L’Égypte vend des Palestiniens pour un prêt de 10 milliards de dollars

Par Mike Whitney, La revue Unz, Février 27, 2024

Malgré les protestations publiques, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi aide Israël à transférer 1.4 million de Palestiniens de Rafah vers des villes de tentes dans le désert de Sinia.

Samedi, les agences de presse occidentales ont rapporté que des négociations à huis clos avaient eu lieu à Paris, visant à parvenir à un accord sur un cessez-le-feu à Gaza. Selon Reuters les pourparlers représentaient « l’effort le plus sérieux depuis des semaines pour mettre fin aux combats dans l’enclave palestinienne meurtrie et voir les otages israéliens et étrangers libérés ». Malheureusement, les informations en provenance de Paris étaient en grande partie une tromperie médiatique destinée à détourner l’attention du véritable objectif de la conférence. Gardez à l'esprit, les principaux participants à la réunion n'étaient pas des diplomates de haut niveau ou des négociateurs qualifiés, mais les directeurs des services de renseignement, dont le chef du Mossad israélien, David Barnea, le chef des espions égyptiens Abbas Kamel et le directeur de la CIA William Burns. Ce ne sont pas les hommes que l’on choisirait pour conclure un échange d’otages ou un accord de cessez-le-feu, mais pour mettre en œuvre la surveillance électronique, l’espionnage ou les opérations noires. Il est donc extrêmement improbable qu’ils se soient rencontrés à Paris pour arrêter un plan de cessation des hostilités. L'explication la plus probable est que les les chefs des services de renseignement mettent la touche finale à un plan de collaboration visant à briser le mur frontalier égyptien afin qu'un million et demi de Palestiniens gravement traumatisés puissent fuir vers l'Égypte sans aucune opposition sérieuse de la part de l'armée égyptienne.

Une telle opération nécessiterait une coordination considérable afin de minimiser les pertes tout en atteignant son objectif global. Naturellement, toute violation devrait être imputée au Hamas qui sera sans aucun doute le bouc émissaire commode pour faire exploser une section du mur, créant ainsi une ouverture pour des milliers de Palestiniens en fuite. De cette manière, Israël pourrait qualifier l’expulsion massive de « migration volontaire », ce qui est le surnom sioniste joyeux pour désigner le nettoyage ethnique. Quoi qu'il en soit, la majeure partie de la population musulmane de Gaza aura été expulsée de sa patrie historique et contrainte de se réfugier dans des camps de réfugiés disséminés dans le désert du Sinaï. C’est la fin du jeu pour Netanyahu, qui pourrait avoir lieu à tout moment.

Il existe des doutes quant à savoir si le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi coopérera avec Israël et permettra aux Palestiniens d’entrer en masse en Égypte, mais ces doutes reposent sur des spéculations et non sur des faits. Pour ceux qui souhaitent creuser un peu plus, il existe une piste financière évidente reliant le président égyptien douteux à un changement de politique qui fera plus que s’adapter à l’ambitieux plan de nettoyage ethnique de Netanyahu. En d'autres termes, le correctif est déjà disponible. Cela vient de Reuters:

Les négociations avec l'Égypte pour renforcer son programme de prêts du Fonds monétaire international progressent d'excellente manière, a déclaré jeudi le FMI, affirmant que L’Égypte a besoin d’un « programme de soutien très complet » pour faire face aux défis économiques, y compris les pressions liées à la guerre à Gaza….

Interrogé sur l'impact sur les négociations des défis posés par l'entrée prévue des réfugiés de Gaza en Égypte, Kozack a déclaré : « Il est nécessaire de disposer d’un programme de soutien très complet pour l’Égypte., et nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités égyptiennes et leurs partenaires garantir que l’Égypte n’a pas de besoins de financement résiduels et également de garantir que le programme est en mesure d'assurer la stabilité macroéconomique et financière en Égypte. Le FMI constate des progrès dans le programme de prêt égyptien malgré les pressions à Gaza, Reuters

Répétez : « pour garantir que l’Égypte n’a pas de besoins de financement résiduels » ??

WTF ? Le FMI apporte donc désormais un soutien financier au nettoyage ethnique ?

Cela ressemble certainement à cela. Le FMI veut s’assurer qu’Al-Sissi dispose de suffisamment d’argent pour couvrir les coûts liés à l’alimentation et au logement d’un million et demi de réfugiés. Mais est-ce là que iront réellement ces milliards de dollars ? aux Palestiniens affamés qui ont perdu leurs maisons et tous leurs biens matériels, ou va-t-il disparaître dans les comptes offshore des politiciens égyptiens corrompus, tout comme cela a été le cas en Ukraine. Nous avons tous vu ce film plusieurs fois auparavant et il ne se termine pas bien. Voici plus de Financial Times:

Georgieva a clairement indiqué que la guerre à Gaza était la principale raison pour laquelle le FMI allait de l’avant avec un accord de prêt élargi malgré l’arrêt des décaissements sur un précédent prêt de 3 milliards de dollars…..

Les analystes disent que Les discussions Egypte-FMI se sont concentrées sur un paquet d'au moins 10 milliards de dollars, dont une partie proviendrait du prêteur et le reste d'autres donateurs susceptibles d'inclure la Banque mondiale. Le FMI "très proche" d'un nouvel accord de prêt avec l'Egypte, selon Kristalina Georgieva, Financial Times

Permettez-moi d'être clair : le FMI a interrompu le versement d'un prêt de 3 milliards de dollars à l'Égypte, mais il est désormais prêt à remettre 10 milliards de dollars à un pays criblé de dettes et à risque de crédit, dont la monnaie a subi une dévaluation de 40 % l'année dernière et dont l'économie est actuellement à la décharge ? Cela a-t-il du sens? Bien sûr que non. Voici plus de Le berceau:

Le Fonds monétaire international (FMI) affirme qu'il y a d'« excellents progrès » dans les négociations avec l'Égypte sur un programme de prêt qui cherche à « aider » le pays à surmonter ses difficultés financières et à gérer un déluge potentiel de réfugiés palestiniens qu’Israël cherche à nettoyer ethniquement de Gaza.

Ainsi, quelqu’un a enfin le courage de dire ce que tout le monde sait déjà être vrai, à savoir que le FMI finance le nettoyage ethnique de Gaza. Voici plus du même article :

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré en novembre que l'agence « envisageait sérieusement » une éventuelle augmentation du programme de prêts égyptien en raison des « difficultés économiques posées par la guerre entre Israël et Gaza ».

« Le prêt pourrait atteindre jusqu’à 10 milliards de dollars pour aider l’économie égyptienne à survivre face à des facteurs locaux et externes, notamment l’attaque israélienne contre la bande de Gaza voisine et les tensions dans la mer Rouge…

Cela a coïncidé avec le début des travaux de construction d’une « zone de sécurité isolée » dans l’est du désert du Sinaï, à la frontière avec la bande de Gaza, dont beaucoup s’attendent à ce qu’elle serve de zone tampon pour les Palestiniens déplacés.

« Les travaux de construction observés dans le Sinaï, le long de la frontière avec Gaza – l’établissement d’un périmètre de sécurité renforcé autour d’une zone spécifique et ouverte – sont des signes sérieux que l’Égypte pourrait se préparer à accepter et autoriser le déplacement des Gazaouis vers le Sinaï, en coordination avec Israël et les États-Unis. Le FMI s’engage à soutenir l’Égypte alors que le pays se prépare au déplacement massif des habitants de Gaza, Le berceau

Il convient de noter qu'en acceptant le prêt de 10 milliards de dollars du FMI, El-Sissi a accepté de lier la monnaie égyptienne aux taux du marché noir, ce qui signifie que sa valeur sera réduite de moitié le jour de la conclusion de l'accord. Les travailleurs égyptiens – dont la moitié vit déjà en dessous du seuil de pauvreté – seront gravement touchés par le plan de sauvetage, mais pas autant que les Palestiniens qui croupissent dans des villes de tentes dans le désert.

En outre, il semble que le FMI continuera à faire balancer le prêt (pot-de-vin ?) de 10 milliards de dollars sous le nez d'el-Sisi jusqu'à ce que les Palestiniens passent enfin en Égypte et que l'opération soit conclue. C’est ainsi que les oligarques occidentaux utilisent les institutions internationales comme le FMI pour contraindre leurs marionnettes à faire ce qu’ils veulent. Dans ce cas, ils avaient besoin d’un Judas souple, prêt à trahir ses compatriotes musulmans afin de remplir ses poches et celles de ses plus proches alliés. Ils ont apparemment trouvé leur homme à El-Sisi.

Cela peut également contribuer à expliquer pourquoi l'Égypte est en train de dégager une vaste étendue de terre à quelques encablures de la frontière avec Gaza. Le Caire prépare le terrain pour accueillir le flux croissant de réfugiés qui afflueront bientôt dans le pays. C'est de la part de Forbes:

L'Égypte installe un camp près de sa frontière avec Gaza en cas d'éventuel exode des Palestiniens. de l'enclave si Israël poursuit une offensive terrestre sur Rafah, la région frontalière où se réfugie plus de la moitié de la population de Gaza, Reuters signalé….

Citant quatre sources anonymes, Reuters rapporté L’Égypte prépare une « zone désertique dotée de quelques installations de base » pour abriter les réfugiés potentiels à titre de « mesure temporaire et de précaution »

Le groupe de défense des droits humains Sinai Foundation a partagé des images des prétendus camps, montrant des camions et des grues dans la zone établissant une « zone de haute sécurité » entourée de clôtures en béton.

The New York Times a corroboré les images et s'est entretenu avec des entrepreneurs sur le site qui ont déclaré qu'ils avaient été embauchés pour construire un mur de béton de 16 pieds de haut autour d'un terrain de cinq kilomètres carrés près de la frontière. L'Égypte prépare des camps pour abriter les Palestiniens en fuite avant l'offensive israélienne sur Rafah, selon un rapport : Forbes

Résumons:

  1. Les chefs du renseignement israélien, américain et égyptien se sont réunis à Paris (OMI) pour mettre la touche finale à un plan d'expulsion des Palestiniens de Gaza.
  2. Le Fonds monétaire international (FMI) est sur le point d’accorder à l’Égypte un prêt de 10 milliards de dollars pour « faire face à un déluge potentiel de réfugiés palestiniens qu’Israël cherche à nettoyer ethniquement de Gaza ». (Le berceau)
  3. L’Égypte prépare une « zone désertique dotée de quelques installations de base » pour abriter des réfugiés potentiels » dans un avenir proche.
  4. L'armée israélienne a poursuivi ses frappes aériennes quotidiennes sur des sites civils à Rafah afin d'intensifier les sentiments d'anxiété et de panique qui contribueront à déclencher une ruée vers l'Égypte.
  5. Les camions de restauration ne sont pas autorisés à entrer à Gaza. Israël affame délibérément les Palestiniens afin qu'ils fuient leur patrie dès que la frontière sera ouverte.

Toutes ces mesures visent un seul objectif, l’éradication complète de la population palestinienne. Et maintenant, après une campagne militaire sanglante de quatre mois, l'objectif d'Israël est clairement en vue.

Il faudra un effort monumental pour empêcher ce plan diabolique de se réaliser.

une réponse

Soyez sympa! Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Articles Relatifs

Notre théorie du changement

Comment mettre fin à la guerre

Défi Move for Peace
Événements anti-guerre
Aidez-nous à grandir

Les petits donateurs nous permettent de continuer

Si vous choisissez de faire une contribution récurrente d'au moins 15 $ par mois, vous pouvez sélectionner un cadeau de remerciement. Nous remercions nos donateurs récurrents sur notre site Internet.

C'est votre chance de réinventer un world beyond war
Boutique WBW
Traduire dans n'importe quelle langue