RUPTURE : des militants manifestent devant les installations de Lockheed Martin à l'occasion de l'anniversaire du massacre des autobus scolaires au Yémen et exigent que le Canada cesse d'armer l'Arabie saoudite

Contacts pour les médias:
World BEYOND War: Rachel Small, organisatrice du Canada, canada@worldbeyondwar.org

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
9 août 2021

KJIPUKTUK (Halifax) – Des militants manifestent devant les installations de Lockheed Martin à Dartmouth pour marquer le troisième anniversaire du massacre du bus scolaire au Yémen. Le bombardement saoudien d'un bus scolaire dans un marché bondé du nord du Yémen le 9 août 2018 a tué 44 enfants et dix adultes et en a blessé de nombreux autres. La bombe utilisée dans la frappe aérienne a été fabriquée par le fabricant d'armes Lockheed Martin. Lockheed Martin Canada est une filiale en propriété exclusive de la société américaine Lockheed Martin.

« Il y a trois ans aujourd'hui, un autobus scolaire entier d'enfants a été abattu par une bombe de 500 livres de Lockheed Martin. Je suis ici aujourd'hui dans les installations de Lockheed Martin avec mon jeune enfant, du même âge que la plupart des enfants de ce bus, pour tenir cette entreprise responsable de la mort de ces 44 enfants et m'assurer qu'ils ne sont pas oubliés », a déclaré Rachel Small de World BEYOND War.

Maintenant dans sa sixième année, la guerre menée par les Saoudiens contre le Yémen a tué près d'un quart de million de personnes, selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires. Cela a également conduit à ce que l'organisme des Nations Unies a qualifié de « pire crise humanitaire au monde ».

Des militants pour la paix célèbrent l'anniversaire de l'attentat à la bombe contre un bus scolaire au Yémen à travers le pays. En Ontario, des militants manifestent devant General Dynamics Land Systems-Canada, une entreprise de la région de Londres qui fabrique des véhicules blindés légers (VBL) pour le Royaume d'Arabie saoudite. Des piquets de paix ont également lieu à l'extérieur du bureau du ministre de la Défense Harjit Sajjan à Vancouver et du bureau du député libéral Chris Bittle à St. Catharines.

La semaine dernière, il a été révélé que le Canada avait approuvé un nouvel accord pour vendre pour 74 millions de dollars d'explosifs à l'Arabie saoudite en 2020. Depuis le début de la pandémie, le Canada a exporté pour plus de 1.2 milliard de dollars d'armes vers l'Arabie saoudite. En 2019, le Canada a exporté des armes d'une valeur de 2.8 milliards de dollars vers le Royaume, soit plus de 77 fois la valeur en dollars de l'aide canadienne au Yémen la même année. Les exportations d'armes vers l'Arabie saoudite représentent maintenant plus de 75 % des exportations militaires non américaines du Canada.

« Un enfant au Yémen mourra toutes les 75 secondes cette année à cause de la guerre en cours, selon le Programme alimentaire mondial. En tant que parent, je ne peux pas rester les bras croisés et permettre au Canada de continuer à profiter de cette guerre en vendant des armes à l'Arabie saoudite », a déclaré Sakura Saunders, membre du conseil d'administration de World BEYOND War. « Il est ignoble que le Canada continue d'alimenter une guerre qui a conduit à la pire crise humanitaire de la planète et à de lourdes pertes civiles au Yémen.

L'automne dernier, le Canada a été pour la première fois nommé publiquement comme l'un des pays contribuant à alimenter la guerre au Yémen par un groupe d'experts indépendants surveillant le conflit pour l'ONU et enquêtant sur d'éventuels crimes de guerre commis par les combattants, dont l'Arabie saoudite.

« Que Trudeau se présente à cette élection en prétendant avoir mené une" politique étrangère féministe "est manifestement absurde compte tenu de l'engagement indéfectible de ce gouvernement à envoyer des milliards de dollars d'armes à l'Arabie saoudite, un pays tristement célèbre pour son bilan en matière de droits humains et son oppression systématique des femmes. L'accord saoudien sur les armes est l'exact opposé d'une approche féministe de la politique étrangère », a déclaré Joan Smith de Nova Scotia Voice of Women for Peace.

Plus de 4 millions de personnes ont été déplacées à cause de la guerre, et 80 % de la population, dont 12.2 millions d'enfants, ont désespérément besoin d'une aide humanitaire. Cette même assistance a été contrecarrée par le blocus terrestre, aérien et naval du pays par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Depuis 2015, ce blocus empêche la nourriture, le carburant, les marchandises commerciales et l'aide d'entrer au Yémen.

Suivez twitter.com/wbwCanada et twitter.com/hashtag/CanadaStopArmingSaudi pour des photos, des vidéos et des mises à jour depuis Halifax et partout au pays.

Photos supplémentaires disponibles sur demande.

###

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue