La dernière chose dont Haïti a besoin est une autre intervention militaire : la quarante-deuxième lettre d'information (2022)

Gélin Buteau (Haïti), Guede au tambour, ca. 1995.

By tricontinental, 25 octobre, 2022

Chers amis,

Salutations du bureau de Tricontinental : Institut de recherche sociale.

Lors de l'Assemblée générale des Nations Unies le 24 septembre 2022, le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Geneus, a admis que son pays faisait face à une grave crise, qu'il a affirmé Valérie Plante. « ne peut être résolu qu'avec le soutien efficace de nos partenaires ». Pour de nombreux observateurs attentifs de la situation qui se déroule en Haïti, l'expression «soutien efficace» sonnait comme si Geneus signalait qu'une autre intervention militaire des puissances occidentales était imminente. En effet, deux jours avant les commentaires de Geneus, , Washington post a publié un éditorial sur la situation en Haïti dans lequel il appelé pour « l'action musclée d'acteurs extérieurs ». Le 15 octobre, les États-Unis et le Canada ont publié une déclaration commune annonçant qu'ils avaient envoyé des avions militaires en Haïti pour livrer des armes aux services de sécurité haïtiens. Le même jour, les États-Unis ont soumis un projet résolution au Conseil de sécurité de l'ONU appelant au « déploiement immédiat d'une force multinationale d'action rapide » en Haïti.

Depuis que la Révolution haïtienne a obtenu son indépendance de la France en 1804, Haïti a fait face à des vagues successives d'invasions, y compris une attaque américaine qui a duré deux décennies. occupation de 1915 à 1934, une entreprise soutenue par les États-Unis dictature de 1957 à 1986, deux soutenus par l'Occident COUPS contre l'ancien président progressiste Jean-Bertrand Aristide en 1991 et 2004, et une armée onusienne intervention de 2004 à 2017. Ces invasions ont empêché Haïti d'assurer sa souveraineté et ont empêché son peuple de construire une vie digne. Une autre invasion, que ce soit par les troupes américaines et canadiennes ou par les forces de maintien de la paix de l'ONU, ne fera qu'aggraver la crise. Tricontinental : Institut de recherche sociale, le Assemblée internationale des peuplesMouvements de l'ALBA, et le Plateforme Haïtienne de Plaidoyer pour un Développement Alternatif ('Haitian Advocacy Platform for Alternative Development' ou PAPDA) ont produit une alerte rouge sur la situation actuelle en Haïti, qui peut être trouvée ci-dessous et téléchargée en tant que PDF.

Que se passe-t-il en Haïti ?

Une insurrection populaire s'est déroulée en Haïti tout au long de 2022. Ces manifestations sont la continuation d'un cycle de résistance qui a commencé en 2016 en réponse à une crise sociale développée par les coups d'État de 1991 et 2004, le tremblement de terre de 2010 et l'ouragan Matthew en 2016. Depuis plus d'un siècle, toute tentative du peuple haïtien de sortir du système néocolonial imposé par l'occupation militaire américaine (1915-34) s'est heurtée à des interventions militaires et économiques pour le préserver. Les structures de domination et d'exploitation mises en place par ce système ont appauvri le peuple haïtien, la majorité de la population n'ayant pas accès à l'eau potable, aux soins de santé, à l'éducation ou à un logement décent. Sur les 11.4 millions d'Haïtiens, 4.6 millions sont Insécurité alimentaire et 70% sont au chômage.

Manuel Mathieu (Haïti), Rempart ('Rempart'), 2018.

Le mot créole haïtien déchoukaj ou 'déracinement' - qui était première utilisation dans les mouvements pro-démocratie de 1986 qui ont lutté contre la dictature soutenue par les États-Unis - est venu à Vous permet de définir les protestations actuelles. Le gouvernement d'Haïti, dirigé par le Premier ministre par intérim et président Ariel Henry, a augmenté les prix du carburant pendant cette crise, ce qui a provoqué une protestation des syndicats et approfondi le mouvement. Henri était Installé à son poste en 2021 par le 'Groupe de base' (composé de six pays et dirigé par les États-Unis, l'Union européenne, l'ONU et l'Organisation des États américains) après le meurtre de l'impopulaire président Jovenel Moïse. Bien qu'encore non résolu, il est clair que Moïse a été tué par un complot qui comprenait le parti au pouvoir, des gangs de trafiquants de drogue, des mercenaires colombiens et des services de renseignement américains. Helen La Lime de l'ONU dit au Conseil de sécurité en février que l'enquête nationale sur le meurtre de Moïse était au point mort, une situation qui a alimenté les rumeurs et exacerbé à la fois la suspicion et la méfiance à l'intérieur du pays.

Fritzner Lamour (Haïti), Poste Ravine Pintade, ca. 1980.

Comment les forces du néocolonialisme ont-elles réagi ?

Les États-Unis et le Canada sont désormais armement Gouvernement illégitime d'Henry et planification d'une intervention militaire en Haïti. Le 15 octobre, les États-Unis ont soumis un projet résolution au Conseil de sécurité des Nations unies appelant au "déploiement immédiat d'une force multinationale d'action rapide" dans le pays. Ce serait le dernier chapitre de plus de deux siècles d'intervention destructrice des pays occidentaux en Haïti. Depuis la Révolution haïtienne de 1804, les forces de l'impérialisme (y compris les propriétaires d'esclaves) sont intervenues militairement et économiquement contre les mouvements populaires cherchant à mettre fin au système néocolonial. Plus récemment, ces forces sont entrées dans le pays sous les auspices des Nations Unies via la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), qui a été active de 2004 à 2017. Une nouvelle intervention de ce type au nom des « droits de l'homme » ne ferait qu'affirmer la système néocolonial désormais géré par Ariel Henry et serait catastrophique pour le peuple haïtien, dont la progression est bloquée par les gangs créée et promu dans les coulisses par l'oligarchie haïtienne, appuyée par le Core Group, et armée par les armes À partir de les États Unis.

 

Saint Louis Blaise (Haïti), Généraux ('Généraux'), 1975.

Comment le monde peut-il être solidaire d'Haïti ?

La crise d'Haïti ne peut être résolue que par le peuple haïtien, mais ils doivent être accompagnés par l'immense force de la solidarité internationale. Le monde peut se tourner vers les exemples démontrés par le Brigade médicale cubaine, qui s'est rendu pour la première fois en Haïti en 1998; par la brigade Via Campesina/ALBA Movimientos, qui travaille avec les mouvements populaires sur le reboisement et l'éducation populaire depuis 2009 ; et par le assistance fourni par le gouvernement vénézuélien, qui comprend du pétrole à prix réduit. Il est impératif que ceux qui sont solidaires avec Haïti exigent, au minimum :

  1. que la France et les États-Unis fournissent des réparations pour le vol des richesses haïtiennes depuis 1804, y compris le retourner de l'or volé par les USA en 1914. La France seule le doit Haïti au moins 28 milliards de dollars.
  2. que les États-Unis retourner L'île de Navassa à Haïti.
  3. que l'ONU Payer pour les crimes commis par la MINUSTAH, dont les forces ont tué des dizaines de milliers d'Haïtiens, violé un nombre incalculable de femmes et introduit choléra dans le pays.
  4. que le peuple haïtien soit autorisé à construire son propre cadre politique et économique souverain, digne et juste et à créer des systèmes d'éducation et de santé capables de répondre aux besoins réels du peuple.
  5. que toutes les forces progressistes s'opposent à l'invasion militaire d'Haïti.

Marie-Hélène Cauvin (Haïti), Trinité ('Trinity'), 2003

Les exigences de bon sens dans cette alerte rouge ne nécessitent pas beaucoup d'élaboration, mais elles doivent être amplifiées.

Les pays occidentaux parleront de cette nouvelle intervention militaire avec des phrases telles que « restaurer la démocratie » et « défendre les droits de l'homme ». Les termes 'démocratie' et 'droits de l'homme' sont rabaissés dans ces cas. Cela a été exposé à l'Assemblée générale des Nations Unies en septembre, lorsque le président américain Joe Biden a affirmé Valérie Plante. que son gouvernement continue « d'être aux côtés de notre voisin en Haïti ». La vacuité de ces mots est révélée dans un nouveau rapport d'Amnesty International rapport qui documente les abus racistes auxquels sont confrontés les demandeurs d'asile haïtiens aux États-Unis. Les États-Unis et le Core Group pourraient soutenir des gens comme Ariel Henry et l'oligarchie haïtienne, mais ils ne soutiennent pas le peuple haïtien, y compris ceux qui ont fui aux États-Unis.

En 1957, le romancier communiste haïtien Jacques-Stephen Alexis publie une lettre à son pays intitulée La belle amour humaine ("Bel amour humain"). "Je ne pense pas que le triomphe de la morale puisse se faire tout seul sans les actions des humains", Alexis écrit. Descendant de Jean-Jacques Dessalines, l'un des révolutionnaires qui ont renversé la domination française en 1804, Alexis a écrit des romans pour élever l'esprit humain, une contribution profonde à la Bataille d'émotions dans son pays. En 1959, Alexis fonde le Parti pour l'Entente Nationale ("Parti du Consensus Populaire"). Le 2 juin 1960, Alexis écrivit au dictateur soutenu par les États-Unis François 'Papa Doc' Duvalier pour l'informer que lui et son pays surmonteraient la violence de la dictature. « En tant qu'homme et en tant que citoyen, écrivait Alexis, il est inéluctable de ressentir la marche inexorable de la terrible maladie, cette mort lente, qui conduit chaque jour notre peuple au cimetière des nations comme les pachydermes blessés à la nécropole des éléphants. '. Cette marche ne peut être arrêtée que par le peuple. Alexis a été contraint à l'exil à Moscou, où il a participé à une réunion des partis communistes internationaux. À son retour en Haïti en avril 1961, il est enlevé au Môle-Saint-Nicolas et tué par la dictature peu de temps après. Dans sa lettre à Duvalier, Alexis se fait l'écho de « nous sommes les enfants de l'avenir ».

Chaleureusement,

Vijay

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue