La Voix canadienne des femmes pour la paix lance un appel pour la libération d'Assange

Julian Assange dans la prison de Belmarsh

23 mars 2020

Président Andrea Albutt, 23 mars 2020
Association des gouverneurs des prisons

Chambre LG.27
ministère de la Justice
102 Petite France
LONDRES SW1H 9AJ

Cher président Albutt:

Nous, les membres du Conseil national de La voix canadienne des femmes pour la paix vous écrivent en tant que citoyens du monde concernés et demandent expressément la libération immédiate de Julian Assange de la prison de Belmarsh.

Avec la propagation rapide du coronavirus, la protection de M. Assange et de toutes les personnes non violentes en détention est devenue une urgence au Royaume-Uni et dans le monde entier.

Nous avons entendu que vous avez exprimé votre propre inquiétude pour les prisonniers vulnérables à la radio de la BBC le 17 marsth citant:

  • des effectifs de plus en plus tendus en raison de la pandémie; 
  • la transmission plus facile des maladies en prison;
  • le risque d'infection plus élevé; et 
  • le nombre élevé de personnes vulnérables dans la population démographique de la prison. 

Comme il devient de plus en plus clair, au quotidien, que la propagation du virus est inévitable, il est également clair que les décès sont évitables, et il est en votre pouvoir de protéger M. Assange et les autres en agissant sur vos préoccupations libérer immédiatement tous les délinquants non violents, comme cela a été fait ailleurs, y compris en Irlande et à New York.

Deux députés australiens, Andrew Wilkie et George Christensen, ont rendu visite à M. Assange à Belmarsh le 10 févrierth, à leurs frais, pour examiner les conditions de sa détention et exprimer son opposition à sa menace d'extradition vers les États-Unis. Lors d'une conférence de presse à l'extérieur de l'établissement à sécurité maximale, les deux a déclaré qu'il ne fait aucun doute dans leur esprit qu'il est un prisonnier politique et a souscrit aux conclusions du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture Nils Melzer qui, avec deux autres experts médicaux, a conclu qu'Assange clairement montré les symptômes de la torture psychologique.

En raison de sa santé physique et mentale affaiblie, M. Assange court un risque extrême d'infection et de mort possible. Cette nécessité d'accorder une attention immédiate à cette question critique est également exprimée dans la récente lettre de demande de 193 médecins signataires (https://doctorsassange.org/doctors-for-assange-reply-to-australian-government-march-2020/), confirmant la vulnérabilité de M. Assange. Il est impératif que des mesures urgentes soient prises avant la propagation du virus à travers la prison de Belmarsh. 

M. Assange a droit à la présomption d'innocence pendant sa détention et sa santé et son bien-être doivent être garantis pour permettre une défense équitable de son innocence lors du prochain procès. Tous les détenus doivent être protégés contre tout danger évitable.

M. Assange n'a jamais utilisé ou préconisé la violence et ne représente aucune menace pour la sécurité publique. Il est donc impératif qu'il soit protégé en étant libéré sous caution pour la sécurité de sa famille, et nous vous exhortons à faire la recommandation la plus ferme pour sa libération immédiate.

Ces mesures de sécurité et de prudence sont des attentes standard du système judiciaire de toute la société civilisée et d'une importance extraordinaire dans cette crise mondiale. 

Le dimanche, le Association canadienne des libertés civiles a publié une déclaration demandant la libération des prisonniers et déclarant en partie:

Chaque remise en liberté réduira le surpeuplement, évitera la propagation de l'infection lorsque le virus atteindra les établissements pénitentiaires et protégera les détenus, les agents de correction et les familles et communautés innocentes dans lesquelles les détenus et les détenus retourneront.

....

Pour les présumés innocents présumés, le pouvoir discrétionnaire quasi judiciaire devrait être exercé de manière à abandonner les charges là où cela est dans l'intérêt public, ce qui inclut les problèmes de santé publique soulevés par cette pandémie.

Julian Assange doit être immédiatement remis en sécurité.

Sincèrement,

Charlotte Sheasby Coleman

Au nom du conseil d'administration

Avec copie à:

Premier ministre Boris Johnson
Premier ministre Justin Trudeau

Priti Patel, Secrétaire du Home Office, Royaume-Uni

Sénatrice Marise Payne, ministre des Affaires étrangères, Australie

M. George Christensen, député, Australie (le président réunit le groupe parlementaire Julian Assange)

M. Andrew Wilkie, député, Australie (le président du groupe parlementaire Julian Assange)

Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, Canada

François-Philippe Champagne, ministre des Affaires mondiales, Canada

Michael Bryant, président de l'Association canadienne des libertés civiles

Amnesty International, Royaume-Uni

Alex Hills, Protestation mondiale gratuite d'Assange

Réponses 3

  1. Le Royaume-Uni n'est qu'une succursale captive des États-Unis. De tels appels ne seront pas entendus et Assange sera remis au système «judiciaire» américain corrompu et politisé pour être trafiqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue