L'hypocrisie de la politique nucléaire des libéraux

Justin Trudeau au podium
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s'adresse à la 71e session de l'Assemblée générale des Nations Unies au siège de l'ONU à New York. PHOTO DE JEWEL SAMAD / AFP / Getty Images

Par Yves Engler, 23 novembre 2020

À partir de La Province (Vancouver)

Le retrait de dernière minute d'un député de Vancouver d'un récent webinaire sur la politique canadienne en matière d'armes nucléaires met en évidence l'hypocrisie libérale. Le gouvernement dit qu'il veut débarrasser le monde des armes nucléaires mais refuse de prendre une mesure minimale pour protéger l'humanité de la menace sérieuse.

Il y a un mois, la députée libérale Hedy Fry a accepté de participer à un webinaire sur le thème «Pourquoi le Canada n'a-t-il pas signé le Traité d'interdiction nucléaire des Nations Unies?» Le membre de longue date du groupe des parlementaires pour la non-prolifération et le désarmement nucléaires devait s'entretenir avec des députés du NPD, du Bloc québécois et des Verts, ainsi qu'avec le survivant de la bombe atomique d'Hiroshima, Setsuko Thurlow, qui a co-accepté le prix Nobel de la paix 2017 le au nom de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires.

Plus de 50 organisations ont approuvé le webinaire qui a eu lieu jeudi. Après que la presse ait été informée d'un événement visant à presser le Canada de signer le Traité sur l'interdiction des armes nucléaires (TPNW), Fry a déclaré qu'elle ne pouvait pas participer en raison d'un conflit d'horaire. Demandé pour une courte vidéo à lire pendant le webinaire Fry a refusé.

Le retrait de Fry de l'échange d'idées capture l'hypocrisie de la politique nucléaire des libéraux. Ils expriment publiquement le désir d'abolir ces armes horribles mais ne veulent pas bouleverser aucune source de pouvoir (le PMO dans le cas de Fry) et l'armée / Washington (dans le cas du PMO) pour y parvenir.

Le mois dernier, Affaires mondiales a déclaré "Canada sans équivoque soutient le désarmement nucléaire mondial »et, il y a deux semaines, un responsable gouvernemental a réitéré son soutien à un«monde libre des armes nucléaires. » Ces déclarations ont été faites en réponse à l'attention renouvelée accordée au désarmement nucléaire après la 50th pays a récemment ratifié le TPNW, ce qui signifie que l'accord deviendra bientôt une loi pour les nations qui l'ont ratifié. Le traité est conçu pour stigmatiser et criminaliser les armes nucléaires de la même manière que le traité des Nations Unies sur les mines terrestres et la Convention sur les armes chimiques.

Mais le gouvernement Trudeau s'est montré hostile à cette initiative. Le Canada était l'un des 38 États à voter contre - 123 ont voté pour - la tenue de la Conférence des Nations Unies de 2017 pour négocier un instrument juridiquement contraignant pour interdire les armes nucléaires, menant à leur élimination totale. Trudeau aussi refusé d'envoyer un représentant à la réunion de négociation du TPNW, à laquelle ont participé les deux tiers de tous les pays. Le Premier ministre est allé jusqu'à qualifier l'initiative antinucléaire d '«inutile» et depuis lors, son gouvernement a refusé de rejoindre les 85 pays qui ont déjà signé le Traité. À l'Assemblée générale des Nations Unies il y a deux semaines, le Canada voté contre les 118 pays qui ont réaffirmé leur soutien au TPNW.

Isolément, l'écart entre les déclarations et les actions des libéraux sur les armes nucléaires est frappant. Mais si l'on élargit la lentille, l'hypocrisie est nettement plus stupéfiante. Le gouvernement Trudeau affirme que ses affaires internationales sont guidées par la croyance en un «ordre international fondé sur des règles» et une «politique étrangère féministe», mais il refuse de signer un traité nucléaire qui fait directement avancer ces principes énoncés.

Le TPNW a été surnommé le «première féministe loi sur les armes nucléaires »car elle reconnaît spécifiquement les différentes manières dont la production et l'utilisation d'armes nucléaires ont un impact disproportionné sur les femmes. De plus, le TPNW renforce l'ordre international fondé sur des règles en rendant ces armes immorales également illégales en vertu du droit international.

Il y a un écart terrifiant entre ce que disent et font les libéraux sur les armes qui continuent de constituer une menace existentielle pour l'humanité.

 

Yves Engler est l'auteur de neuf livres sur la politique étrangère canadienne. Son dernier est House of Mirrors: la politique étrangère de Justin Trudeau et est World BEYOND Warconseil consultatif de.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue