Il est temps de récupérer le souvenir

Alors que la nation s'arrête pour honorer nos morts à la guerre le jour de l'Anzac, il convient de réfléchir à la corruption d'une véritable commémoration au Mémorial australien de la guerre (AWM) par des intérêts acquis. En plus des profondes inquiétudes suscitées par le redéveloppement amèrement controversé d'un demi-milliard de dollars, le Mémorial divise plutôt qu'il n'unit les Australiens.

La direction de division de l'AWM est peut-être mieux illustrée par le retour à un rôle officiel - cette fois en tant que membre du Conseil de l'AWM - de l'ancien directeur Brendan Nelson. L'une des réalisations les plus dommageables de Nelson en tant que réalisateur a été d'ignorer ou de ridiculiser l'opposition généralisée et experte au réaménagement en cours. Mais pour ajouter l'insulte à l'injure, Nelson a été nommé au Conseil alors qu'il représente une entreprise, Boeing, qui tire d'énormes profits de la guerre, poursuivant ainsi la pratique qu'il maîtrisait auparavant d'intégrer ceux qui profitent de la guerre dans sa commémoration.

Les six plus grandes sociétés d'armement au monde – Lockheed Martin, Boeing, Thales, BAE Systems, Northrop Grumman et Raytheon – ont toutes eu des relations financières avec le Mémorial ces dernières années.

Lockheed Martin, un centre d'intérêt actuel de activité de campagne, fait plus revenus des guerres et de leur préparation que toute autre entreprise n'importe où - 58.2 milliards de dollars en 2020. Cela représente 89% de ses ventes totales, créant un impératif absolu pour l'entreprise de veiller à ce que les guerres et l'instabilité se poursuivent. Ses produits comprennent les pires de toutes les armes de destruction massive, sous la forme d'armes nucléaires qui sont désormais interdites en vertu du Traité de 2017 sur l'interdiction des armes nucléaires.

Parmi les clients de Lockheed Martin figurent certains des pires auteurs de violations des droits de l'homme au monde, comme l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, dont les bombardements contribuent à la crise humanitaire au Yémen. La société a également été impliquée dans des interrogatoires militaires, à la fois Irak et des tours le golf de Guantanamo. Il a fait l'objet de plus de cas d'inconduite aux États-Unis au cours des dernières décennies que tout autre fournisseur d'armes. Un rapport du US Government Accountability Office Explique comment le contrôle de Lockheed Martin sur le programme F-35 a entravé les tentatives de réduction des coûts et d'augmentation de la responsabilité.

Un tel dossier d'entreprise doit certainement soulever des questions sur les processus de diligence raisonnable entrepris par le Mémorial lors de l'approbation des partenariats financiers. Le Mémorial ne peut pas contribuer correctement au souvenir et à la compréhension des expériences de guerre de l'Australie tout en bénéficiant financièrement de la conduite de la guerre elle-même. Ailleurs, les institutions publiques ont été confrontées aux conséquences des relations financières avec des sociétés dont l'activité principale compromet la mission de l'institution. (Voir, par exemple, ici et des tours ici.)

Au cours des dernières semaines, plus de 300 Australiens ont envoyé des messages au directeur et au conseil de l'AWM via le Reconquérir le souvenir site Web, demandant la cessation du financement de Lockheed Martin et de toutes les sociétés d'armement au Mémorial. Les auteurs comprenaient des anciens combattants, d'anciens membres de l'ADF, des historiens qui utilisent le mémorial, des professionnels de la santé qui voient les terribles méfaits de la guerre et de nombreuses personnes ordinaires dont les proches sont commémorés dans le Hall of Memory - les personnes mêmes pour lesquelles l'AWM a vu le jour. Les messages étaient variés et sincères, et beaucoup ont exprimé leur indignation. Un ancien officier de réserve de la RAAF a écrit : « Les valeurs de Lockheed Martin ne sont pas les miennes ni celles pour lesquelles les Australiens se sont battus. Veuillez couper tout lien avec l'entreprise. Un vétéran du Vietnam a écrit : « Je n'ai pas fait mourir d'amis pour que leur mémoire soit souillée par une association avec une telle entreprise ».

L'historien Douglas Newton a abordé l'argument selon lequel les entreprises d'armement sont simplement de bons citoyens du monde dont les produits nous protègent : « Le bilan des entreprises impliquées dans la fabrication privée d'armements pendant plus d'un siècle est extraordinairement pauvre. Ils se sont livrés à plusieurs reprises à des tentatives de façonner l'opinion, d'influencer la politique, de pénétrer les institutions de la défense et de la politique étrangère et d'influencer les décideurs. Leur lobbying est notoire.

Les contributions financières des entreprises d'armement au Mémorial ne représentent qu'un infime pourcentage du budget de l'institution, et pourtant elles sont suffisantes pour acheter des avantages tels que les droits de dénomination, l'image de marque de l'entreprise, les allocations de présence pour les grandes cérémonies AWM et l'exonération des frais de location de salle.

Les guerres de l'Australie – comme toutes les guerres des nations – soulèvent de nombreuses vérités difficiles aux côtés des éléments héroïques. L'AWM ne doit pas se détourner de ces parties de notre histoire qui soulèvent des questions approfondies sur des guerres particulières ou la guerre en général, ni des nombreuses leçons qu'il y a à tirer sur la prévention réelle des guerres. Et pourtant, ces choses seraient évitées par les entreprises qui comptent sur les guerres pour leurs profits.

La question évidente est : pourquoi le Mémorial risque-t-il de remplir ses objectifs et sa réputation, contre la volonté d'une majorité d'Australiens, pour des sommes infimes? Les seuls bénéficiaires semblent être les entreprises elles-mêmes, et ces dirigeants en mode kaki perpétuel – exacerbés lors des campagnes électorales – qui dirigent par la peur et exigent des budgets militaires toujours plus importants.

Pendant ce temps, le Conseil AWM semble également captif de la notion de guerres sans fin et inconscient du sentiment de «plus jamais ça» des creuseurs de la Première Guerre mondiale que nous honorons le jour de l'Anzac. Les membres du conseil sont disproportionnellement (plus de la moitié des membres du conseil) des militaires professionnels actuels ou anciens, contrairement à la grande majorité de nos morts à la guerre et de leurs descendants qui se souviennent d'eux. L'organe directeur de l'AWM n'est pas représentatif de la société australienne. Il n'y a plus un seul historien au Conseil. La tendance à la militarisation et à la commercialisation doit être inversée, en commençant par la fin des parrainages des sociétés d'armement.

Enfin, Anzac Day ne devrait pas passer sans répéter les appels croissants pour que l'AWM commémore les guerres mêmes sur lesquelles notre nation a été fondée, les Frontier Wars. Les combattants des Premières nations sont morts par milliers alors qu'ils défendaient leurs terres contre les forces d'invasion. Les impacts de leur dépossession se font encore sentir de multiples façons aujourd'hui. De toutes les histoires à raconter au Mémorial australien de la guerre, la leur devrait être au premier plan. Il est peu probable que cela plaise aux Lockheed Martins de ce monde.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue