"La guerre est un crime contre l'humanité" - La voix des pacifistes ukrainiens

By Lebenshaus Schwäbische AlbMai 5, 2022

Le 17 avril 2022 (le dimanche de Pâques en Europe occidentale), les pacifistes ukrainiens ont adopté une déclaration reproduite ici, accompagnée d'un entretien avec Yurii Sheliazhenko, secrétaire exécutif du mouvement.

«Le Mouvement pacifiste ukrainien est gravement préoccupé par la combustion active des ponts pour une résolution pacifique du conflit entre la Russie et l'Ukraine des deux côtés et les signaux d'intention de poursuivre indéfiniment l'effusion de sang pour réaliser certaines ambitions souveraines.

Nous condamnons la décision russe d'envahir l'Ukraine le 24 février 2022, qui a entraîné une escalade meurtrière et des milliers de morts, réitérant notre condamnation des violations réciproques du cessez-le-feu prévues dans les accords de Minsk par les combattants russes et ukrainiens dans le Donbass avant l'escalade de Agression russe.

Nous condamnons l'étiquetage mutuel des parties au conflit en tant qu'ennemis et criminels de guerre à l'image des nazis, inséré dans la législation, renforcé par la propagande officielle d'une hostilité extrême et irréconciliable. Nous pensons que la loi doit construire la paix et non inciter à la guerre ; et l'histoire devrait nous donner des exemples de retour à une vie paisible, pas des excuses pour continuer la guerre. Nous insistons sur le fait que la responsabilité des crimes doit être établie par un organe judiciaire indépendant et compétent dans le cadre d'une procédure régulière, à la suite d'une enquête impartiale et impartiale, en particulier pour les crimes les plus graves, tels que le génocide. Nous soulignons que les conséquences tragiques de la brutalité militaire ne doivent pas être utilisées pour inciter à la haine et justifier de nouvelles atrocités, au contraire, de telles tragédies devraient refroidir l'esprit combatif et encourager une recherche persistante des moyens les plus exsangues de mettre fin à la guerre.

Nous condamnons les actions militaires des deux côtés, les hostilités qui nuisent aux civils. Nous insistons pour que tous les tirs cessent, que toutes les parties honorent la mémoire des personnes tuées et, après un chagrin dû, s'engagent calmement et honnêtement dans des pourparlers de paix.

Nous condamnons les déclarations du côté russe sur l'intention d'atteindre certains objectifs par des moyens militaires s'ils ne peuvent être atteints par des négociations.

Nous condamnons les déclarations du côté ukrainien selon lesquelles la poursuite des pourparlers de paix dépend de l'obtention des meilleures positions de négociation sur le champ de bataille.

Nous condamnons le refus des deux parties de cesser le feu pendant les pourparlers de paix.

Nous condamnons la pratique consistant à obliger des civils à effectuer leur service militaire, à accomplir des tâches militaires et à soutenir l'armée contre la volonté de personnes pacifiques en Russie et en Ukraine. Nous insistons sur le fait que de telles pratiques, en particulier pendant les hostilités, violent gravement le principe de distinction entre militaires et civils du droit international humanitaire. Toute forme de mépris du droit de l'homme à l'objection de conscience au service militaire est inacceptable.

Nous condamnons tout soutien militaire fourni par la Russie et les pays de l'OTAN aux militants radicaux en Ukraine, provoquant une nouvelle escalade du conflit militaire.

Nous appelons toutes les personnes éprises de paix en Ukraine et dans le monde à rester des personnes éprises de paix en toutes circonstances et à aider les autres à être des personnes éprises de paix, à collecter et à diffuser des connaissances sur un mode de vie pacifique et non violent, à dire aux vérité qui unit les gens épris de paix, pour résister au mal et à l'injustice sans violence, et démystifier les mythes sur la guerre nécessaire, bénéfique, inévitable et juste. Nous n'appelons à aucune action particulière maintenant pour garantir que les plans de paix ne seront pas ciblés par la haine et les attaques des militaristes, mais nous sommes convaincus que les pacifistes du monde ont une bonne imagination et une expérience de la réalisation pratique de leurs meilleurs rêves. Nos actions doivent être guidées par l'espoir d'un avenir pacifique et heureux, et non par la peur. Laissez notre travail de paix rapprocher l'avenir des rêves.

La guerre est un crime contre l'humanité. Par conséquent, nous sommes déterminés à ne soutenir aucune sorte de guerre et à nous efforcer d'éliminer toutes les causes de guerre.

Entretien avec Yurii Sheliazhenko, Ph.D., secrétaire exécutif, Mouvement pacifiste ukrainien

Vous avez choisi la voie de la non-violence radicale et de principe. Cependant, certaines personnes disent que c'est une attitude noble, mais face à un agresseur, cela ne fonctionne plus. Que leur répondez-vous ?

Notre position n'est pas « radicale », elle est rationnelle et ouverte à la discussion et à la reconsidération dans toutes les implications pratiques. Mais c'est bien du pacifisme conséquent, pour reprendre le terme traditionnel. Je ne peux pas accepter qu'un pacifisme conséquent « ne marche pas » ; au contraire, il est très efficace, mais il n'est en effet guère utile à aucun effort de guerre. Un pacifisme cohérent ne peut être subordonné à des stratégies militaires, ne peut être manipulé et transformé en arme dans la bataille des militaristes. C'est parce qu'il est basé sur la compréhension de ce qui se passe : c'est une bataille d'agresseurs de tous bords, leurs victimes sont des gens épris de paix divisés et gouvernés par des acteurs violents, des gens entraînés dans la guerre contre leur gré par la coercition et la tromperie, trompée par la propagande de guerre, conscrite pour devenir de la chair à canon, volée pour financer la machine de guerre. Un pacifisme cohérent aide les peuples épris de paix à se libérer de l'oppression des machines de guerre et à défendre le droit humain à la paix de manière non violente, ainsi que toutes les autres valeurs et réalisations de la culture universelle de la paix et de la non-violence.

La non-violence est un mode de vie qui est efficace et devrait toujours être efficace, pas seulement comme une sorte de tactique. C'est ridicule si certaines personnes pensent qu'aujourd'hui nous sommes des humains, mais demain nous devrions devenir des bêtes parce que nous sommes attaqués par des bêtes...

Néanmoins, la plupart de vos compatriotes ukrainiens ont opté pour la résistance armée. Ne pensez-vous pas qu'ils ont le droit de prendre leurs propres décisions ?

L'engagement total envers la guerre est ce que les médias vous montrent, mais cela reflète un vœu pieux des militaristes, et ils ont déployé beaucoup d'efforts pour créer cette image en se trompant eux-mêmes et le monde entier. En effet, le dernier sondage d'opinion du groupe sociologique Rating montre qu'environ 80% des personnes interrogées sont impliquées dans la défense de l'Ukraine d'une manière ou d'une autre, mais seulement 6% ont pris la résistance armée servant dans l'armée ou dans la défense territoriale, la plupart des personnes se contentant de "soutenir" l'armée matériellement ou informationnellement. Je doute que ce soit un vrai soutien. Récemment, le New York Times a raconté l'histoire d'un jeune photographe de Kiev qui "est devenu intensément patriote et un peu un intimidateur en ligne" à l'approche de la guerre, mais il a ensuite surpris ses amis lorsqu'il a été payé à des passeurs pour traverser la frontière de l'État en violation d'une interdiction illégale. pour presque tous les hommes de quitter l'Ukraine imposée par les gardes-frontières pour imposer la mobilisation militaire sans le respect du droit constitutionnel et des droits de l'homme. Et il a écrit de Londres : "La violence n'est pas mon arme." Selon le rapport de situation sur l'impact humanitaire d'OCHA du 21 avril, près de 12.8 millions de personnes ont fui la guerre, dont 5.1 millions à travers les frontières.

Crypsis, avec la fuite et le gel, appartient aux formes les plus simples d'adaptation et de comportement anti-prédateurs que vous pouvez trouver dans la nature. Et la paix environnementale, véritable existence non contradictoire de tous les phénomènes naturels, est la base existentielle du développement progressif de la paix politique et économique, dynamique de vie sans violence. De nombreuses personnes éprises de paix recourent à des décisions aussi simples car la culture de la paix en Ukraine, en Russie et dans d'autres pays post-soviétiques, contrairement à l'Occident, est très sous-développée et les autocrates militaristes primitifs et au pouvoir sont utilisés pour faire taire brutalement de nombreuses voix dissidentes. Donc, vous ne pouvez pas considérer comme authentique toute expression de soutien à l'effort de guerre de Poutine ou de Zelensky lorsque les gens manifestent publiquement et massivement un tel soutien, lorsque les gens parlent avec des étrangers, des journalistes et des sondeurs, et même lorsqu'ils disent ce qu'ils pensent en privé, cela peut être une sorte de double pensée, une dissidence pacifique peut être cachée sous des couches de langage loyal. Enfin, vous pouvez trouver ce que les gens pensent vraiment de leurs actions, comme pendant la Première Guerre mondiale, les commandants ont réalisé que les gens ne croyaient pas aux absurdités ennemies existentielles de la propagande de guerre lorsque les soldats avaient l'habitude de manquer intentionnellement pendant le tir et de célébrer Noël avec des "ennemis" au milieu entre les tranchées.

Aussi, je rejette une notion de choix démocratique en faveur de la violence et de la guerre pour deux raisons. Premièrement, un choix non éduqué et mal informé sous l'influence de la propagande de guerre et de "l'éducation patriotique militaire" n'est pas un choix suffisamment libre pour le respecter. Deuxièmement, je ne crois pas que le militarisme et la démocratie soient compatibles (c'est pourquoi, pour moi, l'Ukraine n'est pas victime de la Russie, mais les peuples épris de paix en Ukraine et en Russie sont victimes de leurs gouvernements bellicistes militaristes post-soviétiques), je ne pense pas que la violence de la majorité envers les minorités (y compris les individus) dans l'application de la règle de la majorité est «démocratique». La véritable démocratie, c'est l'engagement universel quotidien dans des discussions honnêtes et critiques sur des questions publiques et la participation universelle à la prise de décision. Toute décision démocratique doit être consensuelle dans le sens où elle est soutenue par la majorité et suffisamment délibérée pour ne pas nuire aux minorités (y compris les célibataires) et à la nature ; si la décision rend impossible l'acquiescement de ceux qui ne sont pas d'accord, leur fait du mal, les exclut du « peuple », ce n'est pas une décision démocratique. Pour ces raisons, je ne peux pas accepter la "décision démocratique de mener une guerre juste et de punir les pacifistes" - cela ne peut pas être démocratique par définition, et si quelqu'un pense que c'est démocratique, je doute qu'une telle sorte de "démocratie" ait une quelconque valeur. ou juste sentir.

J'ai appris que, malgré tous ces développements récents, la non-violence a une longue tradition en Ukraine.

C'est vrai. Vous pouvez trouver de nombreuses publications sur la paix et la non-violence en Ukraine, j'ai personnellement réalisé un court métrage "Histoire pacifique de l'Ukraine", et je souhaite écrire un livre sur l'histoire de la paix en Ukraine et dans le monde. Ce qui m'inquiète, cependant, c'est que la non-violence est plus souvent utilisée pour la résistance que pour la transformation et le progrès. Parfois, la non-violence est même utilisée pour défendre les identités archaïques de la violence culturelle, et nous avons eu (et avons toujours) en Ukraine une campagne de haine anti-russe prétendant être non-violente (mouvement civique "Vidsich") mais maintenant ouvertement militariste, appelant à soutenir le armée. Et les actions non violentes ont été militarisées lors des prises de pouvoir violentes pro-russes en Crimée et dans le Donbass en 2014, lorsque Poutine a tristement déclaré que les civils, en particulier les femmes et les enfants, viendraient servir de bouclier humain devant l'armée.

Comment pensez-vous que la société civile occidentale peut soutenir les pacifistes ukrainiens ?

Il y a trois façons d'aider la cause de la paix dans de telles circonstances. Premièrement, nous devons dire la vérité, qu'il n'y a pas de voie violente vers la paix, que la crise actuelle a une longue histoire de mauvaise conduite de tous les côtés et d'autres attitudes comme si nous, les anges, pouvons faire ce que nous voulons et eux, les démons, devraient souffrir pour leur laideur. conduira à une nouvelle escalade, sans exclure l'apocalypse nucléaire, et dire la vérité devrait aider toutes les parties à se calmer et à négocier la paix. La vérité et l'amour uniront l'Orient et l'Occident. La vérité unit généralement les gens en raison de sa nature non contradictoire, tandis que les mensonges se contredisent et que le bon sens tente de nous diviser et de nous gouverner.

Deuxième façon de contribuer à la cause de la paix : vous devez aider les nécessiteux, les victimes de la guerre, les réfugiés et les personnes déplacées, ainsi que les objecteurs de conscience au service militaire. Assurer l'évacuation de tous les civils des champs de bataille urbains sans discrimination fondée sur le sexe, la race, l'âge, sur tous les motifs protégés. Faites un don aux agences des Nations Unies ou à d'autres organisations qui aident les gens, comme la Croix-Rouge, ou aux bénévoles travaillant sur le terrain, il y a beaucoup de petites organisations caritatives, vous pouvez les trouver dans des groupes de réseaux sociaux locaux en ligne sur des plateformes populaires, mais attention, la plupart d'entre elles sont aider les forces armées, alors vérifiez leurs activités et assurez-vous que vous ne faites pas de dons pour des armes et plus d'effusion de sang et d'escalade.

Et troisièmement, last but not least, les gens ont besoin d'une éducation à la paix et ont besoin d'espoir pour surmonter la peur et la haine et adopter des solutions non violentes. Une culture de paix sous-développée, une éducation militarisée qui produit des conscrits plutôt obéissants que des citoyens créatifs et des électeurs responsables est un problème courant en Ukraine, en Russie et dans tous les pays post-soviétiques. Sans investissements dans le développement de la culture de la paix et l'éducation à la paix pour la citoyenneté, nous ne parviendrons pas à une véritable paix.

Quelle est votre vision du futur ?

Vous savez, je reçois beaucoup de lettres de soutien, et plusieurs élèves italiens du lycée Augusto Righi de Tarente m'ont écrit pour souhaiter un avenir sans guerre. J'ai écrit en réponse : « J'aime et je partage votre espoir d'un avenir sans guerre. C'est ce que les habitants de la Terre, de nombreuses générations de personnes, planifient et construisent. L'erreur courante est, bien sûr, de tenter de gagner au lieu de gagnant-gagnant. Le futur mode de vie non violent de l'humanité devrait être basé sur la culture de la paix, les connaissances et les pratiques du développement humain et la réalisation de la justice socio-économique et écologique sans violence, ou avec sa minimisation à un niveau marginal. La culture progressiste de la paix et de la non-violence remplacera progressivement la culture archaïque de la violence et de la guerre. L'objection de conscience au service militaire est l'une des méthodes pour concrétiser l'avenir.

J'espère qu'avec l'aide de tous les peuples du monde disant la vérité au pouvoir, exigeant d'arrêter de tirer et de commencer à parler, aidant ceux qui en ont besoin et investissant dans la culture de la paix et l'éducation à la citoyenneté non violente, nous pourrons ensemble construire une meilleure monde sans armées ni frontières. Un monde où la Vérité et l'Amour sont de grandes puissances, embrassant l'Orient et l'Occident.

Yurii Sheliazhenko, Ph.D. (Droit), LL.M., B. Math, Master of Mediation and Conflict Management, est maître de conférences et associé de recherche à l'Université KROK (Kyiv), la meilleure université privée d'Ukraine, selon le classement consolidé des universités ukrainiennes, TOP-200 Ukraine (2015, 2016, 2017). En outre, il est membre du conseil d'administration du Bureau européen pour l'objection de conscience (Bruxelles, Belgique) et membre du conseil d'administration de World BEYOND War (Charlottesville, VA, États-Unis) et secrétaire exécutif du Mouvement pacifiste ukrainien.

L'interview a été menée par Werner Wintersteiner, professeur émérite de l'Université de Klagenfurt (AUA), Autriche, fondateur et ancien directeur du Centre de recherche et d'éducation pour la paix de l'AUA.

-

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue