Jalon historique: le Traité des Nations Unies sur l'interdiction des armes nucléaires atteint les 50 ratifications nécessaires pour entrer en vigueur

Célébration de l'interdiction nucléaire de l'ONU, 24 octobre 2020

Du JE PEUX, 24 octobre, 2020

Le 24 octobre 2020, le Traité des Nations Unies sur l'interdiction des armes nucléaires a atteint les 50 États parties requis pour son entrée en vigueur, après que le Honduras l'ait ratifié juste un jour après que la Jamaïque et Nauru aient soumis leurs ratifications. Dans 90 jours, le traité entrera en vigueur, cimentant une interdiction catégorique des armes nucléaires, 75 ans après leur première utilisation.

C'est une étape historique pour ce traité historique. Avant l'adoption du TPNW, les armes nucléaires étaient les seules armes de destruction massive non interdites par le droit international, malgré leurs conséquences humanitaires catastrophiques. Maintenant, avec l'entrée en vigueur du traité, nous pouvons appeler les armes nucléaires ce qu'elles sont: des armes de destruction massive interdites, tout comme les armes chimiques et les armes biologiques.

La directrice exécutive de l'ICAN, Beatrice Fihn, a salué ce moment historique. «C'est un nouveau chapitre pour le désarmement nucléaire. Des décennies d'activisme ont réalisé ce que beaucoup disaient impossible: les armes nucléaires sont interdites », a-t-elle déclaré.

Setsuko Thurlow, survivant du bombardement atomique d'Hiroshima, a déclaré: «J'ai consacré ma vie à l'abolition des armes nucléaires. Je n'ai que de la gratitude pour tous ceux qui ont œuvré pour le succès de notre traité. En tant qu'activiste de longue date et emblématique de l'ICAN, qui a passé des décennies à raconter les horreurs auxquelles elle a été confrontée pour sensibiliser aux conséquences humanitaires des armes nucléaires, ce moment revêtait une importance particulière: «C'est la première fois en droit international que nous sommes tellement reconnu. Nous partageons cette reconnaissance avec d'autres hibakusha à travers le monde, ceux qui ont subi des dommages radioactifs à la suite d'essais nucléaires, d'extraction d'uranium, d'expérimentation secrète. Des survivants de l'utilisation et des tests atomiques du monde entier se sont joints à Setsuko pour célébrer cette étape importante.

Les trois derniers États à ratifier sont fiers de participer à un tel moment historique. Les 50 États ont fait preuve d'un véritable leadership pour parvenir à un monde sans armes nucléaires, tout en faisant face à des niveaux sans précédent de pression des États dotés d'armes nucléaires pour ne pas le faire. Une lettre récente, obtenu par AP quelques jours seulement avant la cérémonie, démontre que l'administration Trump a directement fait pression sur les États qui ont ratifié le traité pour qu'ils se retirent et s'abstiennent d'encourager les autres à y adhérer, en contradiction directe avec leurs obligations au titre du traité. Beatrice Fihn a déclaré: «Les pays qui ont adhéré à cet instrument historique ont fait preuve d'un véritable leadership pour le rendre pleinement opérationnel. Les tentatives désespérées pour affaiblir l'engagement de ces dirigeants en faveur du désarmement nucléaire ne démontrent que la crainte des États dotés d'armes nucléaires du changement que ce traité apportera.

Ce n'est que le début. Une fois le traité en vigueur, tous les États parties devront s'acquitter de toutes leurs obligations positives en vertu du traité et respecter ses interdictions. Les États qui n'ont pas adhéré au traité sentir sa puissance aussi - nous pouvons nous attendre à ce que les entreprises arrêtent de produire des armes nucléaires et que les institutions financières arrêtent d’investir dans les sociétés productrices d’armes nucléaires.

Comment savons nous? Parce que nous avons près de 600 organisations partenaires dans plus de 100 pays déterminés à faire progresser ce traité et la norme contre les armes nucléaires. Les gens, les entreprises, les universités et les gouvernements du monde entier sauront que cette arme a été interdite et que le moment est venu pour eux de se tenir du bon côté de l'histoire.

Photos : ICAN | Aude Catimel

Réponses 2

  1. Après avoir regardé le plus grand film que j'ai jamais vu sur Stanislav Petrovas, «L'homme qui a sauvé le monde», je suis fier de laisser toutes mes peurs derrière moi et d'encourager tous les pays à signer le Traité des Nations Unies sur l'interdiction des armes nucléaires et à célébrer sa ratification officielle le 22 janvier , 2021.

  2. «L'homme qui a sauvé le monde» devrait être montré à chaque classe d'école et organisation civique.

    Les producteurs devraient être richement récompensés et devraient renouveler la licence du film sous Creative Commons afin qu'il puisse être vu par tout le monde, à tout moment, n'importe où, gratuitement.

    Merci à WorldBEYONDWar pour la projection de janvier et pour la publication de la discussion informative.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue