Exiger une paix juste en Ukraine et l'abolition de toutes les guerres

de Scott Neigh, Radio radicale parlante, Mars 29, 2022

Sakura Saunders et  Rachel petite sont des organisateurs de longue date avec une expérience dans une gamme de mouvements. Les deux sont actifs avec World Beyond War, un réseau mondial décentralisé dont le but n'est pas seulement de s'opposer à la guerre du jour mais d'abolir l'institution de la guerre. Scott voisin les interroge sur le travail de l'organisation à l'échelle mondiale et au Canada, sur leur politique abolitionniste de la guerre et sur ce que leurs membres et sympathisants ont fait pour exiger la paix en Ukraine.

L'invasion russe de l'Ukraine a horrifié les gens du monde entier et a, à juste titre, été largement condamnée. Mais dans l'environnement médiatique inévitablement polarisé et chargé de propagande en temps de guerre, il a été remarquablement difficile d'aller au-delà. Bien trop souvent, la révulsion justifiée face à l'invasion et l'admirable compassion pour ses victimes manifestées par tant de personnes sont utilisées par les États et les élites occidentales pour justifier des actions qui risquent une nouvelle escalade. Il y a peu de place pour se demander ce que les gouvernements, les entreprises et les élites occidentales ont fait pour contribuer à cette crise ; peu d'espace pour parler de la nécessité d'une désescalade et de ce à quoi pourrait ressembler une résolution juste et pacifique ; et peu d'espace pour aller de là à des questions plus larges sur ce à quoi cela pourrait ressembler d'abolir la guerre, le militarisme et l'empire, et d'aller vers - comme le suggère le nom de l'organisation qui fait l'objet de l'épisode d'aujourd'hui - une world beyond war.

Fondée en 2014 à la suite de conversations entre des organisateurs anti-guerre de longue date aux États-Unis et dans le monde, l'organisation compte actuellement 22 chapitres dans une douzaine de pays, avec des centaines d'organisations affiliées ainsi que plusieurs milliers de membres individuels et de sympathisants dans plus de 190 pays. Il a vraiment commencé à croître dans le contexte canadien après avoir tenu sa conférence mondiale annuelle à Toronto il y a quelques années. Saunders, basé sur le territoire Mi'kmaw à Halifax, est membre du conseil d'administration de World Beyond War. Small vit à Toronto, dans le territoire de Dish with One Spoon, et est l'organisateur canadien de World Beyond War.

À l'échelle mondiale, l'organisation fonctionne comme un réseau décentralisé axé sur le renforcement du pouvoir au niveau local, mais avec trois priorités primordiales. L'une de ces priorités est un engagement envers l'éducation politique liée à la guerre et au militarisme. Cela comprend la richesse en ressources de l'organisation website, ainsi que toutes sortes d'événements et d'activités, y compris des clubs de lecture, des cours, des webinaires et même des cours de plusieurs semaines. Avec les connaissances et les compétences ainsi acquises, ils encouragent activement les gens à s'impliquer dans les questions de guerre et de militarisme de toutes les manières et avec tout objectif adapté à leur situation locale. De plus, l'organisation mène une campagne mondiale en collaboration avec les communautés touchées par le militarisme pour la fermeture de bases militaires américaines, en particulier, que l'on trouve dans de nombreux pays à travers le monde. Et ils travaillent pour définancer la guerre, c'est-à-dire pour détourner les dépenses des gouvernements des armes et d'autres aspects du militarisme.

In Canada, ainsi que son travail d'éducation et de soutien à l'action locale autonome des chapitres et des individus, World Beyond War est très impliqué dans le travail avec d'autres organisations locales et nationales sur quelques campagnes. Le premier est l'opposition aux propositions du gouvernement fédéral de dépenser des milliards et des milliards de dollars pour acheter nouveaux avions de chasse et de nouvelles frégates navales pour l'armée canadienne. Un autre va à l'encontre du rôle du Canada en tant qu'exportateur d'armes – en particulier la vente de milliards de dollars de véhicules blindés légers vers l'Arabie Saoudite, compte tenu de leur utilisation ultime dans la guerre dévastatrice menée par les Saoudiens contre le Yémen. Ils ont également été impliqués en solidarité avec les peuples autochtones comme les Wet'suwet'en en opposition à la colonisation violente en cours par l'État canadien, en opposition à l'adhésion du Canada à l'OTAN et en solidarité avec le peuple palestinien.

Quant à la guerre actuelle en Ukraine, il y a eu des dizaines d'actions anti-guerre organisées à travers le Canada depuis l'invasion, certaines impliquant World Beyond War chapitres et membres. L'organisation s'oppose sans équivoque à l'invasion russe. Ils s'opposent également à l'expansion de l'OTAN et cherchent à comprendre comment le gouvernement du Canada et d'autres pays occidentaux ont été complices de l'escalade de la crise. Small a déclaré : « Si les derniers, je ne sais pas, 60 [ou] 70 ans d'histoire démontrent quelque chose, c'est que littéralement la dernière chose qui est susceptible de minimiser les souffrances et les effusions de sang est une action militaire de l'OTAN.

Small est très conscient de la manière dont le désir d'aider les personnes confrontées à une invasion peut être utilisé pour attirer des personnes éloignées du conflit vers des actions de soutien qui, en fin de compte, feront plus de mal. Elle a déclaré : « Lorsque les gens voient vraiment les effets dévastateurs de la guerre sur le terrain et veulent réagir avec solidarité et compassion, il est très facile de tomber dans les tropes impérialistes ou de vraiment vouloir simplifier la situation. Mais je pense que c'est vraiment un moment tellement critique pour le mouvement anti-guerre de continuer à s'opposer à l'impérialisme et de défier cette propagande qui essaie de le légitimer.

Pour Saunders, le point clé est d'évaluer toute intervention potentielle, dans cette guerre ou dans n'importe quelle guerre, "en termes d'escalade ou de désescalade". Une fois que nous avons fait cela, « la manière dont nous devons nous engager devient plus claire. Et nous devons nous engager – nous devons nous engager activement. Parce que, bien sûr, nous devons forcer la Russie à, vous savez, arrêter. Mais comment pouvons-nous faire cela de manière à désamorcer simultanément le conflit ? » World Beyond War appelle à une solution diplomatique. Ils s'opposent à la fourniture d'armes à l'une ou l'autre des parties et ils sont contre l'utilisation de sanctions qui, de manière prévisible, causeraient du tort aux gens ordinaires, bien qu'ils soutiennent des sanctions très ciblées contre des individus puissants. De plus, ils demandent du soutien pour les réfugiés de ce conflit et de toutes les autres guerres dans le monde.

Small a poursuivi : « Nous pouvons montrer notre solidarité avec les personnes qui souffrent de cette guerre en Ukraine sans être également nationalistes… Nous n'avons pas besoin de tenir, d'exprimer notre solidarité avec, le drapeau d'un État, de n'importe quel État. Ça ne devrait pas être le drapeau ukrainien, ça ne devrait pas être le drapeau canadien. Mais comment faisons-nous ce travail d'une manière qui soit basée sur un véritable internationalisme, sur une véritable solidarité mondiale ? »

En outre, ils encouragent tous ceux qui sont horrifiés par les événements en Ukraine à établir des liens avec les institutions plus larges de la guerre, du militarisme et de l'empire, et à travailler pour leur abolition. Small a déclaré : « Nous invitons définitivement tout le monde à se joindre à nous dans la lutte pour l'abolition, que ce soit quelque chose auquel vous réfléchissez et que vous organisez depuis longtemps, ou que ce soit quelque chose qui se prépare pour vous tout à l'heure. C'est donc la lutte contre toutes les guerres, contre tout le militarisme, contre tout le complexe militaro-industriel. Et en ce moment, c'est un moment clé, bien sûr, pour être solidaire avec tout le peuple ukrainien qui fait face à l'invasion impérialiste et à une violence énorme. Mais la semaine prochaine, nous continuerons à nous organiser aux côtés des Palestiniens, des Yéménites, des Tigréens, des Afghans - aux côtés de tous ceux qui font face à la guerre, à l'armée et à la violence. Et pour garder ce contexte plus large dans leur esprit, pour garder solidaires tous ceux qui sont confrontés à la guerre en ce moment, je pense que c'est un recadrage vraiment important que les gens doivent faire en ce moment.

Talking Radical Radio vous apporte des voix locales de partout au Canada, vous donnant la chance d'entendre de nombreuses personnes différentes qui font face à de nombreuses luttes différentes parler de ce qu'elles font, pourquoi elles le font et comment elles le font, dans la conviction qu'une telle écoute est une étape cruciale dans le renforcement de tous nos efforts pour changer le monde. Pour en savoir plus sur le spectacle, consultez notre site Web ici. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook or Twitter, ou contacter scottneigh@talkingradical.ca pour rejoindre notre liste hebdomadaire de mises à jour par e-mail.

Talking Radical Radio vous est présenté par Scott voisin, écrivain, producteur de médias et activiste basé à Hamilton en Ontario, et auteur de deux livres examinant l'histoire du Canada à travers les récits d'activistes.

Image: Wikimedia.

Thème musical : "It Is the Hour (Get Up)" de Snowflake, via Mélangeur CC

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue