Célébrer la journée de l'armistice: vivre la paix avec une énergie renouvelée

Gerry Condon des anciens combattants pour la paix

Par Gerry Condon, 8 novembre 2020

Le 11 novembre est le jour de l'armistice, marquant l'armistice de 1918 qui a mis fin à la Première Guerre mondiale, à la «onzième heure du onzième jour du onzième mois». Horrifié par le massacre industriel de millions de soldats et de civils, le peuple des États-Unis et du monde a lancé des campagnes pour interdire la guerre une fois pour toutes. En 1928, le secrétaire d'État américain et le ministre français des Affaires étrangères ont reçu le prix Nobel de la paix pour avoir coparrainé le Pacte Kellogg-Briand, qui a déclaré illégale la guerre et a appelé les nations à régler leurs différends par des moyens pacifiques. La Charte des Nations Unies, signée par de nombreux pays en 1945, comprenait un libellé similaire:pour sauver les générations futures du fléau de la guerre, qui, deux fois dans notre vie, a causé un chagrin incalculable à l'humanité… » Malheureusement, le siècle dernier a été marqué par la guerre après la guerre et un militarisme croissant.

Ceux d'entre nous aux États-Unis qui sont préoccupés par le militarisme mondial n'ont pas besoin de regarder plus loin que l'influence démesurée du complexe militaro-industriel, car Le président Dwight Eisenhower a mis en garde. 

Les États-Unis maintiennent pas moins de 800 bases militaires à travers le monde, dans une presse pleine cour pour «défendre nos intérêts de sécurité nationale». Ce ne sont pas les intérêts des travailleurs de tous les jours, qui doivent payer la note du budget militaire sans cesse croissant, et dont les fils et les filles sont obligés de mener des guerres dans des pays lointains. Non, ce sont les intérêts de l'infâme One Percent qui est enrichi par l'exploitation des ressources naturelles, du travail et des marchés d'autres nations, ainsi que par leurs investissements dans «l'industrie de la défense».

Comme Martin Luther King l'a courageusement déclaré dans son Au-delà du Vietnam discours, "…Je savais que je ne pourrais plus jamais élever la voix contre la violence des opprimés dans les ghettos sans avoir d'abord parlé clairement au plus grand pourvoyeur de violence au monde aujourd'hui: mon propre gouvernement.

A côté de l'énorme armée américaine, il y a des forces moins visibles. Les agences de renseignement américaines telles que la CIA se sont transformées en armées secrètes qui travaillent pour saper et renverser les gouvernements qui sont en disgrâce auprès de la classe dirigeante américaine. La guerre économique - alias «sanctions» - utilisée pour faire «hurler» les économies, apporter la mort et la misère à des milliers de personnes.

Pour aggraver les choses, l'administration Obama / Biden a lancé un programme d'un billion de dollars sur 30 ans pour «moderniser» la «triade nucléaire» - les systèmes d'armes nucléaires aériens, terrestres et maritimes. Et l'administration Trump s'est systématiquement retirée des traités cruciaux de désarmement nucléaire, ce qui a conduit le Bulletin of Atomic Scientists à déplacer leur horloge Doomsday jusqu'à 100 secondes à partir de minuit. Le danger d'une guerre nucléaire est plus grand que jamais, selon de nombreux experts - d'autant plus à cause de l'encerclement de la Russie par les États-Unis et l'OTAN et l'énorme renforcement militaire américain dans le Pacifique, qui menace une guerre majeure avec la Chine.

Bonne nouvelle pour le désarmement nucléaire

Tout cela est très alarmant, comme il se doit. Mais il y a aussi de bonnes nouvelles. Le 24 octobre 2020, Le Honduras est devenu le 50e pays à ratifier le Traité des Nations Unies sur l'interdiction des armes nucléaires. Dans ce que les principaux militants décrivent comme «un nouveau chapitre pour le désarmement nucléaire», le Traité entrera désormais en vigueur le 22 janvier. Le traité déclare que les pays qui l'ont ratifié ne doivent en aucun cas mettre au point, tester, produire, fabriquer ou acquérir, posséder ou stocker de toute autre manière des armes nucléaires ou autres dispositifs explosifs nucléaires. »

La Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN) - une organisation parapluie et une campagne pour des dizaines de groupes à travers le monde - a déclaré que l'entrée en vigueur n'était «qu'un début. Une fois le traité en vigueur, tous les États parties devront s'acquitter de toutes leurs obligations positives en vertu du traité et respecter ses interdictions.

Ni les États-Unis ni aucun des neuf pays dotés d'armes nucléaires sont signataires du Traité. En fait, les États-Unis ont fait pression sur les pays pour qu'ils retirent leurs signatures. Apparemment, les États-Unis se rendent compte que le Traité est une déclaration internationale puissante qui créera une réelle pression en faveur du désarmement nucléaire.

«Les États qui n’ont pas adhéré au traité ressentiront également sa puissance - nous pouvons nous attendre à ce que les entreprises cessent de produire des armes nucléaires et les institutions financières qu’elles cessent d’investir dans les sociétés productrices d’armes nucléaires.

Il n'y a peut-être pas de meilleure nouvelle à partager le jour de l'armistice. L’abolition des armes nucléaires ira certainement de pair avec l’abolition éventuelle de la guerre. Et l'abolition de la guerre ira de pair avec la disparition de l'exploitation des petites nations par de plus grandes nations. Ceux d’entre nous qui vivent dans le «ventre de la bête» ont une énorme responsabilité - et de grandes opportunités également - de travailler avec les peuples du monde pour instaurer un monde pacifique et durable.

Étant donné que le 11 novembre est également célébré comme la Journée des anciens combattants, il est normal que les anciens combattants prennent l'initiative de réclamer le jour de l'armistice.  Veterans For Peace a publié une déclaration puissante. Les sections de VFP organisent des événements de la Journée de l'Armistice, principalement en ligne cette année.

Veterans For Peace appelle tout le monde à défendre la paix en ce jour de l'armistice. Plus que jamais, le monde est confronté à un moment critique. Les tensions s'intensifient dans le monde et les États-Unis sont engagés militairement dans plusieurs pays, sans fin en vue. Chez nous, nous avons assisté à la militarisation croissante de nos forces de police et à la répression brutale de la dissidence et des soulèvements populaires contre le pouvoir de l’État. Nous devons faire pression sur notre gouvernement pour qu'il mette fin aux interventions militaires téméraires qui mettent le monde entier en danger. Nous devons bâtir une culture de la paix.

Le jour de l'armistice, nous célébrons le désir irrésistible des peuples du monde pour la paix, la justice et la durabilité. Nous nous engageons de nouveau à mettre fin à la guerre - avant qu’elle ne nous mette fin.

La guerre, à quoi ça sert? Absolument rien! Dis le encore!

 

Gerry Condon est un vétéran de l'ère du Vietnam et un résistant à la guerre, et le récent ancien président de Veterans For Peace. Il siège au comité administratif d'United For Peace and Justice.

 

une réponse

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue