Le magazine The Economist pousse la propagande pro-draft

Par Yurii Sheliazhenko, World BEYOND War, 3 octobre, 2021

L'éminent magazine international basé à Londres « The Economist » a publié un article intitulé « Appelez-moi peut-être » (sur leur site Web, « Le projet militaire fait son retour »).

L'article est une propagande sur les « avantages » de la conscription, basée sur l'exemple d'Israël et des pays d'Europe du Nord, bien que certains inconvénients de la conscription tels que l'augmentation du taux de criminalité soient mentionnés. L'article est anonyme (probablement éditorial, mais pourquoi pas en première page ?) et écrit en Israël, géolocalisé « Tel Aviv ». Ses messages sont contradictoires et controversés, comme, la conscription en Russie est l'enfer mais la conscription en Occident est le paradis.

Dans l'article, des auteurs anonymes se vantent de la disposition des jeunes Israéliens à servir de la pire manière de la propagande de recrutement, mais ignorent le fait que soixante adolescents d'Israël ont publié une lettre ouverte déclarant leur refus de servir dans l'armée pour protester contre les politiques d'occupation de la Palestine (la "Lettre Shministim"). Auteur(s) troll War Resisters' International (WRI) a-la vous devriez arrêter de protester contre la conscription parce qu'il n'y a pas de conscription presque partout, puis paradoxalement commencer à annoncer le retour progressif de la conscription dans le monde entier. La mention de l'IRG peut être une forme de vengeance pour leur campagne de solidarité avec les objecteurs israéliens.

L'article ignore les dimensions des droits de l'homme, le droit à l'objection de conscience au service militaire et la tradition démocratique de la conscience personnelle comme protection contre la folie massive de la guerre, et minimise la tendance à la militarisation des économies et des sociétés (même aux États-Unis, l'enregistrement militaire des femmes est introduit par la loi d'autorisation de la défense nationale pour l'exercice 2022).

L'argument en faveur de la conscription comme précaution contre la guerre est ridicule ; l'institution de la conscription transforme les économies de marché démocratiques en économies autoritaires basées sur l'esclavage (tout le monde peut être enrôlé comme esclave s'il refuse volontairement de servir la machine de guerre). Nous n'avons pas besoin de plus de conscription, nous avons besoin de trois choses simples: démilitarisation des économies, résolution non violente des conflits et renforcement de la culture de la paix dans les sociétés.

Une autre idée présentée au-delà des limites de la raison est « l'inoculation » des jeunes de l'extrémisme d'extrême droite en jetant des adolescents dans les griffes d'officiers néofascistes. Les deux idées sont si folles que l'article « équilibrait » (je suis sûr, par suggestion de l'éditeur contre la volonté de l'auteur) des conneries évidentes avec quelques faits simples qui devraient commencer au lieu de « considérer sérieusement » de telles conneries. Et le passage "l'indignité du lycée" aboie dingue.

Pendant ce temps, un un article du Roar Magazine montre les liens entre la militarisation israélienne et européenne.

La politique archaïque d'Israël et son économie militarisée ne sont en aucun cas un modèle pour le monde, comme le suggère The Economist, si notre objectif est le développement durable, et non la guerre de tous contre tous. Israël devrait respecter le droit de l'homme de refuser de tuer, et les pays considérant la conscription comme une pilule miracle contre la crise économique devraient reconsidérer leur décision ; ces pilules sont toxiques. La mission de nos organisations antimilitaristes est d'abolir l'institution immorale de la guerre, et elle ne sera pas abandonnée.

Je vous souhaite paix et bonheur.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue