Traités, constitutions et lois contre la guerre

Par David Swanson, World BEYOND War, Janvier 10, 2022

Vous l'auriez à peine deviné à partir de toute l'acceptation silencieuse de la guerre en tant qu'entreprise légale et de tout le bavardage sur les moyens de prétendument garder la guerre légale grâce à la réforme d'atrocités particulières, mais il existe des traités internationaux qui rendent les guerres et même la menace de guerre illégales. , les constitutions nationales qui rendent les guerres et diverses activités qui facilitent les guerres illégales, et les lois qui rendent le meurtre illégal sans aucune exception pour l'utilisation de missiles ou l'ampleur du massacre.

Bien sûr, ce qui compte comme légal n'est pas seulement ce qui est écrit, mais aussi ce qui est traité comme légal, ce qui n'est jamais poursuivi comme un crime. Mais c'est précisément le but de connaître et de faire connaître plus largement le statut illégal de la guerre : faire avancer la cause de traiter la guerre comme le crime qu'elle est, selon le droit écrit. Traiter quelque chose comme un crime signifie plus que simplement le poursuivre. Il peut y avoir de meilleures institutions dans certains cas que les tribunaux pour parvenir à la réconciliation ou à la restitution, mais de telles stratégies ne sont pas facilitées par le maintien du prétexte de la légalité de la guerre, l'acceptabilité de la guerre.

TRAITÉS

Depuis que 1899, toutes les parties à la Convention pour le règlement pacifique des différends internationaux se sont engagés à « s'engager à faire de leur mieux pour assurer le règlement pacifique des différends internationaux ». La violation de ce traité a été l'accusation I dans le 1945 Nuremberg Accusation des nazis. Parties à la convention inclure suffisamment de nations pour éliminer efficacement la guerre si elle était respectée.

Depuis que 1907, toutes les parties à la Convention de La Haye de 1907 ont été obligés de « faire de leur mieux pour assurer le règlement pacifique des différends internationaux », d'appeler d'autres nations à arbitrer, d'accepter les offres de médiation d'autres nations, de créer si nécessaire « une commission d'enquête internationale, pour faciliter un solution de ces différends en élucidant les faits au moyen d'une enquête impartiale et consciencieuse » et de saisir le cas échéant le tribunal permanent de La Haye pour arbitrage. La violation de ce traité était la charge II dans le 1945 Nuremberg Accusation des nazis. Parties à la convention inclure suffisamment de nations pour éliminer efficacement la guerre si elle était respectée.

Depuis que 1928, toutes les parties à la Pacte Kellogg-Briand (KBP) ont été légalement tenus de « condamner le recours à la guerre pour la solution des controverses internationales, et d'y renoncer, en tant qu'instrument de politique nationale dans leurs relations mutuelles », et de « convenir que le règlement ou la solution de tous les différends ou les conflits de quelque nature ou de quelque origine qu'ils soient, qui peuvent surgir entre eux, ne seront jamais recherchés que par des moyens pacifiques. La violation de ce traité a été l'accusation XIII dans le 1945 Nuremberg Accusation des nazis. La même accusation n'a pas été portée contre les vainqueurs. L'acte d'accusation a inventé ce crime auparavant non écrit : « CRIMES CONTRE LA PAIX : à savoir, la planification, la préparation, le déclenchement ou la conduite d'une guerre d'agression, ou une guerre en violation de traités, d'accords ou d'assurances internationaux, ou la participation à un plan commun ou à un complot pour l'accomplissement de tout ce qui précède. Cette invention a renforcé le commun malentendu du Pacte Kellogg-Briand comme une interdiction de la guerre agressive mais pas défensive. Cependant, le pacte Kellogg-Briand interdisait clairement non seulement la guerre d'agression mais aussi la guerre défensive, c'est-à-dire toute guerre. Parties au Pacte inclure suffisamment de nations pour éliminer efficacement la guerre en s'y conformant.

Depuis que 1945, toutes les parties à la Charte des Nations Unies ont été contraints de « régler leurs différends internationaux par des moyens pacifiques de manière à ne pas mettre en danger la paix et la sécurité internationales et la justice » et de « s'abstenir dans leurs relations internationales de la menace ou de l'emploi de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de tout État », mais avec des échappatoires ajoutées pour les guerres autorisées par l'ONU et les guerres d'« autodéfense » (mais jamais pour la menace de guerre) — échappatoires qui ne s'appliquent à aucune guerre récente, mais écartent l'existence de qui créent dans beaucoup d'esprits l'idée vague que les guerres sont légales. L'exigence de paix et d'interdiction de la guerre a été élaborée au fil des ans dans diverses résolutions de l'ONU, telles que 2625 et 3314L’ parties à la Charte mettrait fin à la guerre en s'y conformant.

Depuis que 1949, toutes les parties à NATO, ont accepté de réaffirmer l'interdiction de menacer ou d'utiliser la force contenue dans la Charte des Nations Unies, tout en acceptant de se préparer à des guerres et de se joindre aux guerres défensives menées par d'autres membres de l'OTAN. La grande majorité des ventes d'armes et des dépenses militaires de la Terre, ainsi qu'une grande partie de ses activités de guerre, sont effectuées par Membres de l'OTAN.

Depuis que 1949, parties à la Quatrième Convention de Genève ont été interdits de se livrer à toute violence à l'encontre de personnes non activement engagées dans la guerre, et interdits de tout usage de « sanctions collectives ainsi que toutes mesures d'intimidation ou de terrorisme », tandis que la grande majorité des personnes tuées dans les guerres ont été été des non-combattants. Tous les grands faiseurs de guerre sont partie aux Conventions de Genève.

Depuis que 1952, les États-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande sont parties au Traité ANZUS, dans lequel « Les Parties s'engagent, comme le prévoit la Charte des Nations Unies, à régler par des moyens pacifiques tout différend international dans lequel elles pourraient être impliquées. de manière à ce que la paix et la sécurité internationales et la justice ne soient pas mises en danger et à s'abstenir, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l'emploi de la force d'une manière incompatible avec les buts des Nations Unies ».

Depuis que 1970, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires a demandé à ses parties de "poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité d'ordre général et désarmement complet [!!] sous un contrôle international strict et efficace. Parties au traité comprennent les 5 plus grands (mais pas les 4 prochains) détenteurs d'armes nucléaires.

Depuis que 1976, Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ont lié leurs parties à ces premiers mots de l'article I des deux traités : « Tous les peuples ont le droit à l'autodétermination. Le mot « tous » semble inclure non seulement le Kosovo et les anciennes parties de la Yougoslavie, le Soudan du Sud, les Balkans, la Tchéquie et la Slovaquie, mais aussi la Crimée, Okinawa, l'Écosse, Diego Garcia, le Haut-Karabagh, le Sahara occidental, la Palestine, l'Ossétie du Sud , Abkhazie, Kurdistan, etc. Parties aux Pactes inclure la plupart du monde.

Le même PIDCP exige que « Toute propagande en faveur de la guerre soit interdite par la loi ». (Pourtant, les prisons ne sont pas vidées pour laisser la place aux cadres des médias. En fait, les lanceurs d'alerte sont emprisonnés pour avoir révélé des mensonges de guerre.)

Depuis que 1976 (ou le moment de l'adhésion pour chaque partie) le Traité d'amitié et de coopération en Asie du Sud-Est (auquel la Chine et divers nations en dehors de l'Asie du Sud-Est, comme les États-Unis, la Russie et l'Iran, sont parties) a exigé que :

« Dans leurs relations mutuelles, les Hautes Parties contractantes sont guidées par les principes fondamentaux suivants :
une. Respect mutuel de l'indépendance, de la souveraineté, de l'égalité, de l'intégrité territoriale et de l'identité nationale de toutes les nations ;
b. Le droit de tout État de mener son existence nationale sans ingérence extérieure, subversion ou coercition ;
c. Non-ingérence dans les affaires intérieures des uns et des autres ;
ré. Règlement des différends ou des différends par des moyens pacifiques ;
e. Renonciation à la menace ou à l'emploi de la force ;
F. Coopération efficace entre eux. . . .
« Chaque Haute Partie contractante ne participera d'aucune manière ni sous aucune forme à aucune activité qui constituerait une menace pour la stabilité politique et économique, la souveraineté ou l'intégrité territoriale d'une autre Haute Partie contractante. . . .

« Les Hautes Parties contractantes auront la détermination et la bonne foi d'empêcher que surgissent des différends. Au cas où surviendraient des différends sur des questions les concernant directement, en particulier des différends susceptibles de troubler la paix et l'harmonie régionales, ils s'abstiendront de recourir à la menace ou à l'emploi de la force et régleront à tout moment ces différends entre eux par des négociations amicales. . . .

« Pour régler les différends par des processus régionaux, les Hautes Parties contractantes constituent, en tant qu'organe permanent, un Haut Conseil composé d'un Représentant au niveau ministériel de chacune des Hautes Parties contractantes pour prendre connaissance de l'existence de différends ou de situations susceptibles de perturber les paix et harmonie. . . .

« En cas d'absence de solution par voie de négociations directes, le Conseil supérieur prend connaissance du litige ou de la situation et recommande aux parties en litige les moyens de règlement appropriés tels que les bons offices, la médiation, l'enquête ou la conciliation. Le Conseil supérieur peut toutefois offrir ses bons offices ou, avec l'accord des parties en litige, se constituer en commission de médiation, d'enquête ou de conciliation. Lorsqu'il l'estime nécessaire, le Conseil supérieur recommande des mesures appropriées pour prévenir une aggravation du litige ou de la situation. . . . "

Depuis que 2014, Traité sur le commerce des armes a exigé que ses parties « n'autorisent aucun transfert d'armes classiques visées à l'article 2 (1) ou d'articles visés à l'article 3 ou à l'article 4, s'il a connaissance au moment de l'autorisation que les armes ou articles seraient utilisés dans le commission de génocide, de crimes contre l'humanité, d'infractions graves aux Conventions de Genève de 1949, d'attaques dirigées contre des biens civils ou des civils protégés en tant que tels, ou d'autres crimes de guerre tels que définis par les accords internationaux auxquels il est partie. Plus de la moitié des pays du monde sont les parties.

Depuis 2014, plus de 30 États membres de la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) sont liés par cette Déclaration d'une zone de paix:

"1. L'Amérique latine et les Caraïbes en tant que zone de paix fondée sur le respect des principes et règles du droit international, y compris les instruments internationaux auxquels les États membres sont parties, les principes et buts de la Charte des Nations Unies ;

« 2. Notre engagement permanent à résoudre les différends par des moyens pacifiques dans le but d'éliminer à jamais la menace ou le recours à la force dans notre région ;

« 3. L'engagement des États de la région avec leur stricte obligation de ne pas intervenir, directement ou indirectement, dans les affaires intérieures de tout autre État et d'observer les principes de souveraineté nationale, d'égalité des droits et d'autodétermination des peuples ;

« 4. L'engagement des peuples d'Amérique latine et des Caraïbes à favoriser la coopération et les relations amicales entre eux et avec d'autres nations, indépendamment des différences de leurs systèmes politiques, économiques et sociaux ou de leurs niveaux de développement ; pratiquer la tolérance et vivre ensemble en paix les uns avec les autres en bons voisins ;

« 5. L'engagement des États d'Amérique latine et des Caraïbes à respecter pleinement le droit inaliénable de chaque État de choisir son système politique, économique, social et culturel, en tant que conditions essentielles pour assurer la coexistence pacifique entre les nations ;

« 6. La promotion dans la région d'une culture de la paix fondée, entre autres, sur les principes de la Déclaration des Nations Unies sur une culture de la paix ;

"sept. L'engagement des Etats de la région à se guider par cette Déclaration dans leur comportement international ;

« 8. L'engagement des États de la région à continuer de promouvoir le désarmement nucléaire en tant qu'objectif prioritaire et à contribuer au désarmement général et complet, pour favoriser le renforcement de la confiance entre les nations.

Depuis que 2017, lorsqu'il est compétent, le Cour pénale internationale (CPI) a eu la capacité de poursuivre le crime d'agression, un descendant de la transformation de Nuremberg du KBP. Plus de la moitié des pays du monde sont les parties.

Depuis que 2021, parties à la Traité sur l'interdiction des armes nucléaires ont convenu que

« Chaque État partie s'engage à ne jamais en aucun cas :

« a) Mettre au point, tester, produire, fabriquer, acquérir, posséder ou stocker d'une autre manière des armes nucléaires ou d'autres dispositifs explosifs nucléaires ;

« b) Transférer à quelque destinataire que ce soit des armes nucléaires ou d'autres dispositifs explosifs nucléaires ou le contrôle de ces armes ou dispositifs explosifs directement ou indirectement ;

« c) Recevoir le transfert ou le contrôle d'armes nucléaires ou d'autres dispositifs nucléaires explosifs directement ou indirectement ;

« d) Utiliser ou menacer d'utiliser des armes nucléaires ou d'autres dispositifs nucléaires explosifs ;

« e) Aider, encourager ou inciter, de quelque manière que ce soit, quiconque à se livrer à toute activité interdite à un État partie en vertu du présent Traité ;

« (f) Rechercher ou recevoir toute assistance, de quelque manière que ce soit, de quiconque pour se livrer à toute activité interdite à un État partie en vertu du présent Traité ;

« g) Autoriser le stationnement, l'installation ou le déploiement d'armes nucléaires ou d'autres dispositifs nucléaires explosifs sur son territoire ou en tout lieu placé sous sa juridiction ou son contrôle. »

Parties au Traité sont ajoutés rapidement.

 

STATUTS

La plupart des constitutions nationales existantes peuvent être lues dans leur intégralité sur https://constituteproject.org

La plupart d'entre eux déclarent explicitement leur soutien aux traités auxquels les nations sont parties. Beaucoup soutiennent explicitement la Charte des Nations Unies, même s'ils la contredisent également. Plusieurs constitutions européennes limitent explicitement le pouvoir national par respect pour la primauté du droit international. Plusieurs prennent de nouvelles mesures pour la paix et contre la guerre.

La constitution du Costa Rica n'interdit pas la guerre, mais interdit le maintien d'une armée permanente : « L'armée en tant qu'institution permanente est abolie. Les constitutions des États-Unis et d'autres sont écrites comme si, ou du moins en accord avec l'idée qu'une armée sera temporairement créée une fois qu'il y aura une guerre, tout comme celle du Costa Rica mais sans l'abolition explicite d'une armée permanente. En règle générale, ces constitutions limitent la période (à un an ou deux ans) pour laquelle une armée peut être financée. En règle générale, ces gouvernements ont simplement fait en sorte que le financement de leurs forces armées soit renouvelé chaque année.

La constitution des Philippines fait écho au pacte Kellogg-Briand en renonçant à « la guerre comme instrument de politique nationale ».

Le même langage se retrouve dans la Constitution du Japon. Le préambule dit : « Nous, le peuple japonais, agissant par l'intermédiaire de nos représentants dûment élus à la Diète nationale, avons décidé d'assurer pour nous-mêmes et notre postérité les fruits d'une coopération pacifique avec toutes les nations et les bénédictions de la liberté dans tout ce pays, et résolu que plus jamais nous ne subirons les horreurs de la guerre par l'action du gouvernement. Et l'article 9 se lit comme suit : « Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l'ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation et à la menace ou à l'emploi de la force comme moyen de régler les différends internationaux. Afin d'atteindre l'objectif du paragraphe précédent, les forces terrestres, navales et aériennes, ainsi que d'autres potentiels de guerre, ne seront jamais maintenus. Le droit de belligérance de l'État ne sera pas reconnu.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le diplomate japonais de longue date, militant pour la paix et nouveau Premier ministre Kijuro Shidehara a demandé au général américain Douglas MacArthur d'interdire la guerre dans une nouvelle constitution japonaise. En 1950, le gouvernement américain a demandé au Japon de violer l'article 9 et de se joindre à une nouvelle guerre contre la Corée du Nord. Le Japon a refusé. La même demande et le même refus ont été répétés pour la guerre du Vietnam. Le Japon a cependant autorisé les États-Unis à utiliser des bases au Japon, malgré les énormes protestations du peuple japonais. L'érosion de l'article 9 avait commencé. Le Japon a refusé de se joindre à la Première Guerre du Golfe, mais a fourni un soutien symbolique, en ravitaillant des navires, pour la guerre en Afghanistan (dont le Premier ministre japonais a ouvertement déclaré qu'il s'agissait de conditionner le peuple japonais pour une future guerre). Le Japon a réparé des navires et des avions américains au Japon pendant la guerre contre l'Irak en 2003, bien que la raison pour laquelle un navire ou un avion qui pourrait faire le trajet aller-retour entre l'Irak et le Japon ait besoin de réparations n'ait jamais été expliquée. Plus récemment, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a conduit la « réinterprétation » de l'article 9 pour signifier le contraire de ce qu'il dit. Malgré une telle réinterprétation, il y a un mouvement en cours au Japon pour changer réellement les mots de la Constitution pour permettre la guerre.

Les constitutions de l'Allemagne et de l'Italie datent de la même période d'après-guerre que celle du Japon. L'Allemagne comprend ceci :

« (1) Les activités tendant à perturber ou entreprises dans l'intention de perturber les relations pacifiques entre les nations, et en particulier la préparation d'une guerre d'agression, sont inconstitutionnelles. Ils seront punis.

« (2) Les armes conçues pour la guerre ne peuvent être fabriquées, transportées ou commercialisées qu'avec l'autorisation du gouvernement fédéral. Les détails sont réglés par une loi fédérale.

Et en plus :

« (1) La Fédération peut, par voie législative, transférer des pouvoirs souverains aux institutions internationales.

« (2) Afin de préserver la paix, la Fédération peut adhérer à un système de sécurité collective mutuelle ; ce faisant , il consentira aux limitations de ses pouvoirs souverains qui apporteront et assureront un ordre pacifique et durable en Europe et parmi les nations du monde .

« (3) Pour le règlement des différends internationaux, la Fédération adhérera à un système général, global et obligatoire d'arbitrage international.

L'objection de conscience est dans la Constitution allemande :

« Nul ne sera contraint contre sa conscience d'effectuer un service militaire impliquant l'usage des armes. Les détails sont réglés par une loi fédérale.

La constitution italienne comprend un langage familier : « L'Italie rejette la guerre en tant qu'instrument d'agression contre la liberté des autres peuples et en tant que moyen de règlement des différends internationaux. L'Italie accepte, dans des conditions d'égalité avec les autres États, les limitations de souveraineté qui peuvent être nécessaires à un ordre mondial assurant la paix et la justice entre les Nations. L'Italie promeut et encourage les organisations internationales poursuivant de telles fins.

Cela semble particulièrement fort, mais est apparemment destiné à être à peu près dénué de sens, car la même constitution dit également : « Le Parlement a le pouvoir de déclarer l'état de guerre et d'attribuer les pouvoirs nécessaires au gouvernement. . . . Le Président est le commandant en chef des forces armées, préside le Conseil suprême de la défense institué par la loi et fait les déclarations de guerre approuvées par le Parlement. . . . Les tribunaux militaires en temps de guerre ont la compétence établie par la loi. En temps de paix, ils ne sont compétents que pour les crimes militaires commis par des membres des forces armées. Nous connaissons tous des politiciens qui « rejettent » ou « s'opposent » sans raison à quelque chose qu'ils s'efforcent d'accepter et de soutenir. Les constitutions peuvent faire la même chose.

Le langage dans les constitutions italienne et allemande sur la cession du pouvoir aux Nations Unies (sans nom) est scandaleux aux oreilles des États-Unis, mais pas unique. Un langage similaire se trouve dans les constitutions du Danemark, de la Norvège, de la France et de plusieurs autres constitutions européennes.

En quittant l'Europe pour le Turkménistan, nous trouvons une constitution engagée en faveur de la paix par des moyens pacifiques : « Le Turkménistan, étant un sujet à part entière de la communauté mondiale, adhérera dans sa politique étrangère aux principes de neutralité permanente, de non-ingérence dans les affaires intérieures pays, s'abstenir de recourir à la force et de participer à des blocs et alliances militaires, promouvoir des relations pacifiques, amicales et mutuellement bénéfiques avec les pays de la région et tous les États du monde.

En direction des Amériques, nous trouvons en Équateur une constitution engagée en faveur d'un comportement pacifique de la part de l'Équateur et une interdiction du militarisme par quiconque en Équateur : « L'Équateur est un territoire de paix. L'établissement de bases militaires étrangères ou d'installations étrangères à des fins militaires n'est pas autorisé. Il est interdit de transférer des bases militaires nationales à des forces armées ou de sécurité étrangères. . . . Il promeut la paix et le désarmement universel ; il condamne la mise au point et l'emploi d'armes de destruction massive et l'imposition de bases ou d'installations à des fins militaires par certains États sur le territoire d'autres.

D'autres constitutions qui interdisent les bases militaires étrangères, ainsi que celles de l'Équateur, comprennent celles de l'Angola, de la Bolivie, du Cap-Vert, de la Lituanie, de Malte, du Nicaragua, du Rwanda, de l'Ukraine et du Venezuela.

Un certain nombre de constitutions dans le monde utilisent le terme « neutralité » pour indiquer un engagement à rester en dehors des guerres. Par exemple, en Biélorussie, une section de la constitution actuellement en danger d'être modifiée pour accueillir les armes nucléaires russes se lit comme suit : « La République de Biélorussie vise à faire de son territoire une zone dénucléarisée et l'État neutre ».

Au Cambodge, la constitution dit : « Le Royaume du Cambodge adopte [une] politique de neutralité permanente et de non-alignement. Le Royaume du Cambodge mène une politique de coexistence pacifique avec ses voisins et avec tous les autres pays du monde. . . . Le Royaume du Cambodge ne s'associera à aucune alliance militaire ou pacte militaire incompatible avec sa politique de neutralité. . . . Tout traité et accord incompatible avec l'indépendance, la souveraineté, l'intégrité territoriale, la neutralité et l'unité nationale du Royaume du Cambodge, sera annulé. . . . Le Royaume du Cambodge sera un pays indépendant, souverain, pacifique, neutre en permanence et non aligné.

Malte : « Malte est un État neutre qui poursuit activement la paix, la sécurité et le progrès social entre toutes les nations en adhérant à une politique de non-alignement et en refusant de participer à toute alliance militaire.

Moldavie : « La République de Moldavie proclame sa neutralité permanente.

Suisse : la Suisse « prend des mesures pour sauvegarder la sécurité extérieure, l'indépendance et la neutralité de la Suisse ».

Turkménistan : « Les Nations Unies à travers les résolutions de l'Assemblée générale « Neutralité permanente du Turkménistan » en date du 12 décembre 1995 et du 3 juin 2015 : Reconnaît et soutient le statut proclamé de neutralité permanente du Turkménistan ; Appelle les États membres des Nations Unies à respecter et à soutenir ce statut du Turkménistan ainsi qu'à respecter son indépendance, sa souveraineté et son intégrité territoriale. . . . La neutralité permanente du Turkménistan sera la base de sa politique nationale et étrangère. . . . "

D'autres pays, comme l'Irlande, ont des traditions de neutralité revendiquée et imparfaite, et des campagnes citoyennes pour ajouter la neutralité aux constitutions.

Un certain nombre de constitutions de nations prétendent autoriser la guerre, bien qu'elles prétendent respecter les traités ratifiés par leurs gouvernements, mais exigent que toute guerre soit une réponse à une « agression » ou à une « agression réelle ou imminente ». Dans certains cas, ces constitutions n'autorisent que la « guerre défensive », ou elles interdisent les « guerres d'agression » ou les « guerres de conquête ». Il s'agit notamment des constitutions de l'Algérie, du Bahreïn, du Brésil, de la France, de la Corée du Sud, du Koweït, de la Lettonie, de la Lituanie, du Qatar et des Émirats arabes unis.

Les constitutions qui interdisent la guerre agressive des puissances coloniales mais engagent leur nation à soutenir les guerres de « libération nationale » incluent celles du Bangladesh et de Cuba.

D'autres constitutions exigent qu'une guerre soit une réponse à une « agression » ou « une agression réelle ou imminente » ou une « obligation de défense commune » (telle que l'obligation des membres de l'OTAN de se joindre à des guerres avec d'autres membres de l'OTAN). Ces constitutions comprennent celles de l'Albanie, de la Chine, de la Tchéquie, de la Pologne et de l'Ouzbékistan.

La Constitution d'Haïti exige pour une guerre que « toutes les tentatives de conciliation aient échoué ».

Certaines constitutions de nations sans armée permanente ou pratiquement aucune, et aucune guerre récente, ne font aucune mention de guerre ou de paix : Islande, Monaco, Nauru. La constitution d'Andorre mentionne simplement un désir de paix, un peu comme ce que l'on peut trouver dans les constitutions de certains des plus grands bellicistes.

Alors que de nombreux gouvernements du monde sont parties à des traités interdisant les armes nucléaires, certains interdisent également les armes nucléaires dans leurs constitutions : Biélorussie, Bolivie, Cambodge, Colombie, Cuba, République dominicaine, Équateur, Irak, Lituanie, Nicaragua, Palaos, Paraguay, Philippines, et le Vénézuela. La constitution du Mozambique soutient la création d'une zone dénucléarisée.

Le Chili est en train de réécrire sa constitution, et certains Chiliens sont recherche inclure l'interdiction de la guerre.

De nombreuses constitutions incluent de vagues références à la paix, mais une acceptation explicite de la guerre. Certains, comme l'Ukraine, interdisent même les partis politiques qui promeuvent la guerre (une interdiction qui n'est manifestement pas respectée).

Dans la constitution du Bangladesh, on peut lire à la fois ceci :

« L'État fonde ses relations internationales sur les principes du respect de la souveraineté nationale et de l'égalité, de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, du règlement pacifique des différends internationaux et du respect du droit international et des principes énoncés dans la Charte des Nations Unies. , et sur la base de ces principes : a. lutter pour le renoncement à l'usage de la force dans les relations internationales et pour un désarmement général et complet.

Et ceci : « La guerre ne sera pas déclarée et la République ne participera à aucune guerre qu'avec l'assentiment du Parlement. »

De nombreuses constitutions prétendent autoriser la guerre même sans les limitations mentionnées ci-dessus (qu'elle soit défensive ou qu'elle résulte d'une obligation conventionnelle [même s'il s'agit également d'une violation de traité]). Chacun d'eux précise quel bureau ou organisme doit lancer la guerre. Certains rendent ainsi les guerres un peu plus difficiles à déclencher que d'autres. Aucun ne nécessite un vote du public. L'Australie interdisait l'envoi de tout membre de l'armée à l'étranger "à moins qu'il n'y consente volontairement". Pour autant que je sache, même les nations qui se battent le plus fort pour la démocratie ne le font pas maintenant. Certaines des nations qui autorisent même les guerres agressives restreignent leur autorisation aux guerres défensives si un parti particulier (comme un président plutôt qu'un parlement) lance la guerre. Les constitutions sanctionnant la guerre appartiennent à ces pays : Afghanistan, Angola, Argentine, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Belgique, Bénin, Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cambodge, Cap-Vert, République centrafricaine, Tchad, Chili, Colombie, RDC, Congo , Costa Rica, Côte d'Ivoire, Croatie, Chypre, Danemark, Djibouti, Égypte, El Salvador, Guinée équatoriale, Érythrée, Estonie, Éthiopie, Finlande, Gabon, Gambie, Grèce, Guatemala, Guinée-Bissau, Honduras, Hongrie, Indonésie , Iran, Irak, Irlande, Israël, Italie, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Corée du Nord, Kirghizistan, Laos, Liban, Libéria, Luxembourg, Madagascar, Malawi, Malawi, Mauritanie, Mexique, Moldavie, Mongolie, Monténégro, Maroc, Mozambique, Myanmar, Pays-Bas, Niger, Nigéria, Macédoine du Nord, Oman, Panama, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Pérou, Philippines, Portugal, Roumanie, Rwanda, Sao Tomé-et-Principe, Arabie saoudite, Sénégal, Serbie, Sierra Leone, Slovaquie, Slovénie, Somalie, Soudan du Sud, Espagne, Sri Lanka, Soudan, Suriname, Suède, Syrie, Taïwan, Tanzan entre autres, la Thaïlande, le Timor-Leste, le Togo, les Tonga, la Tunisie, la Turquie, l'Ouganda, l'Ukraine, les États-Unis, l'Uruguay, le Venezuela, le Viet Nam, la Zambie et le Zimbabwe.

 

LOIS

Comme l'exigent de nombreux traités, les nations ont incorporé bon nombre des traités auxquels elles sont parties dans leurs lois nationales. Mais il existe d'autres lois non fondées sur des traités qui peuvent s'appliquer à la guerre, en particulier les lois contre le meurtre.

Un professeur de droit a dit un jour au Congrès américain que faire exploser quelqu'un avec un missile dans un pays étranger était un acte criminel de meurtre à moins que cela ne fasse partie d'une guerre, auquel cas c'était parfaitement légal. Personne n'a demandé ce qui rendrait la guerre légale. Le professeur a ensuite admis qu'elle ne savait pas si de tels actes étaient un meurtre ou parfaitement acceptables, car la réponse à la question de savoir s'ils faisaient partie d'une guerre avait été cachée dans une note secrète du président de l'époque, Barack Obama. Personne n'a demandé pourquoi quelque chose faisant partie d'une guerre ou non était important si personne observant l'action ne pouvait déterminer si c'était ou non une guerre. Mais supposons, pour les besoins de l'argumentation, que quelqu'un ait défini ce qu'est une guerre et rendu parfaitement évident et incontestable quelles actions font et ne font pas partie des guerres. La question ne demeure-t-elle pas encore de savoir pourquoi le meurtre ne devrait pas continuer à être le crime du meurtre ? Il est généralement admis que la torture continue d'être le crime de torture lorsqu'elle fait partie d'une guerre, et que d'innombrables autres parties des guerres conservent leur statut criminel. Les Conventions de Genève créent des dizaines de crimes à partir d'événements de routine dans les guerres. Toutes sortes d'abus des personnes, des biens et du monde naturel restent au moins parfois des crimes même lorsqu'ils sont considérés comme faisant partie intégrante des guerres. Certaines actions autorisées en dehors des guerres, telles que l'utilisation de gaz lacrymogènes, deviennent des crimes en faisant partie de guerres. Les guerres ne fournissent pas une licence générale pour commettre des crimes. Pourquoi devons-nous accepter que le meurtre soit une exception ? Les lois contre le meurtre dans les nations du monde entier ne prévoient pas d'exception en cas de guerre. Les victimes au Pakistan ont cherché à poursuivre les meurtres de drones américains en tant que meurtres. Aucun bon argument juridique n'a été proposé pour expliquer pourquoi ils ne devraient pas le faire.

Les lois peuvent aussi offrir des alternatives à la guerre. La Lituanie a créé un plan de résistance civile de masse contre une éventuelle occupation étrangère. C'est une idée qui pourrait être développée et diffusée.

 

Les mises à jour de ce document seront effectuées à https://worldbeyondwar.org/constitutions

Veuillez poster ici vos suggestions sous forme de commentaires.

Merci pour les commentaires utiles à Kathy Kelly, Jeff Cohen, Yurii Sheliazhenko, Joseph Essertier, . . . et vous?

une réponse

  1. David, c'est excellent et pourrait facilement être transformé en une belle série d'ateliers. Très instructif, une validation convaincante et factuelle de l'obsolescence de la guerre, et une base pour un programme d'éducation scolaire qui doit se réaliser.

    Merci pour votre travail continu.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue