Allocution du jour du Souvenir dans le sud de la baie Georgienne

Par Helen Peacock, World BEYOND War, Sud de la baie Georgienne, Canada, 13 novembre 2020

Allocution prononcée le 11 novembre:

En ce jour, il y a 75 ans, un traité de paix a été signé mettant fin à la Seconde Guerre mondiale, et depuis, en ce jour, nous nous souvenons et honorons les millions de soldats et de civils qui sont morts au cours des guerres mondiales I et II; et les millions et les millions d'autres qui sont morts, ou ont vu leur vie détruite, au cours des plus de 250 guerres depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais se souvenir de ceux qui sont morts ne suffit pas.

Nous devons également profiter de cette journée pour affirmer notre engagement en faveur de la paix. Le 11 novembre s'appelait à l'origine le jour de l'armistice - une journée destinée à célébrer la paix. Nous oublions cela, n'est-ce pas? Aujourd'hui, j'ai lu le Globe and Mail, couverture pour couverture Onze pages parlaient de Souvenir, mais je n'ai pas trouvé une seule mention du mot paix.

Oui, nous voulons honorer la mémoire de ceux qui sont morts. Mais n'oublions pas que la guerre est une tragédie, une tragédie que nous ne voulons pas glorifier dans nos films et dans nos livres d'histoire et dans nos monuments et dans nos musées et à nos jours du Souvenir. Au fur et à mesure que nous avançons, c'est notre désir de paix que nous voulons garder à cœur et c'est la paix que nous voulons saisir chaque occasion de célébrer.

Quand les gens haussent les épaules et disent que «la guerre est la nature humaine» ou «la guerre est inévitable», nous devons leur dire NON - le conflit peut être inévitable, mais utiliser la guerre pour le résoudre est un choix. Nous pouvons choisir différemment si nous pensons différemment.

Saviez-vous que les pays les plus susceptibles de choisir la guerre sont ceux qui investissent le plus dans l'armée? Ils ne savent rien d'autre que le militarisme. Pour paraphraser Abraham Maslow, «quand tout ce que vous avez est une arme à feu, tout ressemble à une raison de l'utiliser». Nous ne pouvons plus détourner le regard et permettre que cela se produise. Il y a toujours d'autres options.

Quand mon oncle Fletcher est mort dans ses 80 ans, mon père, plus jeune de deux ans, a pris la parole à son mémorial. À mon grand étonnement, papa a commencé à parler, avec nostalgie, de la Seconde Guerre mondiale. Apparemment, lui et l'oncle Fletcher s'étaient inscrits ensemble et avaient été rejetés ensemble, à cause d'une mauvaise vue.

Mais à l'insu de mon père, mon oncle Fletcher est parti, a mémorisé le tableau des yeux et s'est enrôlé avec succès. Il a été envoyé combattre en Italie et n'est pas revenu la même personne. Il avait été endommagé - nous le savions tous. Mais il était clair pour moi, pendant que papa parlait, qu'il ne pensait pas qu'il avait été le chanceux. L'oncle Fletcher était un héros, et papa avait en quelque sorte perdu la gloire.

C'est la pensée que nous devons changer. Il n'y a rien de glamour dans la guerre. À la page 18 du Globe d'aujourd'hui, un vétéran décrit l'invasion de l'Italie, au cours de laquelle mon oncle a combattu, «Les chars, les mitrailleuses, le feu… C'était l'enfer».

Alors aujourd'hui, alors que nous honorons les millions de morts à la guerre, affirmons également notre engagement à choisir la PAIX. Nous pouvons faire mieux si nous savons mieux.

DÉDICACE

Avec le coquelicot rouge, nous rendons hommage aux plus de 2,300,000 118,000 XNUMX Canadiens qui ont servi dans l'armée tout au long de l'histoire de notre pays et aux plus de XNUMX XNUMX qui ont fait le sacrifice ultime.

Avec le pavot blanc, nous nous souvenons de ceux qui ont servi dans notre armée ET des millions de civils morts à la guerre, des millions d'enfants rendus orphelins par la guerre, des millions de réfugiés qui ont été déplacés de leurs foyers par la guerre, et les dommages environnementaux toxiques de la guerre. Nous nous engageons à promouvoir la paix, toujours la paix, et à remettre en question les habitudes culturelles canadiennes, conscientes ou non, pour glorifier ou célébrer la guerre.

Puisse cette couronne rouge et blanche symboliser tous nos espoirs d'un monde plus sûr et plus pacifique.

Retrouvez la couverture médiatique de cet événement ici.

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Festival du film WBW 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue