veut que plus de puissance allemande se fasse sentir, au moins en Europe mais, espérons-le, plus loin ! Le ton de ses défenseurs (même, je sens parfois, leurs yeux d'acier) me rappelle de vieux souvenirs effrayants dont je me souviens encore avec un frisson. À cette époque, ce n'étaient pas des chars Leopard mais des chars Panther et Tiger qui se démenaient pour vaincre les Russes, comme lors du siège de 900 jours de Leningrad, avec environ un million et demi de morts, principalement des civils, principalement à cause de la famine et du froid extrême - plus de morts dans une ville que dans les bombardements de Dresde, Hambourg, Hiroshima et Nagasaki réunis. D'une manière ou d'une autre, les fabricants de chars aiment abuser des noms de prédateurs, également Puma, Gepard (Cheetah), Luchs (Lynx). Les noms de leurs fabricants prédateurs restent les mêmes ; Krupp, Rheinmetall, Maffei-Kraus amassent désormais non pas des Reich-Marks mais des euros. Bien sûr, les motivations et les stratégies ont considérablement changé, mais pour de nombreux partisans de cette tendance, je crains que les intentions expansives de base ne soient pas si totalement différentes. Ces forces sont fortes à la fois dans les « partis chrétiens », aujourd'hui dans l'opposition, mais aussi dans le Parti libéral démocrate, membre de la coalition gouvernementale.

Une troisième tendance, plus compliquée, est basée au sein du Parti social-démocrate (SPD) du chancelier Olaf Scholz. Beaucoup de ses dirigeants sont tout aussi belliqueux que leurs partenaires de la coalition. Le président du parti, Lars Klingbeil, après avoir loué les grands succès militaires des Ukrainiens, s'est vanté qu'ils étaient dus en partie à l'équipement militaire fourni par l'Europe, ainsi que par l'Allemagne, qui avait « rompu avec son tabou de plusieurs décennies contre l'envoi d'armes dans les zones de conflit ». L'aide serait poursuivie, a-t-il souligné, tout en louant l'obusier 2000, fourni par l'Allemagne, comme "l'un des systèmes d'armes les plus performants jusqu'à présent déployés en Ukraine". Il fournirait également des lanceurs de missiles et le char anti-aérien Gepard. . « Cela doit continuer. Cela se poursuivra », a promis Klingbeil. "Nous continuerons à soutenir l'Ukraine."

Mais tout en incluant la formule acceptée, "Poutine est un criminel de guerre, il a déclenché une guerre d'agression brutale", a-t-il également déclaré, "Une troisième guerre mondiale doit être empêchée". Ces mots pacifiques pourraient être une autre répétition de la formule : « L'Ukraine ne peut et ne doit être forcée de renoncer à aucun de ses territoires souverains, donc la seule conclusion possible de cette guerre est la défaite de la Russie, quelle que soit la quantité d'Ukraine détruite. et combien d'Ukrainiens – et de Russes – sont tués ou mutilés. Cette position est pleine de contradictions, mais finit par s'accorder avec les médias de masse.

Mais si les propos de Klingbeil visaient clairement à détourner les accusations selon lesquelles l'Allemagne aurait traîné des pieds pour envoyer des chars Leopard et donner à Zelensky les armes plus grosses et plus rapides qu'il voulait, comme des avions à réaction ou peut-être des sous-marins, ils reflètent également une certaine division au sein du parti. Quelques-uns de ses dirigeants (et nombre de ses membres) manquent d'enthousiasme face à l'augmentation croissante des milliards dans le budget de guerre et à l'envoi d'armes toujours plus grosses et plus puissantes à Zelensky. Scholz aussi semblait parfois entendre faiblement les voix de ceux, beaucoup plus nombreux dans les régions de l'ex-Allemagne de l'Est, qui ne veulent pas soutenir une guerre qui frappe durement les travailleurs allemands et pourrait éclater dans toute l'Europe ou dans le monde.

Cette troisième position bancale évite l'analyse d'une quelconque part de responsabilité de Washington et de ses marionnettes de l'OTAN dans la guerre. Il minimise ou ignore toute mention de la poussée sans promesse de l'OTAN (ou de son "flanc est") jusqu'aux frontières russes, grondant ses armes d'annihilation à une distance de tir toujours plus proche de Saint-Pétersbourg et de Moscou, resserrant son nœud autour Les routes commerciales russes dans la Baltique et, avec la Géorgie et l'Ukraine, dans la mer Noire, tandis que Kyiv, en battant toutes les contre-forces dans le Donbass depuis 2014, contribuait à créer un piège pour la Russie. Son objectif, parfois exprimé explicitement, était de répéter le putsch pro-occidental, pro-OTAN, mené par Washington sur la place Maidan en 2014 - mais la prochaine fois sur la Place Rouge à Moscou - et s'est finalement conclu sur la place Tiananmen à Pékin. Même le fait de soulever des questions aussi difficiles était qualifié de nostalgie de « russophile de la vieille gauche » ou d'« amour de Poutine ». Mais, heureusement ou non, Scholz, avec ou sans réserves intérieures quant à l'extension de la guerre, semble avoir cédé à la pression géante pour l'uniformité.

La quatrième tendance de la pensée ou de l'action allemande concernant l'Ukraine s'oppose aux livraisons d'armes et appelle à tous les efforts possibles pour parvenir à un cessez-le-feu puis, enfin, à un accord de paix. Toutes les voix de ce groupe ne viennent pas de la gauche. Le général à la retraite Harald Kujat, de 2000 à 2002 haut responsable des forces armées allemandes, la Bundeswehr, puis président du Comité militaire de l'OTAN, a offert des conclusions surprenantes dans une interview pour la publication suisse peu connue, Zeitgeschehen im Fokus (janv. 18, 2023). En voici quelques uns:

« Plus la guerre dure, plus il devient difficile de parvenir à une paix négociée. …. C'est pourquoi j'ai trouvé si regrettable que les négociations à Istanbul en mars aient été interrompues malgré de grands progrès et un résultat tout à fait positif pour l'Ukraine. Lors des négociations d'Istanbul, la Russie avait apparemment accepté de retirer ses forces au niveau du 23 février, c'est-à-dire avant le début de l'attaque contre l'Ukraine. Aujourd'hui, le retrait complet est réclamé à plusieurs reprises comme condition préalable aux négociations… L'Ukraine s'était engagée à renoncer à l'adhésion à l'OTAN et à ne pas autoriser le stationnement de troupes étrangères ou d'installations militaires. En retour, il recevrait des garanties de sécurité de tous les États de son choix. L'avenir des territoires occupés devait être résolu diplomatiquement d'ici 15 ans, avec le renoncement explicite à la force militaire. …

« Selon des informations fiables, le Premier ministre britannique de l'époque, Boris Johnson, est intervenu à Kiev le 9 avril et a empêché une signature. Son raisonnement était que l'Occident n'était pas prêt pour la fin de la guerre…

"Il est scandaleux que le citoyen crédule n'ait aucune idée de ce qui se jouait ici. Les négociations d'Istanbul étaient bien connues publiquement, aussi qu'un accord était sur le point d'être signé ; mais du jour au lendemain on n'en entendait plus parler...

« L'Ukraine se bat pour sa liberté, pour sa souveraineté et pour l'intégrité territoriale du pays. Mais les deux principaux acteurs de cette guerre sont la Russie et les États-Unis. L'Ukraine se bat également pour les intérêts géopolitiques américains, dont le but déclaré est d'affaiblir politiquement, économiquement et militairement la Russie à tel point qu'elle peut alors se tourner vers son rival géopolitique, le seul capable de mettre en péril sa suprématie de puissance mondiale : la Chine. ….

« Non, cette guerre ne concerne pas notre liberté. Les problèmes fondamentaux qui ont déclenché et continuent aujourd'hui la guerre, même si elle aurait pu se terminer depuis longtemps, sont bien différents… La Russie veut empêcher son rival géopolitique américain d'acquérir une supériorité stratégique qui menace la sécurité de la Russie. Que ce soit par l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN dirigée par les États-Unis, que ce soit par le stationnement de troupes américaines, la relocalisation d'infrastructures militaires ou des manœuvres conjointes de l'OTAN. Le déploiement des systèmes américains du système de défense antimissile balistique de l'OTAN en Pologne et en Roumanie est également une épine dans le pied de la Russie, car la Russie est convaincue que les États-Unis pourraient également éliminer les systèmes stratégiques intercontinentaux russes de ces installations de lancement et ainsi mettre en danger l'équilibre stratégique nucléaire.

« Plus la guerre dure, plus le risque d'expansion ou d'escalade est grand… Les deux parties belligérantes sont actuellement à nouveau dans une impasse… Ce serait donc le bon moment pour reprendre les négociations interrompues. Mais les livraisons d'armes signifient le contraire, à savoir que la guerre se prolonge de manière insensée, avec encore plus de morts des deux côtés et la poursuite de la destruction du pays. Mais aussi avec la conséquence que nous sommes entraînés encore plus profondément dans cette guerre. Même le secrétaire général de l'OTAN a récemment mis en garde contre une escalade des combats en une guerre entre l'OTAN et la Russie. Et selon le chef d'état-major interarmées américain, le général Mark Milley, l'Ukraine a réalisé ce qu'elle pouvait réaliser militairement. Plus n'est pas possible. C'est pourquoi des efforts diplomatiques doivent être faits maintenant pour parvenir à une paix négociée. Je partage ce point de vue….

« Ce que Mme Merkel a dit dans une interview est clair. L'accord de Minsk II n'a été négocié que pour gagner du temps pour l'Ukraine. Et l'Ukraine a également utilisé le temps pour se réarmer militairement. … La Russie appelle cela de manière compréhensible fraude. Et Merkel confirme que la Russie a été délibérément trompée. Vous pouvez en juger comme bon vous semble, mais c'est un abus de confiance flagrant et une question de prévisibilité politique.

« Il est indéniable que le refus du gouvernement ukrainien – conscient de cette intention de tromperie – de mettre en œuvre l'accord, quelques jours seulement avant le début de la guerre, a été l'un des déclencheurs de la guerre.

« C'était… une violation du droit international, c'est clair. Les dégâts sont immenses. Il faut imaginer la situation aujourd'hui. Les gens qui voulaient faire la guerre depuis le début et qui veulent toujours le faire ont estimé qu'on ne peut pas négocier avec Poutine. Quoi qu'il en soit, il ne respecte pas les accords. Mais maintenant, il s'avère que c'est nous qui ne respectons pas les accords internationaux…

« Pour autant que je sache, les Russes respectent leurs traités… J'ai eu de nombreuses négociations avec la Russie… Ce sont des partenaires de négociation difficiles, mais si vous parvenez à un résultat commun, alors cela tient et s'applique. "

Les opinions de Kujat, malgré son excellent curriculum vitae, ont été soit ignorées par les médias, soit enterrées avec quelques mots ambigus.

En Allemagne, comme ailleurs, les gauchistes sont divisés, voire divisés, à propos de la guerre en Ukraine, et cela inclut le parti LINKE. Son aile "réformiste", avec une majorité d'environ 60 contre 40 lors de son congrès de juin, rejoint le courant principal officiel en dénonçant avec colère Poutine, accusant la Russie d'impérialisme et, le cas échéant, ne critiquant que faiblement les politiques des États-Unis, de l'OTAN ou de l'Union européenne menant à la guerre. Certains membres du LINKE soutiennent les ventes d'armes à Zelensky et utilisent des termes tels que "les amoureux de Poutine" pour condamner leurs opposants. S'inscrivent-ils dans l'analogie comparant la politique du ministre des Affaires étrangères Baerbock à des buffles défensifs contre un lion vorace ? Ou ont-ils rejoint une sorte de foule de lemmings ?

D'autres dans le LINKE préféreraient une image d'un grand ours se défendant contre une meute de loups attaquants - et frappant fort contre le loup qui se rapproche le plus. Les ours peuvent aussi être très brutaux, et beaucoup dans cette aile du parti évitent d'exprimer leur amour pour eux. Mais ils le voient tout de même sur la défensive – même s'il est le premier à frapper et à saigner. Ou ces analogies sont-elles trop désinvoltes face aux terribles événements qui se déroulent actuellement.

Pour le moment, la scission au sein du LINKE semble brièvement suspendue ; des élections doivent avoir lieu à Berlin dimanche prochain et je ne peux pas imaginer un véritable gauchiste souhaitant que les politiciens de droite gagnent en force. En fait, même les dirigeants « réformateurs » locaux qui étaient devenus moins enthousiastes à propos de la campagne de confiscation d'énormes biens immobiliers à Berlin, qui a remporté plus d'un million de voix (56.4 %) lors d'un référendum en 2021, ont maintenant récupéré leur ancien militantisme, ce qui en fait le seul membre de la coalition tripartite cité-État à soutenir cette revendication, tandis que les Verts et le maire social-démocrate ont découvert une nouvelle tolérance envers les grands agents immobiliers.

Les questions de politique étrangère ne sont pas si visibles dans une élection municipale, mais il semble que les dirigeants « réformateurs » de Berlin LINKE s'abstiennent, au moins jusqu'à dimanche, de paroles acerbes contre la populaire, toujours très controversée, Sahra Wagenknecht, qui s'en tient à ses slogans de « Pas d'exportation d'armes » et « Chauffage domestique, pain, paix ! Alors que le parti n'est désormais plus qu'à 11% dans les sondages de Berlin, une unité rafistolée est considérée comme une chance, avec une posture militante et combative, de le sauver d'un destin Humpty-Dumpty après tout ! Avec un petit espoir d'une bonne surprise le 12 février, beaucoup dans la LINKE retiennent leur souffle.

A vrai dire, suivre l'actualité de nos jours est tout sauf un pur plaisir. Récemment, cependant, j'ai eu une rare chance de sourire.

Le chancelier Olaf Scholz, après avoir cédé – ou s'être agenouillé – aux pressions belligérantes et avoir tenté de rajeunir les lauriers fanés pour lui-même et l'Allemagne, s'est envolé pour son premier voyage officiel en Amérique latine. Après de brèves visites de courtoisie sans incident au Chili et en Argentine, il a atterri à Brasilia, dans l'espoir de sevrer le géant latin dans le berceau de l'OTAN et de l'Europe - et loin de ces rivaux russes et chinois.

La conférence de presse de clôture avec Lula a été pleine de sourires et de claques dans le dos. D'abord! "Nous sommes tous heureux que le Brésil soit de retour sur la scène mondiale", a assuré Scholz. Mais ensuite, tout à coup, le bonheur lui a été chassé. Non, le Brésil n'enverrait pas à l'Ukraine les pièces souhaitées des chars de défense aérienne Gepard de fabrication allemande et pas de munitions non plus, a déclaré Lula : « Le Brésil n'a aucun intérêt à remettre des munitions qui peuvent être utilisées dans la guerre entre l'Ukraine et la Russie. Nous sommes un pays engagé pour la paix.

Ses mots suivants posaient des questions presque hérétiques jusque-là énergiquement étouffées par les médias occidentaux :

« Je pense que la raison de la guerre entre la Russie et l'Ukraine doit également être plus claire. Est-ce à cause de l'OTAN ? Est-ce à cause de revendications territoriales ? Est-ce à cause de l'entrée en Europe ? Le monde a peu d'informations à ce sujet », a ajouté Lula.

S'il était d'accord avec son visiteur allemand sur le fait que la Russie avait commis "une erreur classique" en envahissant le territoire ukrainien, il a critiqué le fait qu'aucune des parties n'ait montré une volonté suffisante pour résoudre la guerre par la négociation : "Personne ne veut reculer d'un millimètre", a-t-il déclaré. Ce n'était certainement pas ce que Scholz voulait entendre. Et quand, presque visiblement nerveux, il a insisté sur le fait que l'invasion de l'Ukraine par la Russie n'était pas seulement un problème européen, mais "une violation flagrante du droit international" et qu'elle sapait "la base de notre coopération dans le monde et aussi pour la paix". Lula, toujours souriant, a insisté : « Jusqu'à présent, sincèrement, je n'ai pas beaucoup entendu parler de la façon d'atteindre la paix dans cette guerre.

Puis vint la proposition surprenante de Lula : un club pacifiste de pays non alignés comme la Chine, le Brésil, l'Inde et l'Indonésie, dont aucun n'avait été inclus dans les discussions sur la guerre. Un tel club signifierait minimiser l'Allemagne et tous ses alliés ou sous-fifres européens - fondamentalement le contraire de ce que toute la tournée sud de Scholz avait visé. C'était très difficile de « garder le sourire » !

Il n'était pas surprenant que la conférence de presse et l'ensemble de la visite n'aient guère retenu l'attention de la plupart des médias allemands que, disons, un tremblement de terre mineur dans le Minas Gerais. Jusqu'à présent, le seul écho positif que j'ai entendu était celui du coprésident du LINKE, Martin Schirdewan. Mais si les appels à l'arrêt des combats et à une médiation extra-européenne de sa part, de Wagenknecht ou même d'un général en chef à la retraite pourraient être minimisés ou ignorés, cela peut s'avérer moins aisé lorsque la voix est celle du président de la cinquième plus grande nation. Sa position sur la paix – ou sa proposition – façonnera-t-elle les événements mondiaux plus que beaucoup ne le souhaitent ?

Regarder les tentatives courageuses de Scholz de "garder le sourire" malgré sa colère évidente m'a donné une chance trop rare de sourire en regardant les nouvelles. Je l'admets, c'était en grande partie basé sur Schadenfreude - cette joie hostile face à l'inconfort de quelqu'un d'autre. Mais aussi – peut-être – parce qu'il offrait une nouvelle petite lueur d'espoir ? De nouvelles directions – même pour les lemmings ?

une réponse

  1. Ce que les partis travaillistes européens oublient, c'est que si l'Ukraine gagne cette guerre, l'industrie d'armement américaine a fait une autre fortune payée en partie par l'UE sans risquer une seule vie américaine et puisque la guerre est principalement encouragée par les partis travaillistes au pouvoir en Europe ces partis auront perdu la plupart des principes pour lesquels ils se battaient. Le capitalisme aura remporté une brillante victoire.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue