Les États-Unis et la Russie annoncent l'extension du nouveau traité START, dernier traité nucléaire stratégique restant

Un missile non armé Trident II (D5LE) est lancé depuis le sous-marin de missiles balistiques de classe Ohio USS Maine (SSBN 741) au large de San Diego, Californie, le 12 février 2020. Les États-Unis et la Russie ont signalé la semaine dernière une volonté de prolonger le seul accord sur les armes stratégiques restant entre les deux pays, qui plafonne les missiles déployés comme ceux-ci à 1,550 2 pour chaque camp. MCXNUMX Thomas Gooley, marine américaine

Par Josh Farley, Kitsap Soleil, Janvier 23, 2021

Un accord de 11 heures pour maintenir en vie le dernier traité limitant les armes nucléaires stratégiques entre les États-Unis et la Russie semble se dessiner.

«Je peux confirmer que les États-Unis ont l'intention de demander une prolongation de cinq ans du nouveau START, dans la mesure où le traité le permet», porte-parole du président Joe Biden, Jen Psaki dit jeudi du nouveau traité de réduction des armements stratégiques. «Le président a il est clair depuis longtemps que le nouveau traité START est dans l'intérêt de la sécurité nationale des États-Unis. Et cette extension a encore plus de sens lorsque la relation avec la Russie est contradictoire, comme c'est le cas actuellement.

Vendredi, les Russes ont signalé qu'ils seraient également ouverts à la prolongation d'un accord qui a maintenu les deux pays à un maximum de 1,550 ogives nucléaires déployées et 700 missiles et bombardiers déployés au cours des 10 dernières années.

"Nous ne pouvons que saluer la volonté politique d'étendre le document", a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine, lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes et rapporté par l'Associated Press. "Mais tout dépendra des détails de la proposition."

Pourtant, le temps est compté. L'appel de Biden porte sur une prolongation de cinq ans - et un accord doit être conclu d'ici le 5 février, dans moins de deux semaines.

Le nouveau START, qui date d'un accord signé par le président Barack Obama avec Dmitri Medvedev en 2010, a des impacts dans le comté de Kitsap. La majorité de la flotte nationale de sous-marins à missiles balistiques - qui portent ces armes nucléaires - est basée à la base navale de Kitsap-Bangor sur Hood Canal. Le nouveau START limite en fait ces sous-marins à 20 missiles chacun, bien qu'ils puissent en charger jusqu'à 24.

Les signaux d'une extension semblaient également être une bonne nouvelle au Pentagone. Le porte-parole John Kirby a déclaré jeudi que le prolongement des limites sur les stocks d'armes nucléaires stratégiques «fait avancer la défense de la nation» et maintient les Américains «beaucoup plus en sécurité».

«Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre les outils d'inspection et de notification intrusifs de New START», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Ne pas étendre rapidement le nouveau START affaiblirait la compréhension américaine des forces nucléaires à longue portée de la Russie.»

Il a ajouté que cela donne également le temps aux deux pays d'ajouter d'autres accords de maîtrise des armements.

«Et le Département se tient prêt à soutenir nos collègues du Département d’État alors qu’ils effectuent cette extension et explorent ces nouveaux arrangements», a-t-il déclaré.

Mais il a averti que le Pentagone «resterait également lucide sur les défis posés par la Russie et déterminé à défendre la nation contre ses actions téméraires et contradictoires».

La prolongation possible intervient à un moment où un nouveau traité des Nations Unies, entré en vigueur vendredi, déclare illégale la possession d'armes nucléaires. Pour commémorer le nouveau traité, le Ground Zero Center for Nonviolent Action de Poulsbo World Beyond War, un autre groupe d'armes anti-nucléaires, a érigé des panneaux d'affichage autour de Puget Sound qui déclarent: «Les armes nucléaires sont désormais illégales. Sortez-les de Puget Sound! »

Le pays est également en train de moderniser son stock d'armes nucléaires. L'administration Trump a inclus 15.6 milliards de dollars en 2021 pour l'Administration nationale de la sécurité nucléaire du ministère de l'Énergie pour les activités d'armes nucléaires, une augmentation de 25% par rapport à l'année précédente.

Josh Farley est un journaliste couvrant l'armée pour le Kitsap Sun. On peut le joindre au 360-792-9227, josh.farley@kitsapsun.com ou sur Twitter à @joshfarley.

Veuillez envisager de soutenir le journalisme local dans le comté de Kitsap avec un abonnement numérique au Sun.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Prix ​​​​de l'abolition de la guerre 2024
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue