La prise de conscience des dommages spécifiques causés par les armes nucléaires réduit le soutien des Américains à leur utilisation

Crédit photo: Pixabay

By Peace Science Digest, 2 mai 2022⁣

Citation: Koch, LL et Wells, M. (2021). Toujours tabou ? Attitudes des citoyens à l'égard de l'utilisation des armes nucléaires. Journal d'études sur la sécurité mondiale, 6(3), ogaa024. https://doi.org/10.1093/jogss/ogaa024


Points saillants
Pour un échantillon représentatif du public américain :

  • Des informations vives sur les conséquences d'une attaque nucléaire ont réduit le soutien des Américains à l'utilisation des armes nucléaires pour des raisons à la fois morales et égoïstes.
  • Le risque explicite de représailles nucléaires a diminué la probabilité d'un soutien à une frappe nucléaire.
  • Les répondants étaient plus susceptibles de soutenir une attaque nucléaire si c'était la décision du président plutôt que la leur.
  • Le "tabou nucléaire" est fragile car, sans informations claires sur les conséquences d'une attaque nucléaire, "un nombre substantiel - parfois une majorité - d'Américains semblent disposés à mener une telle attaque".


Aperçu clé pour éclairer la pratique

  • Si l'objectif est de changer l'attitude des Américains à l'égard des armes nucléaires, des descriptions vives et précises des conséquences d'une attaque nucléaire peuvent être utilisées comme un mécanisme par les organisations travaillant à l'élimination des armes nucléaires.


Résumé

Depuis qu'elles ont été larguées pour la première fois sur Hiroshima et Nagasaki il y a 77 ans avec des conséquences insondables mais bien connues, les armes nucléaires n'ont plus jamais été utilisées. Alors que leur non-utilisation dans le monde est largement attribuée à la dissuasion nucléaire, la chercheuse Nina Tannenwald a inventé le terme « tabou nucléaire » pour indiquer que cette non-utilisation peut plutôt être attribuée à la conviction que l'utilisation d'armes nucléaires est une erreur.

Mais ce tabou est-il robuste ? Des études ont montré que la norme est plus faible qu'on ne le pensait auparavant. Une explication pourrait être trouvée dans la façon dont les gens pensent aux conséquences de l'utilisation des armes nucléaires. Dans cette recherche, Lisa Langdon Koch et Matthew Wells soutiennent que sans informations claires sur les conséquences réelles d'une attaque nucléaire, le public n'est pas en mesure d'imaginer les implications réelles lorsqu'un dirigeant décide de mener une frappe nucléaire. En d'autres termes, ce manque d'information affaiblit la norme de non-utilisation du nucléaire. Les auteurs demandent : Quelles sont les attitudes des Américains sur l'utilisation des armes nucléaires ? Les informations sur les conséquences dans le monde réel peuvent-elles modérer les attitudes envers l'utilisation des armes nucléaires ? Plus précisément, cette étude explore la tradition de non-utilisation du nucléaire selon deux mécanismes distincts : (1) le tabou nucléaire et (2) le risque de représailles. Le premier (le « tabou nucléaire ») est fondé sur des préoccupations morales concernant les dommages causés par les armes nucléaires. Ce dernier (le « risque de représailles ») est fondé sur l'intérêt personnel matériel basé sur la possibilité de représailles - un fondement de l'idéologie de la dissuasion nucléaire.

En examinant ces deux mécanismes possibles, les auteurs ont mené deux expériences d'enquête auprès d'un échantillon représentatif d'Américains, enquêtant sur leurs attitudes envers les armes nucléaires. L'un contenait des informations sur les dommages humains et matériels résultant d'attaques conventionnelles et nucléaires, et l'autre contenait des informations sur la probabilité de représailles nucléaires. Les enquêtes ont été menées en 2018, lorsque la sensibilisation des Américains aux dangers nucléaires a été renforcée en raison du retrait des États-Unis du Plan d'action global conjoint (l'accord sur le nucléaire iranien), ainsi que de l'échange de menaces verbales et de contre-menaces entre le président Trump et Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Plusieurs découvertes notables ont émergé. Les informations sur les conséquences d'une frappe nucléaire ont en effet modéré les attitudes à l'égard de l'utilisation des armes nucléaires. Des informations précises sur les différents effets des armes nucléaires et conventionnelles utilisées pour attaquer une ville ou une population ont réduit la probabilité d'un soutien. Le risque explicite de représailles a également réduit la probabilité d'un soutien à une frappe nucléaire. Dans les deux expériences d'enquête, la tradition de non-utilisation a été renforcée par l'exposition à des informations vivantes. Les personnes interrogées dans les deux expériences d'enquête étaient également plus susceptibles de soutenir une attaque nucléaire si c'était la décision du président au lieu de la leur, ce qui pourrait s'expliquer par le ralliement public derrière le président lors d'une crise nationale. Les répondants exposés à des informations précises sur les conséquences, cependant, étaient moins susceptibles de soutenir la décision du président. Une autre découverte a montré que des informations claires sur les dommages causés aux humains ont conduit les répondants à ressentir plus de sympathie pour les victimes civiles, ce qui a réduit la probabilité qu'elles soient tenues responsables des actions de leur gouvernement. Les résultats ont également montré que la sympathie pour les victimes basée sur des informations vives pourrait également avoir été suscitée par l'intérêt personnel des répondants en ce sens qu'ils considéraient les préjudices pour eux-mêmes et leur pays d'origine si une telle frappe nucléaire se produisait. En d'autres termes, la norme de non-utilisation peut être renforcée par la fourniture d'informations vivantes via des mécanismes moraux et d'intérêt personnel.

Les auteurs ont également examiné les attitudes de différents sous-groupes démographiques. Les mécanismes moraux variaient notamment selon des lignes partisanes, les républicains étant plus susceptibles de soutenir les décisions du président et plus susceptibles de blâmer les civils du pays attaqué par une arme nucléaire. Parmi les répondants ayant une expérience militaire, les frappes conventionnelles ont été accueillies avec une plus grande approbation et les frappes nucléaires avec moins.

En somme, des informations vives sur les conséquences d'une attaque nucléaire ont réduit le soutien des Américains à l'utilisation des armes nucléaires pour des raisons à la fois morales et égoïstes. Les résultats suggèrent cependant que « le tabou nucléaire, s'il existe, est fragile ». Il est fragile, parce que cette étude montre que des informations claires sur les conséquences d'une attaque nucléaire rendent le public américain moins favorable à leur utilisation - mais que sans ces informations "un nombre substantiel - parfois la majorité - d'Américains semblent disposés à mener une telle attaque". attaque." Si la décision appartient au président et non aux répondants, ils sont plus susceptibles de soutenir une attaque nucléaire. Les auteurs concluent qu'il n'y a pas tant un tabou qu'une tradition de non-usage.


Pratique informative

Les armes nucléaires sont le summum d'un paradigme de sécurité militarisée. Pour beaucoup, y compris notre propre organisation, ces armes représentent une menace existentielle pour toute vie sur terre. Les organisations travaillant sur des efforts de plaidoyer pour éliminer les armes nucléaires peuvent s'appuyer sur les résultats de cette étude dans leurs efforts de communication. Dans la communication sur les armes nucléaires, l'adage « les gens ont besoin d'espoir » a empêché les organisations d'utiliser des descriptions vivantes et précises des conséquences des attaques nucléaires. L'idée est qu'un tel message provoque de l'anxiété et n'est pas efficace, entraînant plutôt la fermeture du public. Si l'objectif est de changer l'attitude des Américains vis-à-vis des armes nucléaires, les résultats de cette étude suggèrent que c'est exactement ce type d'informations vives qui rend les Américains moins susceptibles de soutenir les armes nucléaires.

Certaines organisations, comme les lauréats du prix Nobel de la paix Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW) et le Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) – ont déjà fait un usage puissant de cette autre approche. En plaidant en faveur de l'abolition des armes nucléaires, ils décrivent avec vivacité dommage catastrophique of les effets du souffle et de la combustion, les effets des rayonnements et les effets sur l'environnement. Une description très convaincante et exacte est celle de ce à quoi ressemblerait une réponse médicale à une attaque nucléaire. L'IPPNW conclut : «Les médecins ne peuvent pas aider.” La spécificité des informations présentées soutient une logique majeure du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPNW), à savoir celle de stigmatiser les armes nucléaires pour progresser vers leur élimination.

L'utilisation de descriptions vivantes est importante à un moment où les « ogives nucléaires tactiques » font partie des conversations politiques, d'autant plus que nous le constatons actuellement avec les tensions internationales accrues dues à la guerre en Ukraine. Lorsque ces armes sont décrites comme utilisables, sans clarté des conséquences, elles deviennent des armes auxquelles les normes de non-utilisation ne s'appliquent pas. Par conséquent, il existe une distinction importante entre décrire les conséquences destructrices d'une attaque nucléaire en termes insondables mais abstraits et fournir à la place des descriptions vivantes et incarnées de ces conséquences destructrices, même dans le cas des armes nucléaires dites tactiques. Le programme de Princeton sur la science et la sécurité mondiale a récemment mis au point une simulation qui indique 34.1 millions de victimes immédiates résultant d'une série d'échanges nucléaires entre les États-Unis et la Russie. Cela en soi devrait être un motif de grande inquiétude et l'une des principales raisons pour lesquelles nous poursuivons toutes les voies qui désamorcent la situation actuelle. Mais est-ce trop abstrait ? Avons-nous besoin d'informations plus précises ? Avons-nous besoin d'être précis sur l'impact sur les corps réels, articulé en termes de chair humaine brûlée et d'étouffement, de systèmes d'intervention d'urgence débordés, de perturbation du réseau électrique et des systèmes de communication, et bien plus encore ? Cette étude suggère que pour changer les attitudes à l'égard des armes nucléaires, nous le faisons.

Une autre découverte importante est que le public est plus favorable au président qui lance une attaque nucléaire qu'à lui-même. La réalité de la politique nucléaire américaine est telle que la décision de lancer une arme nucléaire n'est pas une décision démocratique. Alors que l'ensemble du système politique fonctionne par des freins et contrepoids - avec toutes leurs imperfections - le le pouvoir de lancer des armes nucléaires est détenu uniquement par le président. C'est une réalité qui Elaine Scarry appelle une « monarchie thermonucléaire», où une personne est « habilitée non seulement à mener une guerre, mais aussi à commettre des actes de génocide sans obtenir l'accord de personne d'autre ». Couplé aux doutes sur ce qui motive des dirigeants comme l'ancien président Trump ou le président russe Poutine, nous devrions nous inquiéter. Cette étude nous rappelle à quel point le concept de sécurité nucléaire dans son ensemble est volatil. Les enjeux pour l'humanité sont trop importants pour laisser la décision réelle de lancer des armes nucléaires au seul président. Il n'est pas réconfortant non plus de savoir que le soutien ou le rejet du public de l'utilisation des armes nucléaires peut être influencé par des nuances dans la description des conséquences d'une attaque. Les efforts visant à stigmatiser les armes nucléaires en renforçant la réticence des gens à être moralement responsables d'une telle destruction offrent une ouverture pour plus de plaidoyer afin de renforcer le tabou nucléaire.

Les conclusions de cette étude peuvent également avoir un impact sur l'espace politique nucléaire, principalement à travers le travail des défenseurs des politiques. Une solide tradition de non-utilisation du nucléaire est le strict minimum pour faire avancer les efforts vers l'élimination totale de toutes les armes nucléaires. Alors que le public est complètement exclu du processus de prise de décision concernant le moment où les armes nucléaires sont lancées, les changements de politique concernant la « seule autorité » du président et les principes de « non utilisation en premier » peuvent créer une ouverture pour remettre en question la logique sous-jacente à l'existence de l'arme nucléaire. armes. [PH]


Questions soulevées

  • Plus les Américains en savent sur les dommages spécifiques des armes nucléaires, moins ils pensent qu'elles devraient être utilisées. Comment traduisons-nous cette idée en changement de politique ?


Lecture continue
MacDonald, E. (2022, 16 mars). Quel est le tabou nucléaire et Poutine est-il sur le point de le briser ? Tout ce qui est nucléaire. Extrait le 27 avril 2022 de https://allthingsnuclear.org/emacdonald/what-is-the-nuclear-taboo-and-is-putin-about-to-break-it/
Scarry, E. (2019 mai 10). Monarchie thermonucléaire et citoyens endormis. Fondation pour la paix à l'ère nucléaire. Extrait le 27 avril 2022 de https://www.wagingpeace.org/thermonuclear-monarchy-and-a-sleeping-citizenry/
Tannenwald, N. (2022, 10 mars). Des armes nucléaires tactiques « limitées » seraient catastrophiques. Scientific American. Extrait le 27er avril 2022 de https://www.scientificamerican.com/article/limited-tactical-nuclear-weapons-would-be-catastrophic/
Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire. (2014). L'impact humanitaire des armes nucléaires (p. 28). Extrait le 27 avril 2022 de https://hinwcampaignkit.files.wordpress.com/2015/01/hinwcampaignkit.pdf


Organisations
Zéro global : https://www.globalzero.org
Médecins internationaux pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW): https://www.ippnw.org/
Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) : https://www.icanw.org
NoFirstUse global : https://nofirstuse.global

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue