Après deux décennies de guerre, le peuple congolais dit que ça suffit

Combattants au Congo
Des combattants du M23 sur la route vers Goma en 2013. MONUSCO/Sylvain Liechti.

Par Tanupriya Singh, Résistance populaire, Décembre 20, 2022

Le M23 et la guerre au Congo.

Peoples Dispatch s'est entretenu avec l'activiste et chercheur congolais Kambale Musavuli de la dernière offensive du groupe rebelle M23 dans l'est de la RDC et de l'histoire plus large de la guerre par procuration dans la région.

Lundi 12 décembre, une rencontre s'est tenue entre le groupe rebelle M23, les Forces armées congolaises (FARDC), le commandant de la force conjointe de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC), le Mécanisme conjoint de vérification élargi (JMWE), l'Ad-Hoc Mécanisme de vérification, et la force de maintien de la paix de l'ONU, la MONUSCO, à Kibumba dans le territoire de Nyiragongo dans la province du Nord-Kivu située à l'est de la RDC.

La réunion s'est tenue à la suite de rapports de combats entre le M23 et les FARDC, quelques jours seulement après que le groupe rebelle s'était engagé à « maintenir un cessez-le-feu » dans la région riche en minerais. Le M23 est largement reconnu comme une force par procuration du Rwanda voisin.

Le mardi 6 décembre, le M23 a annoncé qu'il était prêt à "commencer le désengagement et le retrait" du territoire occupé, et qu'il soutenait "les efforts régionaux pour ramener une paix durable en RDC". La déclaration a été publiée après la conclusion de la Troisième dialogue intercongolais sous l'égide du bloc de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) qui s'est tenue à Nairobi et facilitée par l'ancien président kenyan Uhuru Kenyatta.

Environ 50 groupes armés étaient représentés à la réunion de Nairobi, à l'exclusion du M23. Le dialogue avait été convoqué le 28 novembre, avec des dirigeants du Kenya, du Burundi, du Congo, du Rwanda et de l'Ouganda également présents. Cela faisait suite à un processus de dialogue séparé tenu en Angola plus tôt en novembre, qui a abouti à un accord de cessez-le-feu qui devait entrer en vigueur le 25 novembre. Cela serait suivi du retrait du M23 des zones qu'il avait saisies, notamment Bunagana, Kiwanja et Rutshuru.

Alors que le M23 ne faisait pas partie des pourparlers, le groupe avait déclaré qu'il accepterait le cessez-le-feu tout en se réservant "le plein droit de se défendre". Il avait également appelé à un "dialogue direct" avec le gouvernement de la RDC, ce qu'il a réitéré dans sa déclaration du 6 décembre. Le gouvernement de la RDC a rejeté cette demande, qualifiant la force rebelle de « groupe terroriste ».

le lieutenant-colonel Guillaume Njike Kaiko, porte-parole de l'armée pour la province, déclaré plus tard que la réunion du 12 décembre avait été demandée par les rebelles, pour s'assurer qu'ils ne seraient pas attaqués par les FARDC s'ils se retiraient des zones occupées.

Cependant, le lieutenant-général Constant Ndima Kongba, le gouverneur du Nord-Kivu, souligné que la réunion n'était pas une négociation, mais avait pour but de vérifier l'efficacité des résolutions dans le cadre des processus de paix en Angola et à Nairobi.

Le 1er décembre, l'armée congolaise avait accusé le M23 et des groupes alliés d'avoir tué 50 civils le 29 novembre à Kishishe, situé dans le territoire de Rutshuru, à 70 kilomètres au nord de la ville de Goma. Le 5 décembre, le gouvernement a mis à jour le nombre de morts à 300, dont au moins 17 enfants. Le M23 a rejeté ces allégations, affirmant que seulement huit personnes avaient été tuées par des « balles perdues ».

Cependant, les massacres ont été corroborés par la MONUSCO et le Bureau conjoint des droits de l'homme (BCNUDH) le 7 décembre. Basé sur une enquête préliminaire, le rapport indique qu'au moins 131 civils ont été tués dans les villages de Kishishe et Bambo entre le 29 novembre et 30.

"Les victimes ont été arbitrairement exécutées avec des balles ou des armes blanches", lire le document. Il a ajouté qu'au moins 22 femmes et cinq filles avaient été violées, et que les violences étaient « perpétrées dans le cadre d'une campagne de meurtres, de viols, d'enlèvements et de pillages contre deux villages du territoire de Rutshuru en représailles aux affrontements entre le M23 et le Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR-FOCA), et les groupes armés Maï-Maï Mazembe et la Coalition Nyatura des mouvements pour le changement.

Le rapport ajoute que les forces du M23 ont également enterré les corps des personnes tuées dans « ce qui pourrait être une tentative de destruction de preuves ».

Les massacres de Rutshuru ne sont pas des incidents isolés, mais plutôt les derniers d'une longue série d'atrocités commises en RDC depuis près de 30 ans, dont on estime qu'elles ont tué 6 millions de Congolais. Alors que le M23 est devenu important après sa prise de Goma en 2012, et à nouveau avec la reprise de sa dernière offensive en mars, il est possible de retracer la trajectoire du groupe au cours des décennies précédentes et, avec elle, les intérêts impérialistes persistants qui alimentent la violence dans le Congo.

Des décennies de guerre par procuration

« La RDC a été envahie par ses voisins, le Rwanda et l'Ouganda, en 1996 et 1998. Alors que les deux pays se sont officiellement retirés du pays suite à la signature d'accords bilatéraux en 2002, ils ont continué à soutenir des milices rebelles par procuration », a expliqué Kambale Musavuli, un chercheur et militant congolais, dans un entretien avec Répartition des personnes.

Le M23 est l'acronyme du « Mouvement du 23 mars » formé par des militaires au sein de l'armée congolaise qui appartenaient à un ancien groupe rebelle, le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP). Ils ont accusé le gouvernement de refuser d'honorer un accord de paix signé le 23 mars 2009, qui avait conduit à l'intégration du CNDP dans les FARDC. En 2012, ces anciens soldats du CNDP se sont rebellés contre le gouvernement, formant le M23.

Cependant, Musavuli souligne que les affirmations concernant l'accord de paix étaient fausses : « La raison pour laquelle ils sont partis est que l'un de leurs commandants, Bosco Ntaganda, a été menacé d'arrestation ». La Cour pénale internationale a rendu deux mandats pour son arrestation, en 2006 et 2012, pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. C'est sous son commandement que les troupes du CNDP ont massacré environ 150 personnes dans la ville de Kiwanja au Nord-Kivu en 2008.

Après l'élection présidentielle de 2011, des pressions ont été exercées sur le gouvernement congolais pour qu'il dénonce Ntaganda, a ajouté Musavuli. Il s'est finalement rendu en 2013 et a été reconnu coupable et condamné par la CPI en 2019.

Quelques mois après sa formation, le groupe rebelle M23 a capturé Goma en novembre 2012. Cependant, l'occupation a été de courte durée et, en décembre, le groupe s'était retiré. Environ 750,000 XNUMX Congolais ont été déplacés par les combats cette année-là.

« À l'époque, il est devenu clair pour la communauté internationale que le Rwanda soutenait une force rebelle au Congo. Les États-Unis et les pays européens ont fait pression sur le Rwanda, à la suite de quoi il a mis fin à son soutien. » Les forces congolaises avaient également été soutenues par des troupes de pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) - en particulier l'Afrique du Sud et la Tanzanie, travaillant aux côtés des forces de l'ONU.

Si le M23 resurgit dix ans plus tard, son histoire ne se limite pas non plus au CNDP. "Le prédécesseur du CNDP était le Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), un groupe rebelle soutenu par le Rwanda qui a mené une guerre au Congo entre 1998 et 2002, date à laquelle un accord de paix a été signé, à la suite duquel le RCD a rejoint l'armée congolaise", a déclaré Musavuli. m'a dit.

"Le RCD lui-même a été précédé par l'AFDL (l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre), une force soutenue par le Rwanda qui a envahi la RDC en 1996 pour renverser le régime de Mobuto Sese Seko." Par la suite, le chef de l'AFDL Laurent Désiré Kabila a été porté au pouvoir. Cependant, ajoute Musavuli, les désaccords se sont rapidement accrus entre l'AFDL et le nouveau gouvernement congolais, principalement autour de questions liées à l'exploitation des ressources naturelles et aux lignes sous-politiques.

Un an après son arrivée au pouvoir, Kabila a ordonné le retrait de toutes les troupes étrangères du pays. « Dans les mois qui ont suivi, le RCD a été formé », a déclaré Musavli.

Ce qui est également particulièrement remarquable tout au long de cette histoire, c'est la tentative répétée, à travers divers accords de paix, d'intégrer ces forces rebelles dans l'armée congolaise.

"Cela n'a jamais été la volonté du peuple congolais, cela a été imposé", a expliqué Musavuli. « Depuis 1996, il y a eu de nombreux processus de négociations de paix généralement menés par des pays occidentaux. Après l'accord de paix de 2002, nous avons eu quatre vice-présidents et un président. C'était à cause de la communauté internationale, en particulier de l'ancien ambassadeur américain William Swing.

« Lorsque les Congolais sont allés pour les négociations de paix en Afrique du Sud, les groupes de la société civile avaient souligné qu'ils ne voulaient pas que les anciens rebelles occupent un poste au sein du gouvernement pendant la période de transition. Swing a influencé la discussion, étant donné que les États-Unis ont toujours influencé les négociations de paix de la RDC, et a proposé une formule qui voyait quatre chefs de guerre comme vice-présidents du pays.

Le parlement congolais a maintenant adopté une position ferme contre une telle possibilité en déclarant le M23 un « groupe terroriste » et en interdisant son intégration dans les FARDC.

Ingérence étrangère et vol de ressources

L'ingérence américaine en RDC est évidente depuis son indépendance, a ajouté Musavuli - dans l'assassinat de Patrice Lumumba, le soutien apporté au régime brutal de Mobuto Sese Seko, les invasions des années 1990 et les pourparlers de paix qui ont suivi, et les modifications de la constitution du pays. en 2006 pour permettre à Joseph Kabila de se présenter aux élections. « En 2011, les États-Unis ont été l'un des premiers pays à reconnaître les résultats des élections truquées. L'analyse de l'époque a montré qu'en agissant ainsi, les États-Unis pariaient sur la stabilité plutôt que sur la démocratie », a déclaré Musavuli.

Trois mois plus tard, le soulèvement du M23 a commencé. «C'est la même force rebelle depuis vingt ans, avec les mêmes soldats et les mêmes commandants, pour servir les intérêts du Rwanda, qui est lui-même un allié puissant des États-Unis dans la soi-disant guerre contre le terrorisme. Et quels sont les intérêts du Rwanda au Congo – sa terre et ses ressources », a-t-il ajouté.

En tant que tel, "le conflit en RDC ne doit pas être considéré comme un combat entre un groupe rebelle et le gouvernement congolais". C'était réitéré par l'activiste et écrivain Claude Gatebuke, « Ce n'est pas une rébellion ordinaire. C'est une invasion du Congo par le Rwanda et l'Ouganda ».

Même si Kigali a nié à plusieurs reprises soutenir le M23, des preuves confirmant l'allégation ont été présentées à plusieurs reprises, plus récemment en un rapport d'un groupe d'experts de l'ONU en août. Le rapport montre que les Forces de défense rwandaises (FDR) soutenaient le M23 depuis novembre 2021 et s'engageaient dans des « opérations militaires contre les groupes armés congolais et les positions des FARDC », unilatéralement ou avec le M23. En mai, l'armée congolaise avait également capturé deux soldats rwandais sur son territoire.

Musavuli a ajouté que ce type de soutien étranger était également apparent dans le fait que le M23 avait accès à des armes et à des équipements extrêmement sophistiqués.

Ce lien devient plus explicite dans le contexte des négociations de cessez-le-feu. « Pour que le M23 accepte le cessez-le-feu, Uhuru Kenyatta a d'abord dû appeler le président rwandais Paul Kagame. Non seulement cela, le 5 décembre, le Département d'État américain a publié une communiqué de presse déclarant que le secrétaire d'État Antony Blinken avait parlé au président Kagame, demandant essentiellement au Rwanda de cesser de s'ingérer en RDC. Que s'est-il passé le lendemain ? Le M23 a publié une déclaration disant qu'ils ne combattaient plus », a souligné Musavuli.

Le Rwanda a justifié ses invasions de la RDC sous prétexte de combattre les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), un groupe rebelle hutu en RDC accusé d'avoir commis le génocide au Rwanda en 1994. Les FDLR, c'est la chasse aux mines. Comment les minerais du Congo parviennent-ils à Kigali ?

De même, a déclaré Musavuli, l'Ouganda avait créé un prétexte pour envahir le Congo et exploiter ses ressources - les Forces démocratiques alliées (ADF). « L'Ouganda a affirmé que les ADF sont des « djihadistes » qui cherchent à renverser le gouvernement. Ce que nous savons, c'est que les ADF sont des Ougandais qui combattent le régime de Museveni depuis 1986. »

"Une fausse connexion a été créée entre l'ADF et l'Etat islamique pour amener la présence américaine... cela crée un prétexte pour avoir des soldats américains au Congo au nom de la lutte contre le "fondamentalisme islamique" et les "djihadistes".

Alors que la violence se poursuit, le peuple congolais a également organisé des manifestations massives en 2022, qui ont également vu l'expression d'un fort sentiment anti-américain, notamment sous la forme de manifestants portant le drapeau russe. "Les Congolais ont vu que le Rwanda continuait à recevoir le soutien des États-Unis alors même qu'il continuait à tuer et à soutenir des groupes rebelles en RDC", a ajouté Musavuli.

"Après deux décennies de guerre, le peuple congolais dit que ça suffit."

une réponse

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Festival du film WBW 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue