Le Mouvement australien pour la paix dit NON à l'envoi d'ADF en Ukraine

Image : Images de défense

Par The Independent and Peaceful Australia Network, 12 octobre 2022

  • L'IPAN appelle le gouvernement australien à tendre la main aux Nations Unies et aux dirigeants ukrainiens et russes et à demander un cessez-le-feu immédiat et un règlement négocié du conflit.
  • Les déclarations récentes du ministre de la Défense, Richard Marles, font écho à la réaction instinctive du premier ministre de l'époque, John Howard, après le 9 septembre, nous entraînant dans l'horrible guerre sans issue de 11 ans en Afghanistan.

L'Independent and Peaceful Australia Network (IPAN) et ses membres sont très préoccupés par les récents commentaires du ministre de la Défense, Richard Marles, selon lesquels : « Les troupes australiennes pourraient aider à former les forces armées ukrainiennes après l'attaque « épouvantable » de la Russie contre Kyiv.

« Toutes les personnes et organisations qui se soucient de l'humanité condamnent les attaques russes contre des villes à travers l'Ukraine, en réponse à l'attaque injustifiée sur le pont de Kertch par les forces ukrainiennes soutenues par l'OTAN », a déclaré la porte-parole de l'IPAN, Annette Brownlie.
"Cependant, il existe un réel danger que cette réponse militaire croissante du tac au tac entraîne l'Ukraine, la Russie, l'Europe et peut-être le monde dans un conflit plus profond et plus dangereux."
"L'histoire récente montre que l'envoi par l'Australie de l'ADF pour" former "ou" conseiller "dans les guerres à l'étranger a été le" bord mince du coin "pour une implication croissante menant à une implication directe dans des actions militaires"

Mme Brownlie a également déclaré : « Le résultat a été désastreux pour le pays concerné et pour notre ADF ». "Ce n'est pas le moment de soutenir une nouvelle escalade". "Il est cependant temps d'appeler à un cessez-le-feu sous la supervision de l'ONU et d'entamer des négociations pour une solution de sécurité répondant aux besoins de toutes les parties à la guerre."
"M. Marles revendique un sentiment de chagrin comme nous le faisons tous." "Suggérer cependant que l'Australie envoie des troupes alors même que le gouvernement albanais vient d'accepter de mener une enquête sur la manière dont nous partons en guerre est une mauvaise décision et très inquiétante ainsi que contradictoire", a déclaré Mme Brownlie.

Les Australiens pour la réforme des pouvoirs de guerre (AWPR) ont travaillé dur depuis le début de la guerre en Irak pour demander une enquête et ils rappellent à point nommé :
"La décision d'entrer en guerre est l'un des choix les plus sérieux auquel tout gouvernement sera confronté. Le coût pour la nation peut être énorme, souvent avec des conséquences inconnues » (site Web de l'AWPR).

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue