Huit raisons pour lesquelles le moment est venu pour un cessez-le-feu et des pourparlers de paix en Ukraine

Soldats britanniques et allemands jouant au football dans le no man's land pendant la trêve de Noël en 1914.
Crédit photo : Archives de l'histoire universelle

Par Medea Benjamin et Nicolas JS Davies, World BEYOND War, Novembre 30, 2022

Alors que la guerre en Ukraine dure depuis neuf mois et qu'un hiver froid s'installe, les gens du monde entier sont appel pour une trêve de Noël, rappelant l'inspirante trêve de Noël de 1914. Au milieu de la Première Guerre mondiale, les soldats en guerre ont déposé leurs armes et ont célébré la fête ensemble dans le no man's land entre leurs tranchées. Cette réconciliation et cette fraternisation spontanées ont été, au fil des ans, un symbole d'espoir et de courage.

Voici huit raisons pour lesquelles cette saison des fêtes offre également un potentiel de paix et une chance de faire passer le conflit en Ukraine du champ de bataille à la table des négociations.

1. La première raison, et la plus urgente, est l'incroyable mortalité et les souffrances quotidiennes en Ukraine, et la possibilité d'éviter que des millions d'Ukrainiens supplémentaires ne soient forcés de quitter leurs maisons, leurs biens et les hommes conscrits qu'ils ne reverront peut-être jamais.

Avec le bombardement par la Russie d'infrastructures clés, des millions de personnes en Ukraine n'ont actuellement ni chauffage, ni électricité, ni eau, car les températures descendent en dessous de zéro. Le PDG de la plus grande société d'électricité d'Ukraine a exhorté des millions d'Ukrainiens supplémentaires à quitter le pays, soi-disant pendant quelques mois seulement, pour réduire la demande sur le réseau électrique endommagé par la guerre.

La guerre a anéanti au moins 35% de l'économie du pays, selon le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal. La seule façon d'arrêter l'effondrement de l'économie et les souffrances du peuple ukrainien est de mettre fin à la guerre.

2. Aucune des deux parties ne peut remporter une victoire militaire décisive, et avec ses récents gains militaires, l'Ukraine est en bonne position pour négocier.

Il est devenu clair que les chefs militaires des États-Unis et de l'OTAN ne croient pas, et n'ont peut-être jamais cru, que leur objectif déclaré publiquement d'aider l'Ukraine à récupérer la Crimée et tout le Donbass par la force est militairement réalisable.

En fait, le chef d'état-major de l'armée ukrainienne a averti le président Zelensky en avril 2021 qu'un tel objectif ne pas être réalisable sans niveaux "inacceptables" de pertes civiles et militaires, ce qui l'a conduit à annuler les plans d'escalade de la guerre civile à cette époque.

Le principal conseiller militaire de Biden, le président des chefs d'état-major interarmées Mark Milley, dit l'Economic Club de New York le 9 novembre, "Il doit y avoir une reconnaissance mutuelle que la victoire militaire n'est probablement pas, dans le vrai sens du terme, réalisable par des moyens militaires..."

Des examens militaires français et allemands de la position de l'Ukraine seraient plus pessimiste qu'américains, estimant que l'apparence actuelle de parité militaire entre les deux camps sera de courte durée. Cela ajoute du poids à l'évaluation de Milley et suggère que cela pourrait bien être la meilleure chance pour l'Ukraine de négocier à partir d'une position de force relative.

3. Les responsables du gouvernement américain, en particulier au sein du Parti républicain, commencent à rechigner à l'idée de poursuivre cet énorme niveau de soutien militaire et économique. Après avoir pris le contrôle de la Chambre, les républicains promettent un examen plus approfondi de l'aide à l'Ukraine. le membre du Congrès Kevin McCarthy, qui deviendra président de la Chambre, averti que les républicains n'écriraient pas un "chèque en blanc" pour l'Ukraine. Cela reflète l'opposition croissante à la base du Parti républicain, avec un Wall Street Journal en novembre po montrant que 48% des républicains disent que les États-Unis en font trop pour aider l'Ukraine, contre 6% en mars.

4. La guerre provoque des bouleversements en Europe. Les sanctions contre l'énergie russe ont fait monter en flèche l'inflation en Europe et provoqué une compression dévastatrice des approvisionnements énergétiques qui paralyse le secteur manufacturier. Les Européens ressentent de plus en plus ce que les médias allemands appellent Kriegsmudigkeit.

Cela se traduit par «la lassitude de la guerre», mais ce n'est pas une caractérisation tout à fait exacte du sentiment populaire croissant en Europe. La « sagesse de la guerre » pourrait mieux le décrire.

Les gens ont eu de nombreux mois pour examiner les arguments en faveur d'une longue guerre qui s'intensifie sans fin claire - une guerre qui plonge leurs économies dans une récession - et ils sont plus nombreux que jamais à dire aux sondeurs qu'ils soutiendraient de nouveaux efforts pour trouver une solution diplomatique . Ce inclut 55% en Allemagne, 49% en Italie, 70% en Roumanie et 92% en Hongrie.

5. La majeure partie du monde appelle à des négociations. Nous l'avons entendu lors de l'Assemblée générale des Nations Unies de 2022, où l'un après l'autre, 66 dirigeants mondiaux, représentant la majorité de la population mondiale, se sont prononcés avec éloquence en faveur de pourparlers de paix. Philippe Pierre, Premier ministre de Sainte-Lucie, était l'un d'entre eux, plaidoirie avec la Russie, l'Ukraine et les puissances occidentales "pour mettre fin immédiatement au conflit en Ukraine, en engageant des négociations immédiates pour régler définitivement tous les différends conformément aux principes des Nations Unies".

le Émir du Qatar a déclaré à l'Assemblée : « Nous sommes pleinement conscients de la complexité du conflit entre la Russie et l'Ukraine et de la dimension internationale et mondiale de cette crise. Cependant, nous appelons toujours à un cessez-le-feu immédiat et à un règlement pacifique, car c'est finalement ce qui se passera, quelle que soit la durée de ce conflit. Perpétuer la crise ne changera pas ce résultat. Cela ne fera qu'augmenter le nombre de victimes, et cela augmentera les répercussions désastreuses sur l'Europe, la Russie et l'économie mondiale.

6. La guerre en Ukraine, comme toutes les guerres, est catastrophique pour l'environnement. Les attentats et les explosions réduisent toutes sortes d'infrastructures - chemins de fer, réseaux électriques, immeubles d'habitation, dépôts pétroliers - à des gravats calcinés, remplissant l'air de polluants et recouvrant les villes de déchets toxiques qui contaminent les rivières et les eaux souterraines.

Le sabotage des pipelines sous-marins russes Nord Stream fournissant du gaz russe à l'Allemagne a conduit à ce qui pourrait avoir été le plus grande version des émissions de gaz méthane jamais enregistrées, soit les émissions annuelles d'un million de voitures. Le bombardement des centrales nucléaires ukrainiennes, dont Zaporizhzhia, la plus grande d'Europe, a suscité des craintes légitimes de propagation de radiations mortelles dans toute l'Ukraine et au-delà.

Pendant ce temps, les sanctions américaines et occidentales sur l'énergie russe ont déclenché une aubaine pour l'industrie des combustibles fossiles, leur donnant une nouvelle justification pour augmenter leur exploration et leur production d'énergie sale et garder le monde fermement sur la bonne voie pour la catastrophe climatique.

7. La guerre a un impact économique dévastateur sur les pays du monde entier. Les dirigeants des plus grandes économies du monde, le Groupe des 20, a affirmé Valérie Plante. dans une déclaration à la fin de leur sommet de novembre à Bali selon laquelle la guerre en Ukraine "provoque d'immenses souffrances humaines et exacerbe les fragilités existantes de l'économie mondiale - freinant la croissance, augmentant l'inflation, perturbant les chaînes d'approvisionnement, augmentant l'insécurité énergétique et alimentaire et améliorant la stabilité financière des risques."

Notre incapacité de longue date à investir la proportion relativement faible de nos ressources nécessaires pour éradiquer la pauvreté et la faim sur notre planète autrement riche et abondante condamne déjà des millions de nos frères et sœurs à la misère, à la misère et à des morts prématurées.

Maintenant, cela est aggravé par la crise climatique, alors que des communautés entières sont emportées par les eaux de crue, brûlées par des incendies de forêt ou affamées par des sécheresses et des famines pluriannuelles. La coopération internationale n'a jamais été aussi urgente pour faire face à des problèmes qu'aucun pays ne peut résoudre seul. Pourtant, les pays riches préfèrent toujours investir leur argent dans les armes et la guerre au lieu de s'attaquer de manière adéquate à la crise climatique, à la pauvreté ou à la faim.

8. La dernière raison, qui renforce dramatiquement toutes les autres raisons, est le danger de guerre nucléaire. Même si nos dirigeants avaient des raisons rationnelles de préférer une guerre ouverte et sans cesse croissante à une paix négociée en Ukraine - et il y a certainement des intérêts puissants dans les industries de l'armement et des combustibles fossiles qui en profiteraient - le danger existentiel de ce que cela pourrait conduire à faire absolument pencher la balance en faveur de la paix.

Nous avons récemment vu à quel point nous sommes proches d'une guerre beaucoup plus vaste lorsqu'un seul missile antiaérien ukrainien égaré a atterri en Pologne et tué deux personnes. Le président Zelensky a refusé de croire qu'il ne s'agissait pas d'un missile russe. Si la Pologne avait adopté la même position, elle aurait pu invoquer l'accord de défense mutuelle de l'OTAN et déclencher une guerre à grande échelle entre l'OTAN et la Russie.

Si un autre incident prévisible comme celui-ci conduit l'OTAN à attaquer la Russie, ce ne peut être qu'une question de temps avant que la Russie considère l'utilisation des armes nucléaires comme sa seule option face à une force militaire écrasante.

Pour ces raisons et bien d'autres, nous nous joignons aux dirigeants religieux du monde entier qui appellent à une trêve de Noël, déclarant que la période des Fêtes présente « une occasion bien nécessaire de reconnaître notre compassion les uns pour les autres. Ensemble, nous sommes convaincus que le cycle de la destruction, de la souffrance et de la mort peut être surmonté.

Medea Benjamin et Nicolas JS Davies sont les auteurs de Guerre en Ukraine : Donner un sens à un conflit insensé, disponible chez OR Books en novembre 2022.

Medea Benjamin est le cofondateur de CODEPINK pour la paixet l'auteur de plusieurs livres, dont Inside Iran: La vraie histoire et la politique de la République islamique d'Iran.

Nicolas JS Davies est journaliste indépendant, chercheur au CODEPINK et auteur de Du sang sur nos mains: l'invasion américaine et la destruction de l'Irak.

une réponse

  1. COMMENT notre monde peut-il être en GUERRE lorsque nous célébrons la naissance du PRINCE DE LA PAIX à Noël !!! Apprenons des façons PAISIBLES de travailler à travers nos différences !!! C'est la chose HUMAINE à faire…………..

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue