À l'ère de l'effondrement climatique, le Canada double ses dépenses militaires

Le Canada affecte des milliards à la défense au cours des cinq prochaines années dans le cadre de son budget récemment annoncé. Cela entraînera le doublement des dépenses militaires annuelles d'ici la fin des années 2020. Photo avec la permission des Forces canadiennes/Flickr.

de James Wilt, Dimension canadienne11 April 2022

Le dernier budget fédéral est sorti et malgré toutes les fanfaronnades médiatiques sur la nouvelle politique progressiste en matière de logement, qui consiste principalement en un nouveau compte d'épargne libre d'impôt pour les acheteurs de maison, un «fonds d'accélération» pour les municipalités afin d'inciter à la gentrification et un maigre soutien au logement autochtone [...] il doit être compris comme un enracinement clair de la position du Canada en tant que puissance mondiale capitaliste, coloniale et impérialiste.

Il n'y a pas de meilleur exemple de cela que le plan du gouvernement Trudeau visant à augmenter considérablement les dépenses militaires de près de 8 milliards de dollars, en plus des milliards d'augmentations déjà prévues.

En 2017, le gouvernement libéral a présenté sa politique de défense Strong, Secure, Engaged, qui s'est engagée à augmenter les dépenses militaires annuelles de 18.9 milliards de dollars en 2016/17 à 32.7 milliards de dollars en 2026/27, soit une augmentation de plus de 70 %. Au cours des 20 années suivantes, cela a représenté une augmentation de 62.3 milliards de dollars de nouveaux financements, portant le total des dépenses militaires au cours de cette période à plus de 550 milliards de dollars, soit plus d'un demi-billion de dollars sur deux décennies.

Mais selon le nouveau budget du Canada, « l'ordre international fondé sur des règles » est maintenant « confronté à une menace existentielle » en raison de l'invasion russe de l'Ukraine. En conséquence, les libéraux s'engagent à dépenser 8 milliards de dollars supplémentaires au cours des cinq prochaines années, ce qui, combiné à d'autres engagements récents, portera les dépenses totales du ministère de la Défense nationale (MDN) à plus de 40 milliards de dollars par an d'ici 2026-27. Cela signifie que les dépenses militaires annuelles auront doublé d'ici la fin des années 2020.

Plus précisément, le nouveau budget prévoit 6.1 milliards de dollars sur cinq ans pour « renforcer nos priorités en matière de défense » dans le cadre d'un examen de la politique de défense, près de 900 millions de dollars pour le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) pour « améliorer la cybersécurité du Canada, » et 500 millions de dollars supplémentaires pour l'aide militaire à l'Ukraine.

Pendant des années, le Canada a subi des pressions pour augmenter ses dépenses militaires annuelles à 2017 % de son PIB, ce qui est le chiffre tout à fait arbitraire que l'OTAN attend de ses membres. Le plan Strong, Secure, Engaged de 2019 a été explicitement discuté par les libéraux comme un moyen d'augmenter la contribution du Canada, mais en 1.3, le président américain de l'époque, Donald Trump, a décrit le Canada comme « légèrement en retard » pour n'atteindre qu'environ XNUMX % du PIB.

Cependant, comme l'a noté le journaliste de l'Ottawa Citizen David Pugliese, ce chiffre est une cible - pas un accord de traité - mais "au fil des ans, cet "objectif" a été transformé par les partisans du MDN en une règle stricte et rapide". Selon un récent rapport du directeur parlementaire du budget, le Canada devrait dépenser entre 20 et 25 milliards de dollars de plus par année pour atteindre la barre des XNUMX %.

La couverture médiatique dans les semaines qui ont précédé la publication du budget fédéral a comporté une rotation presque ininterrompue des faucons de guerre les plus notables du Canada - Rob Huebert, Pierre Leblanc, James Fergusson, David Perry, Whitney Lackenbauer, Andrea Charron - appelant à une augmentation des effectifs militaires dépenses, notamment pour la défense de l'Arctique en prévision de supposées menaces d'invasion de la Russie ou de la Chine (le budget 2021 engageait déjà 250 millions de dollars sur cinq ans pour la « modernisation du NORAD », y compris le maintien des « capacités de défense de l'Arctique »). La couverture médiatique de la défense de l'Arctique incluait à peine les points de vue des organisations anti-guerre ou des peuples autochtones du Nord, malgré la demande claire et de longue date du Conseil circumpolaire inuit pour que l'Arctique « reste une zone de paix ».

En fait, même avec les nouvelles dépenses de 8 milliards de dollars - en plus de l'énorme coup de pouce apporté par le plan Strong, Secure, Engaged et les augmentations subséquentes - les médias le présentent déjà comme un échec, car « le Canada restera bien en deçà de l'objectif de dépenses de l'OTAN. .” Selon CBC, les nouveaux engagements de dépenses du Canada ne feront que faire passer le chiffre de 1.39 à 1.5 %, soit à peu près l'équivalent des dépenses de l'Allemagne ou du Portugal. Citant David Perry, président de l'Institut canadien des affaires mondiales, un groupe de réflexion « fortement financé par les fabricants d'armes », le Globe and Mail a absurdement qualifié l'augmentation de financement de 8 milliards de dollars de « modeste ».

Tout cela est survenu une semaine seulement après que le Canada a annoncé qu'il faisait marche arrière et qu'il finalisait un accord avec Lockheed Martin pour acheter 88 avions de chasse F-35 pour un montant estimé à 19 milliards de dollars. Comme l'a soutenu la directrice de l'Institut canadien de politique étrangère, Bianca Mugyenyi, le F-35 est un avion « incroyablement gourmand en carburant » et coûtera deux à trois fois le prix d'achat au cours de sa durée de vie. Elle conclut que l'acquisition de ces chasseurs furtifs hautement sophistiqués n'a de sens qu'avec "un plan pour que le Canada combatte dans les futures guerres des États-Unis et de l'OTAN".

La réalité est que, comme le maintien de l'ordre, aucun financement ne sera jamais suffisant pour les faucons de guerre, les groupes de réflexion financés par les fabricants d'armes ou les complices du MDN qui disposent de vastes espaces dans les médias grand public.

Comme Brendan Campisi l'a écrit pour Spring, depuis le début de l'invasion russe, la classe dirigeante du Canada a constamment souligné que « le monde est maintenant un endroit plus dangereux, et pour répondre à cette réalité menaçante, l'armée canadienne a besoin de plus d'argent, de plus et de meilleures armes, plus de recrues et une plus grande présence dans le Nord. En raison du rôle de plus en plus actif du Canada dans l'agression impérialiste mondiale, les menaces peuvent et seront perçues partout, ce qui signifie que les 40 milliards de dollars de dépenses militaires annuelles d'ici 2026/27 seront inévitablement considérées comme bien trop faibles.

Le rôle croissant du Canada dans la production, l'exportation et la consommation de combustibles fossiles (maintenant légitimé par des subventions à la capture du carbone) ne fera que mettre davantage le monde en danger en raison de l'effondrement climatique catastrophique, en particulier dans les pays du Sud, entraînant des niveaux sans précédent de migration induite par le climat ; à l'exception récente des réfugiés blancs d'Ukraine, l'approche anti-migrants du pays ne fera qu'aggraver les hostilités racistes et surtout anti-noires. Cette trajectoire d'augmentation rapide des dépenses militaires contribuera sans aucun doute à des investissements militaires beaucoup plus importants dans d'autres pays également.

Tout en votant contre une motion conservatrice visant à augmenter les dépenses militaires à 2025 % du PIB, comme l'a demandé l'OTAN, le NPD s'est engagé à soutenir la budgétisation libérale jusqu'à la mi-XNUMX par le biais de son récent accord d'approvisionnement et de confiance. Cela signifie que, quelle que soit leur position, les néo-démocrates sont prêts à échanger un régime dentaire médiocre sous condition de ressources et la possibilité future d'un programme national d'assurance-médicaments - croyant naïvement qu'il ne sera pas massacré par les libéraux - contre des ressources beaucoup plus importantes pour le Canada. militaire. Fin mars, le propre porte-parole du NPD en matière d'affaires étrangères a qualifié l'armée de « décimée » et a déclaré : « Nous n'avons pas fourni les outils dont nos soldats, nos hommes et nos femmes en uniforme, ont besoin pour faire le travail que nous leur demandons de faire. sans encombre."

Nous ne pouvons pas faire confiance au NPD pour diriger ou même soutenir un véritable effort anti-guerre. Comme toujours, cette résistance doit être organisée de manière indépendante, comme c'est déjà bien fait par des groupes comme Travail contre le commerce des armes, World Beyond War Canada, Peace Brigades International – Canada, l'Institut canadien de politique étrangère, le Congrès canadien pour la paix, la Voix canadienne des femmes pour la paix et la No Fighter Jets Coalition. De plus, nous devons continuer à travailler en solidarité avec les peuples autochtones qui résistent à l'occupation coloniale, à l'expropriation, au sous-développement et à la violence.

La demande doit continuer à être la fin du capitalisme, du colonialisme et de l'impérialisme. Les ressources incroyables actuellement dépensées pour soutenir le capitalisme racial mondial - via l'armée, la police, les prisons et les frontières - devraient être immédiatement saisies et réaffectées à des réductions rapides d'émissions et à la préparation au changement climatique, au logement public et aux soins de santé, à la sécurité alimentaire, à la réduction des risques et à un approvisionnement sûr. , soutien du revenu pour les personnes handicapées (y compris long COVID), transport en commun, réparations et restitution des terres aux peuples autochtones, etc.; surtout, cette transformation radicale se produit non seulement au Canada, mais dans le monde entier. Le dernier engagement de 8 milliards de dollars supplémentaires en faveur de l'armée est totalement contraire à ces objectifs de promotion de la sécurité et de la justice réelles, et doit être farouchement opposé.

James Wilt est un journaliste indépendant et un étudiant diplômé basé à Winnipeg. Il collabore fréquemment à des CD et a également écrit pour Briarpatch, Passage, The Narwhal, National Observer, Vice Canada et le Globe and Mail. James est l'auteur du livre récemment publié, Do Androids Dream of Electric Cars? Le transport en commun à l'ère de Google, Uber et Elon Musk (Between the Lines Books). Il s'organise avec l'organisation abolitionniste de la police Winnipeg Police Cause Harm. Vous pouvez le suivre sur Twitter à @james_m_wilt.

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *

Traduire dans n'importe quelle langue