Le Canada et l'ordre international des imbéciles

Par Cymry Gomery, coordonnateur, Montréal pour un World BEYOND War, 21er septembre 2022
Déclaration pour la Journée mondiale de la paix, 21 septembre 2022

Le 18 septembre 2022, la ministre canadienne de la Défense nationale Anita Anand a été interrompue alors qu'elle prononçait un discours faisant la promotion de la participation du Canada à la guerre en Ukraine. Pris par surprise lorsqu'un militant a levé une banderole avec les mots « Trudeau, Freeland, Anand, Joly : Arrêtez la guerre - Paix avec l'Ukraine et la Russie ». Anand a invoqué le mantra de l'OTAN : « Nous défendons…. nous défendons l'ordre international fondé sur des règles pour vous protéger, vous et tout le monde dans cette salle, et notre pays en toute sécurité [sic] »

Quel est cet ordre fondé sur des règles auquel les politiciens semblent faire appel chaque fois qu'ils font la promotion de la guerre ?

Crédit: Lune d'Alabama

Certains disent que l'ordre fondé sur des règles n'est qu'un vague concept inventé par les pays du G7 pour nous faire accepter leur hégémonie internationale présumée. Néanmoins, il existe un organisme international formel qui établit des règles : les Nations Unies. Et, lorsqu'il s'agit de guerre, ou de potentiel de guerre, le chapitre VI de la Charte des Nations Unies enjoint tous les pays à chercher à résoudre leurs différends par des moyens pacifiques. Si cela ne fonctionne pas, ils doivent en référer au Conseil de sécurité de l'ONU (CSNU), qui pourrait recommander des solutions.

Mais que se passe-t-il si des pays envisagent la guerre et qu'ils savent à l'avance que le CSNU ne proposera pas de résolution en leur faveur, en raison de leurs motivations égoïstes ? Prenons, par exemple, le conflit russo-ukrainien, largement considéré comme une guerre par procuration américaine. Cependant, non seulement les États-Unis, mais aussi l'Europe, le Canada, l'Australie et la Chine - à peu près tous ceux qui ont une armée - ont des intérêts économiques dans cette guerre, qui peut être considérée comme un bras de fer géopolitique pour des produits de base précieux comme le lithium, le gaz , et blé.

Comment les intérêts canadiens pourraient-ils bénéficier de la guerre russo-ukrainienne? C'est déjà le cas :

  • Le Canada a augmenté ses exportations de pétrole et de gaz en 2022 alors que les anciens pays clients de la Russie recherchaient des sources d'approvisionnement énergétique alternatives ;
  • Les États-Unis, l'UE, le Canada, l'Australie, la Chine et la Russie sont tous très intéressés par les gisements de lithium en Ukraine, qui sont parmi les plus importants au monde. L'issue de cette guerre détermine quels acteurs s'empareront du marché de ce minéral clé de l'ère du changement climatique.
  • Avant la guerre russo-ukrainienne, la Russie devait devenir l'un des plus grands exportateurs d'hydrogène au monde et était sur le point de fournir de l'hydrogène à l'Allemagne. Cependant, la Russie est maintenant confrontée à des sanctions économiques et à la réticence des nations les plus puissantes et des plus grandes économies du monde à faire des affaires avec la Russie. Tout cela semble très commode pour Justin Trudeau et son gouvernement, qui peuvent désormais récupérer les exportations d'hydrogène vers l'UE.

Alors, comment pouvons-nous vraiment garder un visage impassible quand Anand invoque l'ordre basé sur les règles internationales ? Peut-être devrions-nous appeler cela ce qu'il est vraiment, une tentative de tromper le public crédule en lui faisant croire que le gouvernement canadien envoie des armes en Ukraine pour des raisons altruistes et moralement saines, alors qu'en fait les libéraux font simplement ce qu'ils font le mieux : s'occuper du « l'économie » (lire les bénéfices des entreprises) et la protection de leurs propres actifs.

En cette Journée internationale de la paix, nous mettrons notre chapeau de bonne foi (à ne pas confondre avec une casquette d'imbécile) et demanderons respectueusement au gouvernement canadien de prendre ces mesures :

  • Signer le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPNW).
  • Sortez le Canada de l'OTAN et commencez à négocier avec des alliés pour démanteler l'OTAN.
  • Mandater les diplomates canadiens pour négocier la paix entre la Russie et l'Ukraine.
  • Se départir de l'épargne-retraite des Canadiens des profiteurs de guerre.
  • Annuler le projet d'achat d'avions de chasse Lockheed Martin F-35 pour un coût à vie de 77 milliards de dollars pour les contribuables.
  • Annuler le projet d'achat de drones tueurs pour un coût de cinq milliards.
  • Annuler le projet d'achat de navires de guerre pour un coût de 77 milliards.
  • Les annulations ci-dessus d'armes de guerre (avions à réaction, drones et navires) permettront aux contribuables canadiens d'économiser 159 milliards, nous n'aurons donc plus besoin d'un budget militaire annuel grotesquement gonflé de 22.75 milliards (en 2021). Nous libérerons également 870 millions en se départissant du Régime de pensions du Canada des marchands d'armes et des profiteurs de guerre, ainsi que des millions supplémentaires provenant d'investissements similaires de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui gère les pensions des Québécois.

Comme le suggère l'image ci-dessous (nonobstant le commentaire d'Anand sur notre sécurité), les dépenses de défense sont plus révélatrices de l'agressivité géopolitique d'une nation que de son souci du bien-être de ses citoyens.

Crédit : Costs of War, Brown University

Le gouvernement canadien (nos représentants, au cas où ils l'auraient oublié) pourrait utiliser l'argent ainsi épargné pour mettre en œuvre le Green New Deal et le revenu de base, lutter contre les changements climatiques, construire des maisons, protéger les derniers espaces sauvages du Canada, transformer les parcs nationaux en territoires autochtones aires protégées, et bien plus encore.

Nous aurons besoin d'une consultation nationale pour décider de la meilleure façon de dépenser cet argent de manière créative, d'une manière qui affirme la vie, ce que nous n'avons pas encore l'expérience de faire. Mais je suis sûr que nous y parviendrons.

Alors, en cette journée dédiée à la paix dans le monde, traçons un nouveau cap. Renonçons à un ordre mondial insensé et nihiliste fondé sur le militarisme et la destruction, et jurons désormais de défendre et de faire progresser un ordre mondial plein d'espoir et d'amour qui interdit la guerre.

Réponses 5

  1. En tant que société, nous n'avons jamais eu de guerre. C'est dans l'ADN des gens.
    Il est naïf de penser que la paix se produirait avec des idoles avec un revenu garanti.
    La réponse?? Cela vous permet de rester employé pour l'instant.

    1. Beth, la guerre n'est pas dans notre ADN. La guerre est une caractéristique de la civilisation occidentale, oui, mais les humains ont été sur la planète pendant des millénaires avant la civilisation européenne, et pendant cette période, il y avait une grande variété de modèles sociétaux et de cultures. La guerre n'était pas une caractéristique prédominante de ces premières civilisations, qui étaient bien plus complexes qu'on ne le croit. L'histoire de l'humanité est souvent présentée dans les manuels scolaires comme si elle n'avait commencé qu'avec les Lumières, et tout ce qui a précédé est vaguement qualifié de "sociétés de chasseurs-cueilleurs". Cependant, des penseurs comme l'anthropologue David Graeber et l'archéologue David Wengrow (auteurs de The Dawn of Everything) ont montré que les humains ne sont pas intrinsèquement guerriers.

      Certes, dans l'histoire récente, l'humanité semble s'être égarée, mais une façon de revenir en arrière consiste à se tourner vers la sagesse autochtone et à explorer la réconciliation et de nouvelles façons de se relier les uns aux autres. De plus, les personnes qui n'aident pas à faire tourner les roues de la machine capitaliste ne sont pas nécessairement oisives - elles pourraient développer des talents artistiques, approfondir leurs relations les unes avec les autres et avec le monde naturel, prendre soin de leurs familles et de leurs communautés, etc.

  2. L'une des leçons que j'ai apprises du cours WBW 201 était de moins investir dans le fait de parler aux gens de la guerre et plus sur les avantages de la construction de la paix. J'ai des amis comme Beth qui croient au sophisme de l'ADN de la vieille école. Comme ils le disent dans le cours, "Vous ne pouvez pas dissuader quelqu'un de ce dont il n'a jamais été question". Ma nouvelle stratégie est de sortir des sentiers battus. À cette fin, je m'engage activement et je suis reconnaissant envers WBW que je soutiens à 100 % !

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue