Robert C. Koehler : Le besoin de comprendre ne s'arrête jamais

By

J'inspire le grand haussement d'épaules inactif qui suit toujours l'affectation annuelle, par le Bulletin des scientifiques atomiques, de sa métaphore globale d’Armageddon.

Pour la deuxième année consécutive, l’horloge de la fin du monde a été fixée – par des scientifiques analysant les dangers auxquels la planète Terre est confrontée en raison de l’exploitation humaine et de la géopolitique nucléaire – à minuit moins 90 secondes. En d’autres termes, ayez peur. Ayez très peur.

Les dangers incluent le développement continu d'armes nucléaires par les puissances nationales majeures et mineures, combiné aux guerres de massacre actuelles de la planète – en Ukraine, en Palestine et ailleurs – et à la possibilité toujours imminente qu'elles puissent devenir nucléaires. En d’autres termes, la pensée collective de la civilisation humaine reste piégée dans une modalité « nous contre eux ». L’un des aspects les plus étranges cités par le Bulletin est le fait que l’intelligence artificielle a commencé à prendre le contrôle de notre destin :

« Les utilisations militaires de l’IA s’accélèrent. L’IA est déjà largement utilisée dans les domaines du renseignement, de la surveillance, de la reconnaissance, de la simulation et de la formation. Les armes autonomes mortelles, qui identifient et détruisent des cibles sans intervention humaine, sont particulièrement préoccupantes. Les décisions visant à confier à l’IA le contrôle de systèmes physiques importants – en particulier les armes nucléaires – pourraient en effet constituer une menace existentielle directe pour l’humanité. »

Rejoignez-moi alors que je laisse échapper le cri de terreur et d'incrédulité d'un enfant.

Et bien sûr, tout cela se combine avec l’effondrement climatique en cours sur la planète. Comme le souligne le Bulletin, 2023 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée, les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter, la glace continue de fondre en Antarctique et . . . euh, nous n'abordons pas ce problème avec efficacité. Vous savez, nous sommes encore trop occupés à faire la guerre et à exploiter ce qui reste des ressources de la planète.

C’est ainsi que la civilisation humaine s’est organisée – et rien ne peut la changer, n’est-ce pas ? Cela semble être l’attitude d’une grande partie des médias, qui contextualisent largement les informations qu’ils nous présentent dans un haussement d’épaules grand public. Effondrement climatique ? Guerre nucléaire et annihilation mondiale ? C'est bien trop compliqué à écrire. Allez, nous avons des élections qui approchent. Nous contre eux !

C'est en tout cas ce qui m'est venu à l'esprit lorsque j'ai lu une histoire dans le Washington post l’autre jour, qui n’a cessé d’essayer de faire valoir que le pays s’effondre dans ce qu’il appelle le « tribalisme », c’est-à-dire un affrontement gauche-droite, avec les deux côtés également convaincus de leur droiture et tout aussi sarcastiques envers les autres. Des deux côtés, vous comprenez ? Lorsque les grands médias nous servent la politique de cette manière, ils affichent leur « objectivité » (centriste) qui, en ce qui les concerne, est simplement la réalité et ne doit pas être analysée de manière critique.

Le problème, selon l’analyse centriste, est que le pays devient de plus en plus polarisé, tant politiquement que culturellement. D’un côté, vous avez Trump et les républicains MAGA. De l’autre côté, il y a les partisans de Bernie Sanders. Plutôt effrayant! Les États-Unis n’ont jamais été aussi divisés, note l’histoire, oubliant apparemment l’esclavage, les lynchages Jim Crow, les toilettes séparées selon les races, etc.

Ce qui m'a le plus troublé dans cette histoire, cependant, c'est qu'elle faisait appel à plusieurs spécialistes des sciences sociales qui nous ont expliqué la nature de l'évolution. Alors que, oui, les êtres humains ont appris à travailler ensemble au fil des millénaires et ont créé des communautés autonomes, autrement dit des tribus, « l’évolution de la coopération a nécessité d’éloigner la haine des groupes », selon un sociologue de Yale. En d’autres termes, il ne pourrait y avoir de « nous » sans un « eux » qui se cache juste au coin de la rue – pas simplement différent de nous mais effrayant, menaçant et sans aucun doute maléfique.

Bien que l'histoire du Post n'ait aucun lien avec le Bulletin of the Atomic Scientists et son pronostic mondial à 90 secondes de minuit, j'ai néanmoins ressenti un haussement d'épaules d'indifférence à son égard, dans la mesure où il restait tranquillement enfermé dans le rapport États-Unis-contre-Nuit. C’est un état d’esprit qui fait de la pensée collective humaine et, oh mon Dieu, de la coopération géopolitique une plaisanterie cynique. Cela n'arrivera pas. La guerre est inévitable. Il en va de même pour notre budget militaire d’un billion de dollars. Des questions?

Ma principale question est la suivante : comment osez-vous hausser les épaules devant l’horloge de la fin du monde, face à l’inévitabilité imminente de l’effondrement climatique, face à l’expansion continue des armes nucléaires et à la certitude ultime d’une guerre nucléaire. . . si rien ne change ?

Nous sommes capables de penser plus largement que cela ! C'est le message ultime des scientifiques atomiques, et pour le corroborer, je me tourne vers World Beyond War, qui fait valoir que l’essence même de l’évolution est l’expansion de notre pensée pour embrasser des réalités toujours plus vastes de coopération, de connexion et de compréhension. Et pas seulement cela, tuer nos semblables n’est pas le résultat simpliste de ce que notre ADN nous dit de faire, mais une création politique des derniers millénaires qui est tout sauf universellement acceptée.

« Selon le mythe, la guerre est « naturelle » » World Beyond War l’essai souligne. « Pourtant, un grand conditionnement est nécessaire pour préparer la plupart des gens à prendre part à la guerre, et une grande souffrance mentale est courante parmi ceux qui y ont pris part. . . .

« . . . (Nous) devons comprendre la guerre comme la création culturelle qu’elle est et cesser de l’imaginer comme quelque chose qui nous est imposé par des forces indépendantes de notre volonté. . . En fait, la guerre n’est pas requise par un mode de vie ou un niveau de vie particulier, car tout mode de vie peut être modifié, parce que les pratiques non durables doivent par définition prendre fin avec ou sans guerre, et parce que la guerre appauvrit en réalité les sociétés qui y ont recours.

En d’autres termes, la guerre n’est pas le résultat de l’évolution mais simplement le non évolué aspect de qui nous sommes. L’humanité « a évolué avec des habitudes de coopération et d’altruisme » et, ce faisant, a créé des communautés de connexion et de soutien trans-individuel. Et oui, toute communauté a un avantage, au-delà duquel se profile l’inconnu. Mais lorsque nous rencontrons l'inconnu, nous n'avons pas besoin de le considérer de manière simpliste comme « l'ennemi », mais plutôt comme un élément d'une communauté plus vaste, qui nécessite une compréhension plus large. Notre besoin de comprendre ne s’arrête jamais.

(Robert Koehler est un journaliste primé basé à Chicago et un écrivain syndiqué à l'échelle nationale. Son livre, « Le courage grandit fort à la blessure », est disponible. Contactez-le à koehlercw@gmail.com, visitez son site Web à commonwonders.com. Son nouvel album de poésie et d'œuvres d'art enregistrées, « Soul Fragments », est disponible ici : https://linktr.ee/bobkoehler.)

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue