La longue guerre civile au Cameroun

manifestants pacifiques au Cameroun

By Hippolyte Eric Djouguep

6 décembre 2020

Une rupture et une longue guerre entre le gouvernement du Cameroun et sa population anglophone s'aggrave depuis le 1er octobre 1961, date de l'indépendance du Cameroun du Sud (Cameroun anglophone). La violence, la destruction, les assassinats et l'horreur font désormais partie de la vie quotidienne des habitants du sud du Cameroun. Le bilan de cette guerre civile de 60 ans aujourd'hui est qu'il n'y a pas de péage.

L'aide de la communauté internationale est insuffisante, qui s'inquiète du risque de généralisation face aux affrontements entre séparatistes, armée régulière et toute autre source de tension politique, sociale et sécuritaire à l'intérieur de ce pays. Il y aurait peut-être une aide extérieure si les militants et les artisans de paix du monde entier en savaient davantage sur l'histoire de ce conflit.

De la création de l'État du Cameroun à l'émergence de deux communautés

L’organisme de bienfaisance L'Etat du Cameroun a été «créé» sous protectorat allemand en 1884, résultat d'une conférence de Berlin sur la partition de l'Afrique entre les anciennes puissances colonisatrices. Situé en Afrique centrale, au cœur du golfe de Guinée, le Cameroun était l'une des plus grandes colonies à la fin du 19th siècle. La ville de Buea, située au pied du mont Cameroun, fut la capitale du Cameroun de 1901 à 1909, lorsque l'éruption volcanique de cette montagne contraint les administrateurs coloniaux allemands à déplacer la capitale vers Yaoundé, l'actuelle capitale.

L'Allemagne a été contrainte par la Société des Nations de renoncer à ses territoires d'outre-mer à la fin de la Première Guerre mondiale. Le Cameroun a été administré par la France dans sa partie orientale et l'Angleterre dans sa partie ouest suite à la copropriété franco-britannique sur l'annexion du territoire en 1916. La Seconde Guerre mondiale suivie de la création des Nations Unies n'a laissé le Cameroun figé dans le temps, et administré dans la même situation et dans les mêmes conditions par la France et l'Angleterre.

Alors que les vents d'indépendance soufflaient sur l'Afrique, l'État indépendant du Cameroun francophone de l'est est né le 1er janvier 1960, tandis que le Cameroun occidental anglophone restait une colonie administrée par l'Angleterre. La France et l'Angleterre ont maintenu des systèmes différents: les communautés locales ont obtenu certains pouvoirs autonomes dans les colonies britanniques, où la métropole française pratiquait le même système de domination directe que dans d'autres colonies françaises.

Le Cameroun occidental sous tutelle britannique était composé de deux entités: le nord du Cameroun (zone nord) et le sud du Cameroun (zone sud). Chaque entité avait ses représentants qui siégeaient au parlement de Lagos au Nigeria, une autre colonie britannique partageant une frontière de près de 1800 km avec l'ouest du Cameroun. Le Nigéria est devenu indépendant le 1er octobre 1960, mais le Cameroun occidental est resté sous administration britannique et sous l'emprise de deux États indépendants: le Nigéria et le Cameroun oriental. Le Nigéria a pu entamer son processus de décolonisation par le biais de représentations et de correspondances adressées à l'attention du secrétaire général des Nations Unies et de la reine d'Angleterre, mais le Cameroun occidental n'a pas cet accès. L'administration britannique et les Nations Unies étaient disposées à apporter l'indépendance du Cameroun occidental en l'attachant soit au Nigéria, soit au Cameroun oriental. L'ONU a organisé un plébiscite le 11 février 1961. La zone nord (nord du Cameroun) a voté pour l'attachement au Nigeria, tandis que la zone sud (sud du Cameroun) a choisi l'attachement à l'est du Cameroun. Le soir de la proclamation des résultats du vote de ralliement a commencé le long processus, encore inachevé, pour trouver l'unité nationale dans l'héritage d'un passé colonial à deux vitesses.

Réunification ou contrat de dupe?

Entre juin et août 1961, les conférences de Bamenda se sont réunies à Foumban et à Yaoundé pour réunifier les deux États, combiner les composantes administratives et opérationnelles, et rédiger une constitution. Une célébration de l'indépendance et de la réunification du pays a eu lieu le 1er octobre 1961 à Tiko, une ville du sud du Cameroun. Cette parade a permis aux autorités de l'est du Cameroun d'arriver avec un appareil militaire imposant, occupant effectivement tout le sud du Cameroun.

conflit militaire au Cameroun

Une coexistence initialement pacifique s'est rapidement dégradée en raison de visions divergentes et d'antagonismes apparents entre les dirigeants des États fédérés, ainsi que des penchants flagrants pour l'hégémonie et l'assimilation de la part des dirigeants francophones. Certains dirigeants anglophones ont demandé des changements à la constitution. Une crise de confiance a entraîné des tensions, des mesures d'exclusion et un manque d'unité et de cohésion nationale.

L'Etat a tenté de résoudre ses problèmes en changeant de forme, devenant République-Unie du Cameroun en 1972, puis République du Cameroun en 1984, toujours avec un pouvoir et des prérogatives croissants à l'exécutif. La concentration du pouvoir sur un seul homme a corrompu la démocratie, sans rotation du pouvoir, et les crises économiques qui en ont résulté ont conduit à l'appauvrissement des populations, à la corruption, à l'autonomie limitée des communautés et à des tendances séparatistes entre le gouvernement camerounais et la minorité anglophone.

manifestants pacifiques au Cameroun

Le sentiment d'exclusion ressenti par les anglophones s'est encore renforcé du fait du déficit infrastructurel de leur région, de la faible représentativité de ses ressortissants dans l'administration et dans les hautes positions de souveraineté. Pour les séparatistes, les spécificités liées à leur histoire ne sont pas prises en compte dans les institutions de la République et dans les institutions sous-régionales en Afrique centrale. Une forte présence de fonctionnaires francophones ne parlant pas anglais dans le sous-système éducatif et juridique anglo-saxon contribue considérablement à affaiblir et discréditer l'administration au sein de la population. C'est dans ce contexte délétère que se développe de plus en plus l'idéologie de l'autodétermination, voire de l'indépendance, encouragée par des dirigeants disséminés dans l'administration, la diaspora et les organisations de la société civile.

Des revendications corporatistes à l'émergence d'une guerre civile

Des arrestations massives ont eu lieu à la suite d'une manifestation pacifique d'avocats et d'enseignants du sous-système anglo-saxon le 19 novembre 2016 dans la ville anglophone de Bamenda. Depuis, sous l'impulsion de la société civile et des acteurs de la diaspora, nous avons assisté à une coordination stratégique et très amplifiée sur les réseaux sociaux des actions de désobéissance civile dans les régions anglophones enfermées. Les médias sociaux permettent aux manifestants de contrer la répression et de maintenir le combat des manifestants au-delà des contraintes imposées par le gouvernement.

Tout en appelant au dialogue, le gouvernement a procédé à des arrestations ciblées et a coupé Internet dans toutes les régions anglophones pendant 94 jours. Ces mesures n'ont conduit qu'à une détérioration de la situation. Face au blocus maintenu dans toutes les villes anglophones, le gouvernement a fait quelques concessions pour permettre le recrutement d'étudiants magistrats et commis anglophones, un recrutement spécial de plus de 1500 professeurs bilingues, la création de facultés de médecine et d'ingénierie en Les universités saxonnes, la création d'une commission chargée du bilinguisme et du multiculturalisme, le rétablissement d'Internet et la libération d'un bon nombre de manifestants en échange de la levée du blocus imposé par les dirigeants de la société civile dans ce domaine. Mais les dirigeants de la contestation ont proclamé le 1er octobre 2017 l'indépendance du sud du Cameroun, rebaptisée République fédérale d'Ambazonie. Cela a été le point culminant de la crise.

La situation reste mauvaise, avec la poursuite des arrestations, la répression armée et l'émergence de plusieurs milices armées appelées Ambazonia Defence Forces visant l'armée régulière, et elle est aggravée par la greffe du terrorisme qui sévit dans la région de l'Extrême-Nord, ainsi que une crise post-électorale en 2018.

A la recherche d'une solution durable de paix

Il est toujours possible d'arrêter l'hémorragie et d'abolir cette guerre. Le Conseil de sécurité de l'ONU devrait envisager d'envoyer une force de maintien de la paix non armée ou des observateurs de la paix pour négocier d'urgence un cessez-le-feu dans les régions anglophones et entamer un dialogue inclusif en présence d'un facilitateur et d'observateurs internationaux.

La libération et l'armistice des prisonniers politiques seraient utiles. Une rotation du pouvoir (après 39 ans) et des élections crédibles pourraient sauver le pays d'une éruption totale, ce qui pourrait alors déstabiliser toute la sous-région. 

Le tribalisme et la haine ont été orchestrés au Cameroun pour détruire la possibilité de vivre ensemble. La nation est trop fragile pour rester statique dans cette crise. Le principe de rotation lui-même est de nature cosmologique. Tout corps, tout organe, toute organisation sociale, toute structure qui ne bouge pas, qui n'est pas dans une dynamique de renouveau est voué à l'étouffement et à la mort.

manifestants pacifiques au Cameroun

 

Hippolyte Eric Djounguep est Peace Research et analyste géopolitique pour le magazine français Le Point et collaborateur de la BBC et du Huffington Post. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages dont Crise Anglophone au Cameroun. Guerre sauvage? (2020), Cameroun - crise anglophone: Essai d'analyse post coloniale (2019), Géoéconomie d'une Afrique émergente (2016), Perspective des conflits (2014) et Médias et Conflits (2012) entre autres. Depuis 2012, il a effectué plusieurs expéditions scientifiques sur la dynamique des conflits dans la région des Grands Lacs africains, dans la Corne de l'Afrique, dans la région du lac Tchad et en Côte d'Ivoire.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue