Appel à l'abolition immédiate du Groupe d'intervention controversé communauté-industrie (C-IRG) de la Gendarmerie royale du Canada

By World BEYOND War, Avril 19, 2023

CANADA — Aujourd'hui World BEYOND War se joint aux communautés touchées et à plus de 50 organisations de soutien pour demander l'abolition du groupe de réponse de l'industrie communautaire (C-IRG). Cette unité militarisée de la GRC a été créée en 2017 pour soutenir la construction du pipeline Coastal Gaslink et les projets d'expansion du pipeline Trans Mountain face à une large opposition publique et aux revendications de compétence des Autochtones. Depuis lors, l'unité C-IRG a été déployée pour protéger les projets d'extraction de ressources dans la province contre l'opposition du public et pour faire appliquer les injonctions des entreprises.

Le Canada est un pays dont les fondations et le présent sont construits sur la guerre coloniale qui a toujours servi principalement un objectif : expulser les peuples autochtones de leurs terres pour l'extraction des ressources. Cet héritage se joue actuellement via des invasions militarisées et des opérations menées par le C-IRG. #AbolissezCIRG maintenant !

Nous sommes un fier signataire de la lettre ouverte remis aujourd'hui au cabinet du premier ministre, signé par une large coalition de communautés autochtones, d'organisations de défense des droits de l'homme, d'associations d'avocats, de groupes environnementaux, de politiciens et de défenseurs de la justice climatique. La lettre demande à « la province de la Colombie-Britannique, le ministère de la Sécurité publique et le Solliciteur général, le ministère fédéral de la Sécurité publique et le Cabinet du premier ministre, ainsi que la Division « E » de la GRC de dissoudre immédiatement le C-IRG. »

La lettre est incluse ci-dessous. Plus d'informations peuvent être trouvées sur le Abolir le site Web du C-IRG.

Lettre ouverte pour abolir le Groupe d'intervention communauté-industrie (C-IRG) de la GRC

Cette lettre est une réponse collective au nombre massif d'incidents de violence, d'agression, de conduite illégale et de racisme de l'unité de police C-IRG au Canada. C'est un appel à l'abolition immédiate de cette force. Il s'agit d'un appel qui met en lumière la création de cette unité spécifiquement pour apaiser les revendications autochtones de compétence contre les opérations de ressources industrielles dans la province de la Colombie-Britannique. Cette force a joué un rôle déterminant dans la criminalisation continue des droits des Autochtones. Nous demandons à la province de la Colombie-Britannique, au ministère de la Sécurité publique et au Solliciteur général, au ministère fédéral de la Sécurité publique et au Cabinet du Premier ministre et à la Division « E » de la GRC de dissoudre immédiatement le C-IRG.

Le Groupe d'intervention communauté-industrie (C-IRG) a été formé par la GRC en 2017 en réponse à la résistance anticipée des Autochtones à l'exploitation des ressources industrielles dans la province de la Colombie-Britannique (C.-B.), en particulier les pipelines Coastal Gaslink et Trans Mountain. Les opérations de C-IRG se sont depuis étendues au-delà de l'industrie de l'énergie aux opérations forestières et hydroélectriques.

Au fil des ans, les militants ont déposé des centaines de plaintes individuelles et plusieurs réclamations collectives à la Commission civile d'examen et de traitement des plaintes (CRCC). De plus, les journalistes de Ruisseau des fées et sur Wet'suwet'en territoires ont intenté des poursuites contre le C-IRG, les défenseurs des terres à Gidimt'en ont intenté réclamations civiles et a cherché un suspension de la procédure pour violation de la Charte, des militants de Fairy Creek contesté une injonction au motif que l'activité du C-IRG porte atteinte à l'administration de la justice et a lancé une recours collectif civil alléguant des violations systémiques de la Charte.

Les défenseurs des terres Secwepemc, Wet'suwet'en et Traité 8 ont également déposé Alerte précoce d'action urgente demandes des Nations Unies en réponse aux incursions du C-IRG sur leurs terres pour protéger l'extraction contestée. Les chefs héréditaires Gitxsan ont parlé dehors sur la militarisation et la criminalisation inutiles affichées par le C-IRG. Certains des Simgiigyet (chefs héréditaires) ont demandé que le C-IRG soit banni de leurs terres pour la sécurité de tous.

Compte tenu de la gravité des allégations contre le C-IRG, nous demandons au Canada, à la Colombie-Britannique et au commandement de la Division E de la GRC de suspendre toutes les fonctions et le déploiement du C-IRG. Cette suspension et cette dissolution aligneraient la Colombie-Britannique sur ses engagements déclarés envers la Loi sur la Déclaration des droits des peuples autochtones (DRIPA) et le Plan d'action de la Loi sur la déclaration, qui vise à protéger l'autodétermination et le titre et les droits inhérents des Autochtones. Nous demandons également au gouvernement fédéral d'intervenir, compte tenu de ses propres engagements envers la DNUDPA et la législation en instance, ainsi que de ses obligations légales de protéger les droits constitutionnels des Autochtones en vertu du paragraphe 35(1).

Le C-IRG fonctionne par l'intermédiaire d'une structure de commandement divisionnaire. La structure de commandement divisionnaire est généralement présentée comme une mesure d'urgence temporaire pour gérer des incidents particuliers, tels que les Jeux olympiques de Vancouver ou une prise d'otages. La logique du système Or-Argent-Bronze (GSB) est qu'il prescrit une structure de chaîne de commandement pour coordonner les services de police en tant que réponse intégrée. D'après les archives publiques, l'utilisation de la structure de commandement divisionnaire comme structure de police permanente est sans précédent au Canada. Les perturbations potentielles de la construction d'infrastructures critiques - qui peuvent se produire sur de nombreuses années, voire des décennies - sont traitées comme des «incidents critiques» d'urgence. Cette structure de commandement d'urgence est devenue une structure permanente de maintien de l'ordre auprès des peuples autochtones (et de leurs partisans) en Colombie-Britannique.

L'exploitation et l'expansion du C-IRG vont donc également à l'encontre des audiences du comité de réforme de la loi sur la police, où le rapport législatif provincialIl a déclaré que « Reconnaissant la nécessité de l'autodétermination des Autochtones, le Comité recommande que les communautés autochtones participent directement à la structure et à la gouvernance des services de police.

Les examens internes de la GRC du C-IRG ne peuvent répondre à ces préoccupations fondamentales. Le 8 mars, la CRCC – l'organisme de surveillance de la GRC – a annoncé qu'elle lançait un examen systémique enquêtant sur le Groupe d'intervention communauté-industrie (CIRG), conformément à l'art. 45.34(1) de la Loi sur la GRC. Voir nos préoccupations avec cet avis ici. Nous soutenons, cependant, qu'il n'y a pas d'ensemble de réformes qui rendraient acceptable pour le Canada d'avoir une force paramilitaire conçue spécifiquement pour gérer l'affirmation des droits autochtones inhérents et protégés par la Constitution face à un développement indésirable. Le C-IRG ne devrait pas exister et il doit être entièrement dissous.

Nous exigeons que le déploiement du C-IRG en Colombie-Britannique soit immédiatement suspendu en attendant une résolution complète et équitable (examen, détermination et réparation) de chacune des centaines de plaintes déposées auprès de la CRCC alléguant que le C-IRG a utilisé la force pour arrêter, détenir et agresser illégalement personnes. Ces personnes exerçaient des droits protégés pour protester contre les activités d'extraction et de construction de pipelines non consensuelles des entreprises au motif que ces activités d'entreprise causent des dommages irrémédiables aux droits autochtones, environnementaux et communautaires. L'étendue des abus des droits de l'homme et des violations des droits inhérents des Autochtones commis par le C-IRG n'a pas encore été pleinement révélée, par conséquent, toute enquête doit examiner de manière approfondie les actions du C-IRG au-delà des plaintes connues.

Au lieu de cela, la province et la GRC vont dans le sens opposé de la justice en continuant de soutenir et d'élargir le C-IRG. Le Tyee récemment révélé que l'unité a reçu un financement supplémentaire de 36 millions de dollars. Pourquoi la police reçoit-elle plus de fonds, alors que le United Nations a déclaré dans un troisième reproche que les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique « ont intensifié leur recours à la force, la surveillance et la criminalisation des défenseurs des terres pour intimider, expulser et expulser de force les nations Secwepemc et Wet'suwet'en de leurs terres traditionnelles » ? Une récente rapport par les rapporteurs spéciaux de l'ONU ont également condamné la criminalisation des défenseurs des terres autochtones par le C-IRG.

Le défaut du ministre de la Sécurité publique et Solliciteur général d'exiger l'arrêt du déploiement du C-IRG en Colombie-Britannique en attendant la décision sur les plaintes est un aveu tacite que le processus de la CCRC est capable d'enregistrer les plaintes mais pas de réparer leurs dommages.

 

SIGNATAIRES

COMMUNAUTÉS IMPACTÉES PAR LE C-IRG

8 co-accusés Secwepemc Land Defenders contre Trans Mountain

Sinixt autonome

Chef Na'Moks, clan Tsayu, chef héréditaire Wet'suwet'en

Aînés pour les arbres anciens, Fairy Creek

Vendredis pour le futur West Kootenays

Baroud d'honneur West Kootenay

Escouade volante arc-en-ciel, Fairy Creek

Sleydo, porte-parole de Gidimt'en

Coalition pour la conservation du bassin versant de Skeena

Tiny House Warriors, Secwepemc

Maison Unist'ot'en

GROUPES DE SOUTIEN

350.org

Assemblée des sept générations

Sauf aucun, Winnipeg

Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (BCCLA)

Campagne d'urgence climatique en Colombie-Britannique

Crème glacée Ben & Jerry's

Institut canadien de politique étrangère

Centre d'accès à l'information et à la justice

Réseau action climat Canada

Unité d'urgence climatique

Centre de justice climatique

Équipes communautaires de pacificateurs

Coalition contre plus de surveillance (CAMS Ottawa)

Conseil des Canadiens

Conseil des Canadiens, chapitre du comté de Kent

Conseil des Canadiens, chapitre de Londres

Conseil des Canadiens, Section Nelson-West Kootenays

Projet d'éducation sur la criminalisation et la punition

Fondation David Suzuki

Solidarité décoloniale

Des médecins pour le financement de la police

Institut du cornouiller

Familles de Sœurs par l'esprit

Greenpeace Canada

Idle No More

Fini le ralenti-Ontario

Action climatique autochtone

Kairos Initiatives œcuméniques canadiennes pour la justice, Halifax

Gardiens de l'eau

Barreau de la Colombie-Britannique

Alliance des travailleurs migrants pour le changement

Réseau de solidarité contre l'injustice minière

Mines Alerte Canada

Comité de défense du mouvement Toronto

Ma mer au ciel

Alliance anti-gaz de schiste du Nouveau-Brunswick

Plus de silence

Coalition Pas de fierté dans la police

Peace Brigades International - Canada

Pivot Juridique

Collectif Punch Up

Échos de la rivière Rouge

Droits Action

Rising Tide Amérique du Nord

Stand.earth

Debout pour la justice raciale (SURJ) – Toronto

Réduction des méfaits pour les Autochtones de Toronto

Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique

Droit de l'environnement de la côte ouest

Comité de la nature sauvage

World BEYOND War

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Festival du film WBW 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue