Rupture : Des lignes ferroviaires à Toronto fermées par centaines appellent à un embargo sur les armes contre Israël et à la fin du génocide en Palestine

By World BEYOND War, Avril 16, 2024

Les lignes ferroviaires de la rue Osler et de l'avenue Pelham (près de Dupont et Dundas W) à Toronto viennent d'être bloquées, interrompant les services de fret essentiels entre le Canada et les États-Unis en solidarité avec les Palestiniens affamés de Gaza et exigeant que le gouvernement du Canada cesse de dissimuler les choses. et faire ce qui est juste : imposer un embargo immédiat et complet sur les armes à Israël. Le commerce des armes entre le Canada et Israël dépend de l'infrastructure ferroviaire canadienne pour acheminer les armes vers les ports aériens et maritimes en vue de leur transfert vers Israël, et pour expédier des pièces aux États-Unis, qui sont ensuite intégrées dans des systèmes d'armes comme le chasseur F-35 de Lockheed Martin, avant également être exporté vers Israël.

« Depuis des mois, alors que les appels de nos familles et amis à Gaza se multiplient, nous avons écrit, téléphoné et adressé des pétitions à nos députés. Nous avons organisé des séances de formation, des réunions communautaires et des assemblées publiques. Nous avons manifesté, défilé, fait du piquetage et nous sommes rassemblés devant tous les bureaux gouvernementaux que vous pouvez nommer. Et pourtant, le gouvernement canadien a toujours refusé d’agir de manière décisive pour sauver des vies palestiniennes et imposer un embargo complet sur les armes à Israël », a déclaré Dalia Awwad du Mouvement de la jeunesse palestinienne. « Nous n’avons donc pas d’autre choix que d’intensifier notre action et d’arrêter nous-mêmes l’envoi d’armes vers et depuis Israël. »

La fermeture ferroviaire d'aujourd'hui a été provoquée par des centaines de personnes à Toronto et n'a pas d'heure précise. Cela fait suite aux actions qui se sont déroulées hier au Canada, aux États-Unis et dans le monde entier. Ces actions visaient à bloquer les artères du capitalisme et à perturber le statu quo dans un système économique mondial qui facilite la campagne génocidaire d'Israël contre Gaza, malgré les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU et les décisions de la CIJ.

Hier, à Mount Pearl, à Terre-Neuve, des membres de la communauté ont fermé l'entrée du siège mondial de Kraken Robotics, une entreprise qui fournit de la technologie aux sociétés d'armement israéliennes Elbit Systems et Israel Aerospace Industries. Des dizaines de militants pacifistes ont bloqué la route menant au port d'Halifax, où la plus grande société de transport israélienne, Zim Integrated Shipping Services (ZIM), a un bureau. 21 personnes ont finalement été arrêtées. À Vancouver, l'un des plus grands ports du Canada et site d'expédition de ZIM, Deltaport, a été bloqué pendant plusieurs heures. Les organisateurs ont appelé les travailleurs portuaires à refuser de charger et décharger des marchandises israéliennes et à traiter les expéditions d’armes en provenance d’Israël comme des « marchandises chaudes », dans la tradition des dockers qui refusaient de charger des marchandises en provenance d’Afrique du Sud de l’apartheid. À Ottawa, des militants syndicaux et communautaires ont bloqué l'accès à Exportation et développement Canada, qui facilite le commerce des armes entre Israël et le Canada. Le port de Montréal a été fermé pendant plus d'une heure et ailleurs à Montréal, un sit-in a forcé la fermeture de la Banque Scotia, le plus grand investisseur étranger d'Elbit. Des blocages de routes, de voies ferrées et de bâtiments gouvernementaux ont également eu lieu à Victoria en Colombie-Britannique, à Peterborough en Ontario et à Rouyn-Noranda au Québec. À Arlington, en Virginie, juste de l'autre côté de la rivière, d'où les législateurs américains autorisent l'utilisation de l'argent des contribuables américains pour financer le génocide israélien, les organisateurs ont fermé le fabricant d'armes Lockheed Martin, l'un des principaux bénéficiaires de ces dollars en tant que fournisseur d'avions de combat F-35 à l'armée israélienne. . À Middletown, dans le Connecticut, les organisateurs ont bloqué les entrées d'une usine Pratt & Whitney, qui fournit des moteurs pour le programme F-35 de Lockheed. Dans la Bay Area, les habitants ont bloqué l'Interstate 880 et fermé le Golden Gate Bridge, tandis que des personnes de conscience ont bloqué plusieurs voies de l'Interstate 190 à Chicago menant à l'aéroport international O'Hare.

« Nous regardons un génocide diffusé en direct sur nos téléphones tandis que le reste du monde, y compris le Canada, y participe et en profite. Nos cœurs sont brisés et nous n’en pouvons tout simplement plus », déclare Gur Tsabar de la Coalition Les Juifs disent non au génocide. « La majorité du monde est aux côtés de la Palestine, et aujourd’hui, nous mettons à nouveau nos corps en jeu pour exiger que le Canada fasse tout et n’importe quoi pour mettre fin aux atrocités israéliennes, en commençant par un embargo bilatéral sur les armes contre Israël. »

Les actions d'aujourd'hui s'inspirent de Shut Down Canada, la vague de perturbations qui a balayé le pays en 2020, après que des unités militarisées de la GRC ont attaqué les défenseurs des terres Wet'suwet'en et les ont expulsés de leur territoire sous la menace d'une arme alors qu'ils tentaient d'arrêter la construction du Gazoduc côtier GasLink. Il s'agissait d'une violation brutale de la souveraineté des Wet'suwet'en et du droit des peuples autochtones au consentement libre, préalable et éclairé.

« En 2020, lorsque la GRC a envahi nos terres et violé notre souveraineté, nous avons appelé à des actions de solidarité pour fermer le Canada. Des ports de Vancouver aux voies ferrées de Tyendinaga, les communautés se sont soulevées pour perturber l'économie canadienne et résister à la violence coloniale », a rappelé le chef Na'moks, chef héréditaire des Wet'suwet'en. « Aujourd’hui, les gens se soulèvent à nouveau. Nous sommes résolument solidaires avec la Palestine et avec tous les peuples qui résistent au génocide. De Wedzin Kwah à la mer !

« Les peuples autochtones de l’Île de la Tortue ont été à l’avant-garde du mouvement de solidarité avec la Palestine, établissant des liens puissants entre la violence coloniale ici et la violence coloniale dans le monde », a déclaré Tori Cress de Keepers of the Water. « Tout comme Idle No More a inspiré les gens de ces territoires à résister à l’État canadien, les communautés prennent désormais les choses en main. »

Un embargo sur les armes complet et bidirectionnel empêcherait les armes, l’équipement militaire et les pièces détachées d’entrer en Israël en provenance du Canada et d’arriver au Canada en provenance d’Israël. Il interdirait l’exportation et l’importation d’armes et de matériels connexes vers et depuis Israël, y compris les articles « à double usage » ayant des fonctions à la fois militaires et non militaires. Cela comblerait également la lacune qui permet aux armes et à leurs pièces d’être exportées vers les États-Unis, avec peu de suivi ou de transparence, puis assemblées dans des systèmes d’armes destinés à Israël.

« Notre gouvernement doit mettre en œuvre un véritable embargo complet et bidirectionnel sur les armes contre Israël », a déclaré Rachel Small. World BEYOND War. « La fermeture de ce chemin de fer et toutes les actions que vous voyez partout au Canada cette semaine sont une autre façon d'augmenter cette demande. Et soyons clairs. Obtenir un embargo sur les armes n’est qu’une première étape, c’est vraiment le strict minimum que le Canada devrait faire à l’heure actuelle. Nous continuerons à être présents jusqu’à ce qu’Israël cesse de tuer des Palestiniens, jusqu’à ce que l’aide soit livrée, jusqu’à ce que les prisonniers palestiniens soient libérés, jusqu’à ce que Gaza soit reconstruite, jusqu’à ce que l’occupation et l’apartheid israélien disparaissent et jusqu’à ce qu’une paix juste soit instaurée. Nous ne nous arrêterons pas tant que la Palestine ne sera pas libre !

CONTEXTE

Au cours des six derniers mois, Israël a attaqué Gaza sans relâche depuis les airs, la terre et la mer. Le
l'ampleur des destructions est bien documentée : Israël a tué plus de 33,700 XNUMX Palestiniens,
et des milliers d’autres sont portés disparus, ensevelis sous les décombres. Quelque 14,000 XNUMX des personnes tuées sont
enfants. 17,000 XNUMX enfants sont séparés de leurs parents ou n'ont aucun adulte pour les accompagner.
Plus de 76,000 60 Palestiniens ont été blessés ou mutilés. Israël a endommagé XNUMX% du
bâtiments résidentiels à Gaza, détruit toutes les universités, assiégé les hôpitaux et rasé
eux, ont bombardé des écoles, des mosquées et des églises. Il a ciblé les femmes et les enfants qui cherchaient
abri; médecins, infirmiers et paramédicaux ; professeurs d'université et journalistes; et humanitaire
travailleurs humanitaires pour assassinat extrajudiciaire. Au moins 1.7 million de Palestiniens à Gaza ont été
déplacés de leurs foyers, certains à plusieurs reprises, et beaucoup se réfugient désormais sous des tentes
des camps avec des infrastructures sanitaires inadéquates et un risque sérieux de maladie. La fourniture de
l'aide humanitaire a été tellement entravée que la famine s'est installée dans le nord de Gaza.

Le Canada est complice de ces crimes. Au cours des deux premiers mois, et les plus meurtriers, de l'assaut israélien
à Gaza, le gouvernement Trudeau a autorisé un montant record de 28.5 millions de dollars en nouvelles licences d'exportation d'armes
en Israël. Les Palestiniens et leurs alliés sont descendus dans la rue par dizaines de milliers, appelant le
gouvernement du Canada à faire ce qu'il peut pour mettre fin aux massacres aveugles, y compris imposer une
embargo sur les armes contre Israël. Mais le gouvernement a obscurci et induit le public en erreur sur la nature
et l'ampleur des exportations canadiennes vers Israël. Les responsables libéraux, les ministres et les députés ont faussement affirmé que
Le Canada n'exporte pas d'armes vers Israël, ou qu'aucun permis d'exportation n'a été délivré pour ces armes.
Transferts d'armes canadiennes vers Israël depuis le 7 octobre, ou que le Canada n'exporte que des armes « non létales »
matériel en Israël.

Dans tout le pays, de plus en plus de personnes ont joint leurs voix aux appels à un embargo sur les armes, et
se sont joints aux efforts de syndicalisation pour en faire une réalité.

En mars, le NPD a présenté une motion au Parlement appelant au commerce des armes entre le Canada et
Israël sera suspendu. Les libéraux de Trudeau, espérant éviter une scission au sein de leur propre caucus, ont négocié
une version édulcorée de la motion, comprenant une clause qui « cesserait
autorisation et transfert des exportations d'armes vers Israël pour assurer le respect des armes du Canada
régime d’exportation… » La motion a été adoptée. Bien que non contraignant, la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly
a déclaré publiquement qu'elle avait l'intention de l'honorer. Pourtant, presque un mois plus tard – un mois pendant lequel
Israël a continué de mener des frappes aériennes et de commettre des atrocités, et a tué des travailleurs humanitaires
des enfants sont morts de faim — il n'y a aucune preuve qu'elle ait officialisé la cessation des armes
autorisations d'exportation. De plus, suspendre les futures autorisations d’exportation et les transferts vers Israël
ne va pas assez loin, compte tenu de l’urgence et de l’ampleur de la dévastation à Gaza, et de la
gravité des violations par Israël du droit international humanitaire.

La gravité de ces violations est indéniable.

En janvier, la Cour internationale de Justice (CIJ) a jugé plausible qu'Israël commette
actes de génocide à Gaza. La décision de la CIJ aurait dû servir d'avertissement au Canada :
signataire de la convention sur le génocide, il a dû prendre toutes les mesures en son pouvoir pour empêcher
génocide à Gaza.

En février, des experts des droits de l'homme des Nations Unies ont prévenu que l'envoi d'armes, de munitions ou d'armes
l'envoi de pièces détachées à Israël qui seraient utilisées à Gaza constitue probablement une violation du droit humanitaire international.
En mars, Francesca Albanese, la Rapporteuse spéciale sur la situation des droits de l'homme aux Pays-Bas
territoires palestiniens occupés depuis 1967, a publié un rapport concluant qu’« il existe
des motifs raisonnables de croire que le seuil indiquant la commission des actes suivants
Le génocide contre les Palestiniens à Gaza a été résolu : meurtre de membres du groupe ; provoquant
des atteintes graves à l'intégrité physique ou mentale des membres des groupes ; et en infligeant délibérément au groupe
conditions de vie calculées pour entraîner sa destruction physique en tout ou en partie. Elle
a rappelé aux États leurs « obligations de faire respecter l’interdiction du génocide » et a recommandé
qu'ils mettent en œuvre un embargo sur les armes contre Israël.

Début avril, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a appelé tous les États à cesser
« la vente, le transfert et le détournement d’armes, de munitions et d’autres équipements militaires vers Gaza ».
Mais le gouvernement du Canada a traîné les pieds, ignorant le droit international, le droit international
experts et ses propres lois et constituants. Il a continué à apporter son soutien à Israël
actes génocidaires.

Selon le gouvernement du Canada lui-même, un embargo sur les armes est une sanction qui « vise à
empêcher les armes et les équipements militaires de quitter ou d’atteindre un pays ciblé. Imposant
un embargo complet sur les armes contre Israël exige que le gouvernement du Canada
arrêter immédiatement le transfert de toutes les exportations d'armes précédemment approuvées vers Israël, y compris les
nombre record d’approbations au dernier trimestre 2023. Il doit mettre un terme à l’exportation de vastes
quantités d'armes et de composants canadiens vers Israël via les États-Unis.

Un embargo sur les armes exige également que le Canada interdise l'importation d'armes et d'équipement militaire.
et la technologie de surveillance d'Israël. Le Canada est le sixième plus grand client d'armes d'Israël. Dans
En décembre 2023, alors qu'Israël avait déjà massacré près de 20,000 XNUMX Palestiniens, le gouvernement canadien
l'armée a annoncé un nouvel accord avec le géant israélien de l'armement Rafael pour un achat de 43 dollars
Des millions de leurs missiles Spike LR2, missiles que l'armée israélienne utilise actuellement dans leur
attaques contre Gaza. Cela signifie que le gouvernement achète des armes qui lui sont annoncées comme étant
« éprouvé au combat » contre les civils palestiniens, et que l’argent des contribuables canadiens finance les opérations israéliennes.
machine de guerre. Un embargo total sur les armes comprendra également l'interdiction de l'importation et de l'exportation vers Israël de
une gamme de technologies et d’équipements « à double usage ». Le gouvernement dispose d'une série de lois et de politiques
outils qu’il peut utiliser pour mettre en œuvre ces mesures. Il ne faut plus tarder.

une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue