Le New York Times tente de mentir sur l’Ukraine sans mentir

Par David Swanson, World BEYOND War, Août 27, 2023

Je suis presque sûr que je lis habituellement le différemment de la façon dont certaines personnes le lisent. Je l'ai lu à la recherche de deux choses : les insinuations et les preuves indépendantes.

Par insinuations, j'entends l'essentiel, ce qui est mis là pour communiquer sans aucune affirmation simple de faits vérifiables. Voici un exemple d'article à partir de dimanche, en commençant par le titre :

« Un ancien président français donne la parole aux sympathies obstinées de la Russie
«Les remarques de Nicolas Sarkozy ont fait craindre que le chœur européen pro-Poutine ne s'amplifie à mesure que la contre-offensive laborieuse de l'Ukraine exerce une pression sur la détermination occidentale.»

« Sympathies russes », nous le savons, au moment où nous commençons à lire, pourraient finir par signifier n'importe quoi. Nous verrons. Mais « obstiné » signifie que c'est quelque chose que suffisamment de gens croient pour déranger le qui n'y croit pas. Le Horaires ne qualifierait jamais les sympathies qu’il voulait que vous ayez d’« obstinées ».

Le sous-titre identifie le problème comme étant « pro-Poutine ». Nous parlons donc d'une sorte d'accord avec le gouvernement russe, et que le Horaires considère extrêmement mauvais. Et pourtant, un « chœur » nous dit qu’un grand nombre de personnes en Europe ont ce genre de croyance perverse.

Avec le nom de « Nicolas Sarkozy », nous apprenons qu’il a fallu un homme déshonoré, corrompu et belliciste pour « donner une voix » à ce qui est apparemment une croyance commune. Bien sûr, c'est en grande partie le Horaires lui-même – du moins pour le public américain – donne à Sarkozy cette voix à travers ses reportages sur le fait qu’il « donne une voix ». Mais comme les défenseurs de principes de la paix sont pratiquement interdits et que les opposants des deux côtés d’une guerre sont strictement tabous, cela est tout à fait normal. Et, comme le Horaires essaie de dépeindre de telles croyances – quelles qu’elles soient – ​​comme viles et corrompues, il est logique de les avoir trouvées chez Sarkozy plutôt que chez de nombreux diplomates respectés, historiens ou présidents américains des chefs d’état-major interarmées, etc. Nous mentionnerons ensuite d’autres présidents ou parlementaires européens, anciens ou actuels, mais nous pouvons compter sur la même sélectivité.

Le sujet est révélé à la fin du sous-titre : il faut davantage de « détermination occidentale » parce que la « contre-offensive » est « laborieuse ». Si quelqu'un avait déjà lu le Avant, ils sauraient que la « contre-offensive » consiste simplement à mener une guerre menée par le camp favorisé dans une guerre dans l’impasse – un camp qu’il faut imaginer comme ne faisant pas vraiment la guerre, vous savez. L’autre camp mène la guerre et mène des offensives, et votre camp, le camp bon et noble – quel que soit son rôle dans la création de la guerre et quels que soient ses refus de négocier la paix – mène autre chose que la guerre : simple, inévitable, une défense non facultative – en bref, des meurtres sans guerre, mais avec un décompte de cadavres vanté. C’est ce qu’on appelle une « contre-offensive ». UN Horaires le lecteur saurait également que la victoire est imminente depuis très longtemps et qu’il fallait qu’elle soit « résolue » – on serait tenté d’écrire obstinément - maintenu depuis un bon moment maintenant. Comme il faudra probablement des décennies avant que les mots « échec » et « contre-offensive » ne se rencontrent, le lecteur attentif comprendra également ce que signifie « laborieux ».

Les mots « peurs suscitées » sont typiques dans le sens où ils ne nous disent pas qui a peur. À ce stade, nous savons seulement qu'il inclut le et est censé nous inclure. Et pourtant, nous, lecteurs ordinaires, qui savons que nous n’avons rejoint aucun chœur pro-Poutine ni accepté aucun financement de la part de l’horrible gouvernement belliciste russe, pouvons néanmoins nous souvenir d’une pratique ancienne connue sous le nom de pensée indépendante. Et si l’on rappelle cela, on peut se demander quelle serait la différence, factuellement, entre ces deux séries de titres :

« Un ancien président français donne la parole aux sympathies obstinées de la Russie
«Les remarques de Nicolas Sarkozy ont fait craindre que le chœur européen pro-Poutine ne s'amplifie à mesure que la contre-offensive laborieuse de l'Ukraine exerce une pression sur la détermination occidentale.»

et

Un belliciste corrompu digne de notre attention se joint à un nombre important de personnes en désaccord avec le New York Times à propos de la Russie
Horaires Les propriétaires, les annonceurs et les sources craignent que nous ne puissions pas continuer à revendiquer une victoire imminente beaucoup plus longtemps et demandent l'aide du public pour présenter les opposants comme loyaux envers l'ennemi.

Lisons l'article à la recherche d'insinuations et de toute preuve indépendante.

«PARIS — Nicolas Sarkozy, l'ancien président français, était autrefois surnommé 'Sarko l'Américain' pour son amour du libre marché, des débats libres et d'Elvis. Mais ces derniers temps, il ressemble davantage à "Sarko le Russe", alors même que la cruauté du président Vladimir V. Poutine apparaît plus clairement que jamais.»

Il s’agit simplement d’un cadre « avec nous ou contre nous ». Il se peut qu’il n’y ait plus aucune mention du libre marché, du débat ou d’Elvis dans l’article. Je ne m'y attendais pas. En fait, un « débat en roue libre » est difficile à concilier avec l’idée selon laquelle soit on aime toutes les bonnes choses américaines, soit on aime la Russie et Poutine. Nous pouvons déjà nous attendre à ce que l’article inclue Sarkozy disant quelque chose de positif sur la Russie mais peu ou rien de négatif sur les États-Unis ou le gouvernement américain. D’où la nécessité de retarder l’information dans ce reportage afin de conditionner le lecteur à comprendre qu’une déclaration positive sur la Russie est simplement une déclaration négative sur les États-Unis.

"Dans des entretiens coïncidant avec la publication de ses mémoires, M. Sarkozy, qui a été président de 2007 à 2012, a déclaré que revenir sur l'annexion de la Crimée par la Russie était "illusoire", a exclu l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne ou à l'OTAN parce qu'elle devait rester "neutre". " et a insisté sur le fait que la Russie et la France " ont besoin l'une de l'autre ".

Voici la preuve indépendante. Le Horaires Liens vers une interview in Le Figaro. Je l'appelle indépendant, non pas parce qu'il est dans Le Figaro mais parce qu'il s'agit d'une transcription, ou du moins d'un rapport sélectif, biaisé et traduit d'un entretien. Cela pourrait être un Horaires interview et je dirais la même chose. Même si je soupçonne le Horaires d'essayer d'induire le monde en erreur dans des politiques catastrophiques entraînant un nombre énorme de morts (et le Horaires s'est lui-même excusé pour cela à propos de la guerre en Irak), je ne le soupçonne pas d'avoir ouvertement mal cité qui que ce soit. Il a des normes. Sans payer d'abonnement à Le Figaro et sans être bon en français, on voit sur le lien — même s'il n'est pas vraiment nécessaire d'y aller — que l'interview inclut bien l'idée que la France et la Russie ont besoin l'une de l'autre. Il serait surprenant qu’il n’inclue pas également l’idée que la conquête de la Crimée est un fantasme et que l’Ukraine doit rester neutre.

C’est là qu’une agence de presse sensée s’arrêterait et observerait certains faits gênants. La population de Crimée a voté massivement pour faire partie de la Russie. Les médias occidentaux ont passé plusieurs années à déclarer que la « prise » de la Crimée par la Russie constituait la plus grave menace à la paix mondiale – plus grave que les guerres avec des millions de cadavres et des dizaines de millions de sans-abri laissés derrière eux – sans pour autant proposer une seule fois – pas une seule fois – que le les habitants de Crimée votent à nouveau, même lors d'élections différentes de celles qu'ils avaient déjà organisées. L’Ukraine et ses alliés, armateurs et instigateurs ont passé la majeure partie de deux ans à tenter de conquérir la Crimée et le Donbass pour l’Ukraine, en recourant à la guerre et aux sanctions économiques, avec d’énormes dégâts mais sans succès. Au cours des deux dernières années et bien avant, de sages observateurs occidentaux, russes et du monde entier ont généralement conclu que l’Ukraine devrait rester neutre pour établir une paix durable. Sans un accord sur un tel compromis, soit abandonner la croisade pour sauver la Crimée des mains des Criméens, soit réussir à occuper la Crimée avec les forces ukrainiennes serait en effet « illusoire », car le camp vaincu ne ferait que redoubler de détermination à poursuivre le combat. Quant au fait que la Russie et la France ont besoin l’une de l’autre, tout comme le sénateur Bernie Sanders a écrit la semaine dernière que les États-Unis et la Chine ont besoin l’un de l’autre, quoi de plus incontestable ? Les divisions créées par la guerre nous condamnent à l’effondrement climatique, au sans-abrisme, à la pauvreté et au chaos, sans même une coopération mondiale pour atténuer les dégâts.

Au lieu de reconnaître ces faits, le Horaires passe de la géopolitique aux personnalités politiques. Il n’y a pas de réponse facile aux affirmations citées par Sarkozy. La réponse est donc de passer à d’autres questions concernant l’objet le plus détesté disponible, à savoir Vladimir Poutine :

« Les gens me disent que Vladimir Poutine n'est pas le même homme que j'ai rencontré. Je ne trouve pas cela convaincant. J'ai eu des dizaines de conversations avec lui. Il n'est pas irrationnel, dit-il a déclaré au Figaro. "Cette fois, les intérêts européens ne sont pas alignés sur les intérêts américains", a-t-il ajouté. Ses déclarations, au journal comme à la chaîne de télévision TF1, sont inhabituelles pour un ancien président dans la mesure où elles sont profondément en contradiction avec la politique officielle française. Ils ont provoqué l’indignation de l’ambassadeur d’Ukraine en France et la condamnation de plusieurs hommes politiques français, dont le président Emmanuel Macron. Ces remarques ont également souligné la force des poches persistantes de sympathie pro-Poutine qui persistent en Europe. Ces voix ont été étouffées depuis que l’Europe a adopté une position unie contre la Russie, à travers des séries successives de sanctions économiques contre Moscou et d’aide militaire à Kiev.»

Poutine est-il rationnel ou non ? Les dirigeants nationaux qui ont détruit la Libye ou l’Afghanistan étaient-ils rationnels ou non ? Les militaires, les législatures et les médias qui se plient aux ordres de ces personnes sont-ils rationnels ou non ? Il existe de nombreuses façons de répondre à cette question. Mais la réponse est différente en fonction de la nationalité et non d'autre chose. Alors qu’on peut négocier des accords de céréales et des échanges de prisonniers avec la Russie, on peut déclarer la négociation de paix impossible parce que Poutine est « irrationnel ». Et on peut étayer cela par ses horribles actions meurtrières, qui sont bien sûr parfaitement réelles. Mais cela est fait au nom du soutien aux horribles actions meurtrières des autres. L’histoire selon laquelle Poutine aurait pu assassiner un mercenaire est utilisée dans cet article et dans d’autres pour suggérer que Poutine est devenu pire. L’histoire selon laquelle les États-Unis et leurs acolytes envoient des bombes à fragmentation, des avions de combat ou quoi que ce soit d’autre ne sert à rien du tout, même si elle pourrait servir le même objectif et le fait dans les médias russes.

L'affirmation de l'irrationalité de l'ennemi s'accompagne d'une interdiction irrationnelle du désaccord. Sarkozy dit que Poutine n’est pas « irrationnel » et est immédiatement qualifié de pro-Poutine – et non, soit dit en passant, de fan du « débat en roue libre ». Il ajoute que « cette fois, les intérêts européens ne sont pas alignés sur les intérêts américains ». L’implication est qu’à d’autres moments – peut-être la plupart du temps – c’est le cas. Il parle clairement des intérêts du gouvernement américain, et non des intérêts réels du public américain, dont la majorité, selon CNN, veut arrêter d’armer cette guerre.

Après avoir présenté des faits indésirables comme étant favorables à Poutine, le Horaires Il poursuit en notant que d'autres personnes, en plus de Sarkozy, ont affirmé de tels faits, non pas comme une raison pour prendre les faits au sérieux, mais comme une preuve du danger que représentent les sympathisants de Poutine qui se cachent dans les coins de l'Europe :

«La possibilité qu'ils s'amplifient semble s'être accrue étant donné que la contre-offensive ukrainienne s'est révélée jusqu'à présent décevante. "Le fait que la contre-offensive n'ait pas fonctionné jusqu'à présent signifie une très longue guerre à l'issue incertaine", a déclaré Nicole Bacharan, politologue à Sciences Po, une université de Paris. "Il existe un risque de lassitude politique et financière des puissances occidentales qui affaiblirait l'Ukraine." En France, en Allemagne, en Italie et ailleurs, même les atrocités évidentes de l’attaque russe contre l’Ukraine n’ont pas fait disparaître l’affinité pour la Russie que l’on trouve traditionnellement à l’extrême droite et à l’extrême gauche. Cela s’applique aussi parfois aux hommes politiques de l’establishment comme M. Sarkozy, qui ressentent une certaine parenté idéologique avec Moscou, accusent l’expansion de l’OTAN vers l’Est d’être responsable de la guerre, ou recherchent le gain monétaire.

La reconnaissance des faits est ici décrite comme une faiblesse. Les gens qui s’opposent à la poursuite d’une guerre destructrice sans fin sont « fatigués ». On ne peut pas se lasser du rétablissement de la paix et se contenter de faire exploser les choses. On ne peut que se lasser de la destruction et s’abandonner paresseusement à l’idée insidieuse de paix. Faire la paix ne profiterait pas au peuple ukrainien qui meurt par milliers. Faire la paix « affaiblirait l’Ukraine ». Et regardez ce qui est regroupé dans la dernière phrase ci-dessus ! Je ne ressens aucune parenté idéologique avec Moscou. Si je visais un gain monétaire, je postulerais pour un emploi chez Lockheed Martin. Et pourtant, je blâme l’expansion de l’OTAN, ainsi que de nombreuses autres actions des deux côtés, pour la guerre. La question de savoir si j’ai raison ou non a sûrement à voir avec les faits, et non avec qui paie qui ou qui se sent « parenté avec Moscou ». J'aimerais que tout le monde se sente proche de tout le monde et croit que nous risquons tous de mourir faute de cela, si vous voulez vraiment le savoir.

Le Horaires continue dans cette veine pendant plus de mille mots supplémentaires. Je ne vous les citerai pas tous, car je ne vous déteste pas. Vous pouvez aller les lire vous-même. Je noterai qu’ils incluent divers autres moyens pour vous amener à mépriser Poutine (comme si ses bombardements sur l’Ukraine étaient d’une manière ou d’une autre insuffisants). L’une d’elles associe gratuitement Poutine à Donald Trump. Cela ressemble à une tentative désespérée de s’attaquer à un certain groupe démographique, mais il pourrait s’agir simplement d’une pratique générale consistant à inclure Donald Trump dans autant de reportages que possible.

Ce qui m'inquiète, ce n'est pas qu'il n'y ait pas vraiment beaucoup de gens qui sympathisent avec Poutine et - en parfait accord avec le Fois' attitude avec nous ou contre nous – ils croient qu’ils doivent prendre son parti contre celui des États-Unis. Ce qui me préoccupe, c’est que les faits fondamentaux sur la guerre ne devraient pas être bannis en criant « Poutine ! et qu’une préférence pour la paix, le compromis et l’évitement d’une apocalypse nucléaire ne devrait pas se transformer en un prétendu soutien à n’importe quel côté d’une guerre auquel un journal s’oppose.

Avant sa fin, ce même article suggère que l’opposition de l’opinion publique européenne à la réorientation des ressources vers les armes et au détriment des besoins humains se situe du côté politique pro-Poutine. Le Horaires cela ne suggère pas que Poutine finance la majeure partie du public européen. Comme je l'ai dit, le Horaires a des normes.

Réponses 2

  1. BRAVO!!!!! David ::::Excellente analyse et nous éclairant tous sur la version du New York Times « manipulation nécessaire de l’esprit du grand public » comme l’a appelé le théoricien et praticien de la propagande par excellence, Edward Bernays. Encouragez-le à partager et à relier cela autant que possible.

  2. Merci David. Rien n’est plus difficile à lire pour moi que le New York Times lorsqu’il écrit sur les ennemis officiels des dirigeants américains, la Russie et la Chine. Ce document a un rôle clé en aidant Washington à savoir quels pays doivent être systématiquement poussés et provoqués. Le reste des médias suivent ses directives, même si le Financial Times, le Wall Street Journal et peut-être le Washington Post vous disent également quels pays et quels dirigeants nous sommes censés haïr.

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Festival du film WBW 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue