« Du sang sur vos mains » – Les habitants de Toronto exigent que les députés appellent au cessez-le-feu à Gaza

Par Nur Dogan, L'érable, Novembre 21, 2023

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés cette semaine au bureau du député du ministre de la Justice et procureur général du Canada, Arif Virani, pour exiger un cessez-le-feu à Gaza et la « liberté de la Palestine ».

Le rassemblement a eu lieu au bureau de Virani sur Bloor Street West à Toronto tôt le jeudi 16 novembre, alors que le ministère de la Santé de Gaza annonçait qu'Israël avait tué 11,100 7 Palestiniens à Gaza depuis le XNUMX octobre. comme au moins 4,600 XNUMX enfants.

La foule s'est rassemblée à l'entrée du bureau de Virani et a scandé « Arif Virani, tu ne peux pas te cacher, nous t'accusons de génocide ».

« Nous nous levons pour exiger la fin du génocide israélien à Gaza, la fin de l'occupation israélienne illégale de la Palestine, la fin du siège de Gaza, la fin de l'armement d'Israël par le Canada et [sa] position de solidarité. avec Israël », a déclaré Alisa Gayle, membre d’Independent Jewish Voices et l’une des porte-parole de l’organisation.

« Je suis ici […] pour exiger que nos élus cessent de se taire face au génocide et pour exiger qu’ils tiennent Israël pour responsable de la fin des crimes de guerre. »

Virani ne s'est pas présenté à son bureau pendant la manifestation. Les manifestants ont bloqué l'entrée du bureau avec des banderoles indiquant « du sang sur les mains » et « Parkdale exige un cessez-le-feu ».

Gayle a déclaré que les députés sont responsables envers les électeurs et « qu’ils ont tous du sang sur les mains ».

"Nos députés ont l'occasion dès maintenant d'être du bon côté de l'histoire et de défendre la justice, de défendre les innocents, de mettre fin aux crimes contre l'humanité, aux crimes de guerre et au génocide", a ajouté Gayle.

Depuis qu’Israël a lancé son attaque sur Gaza, la zone assiégée a plongé dans une catastrophe humanitaire. Entreprises de télécommunications à Gaza a affirmé Valérie Plante. Jeudi, toutes les sources d'alimentation de secours ont déjà été épuisées.

Les forces israéliennes ont pris d'assaut l'hôpital al-Shifa de Gaza mercredi, affirmant que le Hamas exploitait un centre de « commandement » en dessous. Outre la publication d’une vidéo montée montrant une petite réserve d’armes et de gilets militaires, Israël n’a jusqu’à présent fourni aucune preuve pour étayer ces affirmations.

Selon les Nations Unies, environ 700 patients et 3,000 XNUMX personnes déplacées ont été soignées. abri à l'hôpital.

« Ils bombardent des civils innocents », a déclaré Gayle. « C’est une punition collective. Ils bombardent des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des églises […], la définition même des crimes de guerre. »

« En tant que Juifs, nous savons à quoi ressemble un génocide et – comme cela a été dit lors de la manifestation – plus jamais cela ne signifie plus jamais pour personne. »

Ameena Sultan, une avocate spécialisée en droit de l'immigration basée à Toronto et mariée à un Palestinien, faisait partie des manifestants pour « protester contre la position du gouvernement canadien, qui soutient sans équivoque les actions d'Israël à Gaza, qui soutient Israël et son nettoyage ethnique et son génocide en cours ». des Palestiniens », a-t-elle déclaré.

Sultan a de la famille à El Khalil, une ville de Cisjordanie occupée, où se trouvent des colons et des soldats israéliens. attaquer Résidents palestiniens. « Les choses sont très difficiles en Cisjordanie », a déclaré Sultan. « Il y a des fermetures, des confinements, des couvre-feux, des arrestations généralisées, et des centaines de personnes sont mortes depuis le 7 octobre. C'est très, très dur. »

Sultan était l'un des orateurs de la manifestation qui a exigé un appel à un cessez-le-feu de la part du gouvernement canadien. Elle a déclaré que le gouvernement Trudeau soutenait le meurtre de civils en Palestine. "Ils sont complices", a déclaré Sultan. « Ils ont déclaré qu’ils étaient sans équivoque aux côtés d’Israël alors qu’il continue de commettre ces crimes de guerre. »

Le Premier ministre Justin Trudeau a appelé Israël à faire preuve d’une « retenue maximale » lors d’une conférence de presse le 14 novembre.

Cependant, Trudeau a depuis clarifié dans un communiqué de presse envoyé jeudi aux journalistes, le Canada soutient le « droit d'Israël à se défendre conformément au droit international » et a déclaré que le Hamas utilise des civils comme boucliers humains.

« L'hypocrisie de notre gouvernement et de notre société est épouvantable », a déclaré Sultan.

"Je me sens physiquement peinée par le fait qu'ils disent que la vie de ceux qui ont été perdus le 7 octobre compte, mais que quiconque après cela aura la peau brune n'a pas d'importance", a-t-elle ajouté.

Sultan a exigé que le gouvernement canadien cesse d'enhardir Israël et cesse de permettre aux fournisseurs canadiens de leur vendre des armes, et a appelé à la liberté des Palestiniens.

Peggy Lathwell, une habitante de Davenport, s'est jointe à la manifestation parce qu'elle « ne veut pas être témoin d'un génocide ».

Lathwell a déclaré que Virani « fait partie de notre gouvernement, et je veux que notre gouvernement ait une réponse juste à une situation terrible plutôt que de vraiment la laisser passer ».

Smadar Carmon, une habitante de Davenport qui a grandi dans une famille juive en Israël, s'est jointe à la manifestation parce qu'elle est « extrêmement préoccupée par ce qui se passe à Gaza ».

« Nous sommes très préoccupés par les droits de l’homme et […] nous sommes du côté de ceux qui commettent absolument tous les crimes. »

Police de Toronto arrêté six manifestants le 30 octobre pour s'être introduits sans autorisation dans le bureau de Virani lors d'un sit-in de protestation appelant à un cessez-le-feu immédiat.

Le deuxième bureau du député voit des protestations

Un autre rassemblement a eu lieu le 16 novembre au bureau de Julie Dzerowicz, députée de Davenport.

Rachel Small, une organisatrice de World Beyond War, un mouvement non-violent mondial visant à mettre fin à la guerre et à établir une paix juste et durable, était l'un des orateurs de la manifestation.

« Nous sommes ici pour condamner la guerre », a déclaré Small. « Contrairement à Julie [Dzerowicz], nous refusons de nous détourner des horreurs dont nous sommes témoins. »

Small a rejoint la manifestation avec ses deux jeunes enfants. « Mes deux enfants sont ici aujourd’hui et je me suis forcée à faire face au fait que des milliers d’enfants sont tués sous nos yeux à Gaza en ce moment », a-t-elle expliqué.

L'armée israélienne a tué un enfant toutes les 10 minutes en Palestine depuis le 7 octobre, lorsque le Hamas a mené une attaque surprise meurtrière contre Israël et pris plus de 200 personnes en otages.

«Je refuse de me détourner en tant que résident de ce quartier alors que mon député refuse de faire ce qui est juste et refuse de me détourner en tant que parent de deux jeunes enfants», a déclaré Small dans son discours.

« Je vois ce que souffrent les enfants de Gaza, et je refuse également de me détourner en tant que Juif quand on me dit que ce qui se passe, ce que fait Israël, est en mon nom. »

Daniel Froidevaux, un habitant de Davenport, a participé au rassemblement et a déclaré : « les civils innocents méritent d'être protégés ».

« Le Canada a voté à de nombreuses reprises à l'ONU contre des résolutions protégeant la Palestine des colonies ou demandant un cessez-le-feu, malgré le soutien de la majorité des pays dans le monde à ces mesures et, fondamentalement, le Canada a agi à l'encontre des lois du droit international qui sont claires, " il expliqua. "Il n'y a aucune ambiguïté morale ici."

L'Assemblée générale des Nations Unies a massivement voté le 27 octobre pour une « trêve humanitaire » dans la bande de Gaza. Alors que 120 pays ont voté en faveur de la résolution, 14 pays, dont les États-Unis, ont voté contre et 45 autres, dont le Canada, se sont abstenus.

Froidevaux a déclaré qu’il souhaitait que le gouvernement canadien appelle à un cessez-le-feu et « mette fin à tout soutien à Israël en termes d’armes et réfléchisse à d’autres actions économiques qu’il peut entreprendre pour se distancer d’Israël ».

Nur Dogan est une journaliste indépendante et photojournaliste turco-canadienne qui couvre des histoires pour les nouveaux médias canadiens.

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Festival du film WBW 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue